Dubaï

Infos
Dubaï ou Doubaï (en arabe دبي, Dubayy) est à la fois une ville et un émirat des Émirats arabes unis. Fondé au , l'émirat et la ville prennent de l'importance en participant à la création des États de la Trêve (Trucial States en anglais) en 1853 puis des Émirats arabes unis actuels en 1971. L'émir de Dubaï conserve ainsi de manière officieuse le poste de vice-président des Émirats arabes unis. Avec 3&
Dubaï

Dubaï ou Doubaï (en arabe دبي, Dubayy) est à la fois une ville et un émirat des Émirats arabes unis. Fondé au , l'émirat et la ville prennent de l'importance en participant à la création des États de la Trêve (Trucial States en anglais) en 1853 puis des Émirats arabes unis actuels en 1971. L'émir de Dubaï conserve ainsi de manière officieuse le poste de vice-président des Émirats arabes unis. Avec 3 885 km², c'est le deuxième émirat en terme de superficie après Abou Dabi. Ouvert sur le golfe Persique et situé entre les émirats de Charjah (au Nord et à l'Est) et d'Abou Dabi (au Sud), la majeure partie du territoire est occupée par le désert du Rub al-Khali. La petite enclave de Hatta est sise dans les montagnes sur la frontière avec le sultanat d'Oman. Bien que n'étant ni la capitale des Émirats arabes unis ni l'émirat le plus grand ou le plus peuplé, Dubaï est le plus connu des sept émirats qui composent la fédération. Cette renommée est en partie due à la médiatisation des gigantesques projets touristiques en construction (voir Palm Islands, The World, Dubaï Waterfront, Dubaï Marina, etc) et à l'architecture particulière et démesurée qui a vu se construire l'hôtel le plus haut du monde (voir l'hôtel Burj-Al-Arab), des gratte-ciels en plein désert et qui devrait normalement accueillir l'immeuble le plus haut du monde fin 2008 (voir Burj Dubaï). Ces projets sont revendiqués par le gouvernement comme un moyen de devenir d'ici quelques années la première région mondiale du tourisme de luxe et de devenir un des pôles mondiaux du tourisme familial, d'affaire, commercial, ...

Histoire

La première mention de la ville de Dubaï remonte à 1799. La tribu bédouine des Bani Yas avec à leur tête Al Abu Falasa fuit alors les Wahhabites du Nejd qui étendaient leur territoire. Une communauté de pêcheurs, notamment de perles, s'installe alors à l'emplacement actuel du port de Dubaï. Connus sous le nom de « Côte des Pirates », Dubaï et les émirats voisins signent un traité de paix (le General Maritime Treaty) le 8 janvier 1820 avec le Royaume-Uni. Alors dépendante d'Abou Dabi, la ville et l'émirat de Dubaï sont fondés en 1833 lorsque la dynastie Al-Maktoum se sépare des Bani Yas et s'empare « sans résistance » du site de la ville de Dubaï. Une rivalité s'instaure alors entre les émirats de Dubaï et d'Abou Dabi. Une tentative de prise de Dubaï par les pirates Qawasim avorta. En 1835, Dubaï et les autres États de la Côte des Pirates signèrent une trêve maritime avec le Royaume-Uni et une « Trêve maritime perpétuelle » en 1853, ce qui fit rebaptiser la région « États de la Trêve » (Trucial States en anglais). En 1892, Dubaï se place sous la protection (officieusement un protectorat) du Royaume-Uni par un accord d'exclusivité ce qui chasse l'influence ottomane de la région. Le protectorat est un temps rattaché au Raj britannique avant d'en être séparé. Contrairement à leurs voisins, les dirigeants de Dubaï encouragèrent le commerce et de nombreux marchands étrangers, venant principalement d'Inde, s'installèrent dans la ville, qui resta principalement connue pour ses exportations de perles jusque dans les années 1930. Après la dévaluation de la roupie du Golfe en 1966, Dubaï se joint au Qatar pour établir une nouvelle unité monétaire, le riyal de Qatar et Dubaï. Du pétrole est découvert dans le golfe Persique à 120 kilomètres de la côte, suite à quoi l'émirat attribue des concessions pétrolières. Avec cinq autres émirats, Dubaï accède à l'indépendance avec la création des Émirats arabes unis le 2 décembre 1971. Ils seront rejoints l'année suivante par l'émirat de Ras el Khaïmah et en 1973 la fédération adopte le dirham des Émirats arabes unis comme monnaie commune. Officieusement, le poste de vice-président est réservé à l'émir de Dubaï qui est élu au sein du Conseil suprême composé des sept émirs de la fédération. Depuis quelques années et avec la prise de conscience de la part du gouvernement de l'extrême dépendance de l'économie des émirats vis-à-vis des énergies fossiles, Dubaï reconvertit son économie vers les nouvelles technologies et le commerce mais surtout vers le tourisme, principalement de luxe, à coup de grands travaux et de projets démesurés. En 2006, le pétrole représentait moins de 10% du PIB : il comptait pour 30% en 2003 et 45% à la fin des années 1980.

Géographie

Carte de l'émirat de Dubaï La Sheikh Zayed Road L'émirat de Dubaï est, avec 3 885 km² et 1 186 867 habitants, le second émirat des Émirats arabes unis en termes de superficie et de population. Son territoire se situe principalement sur la côte du golfe Persique, entre les émirats d'Abou Dabi (au Sud) et de Charjah (au Nord et à l'Est). L'émirat possède aussi l'enclave de Hatta dans les montagnes à l'Est du pays et qui a une frontière avec Oman et les émirats de Ras el Khaïmah et d'Ajman. En majorité occupé par le désert du Rub al-Khali, Dubaï possède peu d'atouts hormis des gisements de pétrole et de gaz naturel. La ville de Dubaï est le premier port et la première ville des Émirats arabes unis. Elle fut créée dans une boucle du bras de mer qui s'insinue dans le désert et qui constitue un port naturel (Khor Dubaï). Le centre-ville, qui garde un caractère arabe, est constitué de petits immeubles et de ruelles étroites. Les nouveaux quartiers s'étalent quant à eux dans le désert et le long de la côte au Nord et au Sud, constituant avec les villes de Jebel Ali, Jumeirah, Bur Dubaï, Deira, Charjah et Ajman une agglomération de 2 033 787 habitants en 2006. Ces nouveaux quartiers, créés de toute pièce, sont constitués d'immeubles, de résidences et de maisons individuelles. Ils s'organisent au Sud de part et d'autre de la Sheikh Zayed Road, la plus grande artère des Émirats arabes unis et futur centre urbain de l'agglomération. Bordée de gratte-ciels (573 dans l'émirat), elle permet de relier les zones résidentielles au complexes touristiques construits ou en construction qui se trouvent au Sud de la ville : The Palm, The World, Dubaï Waterfront, Ski Dubaï, Marina Dubaï, Dubaï Mall, l'hôtel Burj-Al-Arab, la Burj Dubaï, Dubaïland, ... Le port de Jebel Ali (ou Mina Jabal Ali) se situe au Sud de l'émirat. Avec la proximité de l'agglomération de Dubaï et la construction de The Palm, Jebel Ali, de Dubaï Waterfront et de Marina Dubaï, sa physionomie est en train d'être totalement bouleversée.

Politique

L'émir actuel est Mohammad ben Rached Al-Maktoum depuis le 4 janvier 2006 suite à la mort de son frère Maktoum ben Rached Al-Maktoum. Membre du Conseil Suprême, il est également le premier ministre des Émirats arabes unis. Comme dans les autres émirats, c'est la charia qui est en vigueur à Dubaï. Le droit civil et pénal, ainsi que les coutumes sont donc régis par la tradition musulmane. L'émirat de Dubaï est divisé en neuf secteurs (cinq urbains, trois ruraux et Jebel Ali) eux-mêmes divisés en 132 « communautés » de tailles variables et délimitées par les artères principales.

Liste des émirs de Dubaï

- jusqu'au 9 juin 1833 `Ubayd ben Said
- 9 juin 1833 - 1852 Maktoum ben Bati ibn Suhayl
- 1852 - 1859 Said I ben Bati
- 1859 - 22 novembre 1886 Hushur ben Maktoum
- 22 novembre 1886 - 7 avril 1894 Rached ben Maktoum
- 7 avril 1894 - 16 février 1906 Maktoum ben Hushur
- 16 février 1906 - novembre 1912 Bati ben Suhayl
- novembre 1912 - 15 avril 1929 Said ben Maktoum (1 fois)
- 15 avril 1929 - 18 avril 1929 Mani ben Rached
- 18 avril 1929 - septembre 1958 Said ben Maktoum (2 fois)
- septembre 1958 - 7 octobre 1990 Rached ben Said Al-Maktoum
- 7 octobre 1990 - 4 janvier 2006 Maktoum ben Rached Al-Maktoum
- Depuis le 4 janvier 2006 -Mohammad ben Rached Al-Maktoum

Population

La ville de Dubaï vue d'avion La ville de Dubaï connait une importante expansion démographique depuis quelques années : la population était de 265 702 habitants en 1980, 669 181 en 1995, un million en 2004, 1 182 439 en 2006 et il est prévu qu'elle atteigne 1, 4 million en 2011, ce qui fait de Dubaï la ville la plus peuplée des Émirats arabes unis. Mais la grande majorité de la population (65 % de la population totale en 2002, 700 000 travailleurs émigrés en 2007Abdel Bari Atwan, « Émirats arabes unis. L'intifada des travailleurs indiens », cité dans Courrier international du 02/11/2007, ) n'est pas dubaïote ni même émirati mais est formée de travailleurs immigrés : la politique de grands travaux nécessitant une forte main d'œuvre, le gouvernement fait appel à des étrangers venant principalement des autres pays arabes, du sous-continent Indien et d'Asie du Sud-Est. De nombreux hommes d'affaires occidentaux viennent temporairement dans l'émirat pour y travailler dans les filiales de leurs multinationales. Ils sont environ cent mille. La quasi impossibilité pour un étranger d'obtenir la nationalité émiratie et de s'installer définitivement dans le pays créé une forte fracture sociale entre les émiratis et certains travailleurs immigrés venant des pays en voie de développement : une minorité se partage ainsi les richesses et a un niveau de vie qui dépasse celui de nombreux pays riches alors que la majorité travaille dans de rudes conditions, vit très modestement et est sous-payée (bien que le salaire soit largement supérieur à ce qu'ils toucheraient dans leur pays d'origine). Les accidents mortels sont fréquents sur les chantiers de construction où le personnel travaille sans de réelles mesures de sécurité et en plein soleil. La langue officielle est l'arabe. Mais à cause de la forte proportion d'étrangers l'anglais, l'hindî, le malayalam, le persan, l'ourdou et le tagalog sont utilisés pour les affaires et par les étrangers entre eux. La religion la plus représentée est l'islam, en majorité sunnite. Il existe des communautés chrétiennes, hindoues, sikhs. Dubaï est le seul émirat qui possède un temple hindou et un temple sikh. Depuis 2001, des églises catholiques, orthodoxes et des temples protestants peuvent être construits à Jebel Ali grâce à l'attribution de parcelles par le gouvernement. Même si aucun des rites autre que musulman n'est subventionné par le gouvernement, la liberté de culte est assurée et il est permis aux différentes congrégations religieuses de percevoir des dons, des soutiens financiers venant de l'étranger, de faire des publications dans la presse, ...

Économie

Les Emirates Towers Jusqu'aux années 1950, l'économie de Dubaï était basée sur le commerce et notamment l'exportation des perles. Avec la découverte et l'exploitation du pétrole et du gaz naturel au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Dubaï reçu une quantité très importante d'argent de la vente de l'or noir et quasiment tout autre activité fut abandonnée au profit du secteur des énergies fossiles. Avec la récente baisse des exportations de pétrole et de gaz naturel et l'épuisement des réserves prévu d'ici quelques décennies, Dubaï se lance dans une diversification de son économie en faveur des nouvelles technologies, du commerce et du tourisme de luxe, commercial, d'affaire, etc. Ainsi, l'émirat prévoit de devenir le premier centre mondial du tourisme de luxe et un des premiers pays touristiques du monde d'ici quelques années. Déjà, l'exportation du pétrole ne représente plus que 5% du PIB de l'émirat, le reste étant assuré par les rentrées fiscales des entreprises grâce à la Jebel Ali Free Zone et, de plus en plus, le tourisme. Ce virage brutal est accompagné d'une politique de grands travaux afin de créer les structures d'accueil (aéroports, marinas, hôtels, palaces, etc), de transport (autoroutes, métro, etc) et de loisir (parcs d'attractions à thème et aquatiques, centre commerciaux, etc) pour les futurs visiteurs. On estime que 15 à 25% des grues du monde se trouvent à Dubaï. En 2002, une loi a été promulguée afin de permettre aux étrangers d'accéder à la propriété des bâtiments (et non de la terre) pour des baux de 99 ans. Cette loi permettra à des non émiratis fortunés d'acheter des résidences ou des appartements dans les nombreux projets immobiliers.

Développement des infrastructures de transport

Aérogare du Dubaï International Airport Abra (bateau-taxi) et le Khor Dubaï devant la vieille ville Dubaï s'est doté d'infrastructures de transport à la mesure de son développement économique et démographique :
- L’Aéroport international de Dubaï sert de plate-forme de correspondance à la compagnie aérienne Emirates. Il aura une capacité d'accueil de 70 millions de passagers en 2007. À terme, jusqu'à vingt-six Airbus A380 pourront être reliés en même temps au terminal. L'atterrissage d'un Airbus A340 est facturé 1 274 euros contre 9 048 euros à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. Le kérosène coûte 10% moins cher qu'ailleurs. Un second aéroport international, le Dubaï World Central International Airport, est en construction au sud de Jebel Ali.
- Les infrastructures portuaires de Dubaï se sont largement développées ces dernières années. Dubaï occupait, en 2004, la dixième place des ports à conteneurs, derrière ceux de Los Angeles et d'Hambourg. La ville compte différents ports : Jebel Ali, Rashid Port et le Creek Port. Les deux premiers sont de grands ports qui accueillent des navires de gros tonnage et le dernier qui est plus traditionnel, abrite les bateaux de transports en bois, les dhows, et est consacré au commerce avec l'Iran et les autres pays du golfe Persique.
- Le réseau routier est constitué de larges avenues et autoroutes dont la Sheikh Zayed Road est l'exemple le plus connu. Ce réseau créé un maillage reliant les différentes zones résidentielles, de travail et touristiques de l'agglomération de Dubaï. Il arrive à saturation de même que le réseau de bus constitué de 59 lignes et emprunté par 200 000 passagers chaque semaine. Afin de permettre la traversée du Khor Dubaï, un tunnel routier sous-marin a été construit en bord de mer. Dubaï a aussi la réputation d'étre la région des pays riches qui compte le plus d'accidents et de morts sur les routes. On estime qu'il y a un accident toute les trois minutes à Dubaï, ce qui contribue à l'engorgement du réseau routier.
- Pour pallier la saturation routière, deux lignes de métro sont actuellement en construction et devraient ouvrir partiellement en 2009 et en totalité en 2012 (voir Métro de Dubaï). La ligne verte en forme de « U » autour du Khor Dubaï reliera Deira et Bur Dubaï au centre ville tandis que la ligne rouge reliera Jebel Ali au Dubaï International Airport. Ces deux lignes mesureront 70 kilomètres et compteront 43 stations (33 souterraines et dix en surface). Récemment, la construction d'une autre ligne de 47 kilomètres (bleue) a été annoncée. Elle devrait relier le nouvel aéroport en construction (le Dubaï World Central International Airport) à Jebel Ali. Pour compléter le réseau de métro, il est envisagé de construire sept monorails afin de le connecter à différents sites comme Dubaïland, Jumeirah Palm, ...
- Les taxis sont très nombreux à Dubaï et on en trouve de partout. Ils constituent le moyen de transport non personnel le plus utilisé par les émiratis.
- Le transport maritime est représenté à Dubaï par des bateaux-navettes en bois (les abras) qui traversent le Khor Dubaï en dix minutes et permettent de relier facilement Deira à Bur Dubaï.

Reconversion économique de Dubaï

L'hôtel Jumairah Beach Afin de mener à bien la politique de reconversion de l'économie de Dubaï vers les nouvelles technologies, le commerce et le tourisme, son gouvernement s'efforce d'attirer capitaux et entreprises tout en maintenant une politique de grands travaux, à l'origine de nombreux complexes urbains, hôteliers, ou balnéaires. Le gigantisme et le caractère novateur de ces réalisations tournent les regards du monde entier vers l'émirat et forcent sa renommée. Les constructeurs sont le plus souvent Nakheel ou Emaar, groupes bien implantés dans l'émirat et aux visées maintenant internationales. D'autres projets importants tels que le Business Bay ou celui qui prévoit de recouvrir une montagne d'un dôme puis de l'enneiger afin de créer une petite station de ski sont en préparation. Nombre de ces projets avortent, mais ils sont toujours source d'une publicité dont se nourrit la cité-Etat. Des quartiers spécialisés dans certains domaines ont été mis en place :
- « Media City » et « Internet City » sont des zones libres où se sont installées de grandes sociétés des médias (MBC, CNN, Reuters et AP) et d'informatique (EMC Corporation, Oracle, Microsoft et IBM) ;
- « Dubiotech », spécialisé dans les recherches biologiques ;
- « Humanitarian City » qui accueille dans un centre différentes organisations non gouvernementales ainsi que l'UNOPS, un organisme des Nations unies. Ils permettront à Dubaï d'acquérir une certaine reconnaissance internationale et de devenir un lieu de décision important. La ville accueille depuis plusieurs années différents évènements dont le célèbre Dubai Shopping Festival (ou DSF), le salon technologique Gitex ou encore le Dubai Air Show lesquels ont un impact très favorable sur la consommation ainsi que les investissements. Les entrepreneurs ne respectent pas les droits des ouvriers étrangers (pakistanais, indiens, chinois, …) employés pour construire ces complexes pour riches. Ils sont exploités parfois meme renvoyés dans leur pays sans salaire aucun versé, D'après la règlementation locale, les ouvriers ne peuvent travailler sous une température supérieure a 50°C mais la température est prise à l'ombre donc il arrive que la température dépasse les 55°C sans que le travail ne s'arrête. En moyenne, il y a un suicide tous les quatre jours chez les ouvriers . ; Burj-Al-Arab Le Burj-Al-Arab Situé sur une île artificielle à 280 mètres de la plage et culminant à 321 mètres, l'Hôtel Burj-Al-Arab est le plus haut hôtel du monde. Reconnaissable à sa forme imitant une voile de voilier, il a été achevé en 1999 et ne comporte aucune chambre, que des suites dont la nuitée varie entre 1 000 et 28 000 US$. ; The Palm The Palm, ou Palm Islands, est sans conteste le projet le plus grand et le plus médiatisé lancé par l'émirat. Il s'agit de la construction de trois ensembles balnéaires, résidentiels et touristiques de luxe sur des terres et des îles en forme de palmier entièrement gagnés sur la mer. Les trois palmiers porteront le nom de Jumeirah, Jebel Ali et Deira. Chaque palmier est composé d'un tronc central qui accueille des infrastructures de transport, des commerces, des services, des attractions touristiques et de loisir et des immeubles résidentiels. À partir de ce tronc partent un certain nombre de palmes qui abritent soit des résidences de luxe, soit des attractions touristiques et de loisir. Chaque ensemble est ceinturé par une digue de protection qui arrête la houle et assure la pérennité de ces construction réalisée en grande majorité de sable prélevé sur le fond de la mer. Au centre, la Jumeirah Palm en construction, à gauche Jebel Ali et à droite la ville de Dubaï autour du Khor Dubaï (vue satellite). Le projet, bien avancé, verra l'ouverture du premier palmier, Jumeirah Palm, en 2007. Jebel Ali Palm suivra quant à lui un peu plus tard et Deira Palm en dernier, la construction ayant pris du retard en raison de problèmes techniques et de modifications de conception. ; The World L'archipel The World est un autre projet de construction d'iles dont la disposition les unes par rapport aux autres imitera un planisphère avec chaque continent, le tout ceinturé par une digue de protection. La construction a commencé et une première île témoin avec maison, jardin luxuriant et ponton d'accostage a été fabriquée. En tout, ce seront entre 250 et 300 îles qui seront allouées à des résidences de luxe, des commerces et des loisirs. ; Dubaï Waterfront Le Dubaï Waterfront est un projet à cheval sur la mer et la terre. Il s'agit de créer un immense quartier résidentiel et hôtelier sous la forme d'une gigantesque marina comportant des commerces et des loisirs au pied de Jebel Ali Palm et au début de l'Arabian Canal, un bras de mer de dix kilomètres de long creusé dans le désert. Le projet prévoit le creusement de canaux sur la côte et la création d'îles contournant Jebel Ali Palm en formant une baie. En son sein se trouvera le Dubaï Mall, le plus grand centre commercial du monde. ; Dubaï Marina La Dubaï Marina est le projet de création d'un bras de mer de dix kilomètres de long dans le désert entouré d'immeubles résidentiels et d'hôtels. ; Ski Dubaï Ski Dubaï est une piste de ski indoor d'environ 400m attenante à un immense centre commercial le Mall of the Emirates et à un hôtel. ; Dubaïland Le Dubaïland est le projet de création d'un ensemble de parcs à thème à proximité de l'Arabian Canal. Il accueillera le Mall of Emirates, un immense centre commercial. Son ouverture est prévue pour 2006. ; Tour de Dubaï La Tour de Dubaï (Burj Dubaï en arabe) est le projet de construction de la tour la plus haute du monde avec 808 mètres de hauteur (211 étages). La construction ayant commencée en 2004, la fin de l'édification est prévue pour 2009. ; Bawadi Annoncé le 2006 par le gouvernement, ce projet prévoit d'amener le nombre de lits d'hôtel dans l'émirat à 29 000, doublant ainsi la capacité hôtelière actuelle. Pour cela, une enveloppe de 27 milliards de US$ est allouée à ce projet dont le plus grand complexe sera l'Asia avec 6 500 chambres soit le plus grand hôtel du monde.

Timbres et histoire postale

Afin d'assurer un service postal dans leur protectorat des Trucial States, le Royaume-Uni y créa un bureau postal des Indes britanniques le 19 août 1909. Il utilisait les timbres indiens avec la surcharge Dubai Persian Gulf (Golfe Persique Dubaï) jusqu'à ce que l'Inde obtînt son indépendance en 1947. Des timbres du Pakistan les remplacèrent alors jusqu'au 31 mars 1948, date où ce pays obtint également son indépendance. Le gouvernement britannique mit alors en place une administration postale en Arabie occidentale et utilisa des timbres britanniques surchargés jusqu'au 7 janvier 1961. À cette date, l'autonomie postale fut peu à peu récupérée par les émirats. Des timbres propres aux émirats furent émis avec comme légende Trucial States qui, nonobstant le nom, ne furent vendus que dans le bureau de poste de Dubaï. Cette série fut la seule avec une telle légende. Les sept valeurs en naye paise (la division de la roupie) représentaient sept palmiers en référence aux sept émirats tandis que les quatre valeurs en roupies représentaient un boutre. Après cette première série, l'autonomie postale permis à chaque émirat d'émettre ses propres timbres. Dubaï la récupéra le 14 juin 1963 et émis ses premiers timbres le lendemain avec pour thème des scènes de la vie marine, des vues de Dubaï et le portrait du sheikh Rached ben Saïd Al-Maktoum. L'émirat se rendit vite compte que les philatélistes du monde entier étaient prêts à acheter les timbres de Dubaï. La cadence de production augmenta alors considérablement ce qui qualifia ces émissions d'abusives. En effet, la fabrication des timbres était réalisée auprès d'imprimeurs étrangers qui les imprimaient déjà oblitérés. Les quantités de timbres étaient telles qu'elles n'étaient pas adaptées à l'usage de la population locale qui ne les voyaient en général jamais car étant vendus directement à l'étranger. L'UPU ne reconnut qu'une partie de ces émissions de timbres et les catalogues de cotation n'en recensent qu'une partie. Avec la création d'une poste fédérale au moment de la création des Émirats arabes unis à la fin de l'année 1972, Dubaï avait émis plus de 400 timbres dont peu avaient été utilisés pour la correspondance.

Jumelages

-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
- Pacte d’amitié et de coopération
-

Annexes

===
Sujets connexes
Abou Dabi   Airbus A380   Ajman   Anglais   Années 1930   Années 1950   Arabe   Arecaceae   Asie du Sud-Est   Associated Press   Autoroute   Avenue   Aéroport   Aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle   Aéroport international de Dubaï   Bani Yas   Boutre   Burj Dubaï   Bédouins   Cable News Network   Catalogue de timbres   Centre commercial   Charia   Charjah   Christianisme   Commerce   Conteneur   Courrier international   Digue   Dirham des Émirats arabes unis   Dubaïland   Désert   EMC Corporation   Emirates   Empire ottoman   Gaz naturel   Golfe Persique   Gouvernement   Gratte-ciel   Gurdwârâ   Hindouisme   Hindî   Houle   Hôtel   Hôtel Burj-Al-Arab   ISO 4217   Inde   Indépendance   Informatique   International Business Machines Corporation   Iran   Islam   Kérosène   Maktoum ben Rached Al-Maktoum   Malayalam   Marina (port)   Microsoft   Middle East Broadcasting Center   Mohammad ben Rached Al-Maktoum   Monorail   Multinationale   Métro   Métro de Dubaï   Nejd   Oblitération   Oman   Oracle Corporation   Organisation des Nations unies   Ourdou   Pakistan   Palm Islands   Parc d'attractions   Perle   Persan   Philatélie   Pic pétrolier   Piste de ski indoor   Planisphère   Plate-forme de correspondance   Port de Hambourg   Port de Los Angeles   Produit intérieur brut   Protectorat   Protestantisme   Pétrole   Pêche (halieutique)   Qatar   Raj britannique   Ras el Khaïmah   Reuters   Roupie   Roupie du Golfe   Royaume-Uni   Rub al-Khali   Réseau routier   Sable   Seconde Guerre mondiale   Sikhisme   Ski Dubaï   Sous-continent Indien   Sunnisme   Tagalog   Taxi   The World (archipel)   Timbre postal   Tourisme   Transport en commun   Union postale universelle   Wahhabisme  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^