Phanariotes

Infos
Le Phanar ou Fanar (Φανάρι en grec, Fener en turc) est un quartier d'Istanbul, précédemment Constantinople. Son nom vient du mot grec « Fanari », signifiant le phare, en référence au bâtiment qui avait été construit là durant la période byzantine. Après la prise de Constantinople par les Ottomans en 1453, le quartier du Fanar devint le quartier des Grecs qui restèrent dans la ville. Le Patriarche orthodoxe de Constantinople s'y installa aussi. Parfois, donc, le mot Fanar
Phanariotes

Le Phanar ou Fanar (Φανάρι en grec, Fener en turc) est un quartier d'Istanbul, précédemment Constantinople. Son nom vient du mot grec « Fanari », signifiant le phare, en référence au bâtiment qui avait été construit là durant la période byzantine. Après la prise de Constantinople par les Ottomans en 1453, le quartier du Fanar devint le quartier des Grecs qui restèrent dans la ville. Le Patriarche orthodoxe de Constantinople s'y installa aussi. Parfois, donc, le mot Fanar était utilisé pour désigner le Patriarcat. Les Phanariotes sont des Grecs issus des riches familles vivant dans le quartier et exerçant des fonctions importantes dans l'administration ottomane aux XVII et XVIII siècles. Certaines descendaient des familles impériales byzantines, et donnèrent des princes (hospodars) aux Principautés roumaines de Moldavie et Valachie (Cantacuzènes, Paléologues, Comnènes, principalement de 1707 à 1821...). Polyglottes, ils furent souvent "dragomans" ou interprètes en chef, ce qui leur permit de diriger, avec le « reis effendi » la politique étrangère de l'Empire ottoman. Le mot « dragoman » est d'ailleurs à l'origine du mot français « truchement » qui désigne un intermédiaire, ce qu'est l'interprète. Cette fonction leur permit aussi de diriger les îles de l'Égée avec le Kapudan Pasha. Certains des Hospodars ou voévodes des Principautés roumaines furent humanistes, créerent des écoles, des hôpitaux, des routes, ou abolirent le servage (Constantin Mavrocordat, 1741). Ils s'étaient également très fortement engagés dans le développement de l'éducation et de la culture grecque. Mais la corruption et les intrigues dont beaucoup d'autres phanariotes se rendirent coupables aussi bien à Constantinople qu'en Roumanie finirent par leur donner mauvaise réputation: trop d'entre eux s'étaient étroitement intégrés au système ottoman corrompu. L'insurrection grecque de 1821 mit un terme à leur crédit, et la plupart s'exilèrent en Roumanie, Russie, Grèce et France, tels les princes Mourousihttp://ghika.net/Familles/Mourousi/Mourousi.pdf généalogie d'Yves Mourousi devenus Russes, mais aussi une branche des Cantacuzènes et quelques autres.

Bibliographie

- Jean-Michel Cantacuzène, Mille ans dans les Balkans, Editions Christian, Paris, 1992.

Références

Catégorie:Histoire de la Grèce el:Φαναριώτες en:Phanariotes ja:ファナリオティス nl:Fanarioten pl:Fanarioci ru:Фанариоты
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^