Belgique

Infos
Le Royaume de Belgique (en néerlandais : Koninkrijk België ; en allemand : Königreich Belgien) est un État de l’Union européenne situé en Europe de l’Ouest. Il est limitrophe de l’Allemagne, la France, le Luxembourg, les Pays-Bas et est bordé au nord-ouest par la mer du Nord. L’État s’étire sur une distance de 318 kilomètres entre La Panne et Arlon. La Belgique est membre du Benelux, des Nations Unies, de l’Union européenne — dont elle es
Belgique

Le Royaume de Belgique (en néerlandais : Koninkrijk België ; en allemand : Königreich Belgien) est un État de l’Union européenne situé en Europe de l’Ouest. Il est limitrophe de l’Allemagne, la France, le Luxembourg, les Pays-Bas et est bordé au nord-ouest par la mer du Nord. L’État s’étire sur une distance de 318 kilomètres entre La Panne et Arlon. La Belgique est membre du Benelux, des Nations Unies, de l’Union européenne — dont elle est l’un des six pays fondateurs et dont elle abrite la capitale (Bruxelles) — et de l’OTAN. Le pays, rencontre des cultures germanique et latine, comprend différentes communautés linguistiques et culturelles. Les trois langues officielles sont le néerlandais, le français et l’allemand. Elles sont placées sur un pied d’égalité au niveau fédéral. Parmi les différentes régions, seule la Région de Bruxelles-Capitale (habitée par près de dix pourcents de la population) est officiellement bilingue (français et néerlandais). La Région flamande (habitée par près de cinquante huit pourcents de la population), située au nord est officiellement unilingue néerlandophone. La Région wallonne (habitée par plus de trente deux pourcents de la population), située au sud est officiellement unilingue francophone à l'exception dans sa partie est de la région de la Communauté germanophone de Belgique laquelle comprend personnes, soit moins de un pourcent de la population belge. Des minorités linguistiques minoritaires sont présentes dans les régions unilingues, leur importances respectives ne peuvent être qu'estimées, les recensements linguistiques étant interdits par la loi en Belgique. Les néerlandophones représenteraient 57% à 60% de la population belge, et les francophones 40% à 43% La population belge s'établit au 1/1/2007 à 10.584.534 habitants. Elle se décompose de la façon suivante (Source : Démographie de la Belgique) : - Région flamande : 6.117.440 habitants, - Région wallonne : 3.435.879 habitants, - Région de Bruxelles-Capitale : 1.031.215 habitants. Le nombre de francophones peut être objectivement estimé comme suit : - la population de la région wallonne (moins la communauté germanophone estimée à 75000 habitants), soit 3.360.879 personnes, - la population francophone de la région de Bruxelles-Capitale (estimée entre 80% et 90%, source : Région de Bruxelles-Capitale), soit entre 824.972 et 928.093 personnes, - la minorité francophone de la région flamande, estimée entre 100.000 et 150.000 personnes (Source : ). Soit une estimation basse de 4.285.851 personnes (soit 40, 5% de la population belge) et une estimation haute de 4.438.972 personnes (soit 42, 5%). Dès lors, il semble raisonnable et prudent d'estimer que les francophones représenteraient entre 40% et 43% de la population belge. En complément, les néerlandophones représenteraient 57% à 60%.. À côté des langues officielles, sont parlées des langues régionales endogènes. Il s’agit du brabançon, du champenois, du flamand, du francique ripuaire, du limbourgeois, du lorrain, du luxembourgeois, du picard et du wallon. Certaines régions ont changé linguistiquement : des zones qui étaient de dialectes allemands, luxembourgeois ou flamands sont devenues francophones. D’un point de vue territorial, le français est en progression, en Flandre (près de Bruxelles, ou dans les environs de la frontière française à côté de Lille), mais également en zone germanophone. Cette tendance est une tendance naturelle constatée depuis des siècles avec l’augmentation des communications et de la facilité de voyager, qui exige de plus en plus une homogénéisation des langues, les langues importantes gagnant toujours progressivement sur les langues locales ou les patois. Cette diversité linguistique provoque souvent des conflits politiques, liés à d’autres enjeux (la position arithmétiquement minoritaire de la Wallonie, celle, plus socioculturelle de la langue néerlandaise au départ, la politique étrangère de l’entre-deux-guerres, les problèmes économiques wallons, surtout à partir des années 1960 etc.), qui ont engendré un système de gouvernance complexe. Dans l’Antiquité, le peuple belge se composait de tribus celtes, plus tard romanisées, que Jules César appela Belgae. La Gaule belgique occupait alors un vaste territoire limité par le Rhin au nord et à l’est et touchant presque à la Seine au sud, englobant ainsi une partie des Pays-Bas, de l’Allemagne et de la France actuels. À la fin du Moyen Âge jusqu’au , les Pays-Bas du Sud furent un important centre industriel et culturel. Depuis le jusqu’à la création de la Belgique en 1830, ce territoire fut également le lieu de nombreuses batailles entre les puissances européennes. Depuis les élections fédérales du , les partis libéraux et sociaux-chétiens tentent en vain de former un gouvernement national (ou fédéral). Cette grave crise de plusieurs mois, sur un fond de profond désaccord communautaire, est un fait sans précédent dans l’histoire politique du pays.

Histoire

Durant quatre millénaires, la région aujourd’hui couverte par la Belgique a été le théâtre de bouleversements démographiques, politiques et culturels. Les premières traces de civilisation bien documentées remontent à l’invasion de la région par l’Empire romain au Selon Jules Césardans la Guerre des Gaules), suivies au par les Francs : « Horum omnium fortissimi sunt Belgæ »soit, en français : « de tous, les Belges sont les plus valeureux. ». Les Francs établirent le Royaume mérovingien, qui devint l’Empire carolingien au . Au Moyen Âge, les Pays-Bas étaient divisés en une multitude d’États féodaux qui occupaient la région. La plupart furent unifiés aux s par les Bourguignons. Ces États gagnèrent une certaine indépendance au et se nommaient les Dix-sept Provinces de Belgique. Les Pays-Bas du Sud catholiques (l’actuelle Belgique à peu près) se distinguèrent des Pays-Bas du Nord calvinistes à partir du . Ces derniers firent sécession en 1581 avec de Akte van Verlating. Ils ne reconnaissaient plus le très catholique roi d’Espagne Philippe II comme leur souverain. Ainsi, les dix-sept provinces furent coupées en deux ; dans le Nord, les Provinces Unies et, dans le Sud, les Pays-Bas du Sud. Cette partie fut administrée successivement par les Habsbourg espagnols puis autrichiens, avant de connaître une éphémère indépendance en tant que États belgiques unis. Jusqu’à la création de la Belgique, les Pays-Bas du Sud furent convoités par de nombreux conquérants français et furent le théâtre de plusieurs batailles qui virent ces derniers affronter des coalitions dirigées tantôt par les Provinces-Unies (notamment la bataille de la Peene à Noordpeene en 1677, qui causa le rattachement d’une petite partie de la Flandre à la France), tantôt par les Autrichiens. Après la Révolution française, les Pays-Bas du Sud et la Principauté de Liège intégrèrent la France, suite à un référendum en 1792, ce qui mit fin aux ambitions des Espagnols et des Autrichiens. La réunification des Pays-Bas eut lieu à la fin du Premier Empire français en 1815. Composée de l’ancienne partie méridionale des Pays-Bas espagnols (sauf l’actuel Grand-Duché du Luxembourg, qui est devenu indépendant des Pays-Bas plusieurs années après la Belgique), puis autrichiens, et de l’ancienne Principauté de Liège, le Royaume de Belgique fut instauré après la révolution belge de 1830 qui chassa les Néerlandais. Il fallut trouver un roi. La chose ne fut pas aisée. Un Allemand, duc de Saxe-Cobourg fut finalement choisi ; Léopold devint le premier roi des Belges. En 1885, son fils Léopold II créa l’État indépendant du Congo, propriété personnelle jusqu’à la veille de son décès, qui fournit des matières premières à l’industrie belge. En 1908, le parlement belge vota l’annexion du Congo et de ses riches ressources, qui devint colonie belge. La Belgique fut ensuite occupée par l’Allemagne pendant les Première et Seconde Guerres mondiales. Depuis, le pays a prospéré et est devenu l’un des pays les plus modernes d’Europe. Le pays entre dans la CEE et son économie se tourne plus vers les pays européens. En 1960 la Belgique accorde l’indépendance au Congo au bout de quelques mois d’un conflit qui a perduré plusieurs années notamment dans la région minière sécessionniste du Katanga ; les indépendances du Rwanda et du Burundi dont la Belgique était, depuis l’issue de la Première Guerre mondiale, la puissance mandataire (SDN), puis l’autorité de tutelle (ONU), sont proclamées quant à elles en 1962. La Belgique, qui a adhéré à l’OTAN, fut l’un des pays fondateurs de l’Union européenne et fait partie de la zone euro. L’histoire contemporaine est dominée par les évolutions de plus en plus autonomes de ses deux communautés principales, la Communauté française de Belgique et la Communauté flamande de même que ses trois Régions: Bruxelles, Flandre et Wallonie. La Belgique est secouée par une montée de nationalisme flamand depuis les années 1960 et un mouvement wallon très vif dans les années 1950-1990.. Le pays est régulièrement l’objet de réformes institutionnelles donnant plus d’autonomie aux régions et communautés pour parer au sécessionnisme prôné par certains partis flamands sous la pression du Vlaams Belang (Parti politique d’extrême droite nationaliste flamand) et côté wallon, pour répondre aux difficultés de la Wallonie minorisée dans l’État belge. Ce mouvement est aujourd’hui le deuxième parti de Flandre avec 18, 99 % de vote aux élections du . Outre ce dernier, les partis chrétien-démocrate et socialiste flamands se présentent chacun en cartel avec un parti nationaliste-mais démocrate-, respectivement la NVA (Nieuw-vlaamse alliantie) et Spirit. Ces deux dernières formations sont elles-mêmes issues de l’éclatement de l’ancienne volksunie aujourd’hui disparue. C’est de ce défunt parti nationaliste flamand qu’est né, par scission des éléments les plus radicaux le Vlaams Blok, l’actuel Vlaams belang. Dans sa totalité, la Belgique fait partie de l’Europe rhénane, région la plus dynamique d’Europe et l’une des plus dynamiques du monde.

Genèse du fédéralisme belge : nationalisme flamand, régionalisme wallon et « belgitude » bruxelloise

Les origines du mouvement flamand moderne : aliénation administrative et linguistique

Lors de l’indépendance de la Belgique en 1831, le français était une langue importante notamment dans les cours européennes et fut choisi naturellement comme langue officielle unique. Pourtant, la partie wallonne francophone du pays disposait d’un peu plus de la moitié territoriale de la Belgique tandis que la partie flamande en constituait l’autre presque moitié. À cette époque la partie wallonne disposait cependant de presque tous les centres industriels du pays. Ce fut la source de profonds malentendus à venir entre les deux communautés linguistiques du pays, mais aussi à l’intérieur de la communauté flamande, dans la mesure où le choix du français fut le fait des élites sociales tant flamandes que bruxelloises ou wallonnes. Cette langue officielle unique, qui n’était pas parlée par le peuple flamand ni par une majorité des Wallons à l’époque, n’était pas un parti-pris de l’État en faveur de la partie wallonne du pays, mais plutôt uniquement en faveur d’une langue qui était alors perçue par l’État belge comme le facteur d’union. Dès la deuxième moitié du , le mouvement flamand prit de l’ampleur, notamment en réaction à "l’État belge". Les Flamands se sentaient dépossédés de leur culture, mais surtout ils percevaient que leur représentation administrative et linguistique au niveau national ne correspondait pas à leur poids réel dans le pays. En Flandre même, une élite locale issue de la haute bourgeoisie flamande, avait adopté la langue française et dominait l’économie de la région (banques, finance, joailliers d’Anvers, grands industriels, etc.) : on les appelait les Fransquillons (du néerlandais Franskiljons, littéralement les « petits Français »). Elle était largement prépondérante également dans l’ensemble de la classe politique francophone belge : regroupée essentiellement autour du Parti catholique, elle domina les gouvernements belges et ceci parfois même sans interruption comme de 1884 à 1914. Tous ces éléments contribuaient à une sorte de sentiment général d’aliénation au sein de la population flamande et en particulier de la petite bourgeoisie. En 1898, l’État belge reconnut la langue néerlandaise comme deuxième langue officielle du pays, toutefois le territoire flamand (au nord) restait officiellement bilingue (jusqu’en 1921 et 1932 où il fut par étapes proclamé unilingue) et l’agglomération bruxelloise continuait à se franciser. Néanmoins, dans de nombreuses institutions nationales, le français dominait encore largement : dans l’armée, les administrations, etc. Au cours de la Première Guerre mondiale, le Front Partij animé par des démocrates-chrétiens mit en évidence le fait que cette armée, composée de soldats flamands en majorité (car les Flamands ont toujours été majoritaires), était toujours unilingue francophone officiellement, ce qui était souvent perçu comme une certaine humiliation par les soldats flamands. Francis Balace écrit : « Flamands, Wallons et Bruxellois sont mélangés au sein des unités et commandés exclusivement en français, tandis que l’argot militaire tire indistinctement des deux langues ses expressions savoureuses ».Francis Balace, Un enfantement dans la douleur (1914-1950) in Histoire de la Wallonie, Privat, Toulouse, 2004, pp. 275-310 Le nationalisme flamand reprit donc de l’ampleur après la fin de la guerre. Certains, comme Giovanni Carpinelli, affirment qu’il est devenu hégémonique en Flandre dans les années 1920. Tandis que dans la Wallonie de l’entre-deux-guerres, le mouvement ouvrier se focalise autour d’objectifs sociaux globaux (suffrage universel, améliorations sociales, réformes économiques), le mouvement flamand englobe avec la démocratie chrétienne une partie du mouvement ouvrier. C’est ainsi qu’apparaît une classe dirigeante flamande, défendant les intérêts de la Flandre. Le mouvement wallon se réveille cependant notamment face à la politique de neutralité adoptée par la Belgique en 1936 dans la perspective d’un deuxième grave conflit mondial. La classe dirigeante francophone s’identifie dès le début au projet national belge qui réussit en 1830 et elle mise sur la richesse industrielle de la Wallonie, alors première région industrielle du monde en termes relatifs.

Déclin industriel wallon, essor économique de la Flandre et revendications institutionnelles

Après la seconde guerre mondiale, l’économie de la partie wallonne du pays s’essouffle. Conscientes de cet essoufflement, les élites politiques wallonnes déposent en vain au parlement plusieurs propositions de révisions de la Constitution dans le sens fédéral : en 1947 dans la ligne du Congrès national wallon, en 1952 avec Joseph Merlot. Cette revendication perce aussi dans de graves mouvements insurrectionnels comme avec le Gouvernement wallon sécessionniste esquissé en 1950 lors de l’épilogue de la Question royale, au cours de la grève générale de l'hiver 1960-1961. Ou bien encore par des initiatives prises en commun avec les Flamands comme l’accord Schreurs-Couvreur fin 1952. Le Pétitionnement wallon organisé dans la foulée de la grande grève de 1960-1961 exigeait que l’adaptation (défavorable aux Wallons) des sièges parlementaires aux chiffres de la population soit postposée avant la réforme constitutionnelle et que celle-ci puisse s’opérer par voie référendaire d’initiative populaire. signatures furent recueillies soit le tiers de l’électorat wallon (et plus de à Bruxelles). Les Flamands, portés par une économie florissante, exigeaient désormais la réalisation de revendications politiques et institutionnelles : obtenir l’égalité et l’abolition des discriminations restantes, fixation de la frontière linguistique (1962-1963), flamandisation totale des universités situées en territoire flamand (1968 : les francophones sont expulsés de l’université de Louvain), etc. Selon la thèse de Michel Quévit dans Les Causes du déclin wallon, EVO, BXL, 1978, le mouvement flamand est uni derrière la défense d’un intérêt commun, et le mouvement wallon écartelé entre un mouvement ouvrier internationaliste et une classe dirigeante à la recherche de son seul profit ; dans cet ouvrage, il estime que la « classe dirigeante wallonne » n’était pas solidaire de sa communauté (Robert Devleeshouwer) à la différence de la classe dirigeante flamande ; il ajoute que cette classe dirigeante francophone est demeurée indifférente aux difficultés économiques de la Wallonie. Au sein du parlement belge, la Flandre détient la majorité des sièges. Ce qui explique l’insuccès des fédéralistes wallons ou le fait que la frontière linguistique qu’ils désiraient fixer (voir les travaux du Centre Harmel), autant que les Flamands n’aient pas eu le tracé qu’ils souhaitaientJean Meynaud, Jean Ladrière, François Perin La Décision politique en Belgique, CRISP Bruxelles et Librairie Arman Colin, 1965, p.110. La Flandre obtient par contre la flamandisation complète de l’université catholique de Louvain en 1968 et d’une manière générale atteint ses objectifs d’autonomie culturelle dès la réforme de l’État en 1970. Celle-ci consacre également l’autonomie des Régions économiques (la revendication des Wallons), mais n’est concrétisée qu’en 1980 après plusieurs années de conflits politiques extrêmement durs (avec par exemple deux recours aux urnes se suivant de quelques mois en 1977 et 1978). D’ailleurs la Région de Bruxelles-capitale doit attendre 1989 pour exister réellement vu l’hostilité flamande à un fédéralisme à trois (et même au fédéralisme tout cours comme on le vit lors de la démission du Premier Ministre Léo Tindemans annoncée en pleine Chambre - fait sans précédent - en octobre 1978, démission qui torpille les projets de régionalisation du gouvernement et qui vaudra à son auteur l’hostilité du roi Baudouin I Rovbert Senellle, Émile Clément, Edgard Van de Velde, À l'attention de Sa majesté le Roi , Bruxelles, 2006, pp. 284-296). De fait, les Flamands sont toujours restés méfiants voire hostiles à l’égard de la Région bruxelloise en tant qu’institution : même si cette Région est officiellement bilingue (en raison des compromis politiques), leur discrimination y a existé longtemps, même si cela a beaucoup diminué depuis la fin du . Inversement, la majorité des mandataires francophones à Bruxelles n’ont jamais considéré les Flamands sur un même pied que les Francophones par peur de se faire absorber, vu la toute puissance flamande au sein de l’État belge. La Flandre est devenue l’une des régions les plus riches d’Europe, essentiellement en raison de son dynamisme économique depuis les années 1960, tandis que la Wallonie était affectée par la fermeture des charbonnages dès les années 1950, les difficultés de la sidérurgie dans les années 1970 et 1980, celles des industries métalliques dans les années 1970. Le chômage est beaucoup plus important en Wallonie qu’en Flandre et les performances économiques de la Flandre sont supérieures à celles de la Wallonie. On a observé que le déclin économique wallon a surtout été du à l’absence de réinvestissement en Wallonie par les grands groupes financiers belges après la crise de l’industrie lourde, et plus tard par la classe politique wallonne, défendant des emplois voués à péricliter pour des raisons électorales à court terme.

Wallonie et Bruxelles depuis la fédéralisation : affinités et différences

Les Wallons développent depuis 1912Yves Quairiaux, L’Image du Flamand en Wallonie, Labor, Bruxelles, 2006 une volonté d’autonomie économique, politique et culturelle afin de pouvoir échapper à la domination flamande dans l’État belge fondée sur le nombre (les Flamands ont toujours été les plus nombreux).

Tendances régionalistes en Wallonie

La régionalisation institutionnelle du pays amorcée dans les années 1970 est pour certains Wallons une manière de concrétiser la vingtaine de projets fédéralistes qu’ils ont rédigés depuis 1905 et, dès 1912, avec l’appui d’une majorité de parlementaires wallons, notamment lors du Congrès wallon de 1913, en 1938 lors du dépôt d’une révision de la Constitution allant dans ce sens par Georges Truffaut. En 1947, la majorité du groupe parlementaire wallon appuya une révision de la Constitution belge allant dans ce sens après la réunion du Congrès national wallon en 1945 et 1946. Une nouvelle tentative eut lieu en 1952 à l’initiative de Joseph Merlot. Le 13 janvier 1961, au plus fort de la grève qui paralysait la Wallonie 400 mandataires socialistes wallons se réunirent à Saint-Servais et rédigèrent une Adresse au Roi dans laquelle ils réclamaient la Wallonie le droit de disposer d’elle-même. Du mouvement social naquit un mouvement le Mouvement populaire wallon puis plus tard le Rassemblement wallon qui permettent de penser que ce sont les politiques wallons qui initièrent le passage de la Belgique de l’État unitaire à l’État fédéral amorcé dans les années 1970.

Tendances unitaristes et centralisatrices à Bruxelles (francophone)

Les Bruxellois francophones demeuraient en revanche partisans d’une Belgique centralisée, de crainte de perdre leur influence de ville-centre de la politique et de l’économie belges. Désormais, les Bruxellois (francophones) soutiennent à leur tour la régionalisation, puisqu’ils ont obtenu en 1989 leur propre Région fédérée et la garantie que celle-ci serait une Région à part entière. Les Bruxellois francophones ne sont ni Wallons, ni Flamands : en revanche, les Bruxellois francophones ont avec les Wallons une langue commune, le français (en raison de la francisation de Bruxelles). Les Bruxellois de souche ont avec les Flamands de nombreuses ascendances familiales (les Bruxellois étaient en majorité des néerlandophones au , parlant des dialectes flamands brabançons). La population bruxelloise s’est enrichie d’une immigration soutenue en provenance de Wallonie aux (dans des proportions équivalentes à celle en provenance de la Flandre), puis s’est encore diversifiée avec une immigration d’Europe de l’Est et du Sud au cours du (réfugiés russes fuyant le bolchevisme après 1917 ; travailleurs en provenance d’Italie, d’Espagne et du Portugal autour de la seconde guerre mondiale et pendant les Trente glorieuses ; etc.), et enfin une immigration plus récente (depuis les années 1960-1970) en provenance des anciennes colonies belges mais aussi du Maghreb, de Turquie, d’Amérique latine, etc. Ces vagues d’immigrations successives ont en commun d’avoir adopté la langue française. Les Flamands de Bruxelles ont une position fort différente : ils défendent l’autonomie de la région-capitale, mais revendiquent avec force leur appartenance à la Communauté Flamande. Aucun de leurs élus ne voudrait laisser tomber cela. Ils se définissent comme Flamands et Bruxellois à la fois, l’une étant leur communauté (voir pour certains d’eux, leur 'nation'), l’autre leur ville.

Bruxelles et la Wallonie dans un même espace francophone

Les deux Régions très majoritairement francophones de Belgique (Région wallonne et Région Bruxelles-Capitale), vivent dans le même espace linguistique, artistique et médiatique. Des solidarités multiples et fortes existent donc entre Wallons et Bruxellois. Les partis politiques belges se divisent selon la langue. Il existe depuis peu un consensus à l’intérieur des partis belges francophones pour faire face à l’indéniable puissance du mouvement nationaliste flamand (tous les partis politiques modérés de Flandre se déclarent « nationalistes flamands » aujourd’hui, le parti du ministre-président flamand envisage même l’indépendance à long terme). Wallons et Bruxellois demeurent très attachés à l’existence de leur région respective, tout en conservant une loyauté politique à la Belgique (cette dernière se manifestant à des degrés divers tant à Bruxelles qu’en Wallonie, mais également, dans une moindre mesure, en Flandre, cf. Sentiments d'appartenance en Belgique et Wallonie).

Des personnalités bruxelloises et wallonnes opposées à la Communauté française

Le fédéralisme belge donne de fait la préséance aux Régions sur les Communautés puisque les députés des Parlements wallon et bruxellois sont élus directement, une partie des députés bruxellois francophones directement élus formant alors, avec la totalité des parlementaires wallons directement élus, le Parlement de la Communauté Wallonie-Bruxelles, institution parfois remise en cause par des WallonsAprès la présentation du deuxième manifeste wallon le 15 septembre 2003 au Parlement wallon, le journal Le Soir publia, le , un sondage où les Wallons se prononçaient majoritairement en faveur de la suppression de la Communauté française, comme l’indique régulièrement le baromètre politique saisonnier de la Libre Belgique. Depuis, une contestation semblable a surgi à Bruxelles même avec un texte publié le dans le journal Le Soir, auquel des Wallons ont répondu positivement le . Il semble bien qu’on puisse dire que si la solidarité francophone n’est pas contestée, la manière de l’organiser institutionnellement pose actuellement problème puisque la Région bruxelloise, bien que majoritairement francophone, a à sa tête un Gouvernement où le nombre des ministres en titre flamands est strictement identique à celui des ministres francophones (alors que les Flamands représentent 10 % de la population bruxelloise comme le rappelle Philippe Van Parijs)Bruxelles aujourd'hui : dix paradoxes et cinq menaces in Politique avril 2007, p. 21, citant R. Janssens, Taalgebruik, VUB, Press, 2001, p. 34, ce qui constitue une asymétrie au niveau de la représentation démographique de la capitale. Comme nombre d’habitants francophones de Bruxelles ne votent pas, la représentation flamande tourne cependant autour de 14 % des suffrages, mais ces suffrages élisent 19% des sièges du Conseil régional (17 sièges contre 72 aux francophones). On a calculé qu’un siège francophone "coûtait" 44 % de voix de plus qu’un siège flamandCharles-Étienne Lagasse, Les nouvelles institutions politiques de la Belgique et de l’Europe, Érasme, Namur, 2003, p. 182. Dans le gouvernement fédéral, le nombre des ministres francophones équivaut à celui des néerlandophones (sans compter le premier ministre), bien que les francophones soient dans une position minoritaire (40 à 45 % au niveau fédéral, si l’on y ajoute aussi les francophones de Flandre). Mais ces deux positions minoritaires ne sont pas comparables. L’une (les Flamands de Bruxelles), constitue une communauté au sein d’une ville, l’autre - les Wallons et des Bruxellois francophones - soit constituent la population presque toute entière d’une entité fédérée (la Région wallonne), vivant sur la plus grande partie du territoire belge, soit constituent la grande majorité d’une ville qui a fait du français sa lingua francaPhilippe Van Parijs, Bruxelles aujourd’hui… ibid.. Voyez aussi Statut et enjeux de Bruxelles-Capitale.

Organisation de l’État fédéral belge

Armoiries de la Belgique La Belgique est une monarchie constitutionnelle et un État fédéral, dont le chef d’État actuel est le roi Albert II. En pratique le pays conserve quelques caractéristiques confédérales. La Constitution fut amendée en 1993 pour adopter un système fédéral afin d’éviter la rupture entre néerlandophones et francophones. Malgré cela, les tensions politiques, culturelles, linguistiques et économiques existent toujours entre les deux communautés. Un parti politique flamand, le Vlaams Belang, prône ainsi l’indépendance de la Flandre à court terme tandis qu’un parti francophone très minoritaire, le RWF, souhaite le rattachement de la Wallonie et de Bruxelles à la France. Ces deux mouvements sont d’obédience républicaine par nature. Le fédéralisme belge est bâti sur le concept d’équipollence des normes, c’est-à-dire que le niveau de pouvoir fédéral n’a aucune préséance par rapport aux entités fédérées. Un décret voté au Parlement wallon ne peut ainsi pas être contredit par une loi belge. De plus, comme les entités fédérées ont, pour l’essentiel, des compétences exclusives (y compris sur la scène internationale), une même compétence ne peut pas être détenue à la fois par les entités fédérées et par l’État belge. En 1980 lors de la création des Régions, les Flamands ont immédiatement transféré toutes leurs compétences régionales à la Communauté flamande, comme l’autorise la Constitution. Les six députés du Parlement flamand provenant de la Région de Bruxelles-Capitale ne votent toutefois pas les décrets concernant les matières régionales. Le pouvoir fédéral est entre les mains du Premier ministre et de son gouvernement. Depuis les élections de le gouvernement est une coalition de quatre partis politiques menée par Guy Verhofstadt, composée des partis socialistes francophone et néerlandophone, ainsi que des partis libéraux francophone et néerlandophone. L’État fédéral est compétent dans tous les domaines d’intérêt national, tels que la défense et les affaires internationales, toute la sécurité sociale, 95% de la fiscalité, l’économie, les télécommunications et d’importantes compétences semi-fédéralisées, comme dans le domaine de la recherche scientifique, et dans l’enseignement (âge de l’obligation scolaire, diplômes, etc.). Les Communautés - française, flamande, germanophone - sont responsables de la culture et de l’éducation (écoles, bibliothèques, théâtres, audiovisuel…) ainsi que de l’aide aux personnes. Les Régions - flamande, wallonne, Bruxelles-Capitale - s’occupent des problèmes territoriaux et économiques (transports, plan d’aménagement du territoire…) pour la région qui les concerne. Communautés et Régions maîtrisent, en outre, les relations internationales relevant des matières de leur compétence, à l’exception de l’aide au tiers-monde dans ces mêmes domaines. Chaque province et chaque commune appartient à une Région, et est soumise à sa tutelle.

Entités fédérées et subdivisions spécifiques

right

Régions

Les Régions (Région wallonne, Région flamande et Région de Bruxelles-Capitale) sont les entités fédérées principalement compétentes en matière économique.

Communautés

Les Communautés (Communauté française, Communauté flamande et Communauté germanophone) sont les entités fédérées qui sont compétentes en matière culturelle et gèrent l’enseignement. Les communautés sont subsidiées par l’État fédéral.

Provinces

Les provinces représentent un niveau politique intermédiaire entre la Région et la commune. La Belgique (en dehors de la région bruxelloise qui constitue un territoire provincial quasiment dénué d’institutions provinciales, à l’exception d’un gouverneur), est divisée en dix provinces, qui dépendent directement des Régions : Provinces flamandes en français et néerlandais (avec chefs-lieux entre parenthèses) : Régions et provinces de Belgique
-Anvers (Anvers) – Antwerpen (Antwerpen)
-Brabant-Flamand (Louvain) – Vlaams Brabant (Leuven)
-Flandre-Occidentale (Bruges)– West-Vlaanderen (Brugge)
-Flandre-Orientale (Gand) – Oost-Vlaanderen (Gent)
-Limbourg (Hasselt) – Limburg (Hasselt) Provinces wallonnes en français et néerlandais (avec chefs-lieux entre parenthèses) :
-Brabant-Wallon (Wavre) – Waals Brabant (Waver)
-Hainaut (Mons) - Henegouwen (Bergen)
-Liège (Liège) - Luik (Luik)
-Luxembourg (Arlon) – Luxemburg (Aarlen)
-Namur (Namur) - Namen (Namen)

Lien interne

Liste de dirigeants : régions et communautés de Belgique ===
Sujets connexes
Accord Schreurs-Couvreur   Achille Talon   Albert II de Belgique   Allemagne   Allemand   Amélie Nothomb   André Delvaux   André Franquin   Annie Cordy   Années 1920   Années 1950   Années 1960   Années 1970   Années 1980   Antiquité   Anvers   Architecture gothique   Architecture romane   Arlon   Armistice   Art mosan   Assomption   Autriche   Axelle Red   Baroque   Bataille de Courtrai (1302)   Bataille de la Peene   Belges   Benelux   Benoît Poelvoorde   Bouddhisme   Brabançon (langue)   Bruges   Bruxelles   Bruxelles-ville   Burundi   Cantons de l'Est (Belgique)   Centre Harmel   Centre public d'action sociale   Chambre des Représentants de Belgique   Champenois   Chantal Akerman   Charleroi   Christianisme orthodoxe   Circé Lethem   Communauté flamande   Communauté française de Belgique   Communauté germanophone de Belgique   Communauté économique européenne   Commune de Belgique   Congo belge   Congrès national wallon   Conservatoire royal   Constitution belge   Cécile de France (actrice)   Dimanche   Dix-sept Provinces   Démocratie chrétienne   Démographie de la Belgique   Eddy Merckx   Empire colonial belge   Empire romain   Espagne   Euro   Europe   Europe rhénane   Flamand (dialecte)   France   Francique ripuaire   Francis Balace   Francs   Fransquillons   Français   François Weyergans   Fusion de communes en Belgique   Fédéralisme   Fédéralisme belge   Félicien Rops   Fête de Wallonie   Fête des mères   Fête des pères   Fête du Travail   Fête nationale   Gand   Gaston Lagaffe   Gaule belgique   Georges Simenon   Georges Truffaut (1901-1942)   Gouvernement de la Communauté française   Gouvernement de la Communauté germanophone de Belgique   Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale   Gouvernement flamand   Gouvernement wallon   Greg   Grève générale de l'hiver 1960-1961   Guy Verhofstadt   Gérard Corbiau   Habsbourg   Hasselt (Belgique)   Hergé   Histoire de Belgique   Histoire de la Wallonie   Histoire du cinéma wallon   Hélène Lapiower   Indépendance   Ingrid Berghmans   Internationalisme   Islam   Jacky Ickx   Jaco Van Dormael   Jacques Brel   Jan Decleir   Jean-Claude Van Damme   Jean-Michel Saive   Jean-Pierre Dardenne   Jeudi   Joseph Merlot   Jour de l'an   Judaïsme   Juin   Jules César   Justine Henin   Jérémie Renier   Jésus de Nazareth   Katanga   Kim Clijsters   Kim Gevaert   La Brabançonne   La Libre Belgique   La Panne   Lambil   Lara Fabian   Le Soir   Limbourgeois   Lio   Liste des codes postaux belges   Liste des communes de la Région flamande   Liste des communes de la Région wallonne   Liste des comtes de Chiny   Liste des comtes de Flandre   Liste des comtes de Hainaut   Liste des comtes de Looz   Liste des comtes de Namur   Liste des comtes et ducs de Luxembourg   Liste des ducs de Brabant   Liste des ducs de Limbourg   Liste des ministres de la culture en Belgique francophone   Liste des participants de la Belgique au Concours Eurovision de la Chanson   Liste des pays par densité de population   Liste des rois des Belges   Liste du taux de natalité par pays   Liège   Lorrain   Louvain   Luc Dardenne   Lucky Luke   Lundi   Luxembourg (pays)   Luxembourgeois   Léopold II de Belgique   Léopold Ier de Belgique   Mai   Malte   Marie Gillain   Marine militaire   Maurice Carême   Mer du Nord   Monarchie constitutionnelle   Mons   Mouvement réformateur (Belgique)   Mouvement wallon   Moyen Âge   Médias belges   Mérovingiens   Nade Dieu   Namur   Natacha Régnier   Noordpeene   Noël   Néerlandais   Olivier Gourmet   Organisation des Nations unies   Organisation du traité de l'Atlantique Nord   Parlement bruxellois   Parlement de la Communauté germanophone de Belgique   Parlement flamand   Parlement wallon   Parti socialiste (Belgique)   Paul Delvaux   Paul van Himst   Pays-Bas   Pays-Bas autrichiens   Pays-Bas espagnols   Pentecôte   Peyo   Philippe Geluck   Philippe II d'Espagne   Philippe Lafontaine (chanteur)   Philippe Van Parijs   Picard   Population mondiale   Premier ministre   Première Guerre mondiale   Principauté de Liège   Protestantisme   Province d'Anvers   Province de Flandre-Occidentale   Province de Flandre-Orientale   Province de Hainaut   Province de Limbourg (Belgique)   Province de Liège   Province de Luxembourg   Province de Namur   Provinces de Belgique   Pâques   Pétitionnement wallon   Question royale   Renaissance artistique   René Magritte   Royaume-Uni   Royaume de Bourgogne   Rwanda   Région de Bruxelles-Capitale   Région flamande   Région wallonne   Régions de Belgique   Révolution belge   Révolution française   Saint-Servais (Belgique)   Salvatore Adamo   Saxe-Cobourg   Seconde Guerre mondiale   Sentiments d'appartenance en Belgique et Wallonie   Société des Nations   Statut et enjeux de Bruxelles-Capitale   Stefan Everts   Système éducatif belge   Sécessionnisme   Sénat belge   Taux de fécondité   Taux de mortalité   Tintin   Tom Boonen   Toussaint   Union européenne   Ville de Belgique   Virginie Hocq   Vlaams Belang   Wallon   Wallonie   Wallons   Wavre   Zone euro  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^