Baccalauréat littéraire

Infos
La série L ou série littéraire est une filière d'étude au lycée en France. Elle met l'accent sur la littérature et la philosophie, le français et l'histoire-géographie. Les langues vivantes y sont très importantes (LV1 et LV2 renforcées en option ou LV3).
Baccalauréat littéraire

La série L ou série littéraire est une filière d'étude au lycée en France. Elle met l'accent sur la littérature et la philosophie, le français et l'histoire-géographie. Les langues vivantes y sont très importantes (LV1 et LV2 renforcées en option ou LV3).

En seconde

Pour permettre une bonne insertion en première L, il est fortement conseillé de prendre pour option une troisième langue vivante, une langue ancienne (latin, grec) ou une matière artistique (art plastique, théâtre, musique, danse, cinéma audiovisuel ou histoire des arts selon les enseignements proposés par les établissements). Un assez bon niveau en français, en langues, voire en histoire-géographie est requis. Les professeurs de matières scientifiques ne jouent en générale pas un grand rôle dans l'orientation de l'élève en Première L.

En première

L'accent est mis sur le français, les langues vivantes et l'histoire géographie. L'enseignement est completé par des matières secondaires (occupant moins de place dans l'emploi du temps des élèves) : les mathématiques, la biologie et la physique. Les épreuves de français, de mathématiques et d'enseignement scientifique (Sciences physiques et biologie) du baccalauréat sont évalués en épreuves anticipées en 1. L'épreuve écrite de français dure 4 heures, l'oral dure 20 minutes (et 30 minutes de préparation) ; l'épreuve de mathématiques dure 1:30 tout comme les épreuves d'enseignement scientifique. L'épreuve écrite de français consiste à répondre à une voire deux questions relatives à un corpus de 3 à 5 textes pouvant également contenir une ou plusieurs images. L'élève doit ensuite choisir entre trois sujets : la rédaction d'un commentaire composé (ou, très rarement, un commentaire comparé), une dissertation littéraire ou une écriture d'invention. L'épreuve orale se scinde en deux : - une première partie de 10 minutes où l'élève doit répondre à une question d'une manière construite sur un texte étudié au cours de l'année. - la seconde partie, également de 10 minutes, où l'élève répond à des questions du professeur qui portent sur la séquence du texte de la première partie.

En Terminale

Le français est remplacé par de la philosophie et de la littérature. L'enseignement scientifique est quant à lui totalement absent du programme de terminale L, mis à part les mathématiques pour ceux qui ont choisi cette option (conseillée pour les futurs professeurs des écoles).

Le Baccalauréat

Les épreuves du baccalauréat littéraire

La baisse constante des effectifs en série littéraire

Longtemps majoritaire, la série littéraire de l’enseignement secondaire a connu, durant les récentes décennies et singulièrement au cours des dernières années, une érosion marquée de ses effectifs. En outre, ce recul quantitatif se double d’une dégradation qualitative : loin d’attirer les meilleurs éléments des classes de seconde, elle apparaît trop souvent comme un refuge pour des élèves ayant des difficultés avec les disciplines scientifiques et amenés là par défaut et par faibles résultats plutôt que par goût pour les enseignements littéraires. Ce qui ne veut pas dire que les littéraires sont plus mauvais. On constate aussi parfois que certains élèves choissisant une première L se seraient mieux débrouillés en première S que d'autres qui ont opté pour la filière scientifique à cause du "prestige" qu'on lui octroie abusivement. L’analyse de l’évolution des effectifs des séries générales depuis 1989 laisse apparaître une chute spectaculaire du nombre d’élèves de la série L (- 28 %) contre une augmentation de 18 % en ES et de 4 % en S. La série littéraire, qui représentait 50 % du total des séries générales en 1968, est passée du quart de ces effectifs en 1989 à 18 % en 2005, tandis que la série ES progressait dans le même temps de 27 à 32 %. Aujourd’hui, les « L » représentent un peu moins de 12 % de l’ensemble des élèves qui entrent en Première générale ou technologique et bien des établissements suppriment des divisions littéraires. Si l'on se réfère au nombre des bacheliers, les chiffres sont tout aussi clairs. Entre 1970 et 1980, la proportion des bacheliers A est passée de 45 % à 25 % des admis du baccalauréat général. La réforme de 1992 n'a manifestement pas réussi à enrayer cette baisse puisque, sur la période 1995-2004, le nombre de lauréats de la série L a décru de 30, 8 %. Soucieuses de contrecarrer cette regrettable évolution, les autorités ministérielles qui se sont succédé depuis quinze ans ont mis en œuvre diverses mesures destinées à revaloriser cette formation afin de la rendre plus attractive et d’accroître, ou du moins de stabiliser, ses effectifs. Ces mesures, pour l’essentiel, ont visé à agir sur la structure de la série dans le souci de renforcer son identité littéraire : modifications de la grille horaire et des programmes, introduction en classe terminale d’un enseignement de « littérature », renforcement des enseignements artistiques, actions successives sur l’enseignement des mathématiques… Parallèlement, un travail a été mené pour tenter d’ouvrir aux titulaires du baccalauréat L de nouveaux débouchés (écoles de commerce, instituts d’études politiques…). En dépit de tous ces efforts, il n’a pas été possible d’enrayer le déclin de cette formation. On n’est plus très loin aujourd’hui du seuil des 10 % du total des effectifs des séries générales, seuil en deçà duquel la série serait menacée d’extinction. Les résultats au baccalauréat contribuent à rendre la série L moins attractive. Aussi bien les taux de succès que la proportion des mentions « bien » ou « très bien » obtenues sont, aujourd'hui, inférieurs à ceux des autres séries. La manière dont s’opère l’orientation en fin de Seconde, dans la grande majorité des cas, fait de la série L la dernière des trois séries. Une mauvaise et fausse image véhiculée, parfois par les responsables de l’orientation eux-mêmes, contribue à dissuader les élèves, même motivés, d’y entrer dès lors que leurs résultats scolaires permettent une orientation en S ou en ES. Même si ses principaux atouts relèvent du champ littéraire, un élève qui se distingue par de bons résultats est incité à opter pour la série S, celle qui ne ferme aucune porte et donne accès aux carrières socialement les plus prestigieuses (ingénieurs, cadres commerciaux, médecins, avocats…). Les élèves qui réussissent sont ainsi détournés de la voie littéraire au profit d’une série qui accueille non seulement les meilleurs scientifiques mais aussi les meilleurs littéraires. Les élèves ayant en niveau correct en seconde mais ne sachant pas quelle filière choisir sont aussi souvent orientés vers une première S. Certains constatent par la suite que cette série ne répond pas à leurs attentes, et qu'un autre autre série aurait été plus bénéfique. Les enseignants ne sont pas les derniers à les dissuader de choisir la série L, surtout et en général les professeurs de matières scientifiques.

Poursuite d'études

Le bachelier L est prédestiné à continuer ses études, n'ayant pas de qualifications pratiques à faire valoir sur le marché du travail (comme toutes les fillières générales d'ailleurs).
- La majeure partie des bacheliers L s'oriente vers l'université dans les filières littéraires (littérature, philosophie), langues vivantes (LLCE/LEA), sociologie, histoire, géographie, droit, etc.
- Une partie s'oriente dans des filières professionnalisantes en BTS et DUT tertiaires.
- Une partie s'oriente vers les écoles spécialisées : journalisme, social...
- Enfin, une bonne part s'engage en classes préparatoires littéraires (CPGE) pour un marathon de deux ans avant de passer les concours des Écoles normales supérieures, Instituts d'études politiques, École nationale des chartes...

Notes

Lien externe

- : Le site du ministère de l'éducation nationale français. Catégorie:Baccalauréat (France)
Sujets connexes
Avocat (métier)   Baccalauréat scientifique   Baccalauréat économique et social   Brevet de technicien supérieur   Cadre (entreprise)   Classes préparatoires littéraires   Commentaire composé   Dissertation   France   Français   Histoire-géographie   Ingénierie   Institut d'études politiques   Langue vivante   Littérature   Lycée en France   Mathématiques   Médecine   Philosophie   Université  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^