Championnat du monde de Formule 1 1979

Infos
Le championnat du monde de Formule 1 1979 a été remporté par le Sud-Africain Jody Scheckter sur une Ferrari. Ferrari remporte le championnat du monde des constructeurs.
Championnat du monde de Formule 1 1979

Le championnat du monde de Formule 1 1979 a été remporté par le Sud-Africain Jody Scheckter sur une Ferrari. Ferrari remporte le championnat du monde des constructeurs.

Règlement sportif

-L'attribution des points s'effectue selon le barême 9, 6, 4, 3, 2, 1.
-Seuls les 4 meilleurs résultats des 7 premières manches et les 4 meilleurs résultats des 8 dernières manches sont retenus.

Règlement technique

-Moteurs atmosphériques: 3 000 cm³
-Moteurs suralimentés: 1 500 cm³

Principaux engagés

-Ferrari : Jody Scheckter et Gilles Villeneuve
-Lotus-Ford : Mario Andretti et Carlos Reutemann
-Brabham-Alfa Romeo : Niki Lauda et Nelson Piquet
-Williams-Ford : Alan Jones et Clay Regazzoni
-Tyrrell-Ford : Didier Pironi et Jean-Pierre Jarier
-McLaren-Ford : John Watson et Patrick Tambay
-Ligier-Ford : Jacques Laffite et Patrick Depailler
-Renault : Jean-Pierre Jabouille et René Arnoux
-Wolf-Ford : James Hunt Au lendemain de la domination écrasante des Lotus 79 qui ont survolé la saison 1978 et établi la supériorité des wing-cars, la concurrence s'organise. Malgré le désavantage d'utiliser des moteurs 12 cylindres (dont l'encombrement ne permet pas d'aller aussi loin que Lotus dans le concept du châssis en forme d'aile d'avion inversée), Ferrari et Brabham-Alfa Romeo ont sorti des nouvelles voitures que l'on peut qualifier de wing-car. Mais l'écurie qui semble être allée le plus loin dans la voie de l'imitation des Lotus est l'équipe française Ligier, qui a d'ailleurs troqué son V12 Matra pour un classique V8 Cosworth. Les nouvelles Ligier JS11 ont ainsi fait grosse impression lors des essais hivernaux. Le marché des pilotes a été particulièrement agité. Le transfert le plus marquant a été celui de l'Argentin Carlos Reutemann, passé de Ferrari à Lotus, où il remplace le malheureux Ronnie Peterson. Sa place laissée vacante chez Ferrari est désormais occupée par Jody Scheckter, qui a quitté une écurie Wolf Racing en perte de vitesse. Wolf peut se consoler de la perte du brillant pilote sud-affricain avec le recrutement de l'ancien champion du monde James Hunt. James Hunt est remplacé chez McLaren par le Nord-Irlandais John Watson, auquel le jeune Brésilien Nelson Piquet (déjà vu en 1978 en tant que troisième pilote) succède chez Brabham. On note également le passage de Depailler de Tyrrell à Ligier (qui comme Renault, aligne une deuxième voiture afin de bien figurer au championnat des constructeurs pour lequel les deux voitures peuvent désormais marquer des points et plus seulement la mieux classée). Depailler est remplacé chez Tyrrell par Jean-Pierre Jarier, qui a fait grosse impression lors de son interim chez Lotus fin 1978.

Résumé du championnat du monde 1979

Dès l'ouverture de la saison en Argentine, les Ligier se montrent à la hauteur des espoirs placés en elles. Laffite et Depailler monopolisent la première ligne de la grille de départ, avant de survoler la course. Mais des soucis d'allumage rencontrés en fin de course par Depailler (qui se classe néanmoins 4) privent l'écurie française du doublé. Doublé qui intervient deux semaines plus tard au Brésil, au terme d'une nouvelle implacable domination des "Bleus". À deux reprises sur le podium, seul Carlos Reutemann sur la « vieille » Lotus 79 ne ressort pas laminé du périple sud-américain. Nouveau rapport de force en Afrique du Sud, où les Ligier apparaissent sensiblement moins à leur avantage. Malgré la pôle de Jabouille sur la Renault (première pole position d'un moteur Turbo en F1, cette technologie s'avérant particulièrement efficace sur le circuit en altitude de Kyalami, où les moteurs atmosphériques perdent de la puissance), ce sont les Ferrari qui dominent l'épreuve. Sur une piste humide allant en s'assèchant, Scheckter réussit le pari de rester en pneus slicks, ce qui lui permet d'économiser un arrêt ravitaillement et de s'envoler vers la victoire. Mais un freinage raté en vue de l'arrivée l'oblige finalement à observer cet arrêt qu'il avait su éviter, et à concéder la victoire à son équipier Gilles Villeneuve. À Long-Beach par contre, Gilles Villeneuve ne doit sa victoire à personne puisqu'il survole les débats d'un bout à l'autre de la course. Il s'empare ainsi de la tête du championnat devant Laffite. En perte de vitesse après leur tonitruant début de saison, les Ligier reprennent la main en Espagne. Mais malgré une nouvelle pole de Laffite, c'est cette fois Depailler qui s'impose. Profitant de la casse moteur de Laffite (qui a effectué un surrégime en ratant un changement de vitesse), Depailler revient seul à la hauteur de Villeneuve au classement du championnat du monde, tandis que Reutemann et Scheckter, modèles de régularité, restent en embuscade. En Belgique, on retrouve les deux Ligier en première ligne. Mais la sensation de la course est la prestation de l'Australien Alan Jones, dominateur au volant de sa Williams FW07, voiture apparue au GP précédent et qui comme la Ligier est une wing-car très réussie qui tire grandement son inspiration de la fameuse Lotus 79. Mais le baroud de Jones prend fin suite à une défaillance technique, et la victoire revient à l'opportuniste Jody Scheckter devant Laffite. Les deux hommes prennent ainsi les commandes du championnat (en réalité, Scheckter a marqué un point de plus, mais avec déjà cinq arrivées dans les points, il doit décompter sa sixième place du GP du Brésil). Scheckter doit attendre le GP de Monaco (et un sans-faute de sa part) pour enfin prendre seul la tête du championnat, malgré l'obligation qui lui est faite de soustraire un nouveau moins bon résultat (en l'occurrence sa quatrième place de Jarama). De plus en plus en difficulté face aux Ferrari, l'écurie Ligier subit un coup dur peu de temps après l'épreuve monégasque. Gravement touché aux jambes dans un accident de deltaplane, Patrick Depailler est forfait pour le reste de la saison. Coup dur car si le pilote le plus rapide de l'équipe semble être Jacques Laffite, Patrick Depailler brille par sa grande expertise technique et son sens de la mise au point, domaine dans lequel Laffite n'est pas d'un aussi grand secours. Pour le remplacer, Guy Ligier a dans un premier temps réussi à convaincre James Hunt, qui a claqué la porte de l'écurie Wolf à l'issue du GP de Monaco. Mais si Walter Wolf prend acte du départ du champion anglais, il refuse de le voir partir dans une autre équipe. Ligier se tourne alors vers le vétéran belge Jacky Ickx, qui brille plus en Sports-Prototypes qu'en F1, discipline où ses derniers exploits remontent à plusieurs années. Le GP de France disputé à Dijon est rentré dans l'histoire de la Formule 1 pour deux raisons. Jean-Pierre Jabouille y signe en effet la première victoire d'une Renault en F1, mais surtout le tout premier succès d'un moteur Turbo, deux ans après son apparition en F1. Sur le coup, cette victoire historique est pourtant en grande partie éclipsée par le duel titanesque que se sont livrés en toute fin de course Arnoux (sur l'autre Renault) et Gilles Villeneuve. Au terme d'une lutte d'une intensité jamais égalée dans l'histoire de la F1 (à plusieurs reprises les voitures se toucheront, ce qui n'empêchera pas les deux hommes de partager leur hilarité sur le podium), Villeneuve parvient à résister à la Renault. À Silverstone, où ni les Ligier ni les Ferrari ne sont dans le coup, ce sont les Williams qui dominent. Mais comme en Belgique, une panne mécanique empeche Jones de décrocher un succès mérité. La victoire revient finalement à son coéquipier Clay Regazzoni, qui offre ainsi à l'écurie Williams la première victoire de son histoire. C'est le début d'une longue série pour Williams, puisque malgré les prestations souvent éclatantes des Renault en qualifications, Jones s'impose lors des trois courses suivantes. Au championnat, force reste aux Ferrari, dominées en vitesse pure depuis l'apparition de la nouvelle Williams, mais d'une grande régularité. À l'issue du GP des Pays-Bas, Scheckter est ainsi leader du championnat avec 44 points, devant Laffite 36 points, Jones 34 points, et Villeneuve 32 points. En Italie, profitant d'une méforme passagère des Williams, les Ferrari signent un facile doublé dans l'ordre Scheckter-Villeneuve. Cette victoire ne rapporte que 7 points à Scheckter (obligé de décompter les deux points de sa cinquième place de Silverstone), mais par le jeu des décomptes auxquels seraient eux aussi soumis ses adversaires les plus proches s'ils venaient à briller lors des deux dernières épreuves de la saison, cela suffit à lui assurer mathématiquement le titre de champion du monde. Au Canada, Jones renoue avec le succès après avoir dominé Villeneuve, qui prendra sa revanche à Waykins Glen. Mais "l'affaire" du week-end canadien est surtout le retrait brutal de la compétition du double champion du monde Niki Lauda. Frustré par une saison catastrophique (la Brabham-Alfa Romeo s'est avérée aussi peu fiable que compétitive), le pilote autrichien a subitement annoncé qu'il mettait un terme à sa carrière au matin des premiers essais. C'est en lançant un appel sur la radio du circuit que son employeur Bernie Ecclestone parvient in-extremis à lui trouver un remplaçant pour la course! (en l'occurrence le modeste pilote argentin Ricardo Zunino).

Grand Prix de la saison 1979

Classement des pilotes

Classement des constructeurs

----- Catégorie:1979 en sport 1979 bg:Световен шампионат на Формула 1 (1979) ca:Temporada 1979 de Fórmula 1 cs:Formule 1 v roce 1979 de:Formel-1-Saison 1979 en:1979 Formula One season fi:Formula 1 -kausi 1979 it:Formula 1 Anno 1979 nl:Formule 1 in 1979 pl:Formuła 1 Sezon 1979 pt:Temporada de Fórmula 1 de 1979 ru:Сезон 1979 Формулы-1 sl:Formula 1 sezona 1979 sv:Formel 1-VM 1979
Sujets connexes
Afrique du Sud   Alan Jones   Alfa Romeo   Alfa Romeo (Formule 1)   Arrows   Auto Technisches Spezialzubehör   Buenos Aires   Carlos Reutemann   Circuit d'Hockenheim   Clay Regazzoni   Cosworth   Didier Pironi   Dijon   Elio de Angelis   Emerson Fittipaldi   Ensign   Fittipaldi Automotive   Gilles Villeneuve   Grand Prix automobile d'Afrique du Sud   Grand Prix automobile d'Afrique du Sud 1979   Grand Prix automobile d'Allemagne   Grand Prix automobile d'Allemagne 1979   Grand Prix automobile d'Argentine   Grand Prix automobile d'Argentine 1979   Grand Prix automobile d'Autriche   Grand Prix automobile d'Autriche 1979   Grand Prix automobile d'Espagne   Grand Prix automobile d'Espagne 1979   Grand Prix automobile d'Italie   Grand Prix automobile d'Italie 1979   Grand Prix automobile de Belgique   Grand Prix automobile de Belgique 1979   Grand Prix automobile de France   Grand Prix automobile de France 1979   Grand Prix automobile de Grande-Bretagne   Grand Prix automobile de Grande-Bretagne 1979   Grand Prix automobile de Monaco   Grand Prix automobile de Monaco 1979   Grand Prix automobile des Pays-Bas   Grand Prix automobile des Pays-Bas 1979   Grand Prix automobile des États-Unis Est   Grand Prix automobile des États-Unis Est 1979   Grand Prix automobile des États-Unis Ouest   Grand Prix automobile des États-Unis Ouest 1979   Grand Prix automobile du Brésil   Grand Prix automobile du Brésil 1979   Grand Prix automobile du Canada   Grand Prix automobile du Canada 1979   Hans-Joachim Stuck   Jacky Ickx   Jacques Laffite   James Hunt   Jarama   Jean-Pierre Jabouille   Jean-Pierre Jarier   Jochen Mass   Jody Scheckter   Ligier   Long Beach (Californie)   Lotus 79   Lotus Cars   Mario Andretti   Monaco   Montréal   Monza   Nelson Piquet   Niki Lauda   Patrick Depailler   Patrick Tambay   Renault F1 Team   René Arnoux   Riccardo Patrese   Scuderia Ferrari   Shadow (écurie)   Team Lotus   Team Merzario   Team Rebaque   Tyrrell Racing   Walter Wolf Racing   Watkins Glen   Zandvoort  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^