Chambre noire

Infos
Planche de l'Encyclopédie de Diderot sur la camera obscura Une chambre noire (en latin camera obscura) est un instrument optique objectif qui permet d'obtenir une projection de la lumière sur une surface plane, c'est-à-dire d'obtenir une vue en deux dimensions très proche de la vision humaine.
Chambre noire

Planche de l'Encyclopédie de Diderot sur la camera obscura Une chambre noire (en latin camera obscura) est un instrument optique objectif qui permet d'obtenir une projection de la lumière sur une surface plane, c'est-à-dire d'obtenir une vue en deux dimensions très proche de la vision humaine.

Principe

Principe de la chambre noire : les rayons qui passent par le trou proviennent de différentes directions, donc de différents points de l'objet observé Le principe de base est très simple : comme la lumière est réfléchie par les objets dans toutes les directions suivant leurs qualités propres d'absorption, de réflexion, de diffusion, chaque point de la surface d'un écran reçoit des rayons lumineux issus de tous les objets alentours ; ces rayons se mélangent et se combinent (synthèse additive). L'écran apparaît blanc (ou de la teinte majeure éclairant le décor). En restreignant la lumière extérieure de façon à ce que ses rayons lumineux, émanant du décor, n'entrent que par un seul point dans une chambre obscure, l'écran interceptant cette lumière ne recevra, en chacun des points précis de sa surface, que les rayons issus, en ligne droite (principes de l'optique géométrique) d'un seul point du décor placé en face de la paroi comportant le trou. On verra se former l'image inversée (gauche/droite) et renversée (haut/bas) du décor, extérieur à la chambre obscure, sur l'écran. L'image projetée est réelle puisque reçue sur un écran (que l'œil de l'observateur soit présent ou non) : l'instrument est dit objectif. Le principe en est décrit dès Aristote et plusieurs fois évoqué par des auteurs du (Roger Bacon, Guillaume de Saint-Cloud)

Mise en œuvre

Pourtant on ne commença à utiliser cet appareil qu'au , notamment pour des travaux topographiques. On élabora un dispositif portable afin de pouvoir suivre les contours de l'image projetée sur une feuille de papier ou une plaque de verre et de la reporter sur un autre support. En 1515, Léonard de Vinci explique : En laissant les images des objets éclairés pénétrer par un petit trou dans une chambre très obscure tu intercepteras alors ces images sur une feuille blanche placée dans cette chambre. mais ils seront plus petits et renversés. La camera obscura est progressivement perfectionnée par l'ajout d'une lentille (vers 1550) puis d'un diaphragme et parfois d'un miroir incliné à 45°, l'ancêtre du reflex. La théorie suivant laquelle Johannes Vermeer aurait utilisé cette camera obscura pour peindre une partie de son œuvre a été exposée pour la première fois en 1891 par le lithographe américain James Pennell. Elle a été depuis largement fondée par des chercheurs en histoire de l'art. Le peintre David Hockney a fait paraître un ouvrage Savoirs Secrets ; Techniques Perdues Des Anciens Maitres dans lequel il démontre que depuis le début de la Renaissance, un grand nombre de peintres, parmi les plus célèbres, ont utilisé des procédés optiques, camera obscura, mais aussi camera lucida, pour mettre en place leurs tableaux. Les travaux d'Hockney ont été critiqués par Ross Woodrow, de l'Université de Newcastle en Australie. Cependant, s'il ne fait guère de doute que Vermeer ait utilisé une camera obscura, il ne faut pas perdre de vue que, comme le dit Hockney, ce n'est pas elle qui dessine mais la main de l'artiste. Il est aussi vraisemblable qu'elle fut employée par d'autres artistes, dont Giovanni Baptista della Porta, Guardi et surtout Antonio Canal, dit Canaletto, qui l’utilisa notamment pour mettre en perspective ses célèbres paysages des canaux de Venise mais aussi part Alberti qui, lui, participa à son amélioration (système de miroirs permettant d'obtenir des dessins réduits de panoramas). D'autres artistes ne feront pas mystère de l'utilisation de la camera obscura, comme par exemple les Daniells qui parcoururent l'Inde avec ce dispositif pour produire leurs aquarelles. C'est ce procédé qui sera utilisé par la photographie en remplaçant l'écran par une surface photosensible fixant la lumière. Dans le cas d'une camera obscura simple, sans diaphragme ni lentille, l'appareil photographique ainsi constitué se nomme un sténopé. Récemment, le duo de photographes Felten-Massinger réhabilitèrent le principe de la camera obscura avec leur "caravana obscura" (caravane mobile, c'est aussi le nom de leur asbl). La caravane est en elle-même une "camera obscura" qu'elles vont transporter à l'endroit où elles veulent prendre des photos. Elles font de la photo sans appareil photo.

Voir aussi

===
Sujets connexes
Aristote   Blanc   David Hockney   Diaphragme (photographie)   Focalisation (optique)   Histoire de l'art   Inde   Johannes Vermeer   Latin   Lentille optique   Lumière   Léonard de Vinci   Optique géométrique   Photographie   Projection   Reflex   Roger Bacon   Sténopé   Synthèse additive   Vision  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^