Poitou

Infos
Marais poitevin Le Poitou (en poitevin Poetou) était une province française, comprenant les actuels départements de la Vendée, Deux-Sèvres et de la Vienne, dont la capitale était Poitiers. Il a donné son nom au Marais poitevin, marais situé dans l'ancien golfe du Poitou, sur la côte occidentale de la France, juste au nord de La Rochelle. Armoiries du Poitou Drapeau du Poitou
Poitou

Marais poitevin Le Poitou (en poitevin Poetou) était une province française, comprenant les actuels départements de la Vendée, Deux-Sèvres et de la Vienne, dont la capitale était Poitiers. Il a donné son nom au Marais poitevin, marais situé dans l'ancien golfe du Poitou, sur la côte occidentale de la France, juste au nord de La Rochelle. Armoiries du Poitou Drapeau du Poitou

Géographie

Le Poitou est partagé entre différentes formations géologiques qui donnent des reliefs différents. À l'ouest (Bas-Poitou ou Vendée) et dans le sud-est, se trouvent les massifs anciens, au relief très érodé, donnant des collines, aux terres froides et siliceuses : ce sont des pays de bocage. Au centre, le plateau calcaire de Poitiers, presque plat, descend du Seuil du Poitou vers la vallée de la Loire, variant entre une altitude de 150 à 100 m. Le Poitou est une zone de transition ancienne entre les Bassins parisien et aquitain : de langue d'oc au , il est aujourd’hui de langue d'oïl ; il se situe également à la limite des zones de couverture traditionnelle (ardoise au nord, tuile canal au sud).

Histoire

Batailles du Seuil du Poitou

Le seuil du Poitou, comme passage stratégique entre les bassins parisien et aquitain, a vu se dérouler plusieurs batailles importantes :
- la bataille de Vouillé (507) victoire des Francs de Clovis sur les Wisigoths
- la bataille de Poitiers en 732, victoire des Francs de Charles Martel sur les Arabes
- la bataille de Poitiers (1356), qui eut lieu à Nouaillé-Maupertuis, victoire des Anglais commandés par le Prince noir contre les Français de Jean II Le Bon.
- la bataille de Moncontour (1569) entre les protestants de l'amiral de Coligny et l’armée royale commandée par le duc d’Anjou.

Antiquité

Voir Pictons

Moyen Âge

Invasions

Plusieurs peuples s'installèrent en Poitou : Taifales, Angles, Sarmates ; ce furent cependant les Wisigoths qui le réunirent à leur royaume d'Aquitaine au jusqu'à la bataille de Vouillé (voir plus haut). Les comtes de Poitiers établirent une principauté à partir du IX siècle qui s'étendit entre Loire et Pyrénées. Voir aussi la liste des Raids normands en Poitou et pays de la Charente

Haut Moyen Âge

Localisation du pays Pictons En 851, le traité d'Angers entre le chef des Bretons Erispoé, fils de Nominoé, venu auprès du roi de Francie occidentale Charles II le Chauve, en la Cité d’Angers se soumet à la dation des mains de Charles, qui lui donne les insignes de la royauté sur la Bretagne de son père, à laquelle sont ajoutés le Rennais, le Nantais et le Retz, c’est-à-dire le pays de Rezé. Le Poitou se voit ainsi amputé d'une partie du Bas-Poitou, qui se situait aux confins de la rive sud de la Loire jusqu'à l'estuaire atlantique, région peuplée de descendants de Pictons et qui se nomment eux-mêmes les Paydrets (le Pays de Retz) en langue poitevine ou Parlanjhe. Au début du XI siècle, le duc d'Anjou, Foulque Nerra guerroie sans relâche le comte de Blois et celui de Bretagne. maintes fois vainqueur sur ses adversaires il agrandit l'Anjou en conquérant le Maine, la Touraine et s'empare des Mauges. Une fois de plus le Poitou se voit amputé de territoires.

Bas Moyen Âge

Après le mariage de la dernière Ramnulfides Aliénor d'Aquitaine avec d'abord le roi de France Louis VII le Jeune puis son divorce et son remariage avec le Plantagenêt roi d'Angleterre, le Poitou conserva une certaine autonomie. Il supporta mal de la voir remise en cause, et la noblesse poitevine le manifesta par de nombreuses révoltes : tout d'abord contre le roi d'Angleterre en 1173-1179, 1188 et 1194 ; puis en 1219-1224 et 1242 contre le roi de France (de 1241 à 1271, le Poitou est l'apanage d'Alphonse de Poitiers frère de Louis IX). Cette révolte s'acheva à la bataille de Taillebourg en 1242. Par la suite et jusqu'à la fin du Moyen Âge, la noblesse poitevine participa à tous les mouvements de contestation du pouvoir central. La maison de Lusignan, fondée selon la légende par Mélusine et Raymondin, fournit plusieurs rois de Chypre et de Jérusalem ; elle domine une part importante du Poitou, et détient un temps le comté d'Angoulême et celui de la Marche. Ils furent à leur époque aussi puissants que le furent les comtes de Toulouse.

XVI, XVII et XVIII siècles

Au XVI siècle, la Réforme s’implante dans la province, suite notamment au passage de Calvin, et notamment dans les campagnes. La province est un fidèle soutien des protestants durant les guerres de religion, et est durement touchée (sièges de Niort, de Poitiers). Les protestants sont environ 90 000 vers 1630 p 435. Les Poitevins forment une partie importante des colons venus en Nouvelle-France (Québec Acadie). En 1790, le Poitou donna naissance aux départements de Vendée, des Deux-Sèvres et de la Vienne.

Histoire récente

Voir Histoire du Poitou-Charentes

Divers

Pour le régiment d'Ancien Régime appelé le régiment du Poitou, voir le 25e régiment d'infanterie de ligne

Blasonnement

right Les sceaux des anciens comtes héréditaires du Poitou ne nous présentent pas d'armoiries visibles. C'est Guillaume, frère d'Henri II, qui portera le premier en tant que comte de poitou, les traditionnelles armes de la province au lion rampant. Richard Coeur-de-Lion et Othon IV, comtes de Poitou porteront également ces armes. Ce sera le dernier comte de la maison de Poitou, Richard de Cornouailles, qui nous fera connaître les couleurs des armes de Poitou et qui vulgarisera leur usage. Richard portait : d'argent au lion de gueules couronné d'or à la bordure de sable besantée d'or". Ces armes entreront dans plusieurs grandes maisons, qui ont la charge honorifique de lever la bannière du Poitou, comme pour les Mauleon ou pour les Châtellerault. Les Châtellerault regroupaient la milice municipale de Poitiers derrière la bannière du Poitou, qui sera à l'origine des armes de la ville. Il existerait encore de très nombreuses représentations de ces armes en vitraux ou sculptées à Poitiers et dans toute l'ancienne province du Poitou. Elles sont décrites comme telles (blason du Poitou, armes de fief) à partir du XIIIe siècle dans les rôles d'armes. On n'en trouve pas d'antérieures, car ce n'est qu'Aliénor d'Aquitaine qui fixa l'usage du lion rampant comme emblème du Poitou. right Après la conquête du Poitou par Philippe Auguste, la maison de Poitou (à travers les Plantagenêt) ne reconnu pas cette confiscation et continua d'utiliser ses armes traditionnelles au lion rouge. Ainsi, Richard, comte de Poitou et de Cornouailles, frère du roi Henri III, portait, selon l'héraldiste Mathieu Paris : "Scutum album, leo guleus, bordur nigra besantée d'or" (écu d'argent à un lion de gueules, à la bordure de sable besantée d'or". Du côté français, le roi saint Louis attribuait le Poitou en apanage à son frère Alphone, qui, devenu comte apanagiste de la province avait pour armoiries : « Parti de France et de Castille. Alias, Parti au I d'azur semé de fleurs de lys d'or, au II de gueules semé de châteaux d'or » Ces armes étaient les armes personnelles d'Alphonse, de France brisée de Castille (les châteaux d'or sur fond de rouge), comme tous les fils de Louis VIII le Lion et de Blanche de Castille (Robert, comte d'Artois, brisait les armes de France d'un lambel de gueules chargé de châteaux d'or ; Charles d'Anjou brisait par une bordure également chargée de châteaux d'or). Alphonse de France est décédé sans postérité en 1271 et le comté de Poitou fit retour à la couronne. D'autres Fils de France furent ensuite apanagistes du Poitou ; ils portaient tous un écu "d'azur semé de fleurs de lys d'or" avec une brisure. - Philippe, fils de Philippe le Bel et futur roi Philippe V : "d'azur semé de fleurs de lys d'or chargé d'un lambel à 5 pendants componé" - Charles de Valois (futur Charles V) : "d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure de gueules" - Jean de Valois, duc de Berry : "d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure engrêlée de gueules". Jean de Berry est, au XIVe siècle, à l'origine de la construction de divers bâtiments à Poitiers dont le palais de justice et la tour Maubergeon. Alors que dans le premier, où se rendait la justice au nom du pouvoir royal, il fit sculpter ses armes et celles du roi son frère, dans la seconde, qui était le centre féodal du comté du Poitou (où il recevait les hommages de ses vassaux), il fit sculpter des armoiries pour le comté : un écu semé de 11 chateaux disposés 3, 2, 3, 2, 1. La forme des châteaux en nombre de cet écu sculpté était celle des châteaux castillans. Faute d'en connaître l'origine, les hommes des XVI et XVIIe siècle hésitèrent rapidement entre une tour et un château. On lit ainsi dans Jean de La Haye, en 1581 : de gueules échiquetées de tours ou de châteaux d'or. En 1610, on retrouve en frontispice des Coutumes du Poitou, un écusson où figurent des tours. La présentation n'est pas très gracieuse ; elles sont posées trois en haut de l'écu (en chef) et deux en bas (en pointe). En 1659, alors que jusqu'à présent, le nombre de tours n'était pas fixé, Finé de Brianville, auteur d'un petit armorial écrit : "Poitou :De gueules à 5 tours d'or en sautoir. Cette nouvelle disposition figurera dans plusieurs ouvrages et sur le papier timbré de la généralité de Poitiers de 1740 à 1748. Ces variations des armes du Poitou trouva de l'écho auprès de la Commission des Armoiries du régime de Vichy, qui attribua à la province cinq châteaux or sur fond rouge (de gueules à cinq châteaux d'or). Cependant au cours de l'histoire, les armes au lion rouge du Poitou ne sont pas tombées dans l'oubli, elles ont servi de base aux armes héraldiques des maisons (maréchaux et sénéchaux du Poitou) et des villes de Châtellerault, Mauléon et de Poitiers, capitale du Poitou. Cette dernière ville, ironie de l'histoire, a même conservée la version besantée du prince de Cornouailles, avec un chef aux lys d'or des rois de France, mêlant ainsi les armes des deux ennemis sur son blason.

Spécialités culinaires

Entrées

- Farci poitevin
- Fèves
- Escargots

Fromages

- chabichou (de Montbernage à l'origine)
- carré du Poitou
- caillebottes Produit laitier à manger en dessert avec du sucre, d'origine vendéenne

Gâteaux

- Broyé du Poitou ou Broyé poitevin ;
- clafoutis aux cerises ;
- fouace ;
- Mont-Blanc ou gâteau de Nouzillac (purée de marrons) ;
- Tourteau fromager.

Vins et spiritueux

- crème d'angélique
- kayouski
- pictavi (amer poitevin)
- Vin du Haut-Poitou, qui s'est réorienté vers une production de qualité.

Friandises et petits gâteaux

- angélique de Niort ;
- cassemuseaux ;
- cœur amandé ;
- cœur de fleur d'oranger ;
- croquant ;
- pente coteaux de Saint-Hilaire ;
- lentilles (dragées au chocolat) ;
- Macarons de Lusignan, de Montmorillon ;
- Nougatines du Poitou ;
- Orangine chocolatée ;
- Raymondins de Lusignan.

Poitevins illustres ou "célèbres"


- Saint Hilaire de Poitiers
- Venance Fortunat, poète qui célébra sainte Agnès et la reine sainte Radegonde au monastère Sainte-Croix
- Georges de la Trémoille
- Louis II de la Trémoille
- Jean Bouchet, écrivain du XV siècle
- Geoffroy d'Estissac
- Guillaume d'Aquitaine, comte-duc et Prince des troubadours
- Guy de Lusignan, roi de Chypre et de Jérusalem (1186-1192) comte de Jaffa et d’Ascalon IV.1180
- Étienne Pasquier
- Florimond de Raemond
- Scévole de Sainte-Marthe
- Joseph Juste Scaliger
- Théophraste Renaudot, né en 1586 à Loudun, médecin philanthrope, il crée en 1631 le 1 journal imprimé de France : La Gazette.
- le Cardinal de Richelieu
- Madame de Montespan, maîtresse de Louis XIV ;
- Camille Guérin, Poitevin de naissance, il met au point le vaccin BCG en 1872.
- Jules Berry, acteur et réalisateur ;
- Michel Foucault, philosophe ;
- Édith Cresson, ancien premier ministre (1991-1992) et ancien commissaire européen ;
- Jean-Pierre Raffarin, ancien premier ministre (2002-2005) ;
- André Chandernagor, ancien ministre ;
- Lionel Charbonnier, gardien de but de football, Champion du monde en 1998 ;
- Brian Joubert, champion d'Europe et champion du monde de patinage artistique
- René Monory, ancien ministre et ancien président du Sénat (1992-98), instigateur du Futuroscope.
- Régine Deforges, écrivain
- Les Bitards, confrérie de ripailleurs invétérés « l'ordre des bitards (LST-Loué soit il) » qui maintiennent à Poitiers des traditions médiévales (vestimentaires et le rallye des bitards). Rabelais (1494?-1553) séjournant longtemps à Poitiers en attribue l'origine à Pantagruel.

Animaux

- Chien de race du Haut-Poitou : le Poitevin. Il sert au croisement de chiens de chasse. Vénerie du château de Cheverny.
- Baudet du Poitou : Croisement d'un âne et d'un cheval.
- Le Fedon est le résultat du croisement d'un baudet du Poitou et d'une ânessse

Langue régionale

Le poitevin, le parlanjhe, est une langue romane appartenant à la famille des langues d'oil (langue d'oui) au même titre que le français, le saintongeais ou le gallo :
- les cagouilles / les lumas (escargots)
- la cinse (serpillière)
- éloise (éclair)
- aeve (eau)
- gour (cours d'eau tranquille ex: La Sèvre Niortaise)
- routin (chemin)
- draule (enfant, garçon) / draulesse (fille)
- A tae (Bonjour / salut)
- A çhés fàetes (Au revoir)
- cheu (tomber) Pour plus de détails, voir poitevin.

Voir aussi

===
Sujets connexes
Abbaye Sainte-Croix de Poitiers   Acadie   Agnès   Aliénor d'Aquitaine   Alphonse de Poitiers   André Chandernagor   Angles (peuple)   Angélique (confiserie)   Anjou   Apanage   Ardoise   Bacille de Calmette et Guérin   Bas-Poitou   Bassin aquitain   Bassin parisien   Bataille de Moncontour   Bataille de Poitiers (1356)   Bataille de Poitiers (732)   Bataille de Taillebourg   Bataille de Vouillé   Baudet du Poitou   Bitard   Blanche de Castille   Bretagne   Brian Joubert   Caillebotte (fromage)   Camille Guérin   Carré du Poitou   Cerise   Chabichou   Charles II le Chauve   Charles Martel   Cheval   Chien   Chypre   Châtaigne   Château de Cheverny   Châtellerault   Clafoutis   Clovis Ier   Comté du Maine   Deux-Sèvres   Dragée   Escargot   Farci poitevin   Football   Fouace   Foulque III d'Anjou   France   Francs   Français   François Rabelais   Futuroscope   Fève   Gallo   Gaspard II de Coligny   Guerres de religion (France)   Guillaume IX de Poitiers   Guy de Lusignan   Gâteau   Henri III de France   Hilaire de Poitiers   Histoire du Poitou-Charentes   Jean-Pierre Raffarin   Jean Bouchet   Jean Calvin   Jean II de France   Joseph Juste Scaliger   Jules Berry   Jérusalem   La Gazette   La Rochelle   Langue d'oïl   Lionel Charbonnier   Liste des comtes de Blois   Liste des comtes de Poitiers   Liste des comtes de la Marche   Liste des rois de Chypre   Liste des rois de Jérusalem   Liste des vicomtes de Thouars   Loire (fleuve)   Loudun   Louis IX de France   Louis VIII de France   Louis VII de France   Louis XIV de France   Lusignan (Vienne)   Macaron   Madame de Montespan   Maison de Lusignan   Marais poitevin   Mauges   Mauléon (Deux-Sèvres)   Michel Foucault   Montmorillon   Mélusine   Niort   Nouaillé-Maupertuis   Nouvelle-France   Pantagruel   Patinage artistique   Paydrets   Pays de Retz   Philosophie   Pictons   Poitevin   Poitevin-saintongeais   Poitevin (langue)   Poitiers   Poitou   Poitou-Charentes   Premier ministre   Pyrénées   Québec   Radegonde   Ramnulfides   Raymondin   René Monory   Rezé   Régine Deforges   Saintongeais   Sarmates   Scévole de Sainte-Marthe (1536-1623)   Seuil du Poitou   Sénat (France)   Taifales   Théophraste Renaudot   Toulouse   Touraine (province française)   Tourteau fromager   Troubadour   Tuile   Venance Fortunat   Vicomte de Thouars   Vienne (département)   Vénerie   Wisigoths  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^