Slaves

Infos
Le nom de Slaves est mentionné pour la première fois en 500 après J.-C. : il désigne des peuples indo-européens du Nord, voisins des Baltes et des Germains sur le plan ethnolinguistique, mais apparus tardivement dans l’Histoire. Avant cette date, ils étaient très faiblement en contact avec l’Europe méditerranéenne et ils étaient probablement ce peuple lointain cité par Pline (donc durant l’Empire romain) comme les "Vénèdes", connus par les Germains sous le no
Slaves

Le nom de Slaves est mentionné pour la première fois en 500 après J.-C. : il désigne des peuples indo-européens du Nord, voisins des Baltes et des Germains sur le plan ethnolinguistique, mais apparus tardivement dans l’Histoire. Avant cette date, ils étaient très faiblement en contact avec l’Europe méditerranéenne et ils étaient probablement ce peuple lointain cité par Pline (donc durant l’Empire romain) comme les "Vénèdes", connus par les Germains sous le nom de Wendes.le grand Mourre wendes Leur attestation est très rare avant qu’ils soient connus sous le nom des Slaves qui signifie très probablement « parlants ».

À propos du nom

Deux hypothèses sont généralement retenues pour expliquer le mot slave. Reste à savoir laquelle est la bonne et s’il n’y en aurait pas éventuellement une troisième :
- la plus évidente et la plus simple consiste à rattacher le nom au vieux slave slava, avec le sens de renommée, gloire. Autrement dit, les Slaves se seraient eux-mêmes qualifiés de glorieux.
- L’autre hypothèse part du vieux slave slovo (= mot, parole), les Slaves se définissant entre eux comme ceux qui savent parler, dont le langage est compréhensible. Cette hypothèse s’appuie notamment sur le fait que dans les langues slaves le terme désignant un Allemand est dérivé d’un adjectif signifiant non-parlant : en polonais et en tchèque, les mots niemy / němý signifient muet, et Niemiec / Němec signifient Allemand. Toujours est-il que le mot slave est à l’origine de la Slavonie, de la Slovaquie et de la Slovénie. C’est également lui qui a donné le français esclave (latin médiéval slavus, sclavus), de nombreux Slaves des pays actuellement est-allemands, tchèques et polonais ayant été réduits en esclavage durant le haut Moyen Âge et notamment dans l’Empire carolingien. Au Moyen Âge, les Slaves constituèrent des principautés et des royaumes puissants en Europe centrale et en Europe orientale, dont certains survivent sous une autre forme aujourd’hui :
- la Grande-Moravie tchéco-slovaque
- la Russie kiévienne ou Ruthénie
- le royaume de Pologne
- le grand-duché de Lituanie
- le royaume de Serbie

Origines : les Protoslaves

Origine et expansion des Slaves (-s) L’origine exacte et l’étymologie du nom des Slaves demeurent incertaines : les sources historiques à leur sujet ne sont abondantes qu’à partir des et s. Concernant leurs ancêtres, la plupart des historiens slaves s’accordent à penser que les premiers d’entre eux (les Protoslaves) auraient pu être enrôlés dans les confédérations de divers autres peuples en migration au nord de la mer Noire : ainsi, il a pu y avoir des Protoslaves parmi les Scythes et parmi les Sarmates iraniens du au , parmi les Huns turcophones et les Alains iraniens (-), enfin parmi les Goths germanophones puis parmi les Avars turcophones aux et au (pour ces derniers, c’est une certitude attestée par les chroniqueurs byzantins). Le berceau originel des Protoslaves à la fin de l’Antiquité, si l’on en croit les témoignages archéologiques qu’ont laissés ces populations non germaniques, pourrait se situer dans les régions comprises entre les sources de la Vistule à l’ouest, du Dniestr au sud, et le cours du Dniepr à l’est. Ces régions de plaine, situées en Ukraine occidentale et en Pologne orientale, sont celles qui portent les témoignages les plus anciens d’une présence slave. On ignore jusqu’où celle-ci s’étendait vers le nord : certains historiens la limitent à l’actuelle Biélorussie, d’autres la font remonter jusqu’à une ligne Saint-Pétersbourg-Moscou. Aux s, une partie des Slaves migre vers l’ouest jusqu’à l’Elbe et au sud et jusqu’aux Carpates et au Danube, à la place des Germains (Goths, Vandales, Gépides, Lombards…) qui s’étaient déplacés vers l’Empire romain d’Occident. Après le règne de Justinien, entre 586 et 610, les Slaves du Danube, alliés aux les Avars arrivés en 567, font irruption au sud du fleuve, atteignant l’Empire romain d'Orient. Ils pénètrent dans les Balkans et atteignent l’Adriatique. Vers 548, ils sont en Illyrie (en Carinthie, en Istrie et en Albanie), provoquant l’abandon du limes oriental. Dans le bassin du bas-Danube et dans les Balkans, les Slaves s’installent massivement dans les plaines populaires") dites "Sclavenies", du nom de Sclavènes) que leur donnaient les chroniqueurs byzantins. Certains Slaves s’installent jusqu’au cœur de la Grèce et de petits groupes sont arrivés jusqu’en Anatolie, dans certaines îles grecques, en Italie (ou ils ont laissé des patronymes comme Schiavenno ou Schiano) et même jusqu’en Espagne. Les raisons du mouvement des Slaves vers l’ouest et vers le sud sont les mêmes que celles des migrations des Mongols : il s’agit du refroidissement climatique marqué du , qui a provoqué toutes les « migrations barbares » depuis les confins de l’Asie (où sévit durant des dizaines de décennies, une terrible sécheresse avec des gels prolongés, attestés par les pollens fossiles) et depuis le nord de l’Europe (où l’absence d’été provoqua des famines détectables par l’état des personnes alors inhumées).

Structures politiques

Grossissant les rangs d’autres peuples d’origine iranienne (les Sarmates), turco-mongole (les Bulgares) ou encore germanique (les Goths), les anciens Slaves ne formaient pas encore, au départ, des « nations » (au sens médiéval du terme). Á l’origine répartis en de nombreuses tribus, sans doute de taille modeste, les Slaves semblent avoir surtout été pacifiques. L’unité de base était probablement la famille, et au-delà de celle-ci, le regroupement en communautés villageoises agro-pastorales. C’est probablement au contact des peuples étrangers que les Slaves découvrirent et adoptèrent leurs structures politiques du Moyen Âge.

Formation des premiers « États » slaves (VIIe-XIe siècles)

Au , suite aux première et deuxième vagues d’invasions "barbares", le « domaine slave » atteint son extension historique (et maximale vers l’ouest) : les langues slaves commencent alors à diverger, ayant acquis au cours des invasions des caractères différents permettant de distinguer parmi eux tribus occidentales, méridionales et orientales (sur le plan linguistique). La pression des peuples germaniques au nord et à l’ouest (à l’époque carolingienne, les Francs les arrêtent sur l’Elbe ; à l’époque ottonienne, les Saxons commencent à s’étendre vers l’est), et celle des peuples des steppes à l’est et au sud semble avoir mis un terme à l’expansion des Slaves et les avoir fixés dans l’espace.

Le rôle de l’évangélisation des Slaves dans la formation de leur identité

Initiée à la fois depuis Byzance au sud, et depuis Rome à l’ouest, l’évangélisation des Slaves s’étend également du début du jusque vers la fin du pour l’essentiel d’entre eux, du moins. L’action de Cyrille et Méthode – le premier ayant achevé d’apporter aux Slaves une écriture dérivée du grec : l’alphabet cyrillique – fut celle qui eut le plus de conséquences. Dès lors, les Slaves de l’ouest et une partie des Slaves du sud (les Croates, les Slovènes et les Dalmates), qui avaient embrassé la religion chrétienne catholique définie par Rome, eurent un destin politique distinct des autres Slaves (de l’est ou du sud) qui avaient embrassé la religion chrétienne primitive, dite "orthodoxe", définie par les 4 autres patriarches (Jérusalem, Constantinople, Antioche et Alexandrie, bientôt rejoints par Moscou).

Les établissements et les « États » slaves du haut Moyen Âge

Les structures politiques mises en place au haut Moyen Âge par les Slaves, ou par les peuples qui les encadraient, ne durèrent pas longtemps et sont assez peu connues. Ces "Sclavénies" étaient le plus souvent de petites communautés appelées Kniazats (ou Canesats dans les chroniques en latin), mais parfois aussi Banats (« duchés autonomes » en hongrois) ou encore Woïwodies (« provinces autonomes » au sein d’autres États, à ne pas confondre avec les Voévodats roumains, dont le nom est également d’origine slave, mais qui sont des principautés). Comme pour la majorité des peuples qui participèrent aux invasions, le terme d’État parfois conféré à ces structures est contestable dans la mesure où les khanats, royaumes ou principautés de cette période, étaient bien éloignées de la res publica antique, confondant sous un même terme les territoires, la dépendance des hommes à l’égard d’un pouvoir personnel et les biens de ce pouvoir.

Le royaume des Antes sur le Don : un « État » protoslave

Selon Procope de Césarée, Jordanès et Maurice le stratège, les premiers Slaves comptaient les Vénètes, les Wendes, les Slovènes et les Antes. Ces derniers, échappant à la domination des Goths aux et siècles grâce à l’arrivée des Huns auraient finalement constitué un premier État entre le Dniepr et le Don de 523 à 602. Celui-ci fut écrasé par les Avars, peuple des steppes nouveau venu dans les invasions "barbares".

Les Slaves des Balkans

Les débuts de la présence slave dans l’Empire d’Orient datent probablement de la fin du , alors que les Antes parviennent dans l’actuelle Valachie et les Slovènes dans l’Illyrie et la Dalmatie romaines. Leurs incursions dans l’empire furent probablement nombreuses mais espacées. Les Antes finirent par accepter le statut de fédérés et les Slovènes durent commencer à s’helléniser. Entre la fin du et le début du , l’irruption des Avars vient bouleverser cette relative stabilité, mais il semble que les Slaves avaient recommencé leurs mouvements auparavant : les chroniques syriennes datent de 551 mentionnent une seconde vague d’invasion qui atteint la mer Égée. Á la fin du , Jean d'Éphèse écrit que toute la Grèce est occupée par les Slaves. En tous cas, c’est sans doute à cause de l’invasion des Avars que le limes danubien est franchi à nouveau par les Slaves au début du : en 609, 617 et 619. En 617, les faubourgs même de Constantinople sont menacés. Mais, c’est surtout dans les Balkans que ces derniers vont laisser une empreinte particulière qui persiste jusqu’à nos jours.
Les Slovènes, les Serbes et les Croates d’Illyrie et de Dalmatie
Rapidement majoritaires sur le plan démographique – si l’on excepte l’Albanie et les terroirs montagneux Valaques comme la Romania Planina près de Sarajevo –, les Slaves avaient transformé l’Illyrie et la Dalmatie antique au . Les plus occidentaux d’entre eux, des Slovènes, qui donnèrent leur nom à la Slovénie actuelle, furent confrontés aux Bavarois. Ces derniers durent arrêter l’expansion slave vers l’ouest. Les même Slovènes tombèrent ensuite sous la domination des Avars au . Leur aire de répartition initiale couvrait tout l’ouest de l’actuelle Hongrie (principautés de Pribina et Kozel). De 610 à 641, ils se libérèrent des Avars avec l’aide de leurs voisins, Serbes et Croates :
- les Croates, qui apparaissent initialement en Pologne ("Croates blancs"), s’étaient établis au sud de la Save. Ils constituèrent un État portant leur nom au .
- les Serbes, qui apparaissent initialement dans l’actuelle Allemagne orientale ("Serbie blanche"), s’étaient établis au centre et à l’est de l’Illyrie, occupant des enclaves aux côtés des Slovènes jusqu’en Grèce orientale. Leurs langues étaient très proches (les linguistes les appelles "serbo-croates"). D’autres peuples slavophones, pour certains disparus, se partageaient le reste des ancienne provinces romaines : les Bosniates, les Carantaniens, les Doukliènes et les Narentanes sur la côte dalmate. À noter qu’il circule au sujet des Slaves du sud des hypothèses historiques dites « noésiques » ou « indo-aryennes » qui font remonter leurs origines bien avant l’apparition des langues slaves, et les placent au Caucase ou dans l’actuel Iran : on trouve dans certains livres (et parfois sur Wikipedia) des références aux plus anciens Aryens de l’ancien Empire Perse ou encore aux fils de Noé.
Le premier royaume bulgare (681-1018)
En 642, les Bulgares initialement turcophones – furent attaqués à l’est par les Khazars, autre peuple turcophone, mais converti au judaïsme, établi le long de la Volga. Ayant reflué vers l’Empire d’Orient et vaincu l’empereur Constantin IV Porphyrogénète, les Bulgares orientaux s’installèrent en Mésie orientale sur la mer Noire (près de Varna, en Bulgarie). Là, ils soumirent la population déjà majoritairement formée de Slavons, dont ils finiront par adopter la langue (le macédonien et le bulgare actuel dérivent tous deux du slavon). Sous le « règne » de leur khan, Asparuch, les Bulgares constituèrent un premier royaume, mi-Slavon, mi-Valaque par sa population (681). La fusion qui s’opéra entre Slavons des plaines, Valaques des montagnes, Bulgares de l’aristocratie du Khân et Grecs des côtes, se fit au profit de la langue des premiers, même si des témoignages épigraphiques montrent que de nombreux éléments culturels bulgares, latins ou grecs survécurent au moins jusqu’au . Religieusement, ce furent les grecs qui donnèrent au royaume sa religion chrétienne orthodoxe. Le nouvel Empire ainsi constitué fut l’un des plus redoutables rivaux de Byzance. Au , deux de ses souverains, Boris Ier qui reçut le baptême et prit le nom de Michel, puis Siméon le Grand tentèrent même de prendre le titre de Basileus. Ils échouèrent, non sans avoir conquis la majeure partie de la péninsule balkanique. Finalement, l’empereur Basile II écrasa les Bulgares et prit le titre de Bulgaroctone (« massacreur de Bulgares ») En 1018, l’Empire bulgare disparut malgré les efforts de son dernier souverain, le Tzar ("César") Samuel.
Les Slaves de Thessalie et l’Empire
Les Slaves qui avaient « slavisé » la Grèce au début du , parmi lesquels se trouvaient notamment des Slovènes et des Serbes se heurtèrent à la résistance des Valaques (en grec Vlahi) latins et des Illyriens (Albanais). Sous Justinien II, puis sous ses successeurs de la dynastie isaurienne (717-775), les Grecs regagnèrent le terrain perdu. Appliquant une politique draconienne, ils déportèrent des populations entières au nord du Danube (notamment des Valaques) et en Asie mineure (notamment des Slavons). ces mesures s’accompagnèrent de la mise en place de nouvelles structures administratives à caractère défensif: les « thèmes », circonscriptions à la fois militaires et civiles gouvernées par des « stratèges ». Ainsi, en partie sous l’action indirecte des Slaves et ayant perdu ses populations latinophones, l’Empire romain d'Orient se transforma en Empire byzantin, c’est-à-dire essentiellement grec.

Les Slaves d’Europe centrale

Les Slaves occidentaux atteignirent la région de Dresde avec les Sorabes sans doute au : ils disposent aujourd’hui encore d’une autonomie locale en Lusace, dans l’Allemagne orientale. À leurs côtés se trouvaient alors :
-les Obodrites,
-les Wendes,
-les Tchèques,
-les Moraves,
-les Slovaques. Les Polanes (les futurs Polonais) suivaient vers l’est, eux-mêmes voisins des Drezvlianes (futurs Biélorusses) proches des Vyatiches, établis autour de Moscou) (futurs Russes). Des agglomérations modestes, nommées gorods, grods ou grads, furent fondées en grand nombre partout où ils se trouvaient et sont connues pour la période kiévienne.
Le Royaume de Samo (623-658)
Les Slaves établis sur les territoires de l’ancienne RDA, de la République tchèque actuelle, de la Slovaquie et de l’Autriche, souffrirent au de la domination des Avars sur la région et de l’hostilité des Francs à l’ouest : en 623, ils se révoltèrent et élurent un commerçant franc nommé Samo comme leur chef. Ce quasi-État disparut à la mort de ce dernier, vers 658.
La Grande-Moravie (833- 907)
Après que les Avars ont été écrasés par les Francs (à l’ouest), par les Bulgares (à l’est) et par les Moraves et les Slovaques (au nord), la principauté de Moravie (en République Tchèque orientale et Slovaquie occidentale actuelles) s’agrandit d’abord de la principauté de Nitra (qui comprenait la Slovaquie, la Hongrie du nord, et l’Ukraine subcarpathique), plus tard de la Bohême (890-894) et du sud de la Pologne actuelle. C’est ainsi que se forma la Grande-Moravie en 833. Cet État « hérissé de villes fortifiées et de châteaux forts » (Denise Eckaute) dut combattre les Saxons au nord et les Bavarois au sud : il dura moins d’un siècle sous cette forme. L’empire, dirigé par Mojmir I, Ratislav, Slavomir, Svatopluk (871-894) et Mojmir II, disparut en effet en 907, pour cause de querelles internes et sous les coups des tribus hongroises, les Magyars, récemment arrivés dans la région depuis la steppe ukrainienne (Etelköz) située à l’est des Carpates. C’est notamment à l’initiative de Ratislav que les missionnaires Cyrille et Méthode furent dépêchés en 863 par l’empereur Michel III pour évangéliser les Slaves.
La Principauté de Bohême (fin du -)
Le royaume de Bohême se constitua autour de Prague à la fin du . La région, qui avait été rattachée à la Grande Moravie en 888/890 - 894 sous le règne de Svatopluk, devint un État tributaire de la Francie Orientale en 895. Au , la dynastie des Premyslides y affirma son pouvoir sous le règne de Venceslas I de Bohême (921-935). Venceslas, confronté à la puissante Saxe, devint le vassal d’Henri l’Oiseleur et se plaça sous la protection du pape afin de consolider son pouvoir. Se heurtant à l’opposition des nobles et de son frère en raison de cette politique qui renforçait l’autorité centrale, il fut tué par ce dernier en 935 et devint martyre à la fin du siècle. Le fratricide Boleslav et ses successeurs, notamment Boleslav II (972-999), continuèrent avec moins de succès l’œuvre de Venceslas, limités par le Saint Empire romain, auquel la principauté appartenait, et par la puissance polonaise. Prague devint un évêché en 973, la Moravie actuelle fut conquise en 1019 et c’est finalement sous le règne de Vratislav II (1061-1092) que la dynastie obtint en 1089 la couronne des mains de l’empereur Henri IV pour avoir pris son parti au moment de la querelle des investitures (1075-1122) avec le pape.
Le royaume de Gniezno
Peu après le milieu du se forma également le premier « État » polonais autour de Gniezno, sous le règne de Miesko Ier (ou Mieszko, 920-992) qui prit le titre de roi, reçut le baptême et épousa la sœur du duc de Bohême, Boleslas Ier, en 966. Ainsi, il choisit d’épouser le christianisme directement de Rome pour éviter de tomber sous la domination saxonne. Miezko s’était entendu avec le margrave saxon Gero (mort en 965) pour soumettre les Slaves de la Baltique. Ayant unifié les Slaves de la Vistule, il sut profiter successivement de l’écrasement des Magyars par Otton I au Lechfeld (955), puis de la défaite italienne d’Otton II au cap Colonne (982), tout comme ses successeurs profiteraient de l’affaiblissement des Hohenstaufen au , pour faire reconnaître sa royauté par l’empereur et pour constituer un royaume polonais qui allait s’étendre de Gdańsk à Cracovie.

Peuple slavisé

Les peuples slavisés sont :
- Les Serbes d'origine iranienne (srbinda (rig veda))( sarban (Afghanistan), sirbika (Iran), serboisarmate ( Caucase), blanc serbe (Allegmane de nord-est Lusace), serbes (Balkans)) slavisés au 6em siécle dans Allemagne de nord-est lusace
- Les Croates d'origine sans doute iranienne en même temps que les Serbes
- Les Bulgares d'origine tatar-mongols

Voir aussi

Bibliographie

- Francis Conte, Les Slaves, Albin Michel, coll. « Bibliothèque de l’évolution de l’humanité », Paris, 1996.
- Francis Dvornik, professeur de Harvard, Département des Etudes Slaves
-Les Slaves, Histoire et Civilisation de l'Antiquité aux débuts de l'époque contemporaine
-, Seuil 1970, coll. l'Univers Historique, Imprimerie Firmin-Didot 7-86. Traduit de l'anglais par Danielle Palevski avec la collaboration de Maroussia Chpolyansky. Titre original
-The Slavs, their early history and civilisation
- Américan Academy of Arts and Sciences, Boston 1956.

Lien externe

- par Michel Kazanski, chargé de recherche au CNRS au Centre d’histoire et civilisation de Byzance. Catégorie:Peuple indo-européen Catégorie:Slaves als:Slawen ar:سلاف be-x-old:Славяне bg:Славяни bs:Slaveni cs:Slované csb:Słowiónie de:Slawen el:Σλάβοι en:Slavic peoples eo:Slavo es:Pueblo eslavo fi:Slaavit he:סלאבים hr:Slaveni it:Slavi ja:スラヴ人 ko:슬라브 민족 lt:Slavai mk:Словени nl:Slavische volkeren no:Slavere pl:Słowianie pt:Eslavos ro:Slavi ru:Славяне sh:Slaveni simple:Slavic peoples sk:Slovania sl:Slovani sq:Sllavët sr:Словени sv:Slaver ta:சிலாவிக் மக்கள் uk:Слов'яни zh:斯拉夫人
Sujets connexes
Alains   Albanie   Alphabet cyrillique   Alphabet grec   Antes   Antiquité   Asie   Avars   Balkans   Basile II   Bataille du Lechfeld   Bavarois   Boleslas Ier   Boleslav II de Bohême   Boleslav Ier de Bohême   Bosnie (région)   Bulgares   Bulgarie   Byzance   Carpates   Constantin IV   Constantinople   Cracovie   Croatie   Cyrille et Méthode   Dalmatie   Danube   Dniepr   Dniestr   Don (fleuve)   Dresde   Duché de Saxe   Elbe (fleuve)   Empire byzantin   Esclavage   Europe centrale   Europe de l'Est   Francs   Gdańsk   Gero   Gniezno   Goths   Grand-duché de Lituanie   Grande-Moravie   Grandes invasions   Grèce   Henri IV du Saint-Empire   Hohenstaufen   Huns   Illyrie   Istrie   Jean d'Éphèse   Jordanès   Justinien   Justinien II   Khazars   Lusace   Magyars   Mer Adriatique   Mer Noire   Mer Égée   Michel   Michel III de Constantinople   Mongols   Moscou   Moyen Âge   Otton II du Saint-Empire   Otton Ier du Saint-Empire   Peuples germaniques   Polanes   Pologne   Polonais   Prague   Procope de Césarée   Querelle des Investitures   Ratislav   Rome   Rus' de Kiev   République démocratique allemande   Samo de Bohême   Samuel   Sarmates   Save (Danube)   Saxons   Scythes   Serbie   Serbie blanche   Slaves   Slavonie   Slovaquie   Slovénie   Tchèque   Tchèques   Ukraine   Valachie (principauté)   Valaques   Varna (Bulgarie)   Ve siècle av. J.-C.   Venceslas Ier de Bohême (duc)   Vistule   Volga   Wendes  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^