Porte-avions

Infos
Le porte-avions américain USS Nimitz Un porte-avions est un navire de guerre permettant de transporter et de mettre en œuvre des avions de combat. C'est en fait une base aérienne flottante et donc mobile, qui permet de déplacer une véritable force de frappe offensive et autonome à n'importe quel endroit du globe sans aucune entrave diplomatique. Navigant dans les eaux internationales, il reste en effet indépendant de toute souveraineté territoriale. Les porte-avio
Porte-avions

Le porte-avions américain USS Nimitz Un porte-avions est un navire de guerre permettant de transporter et de mettre en œuvre des avions de combat. C'est en fait une base aérienne flottante et donc mobile, qui permet de déplacer une véritable force de frappe offensive et autonome à n'importe quel endroit du globe sans aucune entrave diplomatique. Navigant dans les eaux internationales, il reste en effet indépendant de toute souveraineté territoriale. Les porte-avions sont les géants des marines militaires. Ce sont de véritables villes flottantes truffées d'électronique, embarquant plusieurs dizaines d'avions et d'hélicoptères de combat de l'aéronautique navale. Leur maintenance est de plus en plus complexe et coûteuse.

Description

Un porte-avions est constitué des éléments suivants :
- un pont d'envol permettant le décollage et l'atterrissage des avions qu'il emporte,
- un îlot, placé sur un côté du pont et servant entre autres de tour de contrôle,
- des monte-charges permettant de transférer les aéronefs entre pont et les hangars,
- sous le pont, on trouve les hangars de stockage et de maintenance des avions, les réserves de carburant et de munitions, les logements des équipages, et le groupe de propulsion,
- sur le pont se trouvent les catapultes permettant de donner aux avions une accélération initiale pour leur permettre de décoller ainsi que les brins d'arrêt pour le freinage à l'appontage. Le porte-avions américain USS Lincoln et ses navires d'accompagnement Un porte-avions nécessite l'appui de nombreux autres bâtiments, non seulement pour assurer sa défense (notamment patrouilleurs, croiseurs, frégates antiaériennes, frégates anti-sous-marines et sous-marin nucléaire d'attaque (SNA)), mais également pour assurer son ravitaillement. Ainsi, chaque porte-avions est systématiquement accompagné de toute une escorte d'autres bâtiments avec lesquels il compose un groupe de combat aéronaval. Ce besoin en protection fait que l'usage d'un porte-avions était de plus en plus contesté à une époque, celui-ci consommant pratiquement la totalité des moyens d'une marine moderne pour sa seule protection, mais les multiples opérations militaires qu'il permet d'accomplir font de ce bâtiment toujours un atout irremplaçable. En raison de leur vocation, les porte-avions sont en général les plus gros navires des différentes marines. Afin d'augmenter leur autonomie et leur indépendance vis-à-vis d'un ravitaillement en carburant, les porte-avions peuvent être équipés d'un système de propulsion nucléaire. Ce type de propulsion recèle cependant divers problèmes dont le coût, le danger des radiations, les fuites éventuelles, la vulnérabilité des chaufferies, et l'entretien. En outre, il ne supprime pas le besoin de ravitailler le navire en carburant pour les avions, ce qui fait qu'une propulsion classique peut lui être préféré

Les porte-avions dans le monde

En 1991, photo de groupe de porte-aéronefs : le porte-aéronefs Principe de Asturias espagnol, le navire d'assaut amphibie Wasp et le porte-avions conventionnel Forrestal américain et le porte-aéronefs Invincible britannique Le porte-avions russe Amiral Kouznetsov En 2007, les États-Unis disposent d'un nombre important de porte-avions : pas moins de onze unités, dont dix sont à propulsion nucléaire, ce chiffre doit remonter à 12 en 2008. Trois autres pays entretiennent un seul porte-avions : la France, le Brésil (à qui la France a vendu le Foch), et la marine russe, qui dispose de l'Amiral Kouznetsov, appelé dans la terminologie russe Tyazhelyy Aviaseshchiy Kreyser (croiseur porte-aéronefs lourd) mais la marine russe planifie la construction d’un second porte-avions après 2015. D'autres pays, tels que l'Inde, l'Espagne, l'Italie, la Thaïlande et le Royaume-Uni, disposent de porte-aéronefs. On peut considérer les grands bâtiments de débarquement américains comme des porte-aéronefs car ils embarquent des avions à décollage et atterrissage verticaux (ADAV). L'Inde vient de lancer au début 2005, un programme de porte-avions national, le Vikrant doit être livré à la marine indienne en 2012. Il aura été précédé par un ex-porte-avions soviétique, l'amiral Gorschkov, en 2007 pour remplacer le Viraat, un ancien bâtiment britannique. Le Japon et la Corée du Sud ont aussi en projet des porte-aéronefs. On prête à la République populaire de Chine l'intention de mettre en œuvre aussi des porte-avions, à la suite à l'achat de plusieurs porte-aéronefs de l'ex-marine soviétique officiellement à des fins civiles. Selon un communiqué de l'armée populaire de libération, la marine chinoise pourrait acquérir son premier porte-avions vers 2015.

Classification des porte-avions (code OTAN)

Enduring Freedom en mer d'Oman. En 4 colonnes, de en haut à gauche à en bas à droite : ITS Maestrale (F 570), FS De Grasse (D 612), USS John C. Stennis (CVN 74), USS Port Royal (CG 73), FS Charles de Gaulle (R 91), HMS Ocean (L 12), FS Surcouf (F 711), USS John F. Kennedy (CV 67), HNLMS Van Amstel (F 831), et ITS Luigi Durand de la Penne (D 560) (18 avril 2002) CV signifie « Carrier Vessel » (navire porteur)
- CV : Porte-avions lourd (USS John F. Kennedy)
- CVL : Porte-avions léger (Clémenceau)
- CVN : Porte-avions nucléaire (USS Enterprise (CVN-65), Charles de Gaulle)
- CVS : Porte-avions à vocation prioritaire anti-sous-marine, porte-aéronefs (HMS Invincible)
- CVSG : Porte-avions à vocation prioritaire anti-sous-marine mais ayant des missiles anti-navires (ne s'applique qu'à la classe Gorshkov russe)

Les porte-avions américains

Depuis les années 1970, la marine américaine dispose d'un nombre important de porte-avions géants en remplacement des nombreux porte-avions conçus dans les années 1940/1950 : pas moins de douze unités, dont dix sont à propulsion nucléaire en 2006. Ceci permet aux États-Unis d’assurer leur suprématie sur les mers et océans du globe en déployant de par le monde deux à trois porte-avions en permanence, toujours entourés de leur groupe de combat aéronaval. Historiquement, les porte-avions ont été d'une importance primordiale dans la victoire américaine dans les campagnes du Pacifique pendant la Seconde Guerre mondiale. Durant ces batailles, les États-Unis ont perdu six porte-avions, ce qui est peu en regard des pertes japonaises. Les porte-avions ont été utilisés lors de toutes les opérations qui ont suivi, notamment durant la guerre du Viêt-Nam.

Les porte-avions français

français Charles de Gaulle Depuis 1997, la France ne dispose plus que d'un seul porte-avions contre deux depuis 1947 : il s'agit du Charles de Gaulle, un bâtiment à propulsion nucléaire de 40 000 tonnes en charge (à comparer aux 100 000 tonnes des porte-avions américains). Il sera rejoint, en principe, en 2015 par un nouveau porte-avions à propulsion classique, en partie conçu en collaboration avec le Royaume-Uni, le nom actuel du programme est PA 2 appelé aussi CVF FR. La France est pionnière dans l'aéronavale : ses premiers porte-avions étaient en fait des porte-hydravions, comme le bâtiment "La Foudre" lors de la Première Guerre mondiale mais elle n'eut de véritable porte-avions opérationnel qu'après la Seconde Guerre mondiale. Dans l'histoire de la marine française, il y a eu 8 porte-avions :
-Béarn, 1928-1939, ancien cuirassé transformé en 1914, 25 000 tonnes et 30 avions;
-Dixmude, 1947-1949, ancien HMS Bitter de la Royal Navy, 13 000 tonnes, 16 avions et prêté par la Marine américaine ;
-La Fayette, 1951-1962, ancien USS Langley, 11 000 tonnes, 26 avions et prêté par la Marine américaine ;
-Bois-Belleau, 1953-1959, ancien USS Belleau Wood, 11 000 tonnes, 26 avions et prêté par la Marine américaine ;
-Arromanches 1946-1978, ancien HMS Colossus de la Royal Navy, 14 000 tonnes, 26 avions et cédé à la France ;
-Clémenceau, 1961-1997, construit à Brest à partir de 1955, 32 000 tonnes, 36 avions et premier porte-avions (au sens où on l'entend communément) construit en France;
-Foch, 1963-2000, construit à Saint-Nazaire à partir de 1957, 32 000 tonnes, 36 avions, vendu au Brésil en 2000 et rebaptisé São Paulo;
-Charles-de-Gaulle, construit à Brest à partir de 1987 et mis en service en 2001, 40 000 tonnes, 40 (45?) avions.

Les porte-avions britanniques

Mercredi 25 juillet 2007, le Premier ministre britannique Gordon Brown a annoncé sa décision de faire construire deux porte-avions, en remplacement des trois porte-aéronefs actuellement en activité au sein de la Royal Navy. Ces bâtiments devraient être achevés entre 2014 et 2016 et porteront le nom de HMS Queen Elisabeth et HMS Prince of Wales. Basés à Portsmouth, ces navires seront les plus grands bâtiments jamais construits par la marine britannique. Les caractéristiques des navires en projet sont les suivantes :
-Longueur : 280 m.
-Déplacement : 65 000 tonnes à pleine charge.
-Aéronefs : 40 chasseurs multi-rôles F-35 (JSF) et hélicoptères EH-101 Merlin.
-Vitesse : 25 nœuds.
-Autonomie : 10 000 milles nautiques à 15 nœuds
-Propulsion : Turbine à gaz.
-Équipage : 1600 personnes (en incluant le personnel du groupe aérien).
-Durée de vie opérationnelles : 50 ans. (source : Brèves Marine n⁰ 65 du 27 juillet 2007)

Historique

18 janvier 1911, le 1 appontage sur le USS Pennyslvania. Le premier porte-hydravion du monde, le Foudre de la marine nationale française avec un hydravion Canard Voisin durant un exercice en juin 1912. Le premier décollage d'un avion en mer a eu lieu à titre expérimental le 14 novembre 1910, à bord du croiseur américain Birmingham équipé pour l'occasion d'une plate-forme de 24, 60 x 7 mètres. C'est le pilote américain Eugene Ely qui a réalisé l'exploit à bord d'un biplan Curtiss 1911 modèle D. Le 18 janvier 1911, il appontait avec le même avion sur la plage arrière du cuirassé Pennsylvania. Charles Samson fut le premier à décoller d'un navire en mouvement le 2 mai 1912. Le premier navire spécifiquement destiné à emporter des aéronefs fut le porte-hydravions francais Foudre, un croiseur lancé en 1895 qui fut modifié pour son nouveau rôle entre 1911 et 1912. La première attaque d'un porte-avions contre une cible terrestre eut lieu le 19 juillet 1918 où sept Sopwith Camel s'élancèrent du HMS Furious pour attaquer une usine de Zeppelin allemande. L'attaque sur Pearl Harbor et la destruction ou l'immobilisation d'une bonne partie de la flotte du Pacifique forcèrent les États-Unis à mettre en œuvre une nouvelle stratégie de combat fortement basée sur l'utilisation des porte-avions. Les campagnes du Pacifique démontrèrent ensuite très rapidement que le porte-avions surclassait toutes les autres forces de surface, ce qui en fit dès lors le fer de lance de l'US Navy qui posséda jusqu'à 95 navires de ce type en 1945. La Marine impériale japonaise avait dans les années 1930 et au début de ce conflit la flotte la plus nombreuse et la plus performante de ces bâtiments permettant à l'empire du Japon de mener une véritable blitzkrieg sur mer de Pearl Harbor à Ceylan mais ne put rivaliser avec la puissance industrielle de son adversaire. Les pertes ne purent être comblées et depuis sa capitulation, le Japon n'a plus le droit de posséder des porte-avions. De son côté, le Royaume-Uni mit en œuvre plusieurs porte-avions dès la fin des années 1930. On citera notamment le HMS Ark Royal, le HMS Eagle, le HMS Illustrious et le HMS Victorious. Pour des raisons budgétaires, elle retira ses derniers bâtiments de ce type en 1978, pour les remplacer par des porte-aéronefs. Après la seconde guerre mondiale, les États-Unis et le Royaume-Uni, dans le cadre de la réduction de leurs flottes, offrirent ou vendirent des porte-avions construits durant ce conflit à plusieurs nations telles que l'Argentine, l'Australie, le Brésil, le Canada, l'Espagne, la France, l'Inde et les Pays-Bas.

Notes et références

Voir aussi

- Porte-aéronefs ===
Sujets connexes
Amiral Kouznetsov   Argentine   Armée populaire de libération   Arromanches (porte-avions)   Ascenseur   Attaque sur Pearl Harbor   Australie   Avion militaire   Aéronautique navale   Biplan   Blitzkrieg   Brest   Brin d'arrêt   Brésil   Bâtiment de débarquement   Béarn (porte-avions)   Campagnes du Pacifique   Canada   Catapulte (avion)   Clemenceau (porte-avions)   Code OTAN   Corée du Sud   Croiseur   Cuirassé   Décollage   Empire du Japon   Espagne   Eugene Ely   Foch (porte-avions)   Foudre   France   Frein   Frégate (navire)   Gordon Brown   Groupe aéronaval   Guerre d'Afghanistan (2001)   HMS Invincible   Hydravion   Hélicoptère   Inde   Italie   Japon   Marine impériale japonaise   Marine russe   Marine soviétique   Mer d'Oman   Nathan (édition)   Navire de guerre   Nucléaire   PA 2   Patrouilleur   Pays-Bas   Pont d'envol   Porte-aéronefs   Portsmouth   Première Guerre mondiale   Royal Navy   Royaume-Uni   République populaire de Chine   Saint-Nazaire   Seconde Guerre mondiale   Sopwith Camel   Sous-marin nucléaire d'attaque   Thaïlande   USS Enterprise (CVN-65)   Zeppelin  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^