Pereire

Infos
Les frères Emile (1800-1875) et Isaac (1806-1880) Pereire ont accompli au XIXe siècle dans les Landes une œuvre considérable. Petits-fils de Jacob Rodrigues Pereira (1715-1780), juif portugais installé en France en 1741 et devenu l'interprète de Louis XV.
Pereire

Les frères Emile (1800-1875) et Isaac (1806-1880) Pereire ont accompli au XIXe siècle dans les Landes une œuvre considérable. Petits-fils de Jacob Rodrigues Pereira (1715-1780), juif portugais installé en France en 1741 et devenu l'interprète de Louis XV.

Présentation

Ils ont construit le chemin de fer de Bordeaux à Bayonne, la ligne de l'ouest de Paris (terminus St-Germain.)en 1837, financé un réseau des routes agricoles voulu par la loi de 1857 imposant le boisement systématique de la forêt landaise, ensemencé plus de 10 000 ha de forêts en Pays de Buch et dans la Grande Lande et sont à l'origine de la création de la Ville d'Hiver d'Arcachon dans les années 1850, localité nouvelle que Napoléon III visita à deux reprises.

Naissance de la Ville d'hiver d'Arcachon

Pratiquement construite d’un seul jet, selon un plan d’urbanisme soigneusement préétabli, une ville nouvelle vit le jour dans les années 1860, grâce à l’opportune association d’un banquier très avisé et du bacille de Koch : la lénifiante Ville d’hiver d’Arcachon, avec ses extravagantes villas. Arcachon est déjà une station balnéaire réputée. Les riches négociants bordelais y ont pignon sur plage. Les trains qui, depuis le rachat de la ligne Bordeaux – La Teste par la Compagnie du Midi, poussent désormais jusqu’à Arcachon même, font le plein tout l’été. Or, les propriétaires de cette compagnie de chemin de fer, les frères Emile et Isaac Pereire, qui viennent de réussir à Paris la superbe opération immobilière du Parc Monceau, s’intéressent beaucoup à la région. Leur famille y est fixée depuis un siècle et ils sont propriétaires de milliers d’hectares de pins. Emile, celui qui a les idées, se demande comment rentabiliser son petit train douze mois sur douze et, pourquoi pas, monter du même coup une nouvelle opération immobilière. Il a un coup de génie. La tuberculose, que l’on appelle encore la phtisie, fait à l’époque des ravages. On essaie de mettre les malades dans les meilleures conditions de résistance possible. Une seule prescription : bonne nourriture et, surtout, bon air. D’où la floraison de sanatoriums en montagne et sur la Côte d’Azur. Il n’y en a pas sur la côte atlantique, considérée comme trop venteuse. Mais le corps médical arcachonnais a depuis longtemps remarqué que les marins et les résiniers, malgré des conditions de vie et d’hygiène déplorables, ne contractent jamais la maladie. Un médecin nommé Pereyra, cousin des banquiers, note également qu’en traversant la forêt de pins, les vents marins perdent de leur agressivité et que ce climat océanique atténué serait parfait pour les tuberculeux. Emile va bientôt acheter les hauteurs d’Arcachon et les lotir. Ce sera la Ville d’hiver, sorte de gigantesque sanatorium ouvert où les malades pourront séjourner avec leur famille, leurs domestiques, dans des maisons particulières achetées ou louées meublées. Les villas sortent de terre comme des champignons. Toutes sont d’apparences différentes mais en réalité construites pratiquement sur le même plan, à partir d’éléments préfabriqués. Dans un même temps, l’urbanisme va bon train. Un parc à l’anglaise est planté. Rues et allées sont dessinées en courbe, de telle sorte qu’il n’y ait jamais nulle part, de courants d’air. Enfin, une formidable opération de promotion lance la station en présence de l’empereur Napoléon III, de sa femme l’impératrice Eugénie et du Prince impérial, leur fils. Un triomphe. Du monde entier affluent les curistes. La renommée de la Ville d’hiver devient telle que bientôt, les bien-portants s’y installent aussi. Les hôtels s’ajoutent aux villas. Pereire revend ses lots. Mais son idée fera florès jusqu’à la Grande dépression des années trente. Alors, la clientèle habituelle, désargentée, déserte les fastes de la ville, sonnant le glas de l’âge d’or de la cité.

Voir aussi

- Boulevard Pereire
- Jacob Rodrigue Péreire en:Péreire brothers it:Fratelli Pereire pt:Irmãos Péreire catégorie:Personnalité aquitaine Catégorie:Banquier français Catégorie:Compagnie générale transatlantique
Sujets connexes
Années 1930   Arcachon   Bayonne   Bordeaux   Boulevard Pereire   Côte d'Argent   Eugénie de Montijo   Jacob Rodrigue Péreire   Landes de Gascogne   Napoléon III   Parc Monceau   Pays de Buch   Résinier   Sanatorium   Tuberculose   XIXe siècle  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^