Bénin

Infos
Carte du Bénin Temple Vaudou à Ouidah Le Bénin est un pays d'Afrique occidentale qui couvre une superficie de  km² en s'étendant sur 670 km, du fleuve Niger au nord à la côte atlantique au sud. Le Bénin comptait habitants en 2006. Il a comme voisin, le Togo à l'ouest, le Nigeria à l'est et le Niger et le Burkina Faso au nord. Le Bénin a accédé à l'indépendance complète le , sous la dénomination de république du Dahomey, avant de prendre son nom act
Bénin

Carte du Bénin Temple Vaudou à Ouidah Le Bénin est un pays d'Afrique occidentale qui couvre une superficie de  km² en s'étendant sur 670 km, du fleuve Niger au nord à la côte atlantique au sud. Le Bénin comptait habitants en 2006. Il a comme voisin, le Togo à l'ouest, le Nigeria à l'est et le Niger et le Burkina Faso au nord. Le Bénin a accédé à l'indépendance complète le , sous la dénomination de république du Dahomey, avant de prendre son nom actuel en 1975. Les pouvoirs furent transmis au président Maga par le ministre Louis Jacquinot. La capitale officielle est Porto-Novo ; Cotonou étant la capitale économique. Le pays (surnommé un temps le « Quartier latin de l'Afrique » ) a comme langue officielle le français et comme monnaie le franc CFA. Le régime du Bénin est présidentiel et son chef d'État est Boni Yayi qui a succédé à Mathieu Kérékou lors des élections du . Depuis la fin du régime marxiste-léniniste en 1989, le Bénin possède une image très forte de pays démocratique dans toute l'Afrique subsaharienne, le pays est en effet un des pionniers du multipartisme africain.

Histoire

Le peuplement

Le pays est constitué de 2 aires géographiques :
- Le nord (aujourd'hui frontalier du Niger et du Burkina Faso) qui a connu le destin des peuples de la savane.
- Le sud et le centre du pays qui sont marqués par l'histoire des peuples du golfe de Guinée. On retrouve cette opposition dans les qualifications d'« Afrique des greniers » et d'« Afrique des paniers ». La première fait référence au grenier de maïs ou de mil que l'on trouve dans le domaine des savanes africaines, comme au Mali, au Niger ou au Burkina Faso. La seconde se situe autour de l'équateur et correspond, en Afrique occidentale, au sud de tous les pays littoraux du Golfe de Guinée. Dans ces derniers, en raison du climat équatorial favorable à l'agriculture, rien ne sert d'entreposer, il suffit juste de « porter ». Jusqu'au , de nombreux peuples de la savane s'installent au nord :
- Bariba ou Baatombu
- Dendi
- Djerma
- Groussi
- Haoussa
- Mossi
- Paragourma
- Peul ou Fulbe Alors que des populations littorales s'installent au sud et au centre :
- Fon et Aja, ou Adja
- Ewé
- Gen
- Mina
- Yoruba

L'organisation sociale ancienne

Les communautés anciennes se structurent sur leurs lignages. Vivant sur des territoires restreints, ces populations n'ont pas besoin d'organisation politique. Quant à leur organisation sociale, elle se base sur le respect des coutumes et des ancêtres morts. L'autorité s'y excerce oralement par le partage de ces traditions. On trouve toujours de telles populations dans le nord-ouest du pays : Berba, Kabyè ou Tanéka. Lorsque plusieurs lignées se regroupent, elles se structurent en chefferies. Le chef peut être un représentant d'une famille ancienne ou un prêtre. Il s'entoure de dignitaires, chargés chacun d'une activité collective et formant un conseil. A partir du , la structure sociale se complexifie et des royaumes apparaissent. Il s'en est dégagé 3 grandes aires culturelles : Bariba au nord, Yoruba et Aja-Ewé au sud.

Les royaumes Bariba (très brève présentation)

Le nord du pays a connu plusieurs royaumes bariba et notamment le royaume de Nikki. C'est à partir de ce village du nord-est qu'une dynastie, créée au par Sunon Séro, étendit sa domination sur la région. Son dernier roi, Séro Kpéra, meurt en 1831 en combattant aux côtés des Yorubas d'Oyo (Nigeria) les attaques des Peuls. Le royaume est désorganisé quand les armées coloniales l'envahissent à la fin du . Leurs sociétés sont structurées en classes sociales strictes : nobles guerriers, agriculteurs roturiers, artisans et esclaves.

Les royaumes Yoruba

L'aire d'influence des Yoruba couvre l'est du pays. Leur royaume le plus remarquable est celui de Kétou. Fondé par Edé, il est encore en plein essor quand il entre en guerre avec le royaume d'Abomey en 1886.

Les royaumes Aja-Ewé

Selon d'ancienne tradition orale, les Aja-Ewé émigrent à partir du de la ville de Tado, située sur les rives du fleuve Mono au Togo. Ils établissent dans le sud 2 royaumes : à Sahè ou Savi, et à Davié correspondant à l'actuelle ville d'Allada. Vers 1620, les héritiers du royaume d'Allada se disputent le trône. De leur scission découle la formation de 2 royaumes supplémentaires. Au sud-est, Zozérigbé crée le royaume de Hogbonou dans la localité d'Adjatché, future Porto-Novo. Et au nord, Houégbadja (1645-1689) institue le royaume du Dahomey, à partir de sa capitale Abomey. Au , une série de conquêtes se fait sous l'autorité de 12 rois traditionnels, à commencer par Gangnihessou. En 1724, Agadja (1708-1732) roi du Dahomey s'empare du royaume d'Allada. Puis, en 1727, il soumet celui de Savi. En 1741, c'est au tour de Ouidah de tomber sous le joug de son successeur Tegbessou. Le pays dispose désormais d'une large fenêtre sur la mer. Le royaume a pris l'habitude d'échanger, commercialement et politiquement, avec les Portugais et les Néerlandais, arrivés à la fin du . Le Dahomey devient une entité politique organisée, très originale dans la région. Le royaume en est une puissance dominante. Le roi Houégbadja a même à sa disposition un contingent de femmes amazones, anciennes chasseresses d'éléphants. C'est une société complexe, raffinée, efficace mais aussi cruelle et sanglante, notamment lors des funérailles royales qui s'accompagnaient de sacrifices humains. Dès le , ces royaumes, qui se structurent autour des villes d'Allada, Hogbonou et Abomey, prospèrent avec le développement du commerce local. Et l'une de leurs activités qui se base sur la traite des esclaves intéresse les négriers européens. Néerlandais, Portugais, Danois, Anglais, et Français installent le long de la « Côte des esclaves » des comptoirs commerciaux.
- 1650 : construction d'un fort anglais à Ouidah
- 1664 : installation de missionnaires capucins bretons à Ouidah
- 1704 : construction d'un fort français à Ouidah
- 1752 : installation des Portugais à Hogbonou qu'ils rebaptisent Porto-Novo en 1782 Dans la première moitié du , le roi Guézo du Dahomey donna à la richesse de son royaume d'autres fondements que le commerce des esclaves, développant la culture du palmier à huile afin de répondre à la demande européenne et introduisant de nouvelles cultures d'origine américaine (maïs, tomate, arachide, tabac). Des villages réguliers et propres, et des cultures bien ordonnées couvrent le pays.

Colonisation

Dès 1851, la France signa un traité commercial et d'amitié avec le chef de Porto-Novo, vassal du roi Glélé du Dahomey, qui régna de 1858 à 1889. Par les traités de 1868 et de 1878, la région de Cotonou, située entre Ouidah, comptoir portugais, et Porto-Novo, fut cédée à la France. En 1883, le roi de Porto-Novo, souhaitant se protéger des visées expansionnistes du Dahomey, signa un traité de protectorat avec la France. L'un des rois les plus mythiques du royaume du Dahomey, le très noble roi Béhanzin (ayant pour emblème le requin) attaqua en 1890 les Français à Cotonou, garda 73 jours des otages français, puis assiégea d'autres villages porto-noviens protégés des Français. Il déclara même aux Français de le laisser tranquille, défiant fièrement : « Si vous voulez la guerre, je suis prêt ». L'insolence de Béhanzin, envers les Français fut jugée intolérable et surtout opportune, une bonne occasion pour les Français d'en finir avec ce royaume. Béhanzin fut capturé en janvier 1894 et déporté en Martinique. Les établissements français furent regroupés au sein de la colonie du Dahomey. Dans le Nord, le royaume bariba de Nikki, qui avait atteint son apogée au avant de se heurter à l'expansionnisme du royaume nigérian d'Ilorin, opposa une vive résistance à la colonisation française. En 1899, le Dahomey intégra l'Afrique-Occidentale française (AOF) (voir Français, empire colonial). Les frontières furent établies selon un accord commun avec la Grande-Bretagne (fixée alors au Nigeria) et avec l'Allemagne (présente alors au Togo). Après la première guerre mondiale, la scolarisation prend beaucoup d'importance (notamment grâce aux missions religieuses) et se développe surtout dans le sud qui deviendra un des principaux foyers politiques et intellectuels de l'AOF. C'est à cette époque que furent fondés de nombreux partis politiques, tandis que se développait une presse d'opposition au système colonial. Rallié à la France libre durant la Seconde Guerre mondiale, le Dahomey devint un État autonome au sein de la Communauté française en 1958. Le pays accéda à l'indépendance le 1 août 1960 et entra, le mois suivant, aux Nations unies.

L'indépendance

Depuis l'indépendance, le Bénin a connu une histoire politique mouvementée. Les douze premières années furent marquées par une instabilité chronique, les anciennes élites coloniales, pour la plupart originaires du Sud, se disputèrent le pouvoir. En 1963, le nord du pays veut sa revanche, tandis que les élites et la nouvelle bourgeoisie semblent peu préoccupées par les nombreux défis du sous-développement. C'est à cette période qu'un certain colonel Christophe Soglo (l'oncle de Nicéphore Soglo) arrive sur la scène politique du pays, en forçant Hubert Maga, premier président du Dahomey indépendant, à démissionner. En six ans, on enregistra quatre coups d'état, perpétrés tour à tour dans un régime militaire bon enfant (dans l'ensemble). En 1970, un Conseil présidentiel constitué de trois membres, Maga, Apithy et Ahomadégbé (une présidence tournante à trois) prend le pouvoir et suspend la Constitution. La ronde des présidents n'a pu se faire. En effet, seul Maga a pu passer les 2 ans retenus à la tête du Dahomey. A peine Ahomadégbé a-t-il entamé son tour de direction en 1972 que l'armée, sous la direction du capitaine Mathieu Kérékou, décide de reprendre en main le gouvernement, destitue le Conseil présidentiel, et Mathieu Kérékou devient le chef de l'état du Dahomey. Il est rapidement nommé commandant. Mais les militaires se trouvent désemparés, sans programme et sans idées. Leur pouvoir est vide et c'est dans ce vide que vont s'engouffrer les idées des jeunes militaires et des étudiants qui ont vécu en France la période de mai 68.

La république populaire du Bénin (1974/1990)

Ainsi, en novembre 1974, Mathieu Kérékou décide de diriger le pays dans une voie marxiste-léniniste. Le peuple n'en revient pas, les notables et autres diplomates restent abasourdis par la nouvelle. En 1975, pour réduire le poids politique du Sud, le nom de Dahomey fut symboliquement abandonné pour celui de Bénin, du nom du royaume qui s'était autrefois épanoui au Nigeria voisin. Le pays devient la « République populaire du Bénin ». Mathieu Kérékou interdit le vaudou (paradoxalement, Mathieu Kérékou lui même aura des années plus tard un marabout personnel), la religion traditionnelle bien implantée dans le Sud. Une nouvelle Constitution, instaurant un régime à parti unique, fut promulguée en 1977. La même année, une tentative de coup d'État appuyée par des mercenaires échoue et durcit le régime qui devient militaro-marxiste. Malgré tout, le marxisme-béninisme s'avère moins mauvais que d'autres, et on s'apitoie davantage sur le sort des voisins Togolais que sur le sien. Le Bénin tenta de vastes programmes de développement économique et social mais sans de bons résultats à l'arrivée. Signe de pragmatisme et de modération, les trois anciens présidents, Maga, Apithy et Ahomadégbé (emprisonnés en 1972) furent libérés en 1981. Élu président par l'Assemblée nationale révolutionnaire en 1980, réélu en 1984, Mathieu Kérékou échappe à trois tentatives de coup d'État en 1988. En 1987, les plans du FMI imposent des mesures économiques draconiennes : prélèvements supplémentaires de 10% sur les salaires, gel des embauches, mises en retraite forcées. En 1989, un nouvel accord avec le FMI sur un programme d'ajustements des structures économiques provoque une grève massive des étudiants et des fonctionnaires, réclamant le paiement de leurs salaires et de leurs bourses. En cette fin des années 1980, le pouvoir populaire n'a guère plus que quelques milliers de convaincus, une petite douzaine dit la rumeur. On finit par se demander s'il y a encore quelqu'un qui croit vraiment à ce marxisme proclamé du jour au lendemain (sans que l'ex-Union soviétique y ait imposé quelque chose). C'est ainsi que les troubles sociaux et politiques vont conduire Mathieu Kérékou à renoncer à l'idéologie marxiste-léniniste et à accepter l'instauration d'une Conférence nationale, réunissant les représentants des différents mouvements politiques. On ne garde de l'ancien régime que le nom de Bénin qui sonne bien. La conférence est une véritable réussite démocratique. Mathieu Kérékou déclare même : « j'accepte toutes les conclusions de vos travaux ». Une nouvelle constitution est établie. Un gouvernement de transition, mis en place en 1990, ouvre la voie au retour de la démocratie et du multipartisme. Le Premier ministre, Nicéphore Soglo, bat Mathieu Kérékou à l'élection présidentielle de mars 1991. Mathieu Kérékou s'en va « sans bruit » et devient donc l'un des rares présidents militaires parvenu par un coup d'état à être éliminé démocratiquement.

Les années du renouveau

Nicéphore Soglo rétablit le vaudou pour se concilier les pouvoirs traditionnels et fait du 10 janvier de chaque année la Journée nationale du vaudou. Cependant les ajustements structurels et la compression des dépenses publiques recommandées par le FMI viennent raviver le mécontentement général de la population. De plus, les trafics clandestins traditionnels s'épanouissent au grand jour (whisky, essence, ciment, voitures…) Après avoir perdu sa majorité au sein de l'Assemblée législative, le président Nicéphore Soglo, accusé de népotisme par ses adversaires, est battu par Mathieu Kérékou à la présidentielle du 17 mars 1996. C'est un choc pour Nicéphore Soglo qui après avoir crié au complot, envoie ses félicitations à Mathieu Kérékou et s'en va méditer plus de quatre mois, hors d'Afrique, les raisons de ses erreurs fatales. Démocratiquement, Mathieu Kérékou est de retour sur la scène politique béninoise, après avoir dirigé le pays pendant dix-sept années (de 1972 à 1990) dans le fiasco politique et économique de la désormais ancienne « République populaire du Bénin ». Les élections législatives de mars 1999 donnent de justesse la victoire à la Renaissance du Bénin (RB), le mouvement de l'opposition dirigé par Rosine Soglo, épouse de l'ancien président Nicéphore Soglo. Ces élections marquent l'échec du Mouvement Africain pour la Démocratie Et le Progrès (MADEP), le Parti d'un des proches du Président Kérékou, l'homme d'affaires Séfou Fagbohoun. Cependant, en mars 2001, Mathieu Kérékou est réélu président de la République avec 84, 06% des voix. Arrivé en tête au premier tour, face à son prédécesseur Nicéphore Soglo, il sera confronté au désistement de ce dernier ainsi qu'à celui d'Adrien Houngbédji arrivé en troisième position. Ces deux candidats démissionnaires ont qualifié le scrutin de « mascarade ». Terni par des soupçons de fraudes électorales et âgé de soixante-sept ans, Mathieu Kérékou entame donc un second mandat consécutif dans des conditions économiques fragiles.

L'espoir Boni Yayi

Depuis 2001, les difficultés économiques n'ont cessé de s'amplifier au Bénin, que ce soit dû aux difficultés économiques du Port autonome de Cotonou, au choc pétrolier, à la crise du secteur du coton, à la contrebande très étendue, aux personnels administratifs trop nombreux ou encore aux graves crises d'électricité créées par les sècheresses. Le Bénin est dans une période économique difficile que seule l'agriculture, très diversifiée parvient à maintenir compétitif face à ses voisins. C'est ainsi que lors des élections de mars 2006, les Béninois ont décidé d'exprimer leur « ras-le bol » et que le novice en politique, l'ancien président de la Banque ouest africaine de développement(BOAD), le Dr Boni Yayi succède à la surprise générale à Mathieu Kérékou avec 75% des suffrages (notons un taux de participation fort de 76%) Mathieu Kérékou qui a refusé de changer la Constitution pour pouvoir se représenter, n'en était pas moins opposé à Boni Yayi, trop novice à son goût. En effet, à quelques jours des résultats l'ancien président, surnommé le caméléon, a plongé le pays dans le doute, en affirmant publiquement que lors du déroulement de l'élection il y avait eu des dysfonctionnements dans l'organisation, avec des problèmes de listes électorales et de cartes d'électeur. Malgré cela, la coordination des observateurs internationaux indépendants s'est félicitée au cours d'une conférence de presse à Cotonou, du déroulement du second tour de l'élection présidentielle au Bénin, jugeant qu'il avait été de « très bonne tenue ».

Politique

Le 6 avril 2006, le nouveau président de la République du Bénin, le Dr Boni Yayi, 54 ans, est officiellement installé dans ses fonctions à Porto-Novo. Le nouveau président qui prône une « République coopérative et solidaire », a énuméré les quatre priorités de son mandat que sont les ressources humaines, une gouvernance concertée, le développement de l'esprit d'entreprise, la construction de nouvelles infrastructures. L'ancien président de la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) est élu président de la République à l'issue du deuxième tour de scrutin le 5 mars 2006, rassemblant 74, 51% des suffrages, contre 25, 49% pour Me Adrien Houngbédji, qui a présenté ses félicitations au nouvel élu. Candidat indépendant, Boni Yayi a su rallier les ténors de la politique béninoise que sont Albert Tévoédjrè, Emile Derlin Zinsou et une vingtaine de députés à l'Assemblée nationale, avant de bénéficier des consignes de vote de presque tous ses concurrents du premier tour, à l'issue duquel il totalisait un peu plus de 35%, contre 24% pour son poursuivant Me Adrien Houngbédji. Apparemment, les consignes de vote ont été suivies. Toutefois, certains observateurs estiment qu'avec ou sans consignes, le « candidat du changement » serait passé. Aux yeux des électeurs et plus particulièrement des jeunes et des milieux d'affaires, Boni Yayi (économiste) incarne l'espoir d'une reprise économique, l'amoindrissement du chômage, la lutte contre la corruption, la bonne gouvernance. Le successeur de Mathieu Kérékou a promis un taux de croissance à deux chiffres (environ 5% actuellement) et le positionnement du Bénin en tête des producteurs du coton ouest-africains à partir de la campagne agricole 2006-2007. Quoique entouré de toute la classe politique, le docteur Boni Yayi se refuse de faire de la politique politicienne. « Nous sommes venus pour produire de la richesse », dit-il, refusant de constituer un « gouvernement de remerciement ». Cependant, des sources bien informées indiquent qu'il a demandé aux partis politiques de lui proposer des cadres pour la formation du gouvernement. Les élections législatives du 31 mars 2007 donnent la majorité à la Force Cauris pour un Bénin Emergent (Fcbe).

Journalisme

Il y a au Bénin une grande liberté de presse. Aussi, à cause de cela, existe t-il un « boom » des médias, dans un des plus pauvres pays du monde. Dans la capitale économique, Cotonou avec son million d' habitants, environ 40 journaux quotidiens sont publiés, peut-être le record dans le monde - bien qu'il y ait plus de 50 % d'analphabètes. Les huit millions d'habitants du Bénin peuvent suivre l'ORTB de l'État et plus de 70 radios privées et 4 télévisions privées. La plupart des plus de 1 000 journalistes ont seulement un « training on the job » (de professionalisation). (Pendant la dictature, deux tiers des journalistes avaient une éducation de l' État.) Les médias nouveaux sont économiquement faibles et à cause de cela sensibles à la corruption - seulement cinq environ sont rentables. Ils reçoivent un tout petit budget de l'état et très peu d'annonceurs. Chez Reporters sans frontières, le Bénin est en 23 place.

Subdivisions

Le Bénin est divisé en douze départements:
-Alibori
-Atacora
-Atlantique
-Borgou
-Collines
-Donga
-Couffo
-Littoral
-Mono
-Ouémé
-Plateaux
-Zou

Climat

Le climat est tropical, chaud et humide dans l'ensemble avec des nuances saisonnières et géographiques qu'imposent l'extension du pays en latitude, le relief et l'alternance des saisons. Il pleut de 900 à 1300 millimètres d'eau par an, les régions les plus arrosées sont dans l'angle sud-est, de Cotonou à Porto Novo, l'Atacora entre Natitingou et Djougou, les régions de Dassa et de Ndali au nord de Parakou. Les maximums des précipitations sont au sud (climat équatorial), de la mi-mars à la mi juillet, et plus faiblement en novembre et décembre. La mousson, océanique et chargée d'humidité, souffle d'avril à novembre, du sud-ouest. L'harmattan continental et sec, souffle dans le sens inverse de la mousson (vient du nord, du Sahel), de novembre à mai, apportant une poussière ocre orange. Le taux d'humidité, toujours important, se situe entre 65 et 95%. La moyenne des températures reste comprise entre 22 et 34°C, avril et mai étant les mois les plus chauds (juste après que l'Harmattan ait soufflé durant 6 mois, avant que la mousson n'apporte ses pluies).

Géographie

De forme étirée entre le fleuve Niger au nord et la plaine côtière dans le sud, le relief de l'ensemble du pays est peu accidenté. Le nord du pays est principalement constitué de savanes et de montagnes semi-arides. Le point culminant est le mont Sagboroa à 658 mètres. Le sud du pays est constitué d'une plaine côtière basse parsemée de marécages, lacs et lagunes comme par exemple le lac Nokoué ou la lagune de Porto Novo. La majeure partie de la population vit dans les plaines côtières méridionales, où les plus grandes villes du Bénin sont concentrées, notamment Porto Novo et Cotonou. Le pays étant situé dans une zone intertropicale, son climat est chaud et humide, avec relativement peu de pluie, bien qu'il y ait deux saisons des pluies (d'avril à juillet et de septembre à novembre). La Cour internationale de justice de La Haye a défini le 12 juillet 2005 la frontière définitive entre le Bénin et le Niger au sujet des îles dans le lit des fleuves Niger et Mékrou : neuf îles ont été attribuées au Bénin et seize, dont celle de Lété, au Niger.

Photos du Bénin

|Vue aérienne de Cotonou Image:azee.jpg|Rue de Cotonou : Pollution et zémidjan Image:coto.jpg|Cotonou et ses rues animées Image:benin8.jpg|Pêcheurs à Grand-Popo Image:benin.jpg|Grand-Popo-Awale plage |Porte du non retour à Ouidah, signe du triste passé esclavagiste de la ville Image:benin4.jpg|Marché de Grand-Popo Image:benin5.jpg|Enfants au puits Image:benin6.jpg|Paysage du centre du pays Image:benin9.jpg|Source à Possotomè Image:benin10.jpg|L'Afrique d'aujourd'hui, mobylette et baobab Image:Savane_nord.jpg|Nord du pays

Économie

Le Bénin est un pays au sous-sol pauvre, qui vit essentiellement de son port et de son agriculture. En effet, le port de Cotonou présente l'accès à la mer le plus rapide et le plus sûr pour les deux voisins enclavés du Nord que sont le Niger et le Burkina Faso. Le Bénin est également un pays producteur de coton, activité ayant connu de très grosses difficultés ces dernières années, mais aussi de maïs, de manioc, de sorgho, d'huile de palme et de millet. Ces deux poumons de l'économie ont été très lourdement sclérosés par les abus de pouvoir et la corruption, empêchant tout développement sensible de ces secteurs jusqu'à l'élection de Boni Yayi en mars 2006. Le Bénin dispose également d'atouts touristiques, géographiques et culturels, non négligeables quoiqu'encore peu développés : plages et villages lacustres au sud, parcs animaliers au nord, haut-lieu de l'esclavage et berceau du vaudou. Il est à noter que 95 % de l'économie béninoise est informelle et les recettes fiscales de l'État sont donc maigres malgré une fiscalité très lourde pour les entreprises formelles de la place. Le Bénin est membre de l'Union économique et monétaire ouest-africaine.

Démographie

FAO, 2005). Population en milliers d'habitants. Les populations béninoises ont failli être exterminées par la traite atlantique et le régime colonial. L´indépendance des années soixante et les meilleures conditions de vie qui s´en suivirent ont permis à la population d´augmenter. Le Bénin compte pas moins de 40 ethnies différentes, la plus grande étant les Fons qui représentent environ 49% de la population béninoise. Parmi les autres ethnies, il y a les Adjas, Yorubas, Sombas et les Baribas.

Langues

La plupart de ces ethnies ont leur propre langue, bien que le français, qui est la langue officielle, soit parlé dans la plupart des villes. Parmi les langues indigènes, les langues fon et yoruba sont les plus parlées.

Religions

Les religions animistes africaines prédominent. On ne peut parler du Bénin sans évoquer la part du vaudou dans la société béninoise. Cependant une part significative de la population est chrétienne (catholique et protestante) et musulmane. Animisme (65%), Christianisme (20%), Islam (10 à 15%)

Culture

Fêtes et jours fériés

Divers

Population : 7 513 946 habitants (en 2006). 0-14 ans : 47, 32%; 15-64 ans: 50, 38%; + 65 ans: 2, 3% Frontières terrestres : 1989 km (Nigeria 773 km; Togo 644 km; Burkina Faso 306 km; Niger 266 km) Littoral : 121 km Extrémités d'altitude : 0 m > + 658 m Espérance de vie des hommes : 49 ans (en 2001) Espérance de vie des femmes : 51 ans (en 2001) Taux de croissance de la population : 2, 97% (en 2001) Taux de natalité : 44, 23 ? (en 2001) Taux de mortalité : 14, 51 ? (en 2001) Taux de mortalité infantile : 89, 68 ? (en 2001) Taux de fécondité : 6, 2 enfants/femme (en 2001) Taux de migration : 0 ? (en 2001) Indépendance : 1960 (ancienne colonie française) Lignes de téléphone : 36 000 (en 1997) Téléphones portables : 4300 (en 1997) Postes de radio : 620 000 (en 1997) Postes de télévision : 60 000 (en 1997) Utilisateurs d'Internet : 10 000 (en 2000) Nombre de fournisseurs d'accès Internet : 1 (en 2000) Routes : 6 787 km (dont 1 357 km goudronnés) (en 1997) Voies ferrées : 578 km (en 2000) Voies navigables : n.c. Nombre d'aéroports : 5 (dont 1 avec des pistes goudronnées)

Codes

Le Bénin a pour codes :
- BEN, selon la liste des codes pays utilisés par l'OTAN, code alpha-3,
- BEN, selon la norme ISO 3166-1 (liste des codes pays), code alpha-3,
- BEN, selon la liste des codes pays du CIO,
- BJ, selon la norme ISO 3166-1 (liste des codes pays), code alpha-2,
- BN, selon la liste des codes pays utilisés par l'OTAN, code alpha-2,
- DB, selon la liste des préfixes des codes OACI des aéroports,
- DY, selon la liste des codes internationaux des plaques minéralogiques,
- TY, selon la liste des préfixes OACI d'immatriculation des aéronefs,

Voir aussi

===
Sujets connexes
AOF   Afrique   Agadja   Agriculture   Aja-gbe   Albert Tévoédjrè   Alibori   Allemagne   Amazones   Animisme   Années 1980   Atacora   Atlantique (département)   Ayizo-gbe   BEN   BJ   BN   Banque ouest-africaine de développement   Bariba   Borgou   Burkina Faso   Capitale   Chef d'État   Chefferie   Christianisme   Christophe Soglo   Collines   Corruption   Coton   Cotonou   Couffo   Cour internationale de justice   Côte des esclaves   DB   DY   Dahomey   Danemark   Dendi (langue)   Djougou   Donga   Ewe (langue)   Fon   Fon-gbe   Fonds monétaire international   Fons   Franc CFA   France   Français   Gangnihessou   Gen   Golfe de Guinée   Grand-Popo   Haoussa   Harmattan   Hubert Maga   Huile de palme   ISO 3166-1   Islam   Kétou   L'Aube Nouvelle   La Haye   Lagune   Langue officielle   Liste des codes internationaux des plaques minéralogiques   Liste des codes pays du CIO   Liste des codes pays utilisés par l'OTAN   Liste des préfixes OACI d'immatriculation des aéronefs   Liste des préfixes des codes OACI des aéroports   Littoral (département)   Louis Jacquinot   Mali   Manioc   Mars (mois)   Martinique   Mathieu Kérékou   Maïs   Mil   Millet   Mina   Mono (département)   Mono (fleuve)   Mossi   Mousson   Multipartisme   Mékrou   Natitingou   Nicéphore Soglo   Niger   Niger (fleuve)   Nigeria   Nikki   Négrier   Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture   Ouidah   Ouémé   Parakou   Pays   Pays-Bas   Peul   Peuls   Plateaux (département)   Porto-Novo   Portugal   Président   Quartier latin (quartier parisien)   Reporters sans frontières   Royaume-Uni   Royaume du Benin   République   Sahel africain   Savane   Savi   Seconde Guerre mondiale   Somba   Superficie   TY   Tegbessou   Togo   Union des républiques socialistes soviétiques   Union économique et monétaire ouest-africaine   Vaudou   Yoruba   Zou   Zémidjan  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^