Problèmes de Hilbert

Infos
Lors du deuxième congrès international de mathématiques tenu à Paris en 1900, David Hilbert présenta une liste de problèmes qui tenaient jusqu'alors les mathématiciens en échec. Ces problèmes devaient, selon Hilbert, marquer le cours des mathématiques du , et l'on peut dire aujourd'hui que cela a été grandement le cas. La liste définitive fut publiée après la tenue du congrès et est aujourd'hui familièrement appelée problèmes de Hilbert. Les sections suivantes
Problèmes de Hilbert

Lors du deuxième congrès international de mathématiques tenu à Paris en 1900, David Hilbert présenta une liste de problèmes qui tenaient jusqu'alors les mathématiciens en échec. Ces problèmes devaient, selon Hilbert, marquer le cours des mathématiques du , et l'on peut dire aujourd'hui que cela a été grandement le cas. La liste définitive fut publiée après la tenue du congrès et est aujourd'hui familièrement appelée problèmes de Hilbert. Les sections suivantes présentent brièvement chaque problème. L'équivalent pour le a été défini sous le programme des problèmes du prix du millénaire.

Premier problème

Prouver l'hypothèse du continu de Cantor. Paul Cohen, en se basant sur les travaux de Gödel, montra en 1963 que cette conjecture était indécidable. Hilbert rattache ce problème à la question suivante : prouver que l'ensemble des nombres réels peut être bien ordonné. Ernst Zermelo prouva que l'existence de ce bon ordre est équivalent à l'axiome du choix de Zermelo. Ainsi, le prouver revient à accepter cet axiome, ce que nombre de mathématiciens refusèrent. Alors que Hilbert pensait que ces deux problèmes étaient liés, Cohen prouva qu'ils étaient indépendants en montrant que l'hypothèse du continu de Cantor était indécidable.

Deuxième problème

Démontrer la consistance des axiomes de l'arithmétique. Gödel montra en 1931, via son théorème d'incomplétude, que cela ne pouvait être démontré sans sortir de l'arithmétique. Gerhard Gentzen, cependant, donna, en 1936, une réponse affirmative au moyen d'une récurrence transfinie.

Troisième problème

Étant donnés deux polyèdres d'égal volume, peut-on découper le premier polyèdre en des polyèdres et les rassembler pour former le second polyèdre ? Max Dehn, élève de Hilbert, montra que non, en 1902, en démontrant qu'il était impossible de diviser un cube et un tétraèdre régulier de même volume en un nombre fini de polyèdres deux à deux identiques. Malgré tout, le paradoxe de Banach-Tarski constitue un résultat positif pour cette question si l'on n'exige pas que les morceaux intermédiaires soient des polyèdres et surtout si l'on suppose l'axiome du choix.

Quatrième problème

Définir toutes les géométries dont la plus courte distance entre deux points est un segment de droite. La géométrie différentielle a permis de répondre en partie à ce problème, bien que l'on ne puisse pas à proprement parler de réponse ferme.

Cinquième problème

Démontrer que les groupes de Lie sont nécessairement différentiables. Le théorème de Gleason-Montgomery-Zippin en 1953 y répondit par l'affirmative.

Sixième problème

L'axiomatisation, fondée sur le modèle mathématique, de la physique. Du fait de l'apparition de la théorie de la relativité et de la mécanique quantique, le problème fut vite obsolète. Malgré tout, on peut noter que la physique théorique et les mathématiques ne cessent de se rapprocher. En axiomatisant la Théorie des probabilités, Kolmogorov a résolu en partie ce problème.

Septième problème

Démontrer la transcendance des nombres a^b, avec a algébrique et b irrationnel (par exemple 2^\sqrt). Les travaux de Gelfond, complétés par Schneider et Baker, ont permis de résoudre en partie ce problème (voir Théorème de Gelfond-Schneider).

Huitième problème

Démontrer l'hypothèse de Riemann. Malgré les progrès faits notamment par Deligne qui démontra les conjectures de Weil, et reçut pour cela la médaille Fields en 1978, on est encore loin d'avoir résolu ce problème, qui s'annonce comme celui du .

Neuvième problème

Établir une loi de réciprocité dans les corps de nombres algébriques. Une réponse à ce problème est apportée par la loi de réciprocité d'Artin, démontrée par celui-ci en 1927.Ce théorème enrichit la connaissance de la théorie des corps de classes, dont le développement fut facilité par l'introduction des idèles par Chevalley en 1936.

Dixième problème

Trouver un algorithme déterminant si une équation diophantienne a des solutions. Il fallut attendre les travaux de Church et Turing en 1930 pour définir rigoureusement la notion d'algorithme. En 1970, Yuri Matijasevic, établissant une équivalence entre les ensembles récursivement énumérables et les ensembles diophantiens, a établi qu'un tel algorithme ne pouvait pas exister.

Onzième problème

Classifier les formes quadratiques à coefficients dans les anneaux d'entiers algébriques. Le théorème de Hasse-Minkowski résout le problème sur \mathbb Q, et Siegel le résolut sur d'autres anneaux intègres.

Douzième problème

Prolonger le théorème de Kronecker sur les corps non-abéliens.

Treizième problème

Montrer l'impossibilité de résoudre les équations du septième degré au moyen de fonctions de seulement deux variables. Plus généralement, il s'agit d'étudier les fonctions continues (et, en fait, les fonctions continues de trois variables) qui ne peuvent pas s'exprimer par composition à partir de fonctions continues de deux variables. En 1954, Kolmogorov et son élève Vladimir Arnold ont montré que cette classe était vide : il existe n(2n+1) fonctions continues universelles \Phi_ (de dans ) telles que pour toute fonction continue f:^n \to , il existe 2n+1 fonctions continues g_j : \to telles que f(x_1 , \dots, x_n) = \sum_^ g_j \left( \sum_^n \Phi_ (x_i)\right). En revanche, la question de la résolubilité de l'équation du septième degré par des fonctions analytiques de deux variables est encore ouverte.

Quatorzième problème

Prouver le caractère fini de certains systèmes complets des fonctions. Le problème est le suivant : on considère un corps k et un sous-corps K de E = k(X_1, \dots, X_n) ; on pose R = k ; l'anneau K \cup R est-il une k-algèbre de type fini ? La réponse est négative, comme l'a montré Zariski (qui donna l'interprétation géométrique suivante : il existe une variété projective X de corps des fonctions K et un diviseur effectif D sur X tel que K \cup R soit l'ensemble des fonctions de K n'ayant de pôles que sur R). Cependant, la recherche de conditions suffisantes pour la validité du résultat d'Hilbert a été source d'idées très fécondes en géométrie. Nagata donna en 1959 un contre-exemple qui montra la fausseté de la conjecture.

Quinzième problème

Mettre en place les bases du calcul énumératif de Hermann Schubert. Il s'agit là de rendre rigoureux certains calculs sur les objets « en position générale » en théorie de l'intersection, et en particulier le « principe de conservation des nombres ». Ce problème a donné naissance aux théories de la multiplicité de Samuel et Grothendieck. Résolu par Van der Waerden en 1930.

Seizième problème

Développer une topologie des courbes et des surfaces algébriques. Ce problème comporte deux parties. La première concerne le nombre de branches réelles d'une courbe algébrique, et leur disposition ; de nombreux résultats modernes (Petrovskii, Thom, Arnold) apportent des informations à leur sujet. La seconde partie du problème pose la question de l'existence d'un nombre maximal de cycles limite pour une équation différentielle linéaire définie par des polynômes homogènes de degré donné ; cette question est encore ouverte.

Dix-septième problème

Montrer qu'une fonction rationnelle positive peut s'écrire sous la forme de somme de carrés de fonctions rationnelles. Résolu par Artin en 1927. Une démonstration purement logique a été trouvée par Robinson.

Dix-huitième problème

Construire un espace euclidien avec des polyèdres congruents. Le problème comporte trois parties.
-Premièrement, montrer qu'il n'existe à isomorphisme près qu'un nombre fini de groupes discrets d'isométries de \mathbb R^n admettant un domaine fondamental compact ; cette question fut résolue par Ludwig Bieberbach en 1910.
-Deuxièmement, la question de l'existence de polyèdres qui ne sont pas des groupes fondamentaux, mais qui peuvent cependant paver l'espace ; de tels polyèdres furent construits par Reinhardt et Heesch dans les années trente.
-Troisièmement, ce problème comporte aussi la fameuse conjecture de Kepler sur l'empilement des sphères dans l'espace, résolue en 1998 par Thomas Hall.

Dix-neuvième problème

Prouver que le calcul des variations est toujours nécessairement analytique. Résolu par Bernstein et Tibor Rado en 1929.

Vingtième problème

Étudier la solution générale des problèmes de valeur limite.

Vingt-et-unième problème

Prouver que toute représentation complexe de dimension finie peut s'obtenir par action de monodromie sur une équation différentielle de Fuchs. Résolu par Helmut Rörl en 1957.

Vingt-deuxième problème

Uniformiser des courbes analytiques au moyen de fonctions automorphes. Résolu par Koebe et Henri Poincaré en 1907.

Vingt-troisième problème

Développer une méthode générale de résolution dans le calcul des variations.

Voir aussi

-David Hilbert
- Congrès international de mathématiques
- Problèmes du prix du millénaire Hilbert (Problèmes)
- bg:Хилбертови проблеми ca:Problemes de Hilbert cs:Hilbertovy problémy da:Hilberts problemer de:Hilberts Liste von 23 mathematischen Problemen en:Hilbert's problems es:Problemas de Hilbert fi:Hilbertin ongelmat he:23 הבעיות של הילברט hu:Hilbert-problémák it:Problemi di Hilbert ja:ヒルベルトの23の問題 ko:힐베르트의 문제들 nl:23 problemen van Hilbert pl:Problemy Hilberta pt:Problemas de Hilbert ru:Проблемы Гильберта sl:Hilbertovi problemi sr:Хилбертови проблеми sv:Hilbertproblemen th:ปัญหาของฮิลแบร์ท zh:希尔伯特的23个问题
Sujets connexes
Aleksandr Gelfond   Algorithmique   André Weil   Anneau intègre   Arithmétique   Axiome   Axiome du choix   Baker   Calcul des variations   Carl Siegel   Church   Claude Chevalley   Congrès international de mathématiques   Conjecture de Kepler   Courbe algébrique   David Hilbert   Diophantien   Emil Artin   Ernst Zermelo   Espace euclidien   Fonction rationnelle   Georg Cantor   Gerhard Gentzen   Groupe de Lie   Géométrie   Géométrie différentielle   Heinrich Heesch   Henri Poincaré   Hypothèse de Riemann   Hypothèse du continu   Kurt Gödel   Lazarus Fuchs   Logarithme complexe   Ludwig Bieberbach   Max Dehn   Mécanique quantique   Médaille Fields   Nombre algébrique   Nombre irrationnel   Paradoxe de Banach-Tarski   Paris   Paul Cohen   Physique   Pierre Deligne   Polyèdre   Problèmes du prix du millénaire   René Thom   Récursivement énumérable   Schneider   Segment (mathématiques)   Sergeï Natanovitch Bernstein   Théorie des corps de classes   Théorie des probabilités   Théorème d'incomplétude de Gödel   Théorème de Gelfond-Schneider   Théorème de Kronecker-Weber   Topologie   Vladimir Arnold   Volume  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^