François Mauriac

Infos
François Charles Mauriac (11 octobre 1885 - 1970) est un écrivain français.
François Mauriac

François Charles Mauriac (11 octobre 1885 - 1970) est un écrivain français.

Biographie

François Mauriac, né à Bordeaux, passe son adolescence dans plusieurs lieux girondins qui marqueront profondément son œuvre : les Landes de Gascogne autour de Langon, Verdelais et Saint-Symphorien, bourgs dominés par la bourgeoisie viticole ou l'exploitation forestière, lourde de secrets étouffés qu'il peindra dans la plupart de ses romans. Il étudie la littérature à l'université de Bordeaux d'où il sort en 1905. Il va ensuite à Paris pour préparer l'École des chartes, où il ne reste que quelques mois, décidant de se consacrer entièrement à l'écriture. Son premier volume de poèmes, Les Mains jointes, est publié en 1909. Bien que retenant l'attention des milieux littéraires, de Maurice Barrès notamment, il ne sera connu du grand public qu'une dizaine d'années plus tard. Sa carrière littéraire est interrompue par la Première Guerre mondiale, durant laquelle il sert dans un hôpital de la Croix-Rouge des Balkans. Après la Victoire de 1918, il reprend ses activités et publie, en 1922, Le Baiser au lépreux. Dans une vie marquée par des mondanités littéraires (jeune, il fréquente les salons, notamment celui de Natalie Clifford Barney) autant que par des engagements politiques, guidés notamment par un idéal chrétien socialisant (il suit un temps le Sillon de Marc Sangnier et s'oppose à l'Action française), Mauriac est avant tout occupé par la composition d'une œuvre romanesque où il se révèle un remarquable analyste des passions de l'âme (Genitrix, Le Désert de l'amour, Thérèse Desqueyroux, Le Nœud de vipères, Le Mystère Frontenac). La qualité de ses romans lui vaut d'être élu à l'Académie française en 1933. Parallèlement à sa production littéraire, il prend part à quelques combats politiques, notamment au moment de la Guerre d'Espagne, d'abord en faveur des nationalistes, puis contre (cf. ses articles dans Temps présent). Sous l'Occupation, après quelques hésitations, puis la parution de La Pharisienne (1941), il entre en contact avec la Résistance et écrit dans des publications clandestines, où il fait paraître notamment, sous le pseudonyme de « Forez », Le Cahier noir (1943). Il appartient au Comité national des écrivains et participe aux Lettres françaises, qu'il quittera après la Guerre à cause de leur orientation communiste. Il rejoindra alors les Cahiers de la Table ronde, devenus La Table ronde, une revue où de jeunes écrivains de droite qu'on appellera les Hussards feront leurs débuts. Outre une trentaine d'essais et de romans, il écrit plusieurs pièces, dont certaines sont jouées à la Comédie-Française. Il se fait aussi journaliste dans son fameux Bloc-notes (1952-1969), qu'il publie dans Le Figaro littéraire et, pendant une parenthèse de sept ans (1954-1961), dans L'Express. Polémiste vigoureux, il prend alors position pour l'indépendance du Maroc, puis de l'Algérie, et condamne l'utilisation de la torture par l'armée française (L'Imitation des bourreaux de Jésus-Christ). Il soutient un temps Pierre Mendès France sous la IVe République, mais apporte un soutien sans faille à Charles de Gaulle sous la Ve République. Il publie aussi ses mémoires et une biographie du général, dont il reste jusqu'à la fin un des admirateurs fidèles. Il est alors un écrivain de renommée internationale : il a obtenu le prix Nobel de littérature en 1952, et reçu la Grand-croix de la Légion d'honneur en 1958. Son œuvre complète a été publiée en douze volumes entre 1950 et 1956. Il meurt à Paris le 1 septembre 1970 et est enterré au cimetière de Vémars (Val-d'Oise). Claude Mauriac et Jean Mauriac, ses fils, et Anne Wiazemsky, sa petite-fille, sont aussi écrivains.

Principaux ouvrages

Poésie

- Les Mains jointes, 1909
- Adieu à l’adolescence, 1911

Essais

- La vie de Jean Racine, 1928
- Dieu et Mammon, 1929
- Souffrances et bonheur du chrétien, 1931
- Le romancier et ses personnages, 1933
- La Vie de Jésus, 1936

Romans

- L’Enfant chargé de chaînes, 1913
- La Robe prétexte, 1914
- Préséances, 1921
- Le Baiser aux lépreux, 1922
- Le Fleuve de feu, 1923
- Genitrix, 1923 ( un opéra composé par Laszlo Tihanyi en a été tiré en 2007 )
- Les PELOUEYRE regroupe Le Baiser au Lépreux et Génitrix
-
Le Désert de l'amour, 1924 (Grand prix du roman de l'Académie française)
- Thérèse Desqueyroux, 1927
- Destins, 1928
- Le Nœud de vipères, 1932
- Le Mystère Frontenac, 1933
- La Fin de la nuit, 1935
- Les anges noirs, 1936
- Les chemins de la mer, 1939
-
La Pharisienne
, 1941
- Le Sagouin, 1951
- Galigaï, 1952
- L'Agneau, 1954
- Un adolescent d'autrefois, 1969

Mémoires

- Le Cahier noir, 1943 (sous le pseudonyme de Forez)
- Mémoires intérieurs, 1959
- Ce que je crois, 1962
- Nouveaux mémoires intérieurs, 1964
- Mémoires politiques, 1967

Autobiographie

- Commencements d'une vie 1932

Théâtre

Le bloc-notes

Prix Littéraires

Deux prix littéraires portent son nom :
-
- ==
Sujets connexes
Académie française   Action française   Anne Wiazemsky   Bordeaux   Charles de Gaulle   Claude Mauriac   Comédie-Française   Croix-Rouge française   Eugène Brieux   Guerre d'Espagne   Jean Mauriac   Julien Green   L'Express   La Pharisienne   Landes de Gascogne   Langon (Gironde)   Laszlo Tihanyi   Le Sagouin   Le Sillon   Les Hussards (mouvement littéraire)   Légion d'honneur   Marc Sangnier   Maurice Barrès   Natalie Clifford Barney   Paris   Pierre Mendès France   Première Guerre mondiale   Prix Nobel de littérature   Pär Lagerkvist   Saint-Symphorien (Gironde)   Thérèse Desqueyroux   Télévision suisse romande   Val-d'Oise   Verdelais   Vémars   Winston Churchill  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^