Starmania

Infos
Michel Berger(1947-1992) Starmania, créé en 1978, est un opéra rock moderne dont la musique a été composée par Michel Berger et les paroles rédigées par Luc Plamondon. Joué à différents endroits en Occident, il a fait l'objet de multiples adaptations tant en anglais qu'en français. L'album studio original de 1978 s'est vendu à plus de 2 200 000 exemplaires rien qu'en France, se positionnant ainsi à la 7 place des meilleures ventes d'albums au niveau nationa
Starmania

Michel Berger(1947-1992) Starmania, créé en 1978, est un opéra rock moderne dont la musique a été composée par Michel Berger et les paroles rédigées par Luc Plamondon. Joué à différents endroits en Occident, il a fait l'objet de multiples adaptations tant en anglais qu'en français. L'album studio original de 1978 s'est vendu à plus de 2 200 000 exemplaires rien qu'en France, se positionnant ainsi à la 7 place des meilleures ventes d'albums au niveau national.Source : infodisc.fr.

Résumé

Dans un futur proche, l'Occident n'est plus qu'un seul pays. Dans ce monde où planent les spectres du terrorisme et du totalitarisme, trois histoires d'amour sont vécues en parallèle. Chacun aura à décider de ce qu'il fera de sa vie.

Personnages

- Marie-Jeanne, la serveuse automate.
- Johnny Rockfort, le chef des Étoiles Noires.
- Sadia, le « cerveau » des Étoiles Noires.
- Cristal, l'animatrice TV.
- Ziggy, le disquaire mythomane et androgyne.
- Zéro Janvier, le businessman politicien.
- Stella Spotlight, l'ex star, le sexe-symbole.
- Roger-Roger, le présentateur du journal télévisé.

Historique

En 1978, le premier disque Starmania avec comme sous-titre : Starmania, ou la passion de Johnny Rockfort selon les évangiles télévisés est mis en vente. Les interprètes sont :
- Daniel Balavoine : Johnny Rockfort
- Claude Dubois : Zéro Janvier
- Diane Dufresne : Stella Spotlight
- Éric Estève : Ziggy
- France Gall : Cristal
- René Joly : L'extra-terrestre
- Fabienne Thibeault : Marie-Jeanne, la serveuse automate
- Nanette Workman : Sadia En 1979, le spectacle est joué au Palais des Congrès de Paris, avec comme interprètes :
- Daniel Balavoine : Johnny Rockfort
- Étienne Chicot : Zéro Janvier
- Diane Dufresne : Stella Spotlight
- France Gall : Cristal
- René Joly : L'évangéliste
- Roddy Julienne : Le gourou
- Grégory Ken : Ziggy
- Fabienne Thibeault : Marie-Jeanne
- Violette Vial : La speakerine
- Nanette Workman : Sadia En 1980, le spectacle est joué à la Comédie Nationale (Station C) à Montréal (Québec) dans une mise en scène d'Olivier Reichenbach avec, comme interprètes :
- Gilles Valiquette : Roger Roger
- Robert Leroux : Johnny Rockfort
- Louise Forestier : Marie-Jeanne
- Sylvie Boucher : Sadia
- Michel Mc Lean : Zéro Janvier
- Martine St-Clair : Cristal
- Jacques Blais : Ziggy
- France Castel : Stella Spotlight
- Francis Martin : L'extraterrestre En 1988, Michel Berger et Luc Plamondon mettent en scène une nouvelle version de Starmania avec, comme interprètes :
- Norman Groulx : Johnny Rockfort
- Richard Groulx : Zéro Janvier
- Renaud Hantson : Ziggy
- Luc Laffite : Roger-Roger
- Sabrina Lory : Stella Spotlight
- Maurane : Marie-Jeanne (remplacée en 1989 par Réjane Perry)
- Martine St-Clair : Cristal (remplacée en 1989 par Nathalie Lhermitte)
- Wenta : Sadia En 1990, le spectacle est présenté à travers toute la France. Il est aussi présenté à Moscou et à Saint-Pétersbourg en langue française. Un an plus tard, Starmania est présenté en allemand à l'Opéra d'Essen. En 1992, l'album Tycoon, la version anglaise de Starmania, est mis en vente (En 1997, le disque est rebaptisé Starmania version anglaise). Les paroles sont de Tim Rice. Pour ce disque, les principaux interprètes sont :
- Kim Carnes ;
- Willy DeVille ;
- Céline Dion ;
- Luke Goss ;
- Matt Goss ;
- Nina Hagen ;
- Tom Jones ;
- Peter Kingsbery ;
- Cyndi Lauper ;
- Kevin Robinson ;
- Ronnie Spector. Le premier octobre 1993 une nouvelle version de Starmania est créée au Théâtre Mogador, mise en scène par Lewis Furey, avec des costumes de Philippe Guillotel (Cérémonies d'Ouverture et de Clôture des Jeux Olympiques d'Albertville). Cette nouvelle production est élue meilleur spectacle musical de l'année aux Victoires de la musique. Le 26 octobre 1995, cette production fête sa 500 représentation et son millionième spectateur. En 1996 puis 1997, cette version reçoit une Victoire de la musique pour le spectacle ayant attiré le plus grand nombre de spectateurs. Également, la troupe triomphe au Théâtre Mogador et au Canada. Un disque studio est édité, avec les interprètes suivants :
- Marie-Jeanne : En alternance Luce Dufault et Isabelle Boulay
- Zéro Janvier : Michel Pascal
- Johnny Rockfort : Bruno Pelletier
- Sadia : Jasmine Roy
- Cristal : Judith Berard
- Ziggy : Frank Sherbourne
- Stella Spotlight : Patsy Gallant Ces mêmes interprètes joueront en alternance les versions française et anglaise sur la scène du Théâtre Mogador. Interprétée tous les vendredis soirs à la rentrée 1993, la version anglaise ne restera cependant que quelques semaines à l'affiche. La voix de Roger-Roger sur scène est interprétée par Muriel Robin. Entre 1993 et 2001, ce spectacle a été monté plusieurs fois dans des lieux différents (à Paris : Théâtre Mogador, Palais des Congrès de Paris, Palais des Sports de Paris, Casino de Paris). Deux saisons ont été exclusivement parisiennes (saison 1993/1994 au Théâtre Mogador et saison 1998/1999 au Casino de Paris), et en 2000/2001, le spectacle a été joué uniquement en tournée. Les autres saisons, le spectacle a d'abord été joué à Paris (généralement d'octobre à janvier) avant de faire l'objet d'une tournée (de février à juin). Cette version du spectacle fait l'objet d'un nouveau CD Live, en 1998, pour le 20 anniversaire de Starmania. Pour le 25 anniversaire, en novembre 2004, une version concert avec un orchestre symphonique, est montée à Montréal. En janvier 2005, cette version est présentée à Paris avec un orchestre et un chœur français, ainsi qu'un chef d'orchestre et des solistes québécois. 2007 : Du 21 au 28 juillet les Fous Chantants d'Alès (1 000 choristes) rendent hommage à Starmania. Grand concert final le 28 juillet. Il est prévu une nouvelle version de starmania en 2009

L'Histoire

Certains détails de l'histoire varient d'une version à l'autre de l'Opéra rock.

Histoire

Monopolis, nouvelle capitale de l'Occident, est terrorisée par les Étoiles Noires, une bande ayant pour chef Johnny Rockfort qui agit sous l'emprise de Sadia, un travesti agitateur de la haute société qui descend le soir dans les souterrains et donne ses ordres. Ils se rencontrent à l'Underground Café sous le regard amusé de Marie-Jeanne, la serveuse automate. Au dessus de ce café souterrain s'élève la Tour Dorée, un building de cent vingt et un étages au sommet duquel se situe le bureau de Zéro Janvier, milliardaire qui se lance dans la politique en devenant candidat à la présidence de l'Occident. Il base sa campagne sur le retour à l'ordre et sur l'édification du nouveau monde atomique. Zéro Janvier devient ainsi l'ennemi juré de Johnny Rockfort et des Étoiles Noires. Certains observateurs ont fait remarquer, dès la première version en 1978, que la présence d'un réseau souterrain et de buildings pourrait être une allusion à la ville de Montréal (en raison aussi de la forte participation québécoise dans la genèse de l'œuvre, ainsi que dans sa distribution). Comme expliqué par Plamondon lui même à la télé française France 2 pendant le spectacle à l'occasion des 25 ans de l'opéra rock, il existe des similitudes prophétiques frappantes entre Starmania et certains événements des nos jours, entre la tour de Zéro Janvier et les tours jumelles du 11 septembre 2001. Dans le DVD du spectacle de Marigny, la représentation même physique de Zéro Janvier fait penser à certains leaders politiques d’aujourd’hui qui possèdent et savent bien jouer avec les medias. Avec ses réflexions au sujet de l’impact des manipulations médiatiques sur les opinions publiques, de l’utilisation par des politiques de la peur pour se maintenir au pouvoir, la comédie musicale Starmania reste toujours d’actualité. C'est dans ce contexte que se nouent et se dénouent trois histoires d'amour parallèles :
- L'amour impossible de Marie-Jeanne pour Ziggy, jeune disquaire androgyne et mythomane. Cependant, Ziggy n'aime que les garçons.
- L'idylle sensationnelle de Zéro Janvier avec Stella Spotlight, un sexe-symbol qui vient de faire ses adieux au cinéma et qui souffre de se voir vieillir.
- Enfin, l'amour-passion de Johnny Rockfort et de Cristal, véritable nœud de l'intrigue. Cristal, présentatrice-vedette de l'émission télévisée Starmania, reçoit un coup de fil de Sadia, qui lui propose une entrevue exclusive et clandestine avec Johnny Rockfort, dont nul ne connaît le visage. Le rendez-vous a lieu à l'Underground Café. Cristal et Johnny ont aussitôt le coup de foudre. Elle s'enfuit avec lui. Sadia perd ainsi son emprise sur Johnny. Cristal décide de devenir le porte-parole des Étoiles Noires en envoyant des messages pirates, cela grâce à une caméra à neutrons qui lui permet de s'emparer des ondes de la télévision. Sadia, furieuse de jalousie, débauche Ziggy grâce à ses connexions haut-placées, lequel quitte Marie-Jeanne pour devenir DJ du Naziland, une gigantesque discothèque tournante qui surplombe Monopolis, du haut de la Tour Dorée de Zéro Janvier. Sadia l'entraîne dans sa vengance. Selon les révélations de Ziggy à Marie-Jeanne, elle travaille maintenant pour Zéro Janvier, pourtant son ennemi juré. Sadia décide de dénoncer Johnny et Cristal à Zéro Janvier le soir où celui-ci célèbre ses fiançailles avec Stella Spotlight au Naziland, les Étoiles Noires ayant choisi cette soirée pour faire exploser une bombe dans la Tour Dorée. Les hommes de Zéro Janvier poursuivent les Étoiles Noires. Cristal est touchée et meurt dans les bras de Johnny. L'ombre de Johnny Rockfort planera sur la victoire de Zéro Janvier, élu président de l'Occident. Johnny se lance alors dans des méditations et interrogations philosophiques sur le sens et la raison de la vie, il témoigne de son mal-être face à l'existence et la société. Stella Spotlight, dégoûtée du pouvoir, retourne à son rêve d'immortalité. Marie-Jeanne, déçue et sans amour, quitte le monde des souterrains pour partir à la recherche du soleil. Terrorisme contre totalitarisme, 2 forces vives qui s'opposent, 2 dangers qui menacent le monde.

Fausses Idées

Starmania et non Star Academy

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, l'émission Starmania (dans l'histoire), présentée par Cristal, n'est pas l'équivalent de la Star Academy actuelle, ou encore de la Nouvelle Star. Le concept imaginé par Michel Berger et Luc Plamondon ressemble plutôt à une émission qui révélerait des destins « hors du commun » ou « exemplaires ». Comme le dit Cristal : ou encore Cette émission relève donc plus du récit que de la chanson. Dans l'opéra rock, 2 émissions Starmania sont présentées par Cristal.
- Dans la première, c'est Zéro Janvier qui est l'invité. Il évoque sa formidable ascension d'homme puissant, riche et célèbre mais aussi son regret de n'avoir pas fait ce qu'il voulait.
- Une deuxième émission nous présente l'interview exclusive de Johnny Rockfort, qui raconte son passé, sa personnalité, les raisons de son mal-être, de sa haine destructrice envers la société... On est donc loin des concours de chant (même si bien-sûr les personnages chantent mais nous sommes dans un opéra rock, or nous parlions-là du contexte de l'histoire).

Sadia, travesti

De la même façon, contrairement à ce que l’on a tendance à écrire, le personnage de Sadia n’est pas une fille de la bourgeoisie qui se travestit en signe de rébellion, mais c’est bel et bien un homme qui se travestit en femme. Ce qui rend encore plus complexe sa relation avec Johnny Rockfort.Si, lors de la création de l’opéra rock, on n’a pas mis l’accent sur la « vraie nature » de Sadia, c’était sans doute pour ne pas provoquer une levée de boucliers des ligues de vertu. Il suffit d’écouter les parolesExtraites du texte intégral de l'opéra rock publié par Le Cherche-Midi Éditeur. de sa chanson de présentation : Travesti Ce qui nous éclaire ensuite sur sa coalition avec Ziggy, explicitement homosexuel. Si le texte n’est pas explicite (les protagonistes désignent Sadia comme entité féminine, toujours « elle », puisque c’est son apparence), on est en droit de penser que sa relation avec Ziggy n’est pas platonique. Le spectateur comprend mieux l’opportunisme de ce dernier, obtenant, par la même occasion, une rapide ascension sociale, une promotion professionnelle convoitée et sans doute plus, ce qui reste, en revanche, surprenant et totalement incompréhensible pour Marie-Jeanne : On peut dire que c’est l'autre histoire d’amour qu’on ne cite pas, car peut-être plus dérangeante, mais ni plus ni moins insolite que les autres, que ce soit celle de l’animatrice TV s’alliant avec son ravisseur ou celle de la star déclinante s’acoquinant avec l’homme puissant au pouvoir…

Chansons principales

- En français :
- Quand on arrive en ville (Daniel Balavoine, Nanette Workman)
- La Complainte de la serveuse automate (Fabienne Thibeault)
- Le Blues du businessman (Claude Dubois)
- Monopolis (France Gall)
- Un garçon pas comme les autres (Fabienne Thibeault)
- Banlieue nord (Daniel Balavoine)
- Les Uns contre les autres (Fabienne Thibeault)
- Le monde est stone (Fabienne Thibeault)
- SOS d'un terrien en détresse (Daniel Balavoine)
- Besoin d'amour (France Gall)
- Quand on n'a plus rien à perdre (Daniel Balavoine, France Gall)
- En anglais :
- Ziggy
- The World Is Stone
- Only the Very Best

Enregistrements disponibles

L'année est celle où l'enregistrement a été réalisé.

Discographie

- 1978 : Starmania - Version originale
- 1979 : Starmania - Le spectacle (CD double)
- 1980 : Starmania Made in Québec (La version québécoise n'a jamais été rééditée en format CD.)
- 1986 : Starmania (Une autre version québécoise qui ne fut jamais rééditée en CD.)
- 1988 : Starmania 88
- 1989 : Starmania version intégrale remixée (CD double)
- 1992 : Starmania - Version Anglaise (Tycoon)
- 1994 : Starmania - Mogador 94
- 1998 : Starmania - 20 anniversaire (CD double) À noter aussi : Dion chante Plamondon, de Céline Dion en 1991 qui comprend 4 chansons de Starmania : Le Monde est stone, Le Blues du businessman, Un garçon pas comme les autres (Ziggy) (sorti en single) et Les uns contre les autres.

DVD

- 1989 : Starmania - Marigny 89

Bibliographie

- Luc Plamondon et Michel Berger : Starmania (texte intégral de l'opéra rock), Le Cherche-Midi Éditeur, Paris, 1995, ISBN 2-86274-357-7 ==
Sujets connexes
Albertville   Allemagne   Alès   Animateur de télévision   Bruno Pelletier   Canada   Casino de Paris   Chef d'orchestre   Chœur (musique)   Claude Dubois   Cyndi Lauper   Céline Dion   Daniel Balavoine   Diane Dufresne   Dion chante Plamondon   Essen   Fabienne Thibeault   France   France 2   France Castel   France Gall   Gilles Valiquette   Homme d'affaires   Isabelle Boulay   Jasmine Roy   Jeux Olympiques   Kim Carnes   Le Cherche-Midi Éditeur   Lewis Furey   Louise Forestier   Luc Plamondon   Luce Dufault   Martine St-Clair   Michel Berger   Michel Pascal   Montréal   Moscou   Muriel Robin   Mythomanie   Nanette Workman   Nina Hagen   Nouvelle Star   Occident   Opéra rock   Orchestre   Orchestre symphonique   Palais des Sports de Paris   Paral & Piped   Paris   Peter Kingsbery   Philippe Guillotel   Renaud Hantson   René Joly   Roddy Julienne   Saint-Pétersbourg   Sexe-symbole   Single (musique)   Soliste   Star Academy (France)   Sylvie Boucher (actrice)   Terrorisme   Théâtre Mogador   Tim Rice   Tom Jones (chanteur)   Totalitarisme   Tycoon   Victoires de la musique   Violette Vial   Willy DeVille  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^