Gammes et tempéraments

Infos
En musique, un tempérament est un système d'accord destiné à un instrument à sons fixes, construit par compromis dans l'intention d'atténuer certains inconvénients propres aux systèmes d'intonation pure. Les écarts introduits par les tempéraments ne sont directement perceptibles que par une oreille entraînée, mais ont un effet global sur la perception du morceau: les instruments accordés sur des tempéraments inégaux restituent la mélodie avec une atmosphère plu
Gammes et tempéraments

En musique, un tempérament est un système d'accord destiné à un instrument à sons fixes, construit par compromis dans l'intention d'atténuer certains inconvénients propres aux systèmes d'intonation pure. Les écarts introduits par les tempéraments ne sont directement perceptibles que par une oreille entraînée, mais ont un effet global sur la perception du morceau: les instruments accordés sur des tempéraments inégaux restituent la mélodie avec une atmosphère plus dure ou mélancolique, colorée par la tonalité dans laquelle ils jouent.
- Pour une introduction généraliste au contexte, voir Gamme musicale. Pour pouvoir jouer harmonieusement dans des tonalités transposées, les instruments à sons fixes sont accordés suivant des gammes qui s'écartent légèrement des intervalles harmoniques, par des ajustements qui se nomment des tempéraments. Le choix d'un système particulier de tempéraments, quand il permet d'améliorer la sonorité de l'instrument pour certaines tonalités, le fait au détriment d'autres. Ces arbitrages ont conduit à des systèmes variés. Les principaux tempéraments utilisés sont:
- pour la musique romantique et après, le tempérament égal.
- pour la musique de la Renaissance, le tempérament mésotonique à tierces pures. Entre ces deux périodes, ont été utilisés des tempéraments (dits irréguliers ou inégaux) que certains appellent improprement « tempéraments de transition ». En réalité, leurs caractéristiques sont spécifiques et adaptées à la musique de leur époque (changements de couleurs tonales autour d'une tonalité centrale). Le plus utilisé de nos jours dans la pratique est le tempérament de Valotti (ou « Tartini-Valotti »), en raison de son caractère peu marqué, et donc plus universel. Enfin citons pour la musique contemporaine, outre l'utilisation du tempérament égal habituel, l'invention de systèmes complexes ou innovants.

Origine et nécessité des tempéraments

Consonance et dissonance

Si les fréquences des sons et leurs intervalles relatifs sont des grandeurs quantifiables, les notions de consonance et de dissonance sont, quant à elles, subjectives et basées sur la perception auditive et la réflexion qu'on lui apporte : certains définissent la consonance de deux fréquences sonores comme le caractère « agréable » de leur émission simultanée ou immédiatement successive. Mais, plus simplement, la consonance (=sonner avec) désigne la capacité de plusieurs sons à s'unir entre eux, liée à la notion de pureté d'un intervalle. À ce sujet, il ne faut pas confondre pureté (notion objective) et justesse (notion plus subjective) d'un intervalle. La confusion entre ces deux termes rend parfois difficile une bonne compréhension de certains textes anciens (par exemple chez Rameau). Philosophes, acousticiens, physiciens ou mathématiciens des ont tenté de chercher une explication rationnelle au caractère agréable ou désagréable d'un accord ou d'un autre, avec des succès divers. Pour certains, cette recherche paraît aussi vaine que de tenter d'expliquer pourquoi certains aiment mieux le jaune que le bleu. Ils pensent que la culture joue de façon importante dans cette appréciation (certaines oreilles comtemporaines, vivant dans l'environnement de la gamme tempérée, peuvent être surprises lorsqu'elles entendent pour la première fois une tierce pure). Pourtant, les anciens grecs n'admettaient comme consonants que les intervalles d'octave et de quinte, puis le Moyen Âge et la Renaissance y ont admis progressivement les tierces avant que la complexité croissante de la musique nous porte à considérer comme consonants des intervalles qui auraient fait grincer des dents Palestrina et ses contemporains. Les intervalles consonants sont donc arrivés les uns après les autres dans l'ordre harmonique (rang 2 : octave, rang 3 : quinte et quarte, rang 5 : tierces, sixtes). Les musiciens et les amateurs de musique s'accordent généralement à trouver consonants :
- un son fondamental et l'un de ses premiers harmoniques ;
- deux sons qui sont en rapport de fréquence rationnelle simple (par exemple : 3/2, 4/3, 5/3, etc.) C'est sur la base de ce consensus qu'ont été élaborées la gamme heptatonique occidentale et ses différentes variantes.

Transpositions et accords

Pour « sonner juste » à l'oreille, le musicien est naturellement conduit à interpréter une pièce musicale en utilisant une gamme naturelle, où les notes sont en relations harmoniques les unes avec les autres. Mais quand on accorde un instrument à sons fixe (piano, flûte, ...) de cette manière, il ne peut jouer correctement que dans sa tonalité de départ. Il n'est pas possible de réaliser un instrument à sons fixes qui sonne juste dans toutes les transpositions, et pour pouvoir facilement transposer, il faut accepter de désaccorder un peu l'instrument: ces écarts sont les tempéraments apportés à la gamme. Cette question d'esthétique musicale se traduit assez directement en termes mathématiques, du fait que les sons harmoniquement consonnants sont dans un rapport de fréquence s'exprimant par une fraction simple (voir Acoustique musicale). Il y a plusieurs aspects à la question, mais les deux principaux problèmes numériques (qui se reflètent dans la pratique musicale) sont ceux-ci:
- En partant d'une note donnée, douze quintes diffèrent quelque peu de sept octaves. L'écart (de l'ordre d'un huitième de ton) est le comma pythagoricien ou ditonique.
- En partant d'une note donnée, quatre quintes successives ne donnent pas du tout une tierce pure. (ex: la succession DO-SOL-RÉ-LA-MI donne un MI qui est très différent de celui obtenu par une tierce pure). L'écart est le comma syntonique. Les tempéraments sont devenus nécessaires au fur et à mesure du développement de la musique, qui jouait de plus en plus sur des transpositions, des modulations, et des échelle chromatique, parce qu'aucune gamme théorique n'était utilisable en pratique:
- elles incluaient toutes au moins un intervalle désagréable, car sonnant faux ; le tempérament ne le rend pas juste, mais praticable.
- elles rendaient difficile, désagréable ou impossible la transposition ; seul le tempérament égal permet n'importe quelle transposition sans aucune coloration (utile pour l'accompagnement des chanteurs) mais ceci au prix d'un « aménagement » de la justesse qui n'a pas toujours séduit les musiciens.
- elles rendaient difficile, désagréable ou impossible la modulation. Selon les tempéraments, elle devient plus ou moins praticable, en fonction du tempérament choisi, mais aussi des tonalités de départ et d'arrivée. Il convient de préciser que nombre de tempéraments anciens permettent toutes les modulations que l'on veut, mais avec une forte coloration de la justesse sur les tonalités éloignées, coloration que certaines oreilles modernes ne considèrent plus acceptables, à cause de l'habitude du tempérament égal qui ne fait aucune différence entre toutes les tonalités. De façon annexe, les tempéraments ont souvent eu pour but complémentaire de faire coïncider les dièses et les bémols, afin d'améliorer la « jouabilité » des instruments. Il faut toutefois noter que cette préoccupation n'a pas toujours prévalu, et que des instruments à clavier qui disposaient de touches distinctes pour les deux altérations ont été construits avant le . Les imperfections, propres à chacune de ces gammes se manifestent par l'existence de « commas » dont chaque tempérament a pour but d'atténuer l'effet sonore et les contraintes qu'ils génèrent en matière de composition et/ou d'interprétation.

Le tempérament

La pratique montre et la théorie démontre qu'il n'est pas possible d'accorder un instrument à sons fixes sur plusieurs octaves en ayant à la fois tous les intervalles d'octaves, de quintes et de tierces purs. Si ceux-ci l'étaient, les intervalles de seconde, de quarte, de sixte et de septième qui en sont déduits le seraient aussi. Cette constatation a imposé de trouver des compromis pour pouvoir pratiquer la musique sur de tels instruments. On appelle de tels compromis qui peuvent tendre :
- à éliminer autant que possible l'effet sensible des commas, en plaçant ou en répartissant ceux-ci dans des intervalles inusités ;
- à simplifier les échelles musicales en confondant les notes enharmoniques ;
- à permettre ou faciliter les transpositions et modulations. Le nombre de tempéraments qui ont été inventés pendant la Renaissance et la période baroque est considérable ; ils peuvent se répartir entre les catégories suivantes, selon les principes mis en œuvre (mais d'autres critères de répartition sont possibles) :
- les tempérament inégaux ;
- les tempéraments mésotoniques ;
- le tempérament égal. Signalons pour mémoire les tempéraments par division multiple, qui ont exploré la division de l'octave par un nombre d'intervalles différent de douze pour tenter d'améliorer la pureté de certains intervalles (avec un intérêt nettement plus théorique qu'esthétique).

Les tempéraments traditionnels

Gamme pythagoricienne

Cycle des quintes et comma pythagoricien La gamme « pythagoricienne » ou de Pythagore est la plus ancienne théorie musicale des gammes musicales occidentales. Elle remonte aux mathématiciens grecs de l'Antiquité: elle tire son nom de Pythagore, le philosophe connu en géométrie pour son célèbre théorème. Cette gamme est construite uniquement sur des quintes justes (rapport de fréquence de 3/2) et des octaves. Pour comprendre le principe de cette gamme, il suffit de se placer devant un piano et de partir du do le plus à gauche et d'avancer de quinte en quinte (il suffit de se déplacer de 7 touches en comptant les touches noires). On obtient successivement un sol, un , un la, un mi, un si, un fa&
-9839;
, un do&
-9839;
, un sol&
-9839;
, un ré&
-9839;
, un la&
-9839;
, un fa et ...un do ! Au bout de 12 quintes, on retombe sur un do situé 7 octaves plus loin. Ce qui fait dire que 12 quintes valent 7 octaves. La gamme pythagoricienne est la succession des notes obtenues par ce procédé et qui se trouvent diviser l'octave en intervalles grossièrement équivalents. Les notes non diésées sont au nombre de sept : la gamme diatonique est une gamme « heptatonique ». Sur un piano, elles seraient produites par les touches blanches. Quant à la gamme chromatique, composée de toutes les notes obtenues sauf celles qui font presque doublon (MI
- et SI
-) elle possède douze notes, et douze intervalles élémentaires. Les cinq notes complémentaires seraient, sur un piano, produites par les touches noires. Placement de la quinte du loup Mais le piano triche. En avançant de quinte en quinte, on ne peut pas tomber sur 7 octaves à moins de raccourcir la dernière quinte dite « quinte du loup ». En effet, 12 quintes valent 312/212=129.74... et 7 octaves 27=128. Après avoir monté de douze quintes (multiplication de la fréquence par 3/2) et baissé le résultat de sept octaves (division par deux), la fréquence initiale a été multipliée par (3/2)^12 = 129.74... et divisée par 2^7=128, soit globalement par 1.0136: le résultat s'écarte de 1.36% de la fréquence initiale, soit pratiquement un huitième de ton (23.46 cent, ce qui est la définition du comma pythagoricien). La différence entre SI
- et DO, très minime mais audible, s'appelle le comma pythagoricien et son existence est communément traduite en ce que « le cycle des quintes » (voir figure) ne se referme pas. On est obligé d'introduire un intervalle de quinte légèrement faux (la « Quinte du loup ») pour maintenir des octaves pures, ce qui est souvent considéré par les musiciens comme nécessaire. Dans la pratique on s'arrangerait pour reporter la quinte du loup dans un intervalle peu usité, souvent MI&
-9837;-SOL&
-9839;. Une gamme particulière peut se définir par ses écarts (en plus ou en moins) par rapport au tempérament égal. Ainsi, la gamme de Pythagore supposée établie par rapport à une tonique "Do") sera définie par: On voit facilement que l'écart entre la gamme de Pythagore et la gamme tempérée est faible: le plus gros écart est de 12 cents (un demi-comma), ce qui est pratiquement inaudible pour une oreille non avertie. La gamme pythagoricienne, fondée sur des intervalles de quinte pure, présente donc plusieurs défauts :
- le « cycle des quintes » ne se referme pas, c'est-à-dire que douze quintes ne correspondent pas exactement à sept octaves (ce que traduit l'existence du comma pythagoricien et de la « quinte du loup ») ;
- les tierces majeures qu'elle engendre ne sont pas parfaitement pures ce que traduit l'existence du « comma syntonique », intervalle de hauteur entre la tierce majeure pure (5/4) et la tierce pythagoricienne (81/64) qui est sensiblement plus haute. Le comma syntonique est égal à 81/80 ou 34/(5 x 24). C'est pour corriger ces défauts de la gamme pythagoricienne que des constructions à tempéraments ont progressivement été proposés.

Gammes naturelles (Zarlino, etc.)

Gioseffo Zarlino (1517–1590) élabore une des multiples gammes naturelles possibles en reconnaissant une place importante à l'intervalle de tierce « pure », et plus généralement aux intervalles purs, c'est à dire correspondant à un rapport de fréquence s'exprimant par une fraction simple. La tierce est basée sur des harmoniques qui multiplient ou divisent la fréquence par cinq, au lieu d'un facteur trois comme dans la gamme de Pythagore. Entre la quarte et le ton majeur, l'introduction de facteurs "cinq" permet de travailler sur les rapports 5/4 (=1, 25) et 6/5 (= 1, 2). Ces deux rapports sont particulièrement simples, acoustiquement ils sonnent bien avec la fondamentale. Enfin, puisque (5/4) x (6/5) = 6/4 = 3/2, on voit que leur addition donne une quinte. Ces intervalles, respectivement nommés « tierce majeure » et « tierce mineure » vont jouer un rôle de premier plan, avec l'octave et la quinte, dans la construction des gammes naturelles, qui ont de nombreuses variantes. Pour construire la gamme de Zarlino, nous allons exprimer les intervalles recherchés en fonction « pythagoricienne » de la tierce majeure puis appliquerons la formule obtenue à la tierce majeure « pure » (5/4). Nous disposons déjà des intervalles, notes et rapports suivants
- Fondamentale = DO = 1
- Ton majeur = RÉ = 9/8 (deux quintes pures transposées d’une octave : 3/2 × 3/2 ÷ 2)
- Tierce mineure = MI♭ = 6/5
- Tierce majeure = MI = 5/4 (contrairement à 81/64, soit 4 quintes, selon Pythagore)
- Quarte = FA = 4/3 (comme pour Pythagore)
- Quinte = SOL = 3/2 (comme pour Pythagore)
- Sixte (majeure) = La = 5/3 (addition d'une tierce majeure et d'une quarte : 5/4 x 4/3 = 5/3 - contrairement à 27/16 selon Pythagore)
- Septième (majeure) = SI = 15/8 (addition d'une tierce majeure et d'une quinte: 5/4 x 3/2 = 15/8, contrairement à 243/128 selon Pythagore)
- Octave = DO = 2. Les autres intervalles se calculent de façon analogue, en déterminant, selon la gamme de Pythagore, une formule à base d'additions ou soustractions de tierces (T), quintes (Q) et octaves (O) donnant le résultat correct. Comme le montre le tableau ci-dessous, les fractions des intervalles purs sont relativement simples, sauf la seconde mineure (16/15) et son symétrique la septième (15/8), et surtout le triton (45/32). Par rapport à la gamme tempérée, les écarts de la gamme de Zarlino sont (en supposant la gamme accordée sur une tonique de Do): On voit que les écarts par rapport à la gamme tempérée sont assez importants sur les tierces et sixtes (de l'ordre de 14 cent), ainsi que sur la septième (17 cent). On peut en fait lire ces écarts dans l'autre sens: par rapport à une gamme formée d'intervalle purs, c'est le degré de fausseté perceptible sur la gamme tempérée. Ces intervalles commencent à être audibles pour une oreille exercée. Après avoir déterminé ces intervalles, on peut vérifier les valeurs des différentes tierces et quintes de la gamme de Zarlino :
- les tierces sont toutes justes (rapport de fréquences = 5/4) sauf la tierce SOL♭-SI♭ dont le rapport est 81/64, légèrement supérieur ;
- les quintes sont justes (rapport de fréquences = 3/2) sauf trois d'entre elles (rapport 40/27) qui ne le sont pas (valeur inférieure) : RE-LA, FA♯-DO♯, SI♭-FA. La gamme de Zarlino est donc particulièrement pure (pour la mélodie et les accords), mais elle est difficilement transposable. Il faut se souvenir que dans cette gamme, il y a un ton majeur et un ton mineur de valeurs différentes. On appelle comma zarlinien l'intervalle entre ces deux tons : il vaut 81/80 soit 1, 0125 ; c'est le comma syntonique. Dans la gamme de Zarlino, la succession des 7 intervalles constituant une octave est la suivante :
-ton majeur
-ton mineur
-1/2 ton diatonique
-ton majeur
-ton mineur
-ton majeur
-1/2 ton diatonique Ce qui précède montre que la gamme de Zarlino ne peut être utilisée dans la pratique lorsqu'on doit transposer ou moduler. :Prenons l'exemple très simple de la transposition de do majeur à sol majeur. L'intervalle DO-RE dans la première tonalité a pour correspondant l'intervalle SOL-LA dans la seconde, or DO-RE est un ton majeur, et SOL-LA un ton mineur. :Autre exemple: dans une pièce jouée sur la gamme de Zarlino de Do, mais transposée en Mi, l'écart de la tierce majeure sera de +27.38 (l'écart de Lab moins celui de Mi) par rapport à la gamme tempérée, au lieu du -13.69 attendu, et donc au total de 41.07 cent par rapport à la tierce pure: près d'un quart de ton! La gamme de Zarlino n'est pas la seule gamme « naturelle » envisageable : par exemple, Zarlino n'a pas inclus, dans sa gamme, de rapports harmoniques comportant le chiffre 7 (premier nombre premier après 2, 3 et 5), car à son époque, on commencait seulement à s'intéresser physiquement à la justesse des tierces. Pour exemple, un FA♯ fondé sur le rapport 7/5 (soit 1, 4) est un rapport harmonique beaucoup plus simple que les rapports approchant, déduits de Pythagore (729/512), et de Zarlino (45/32). Par la suite, d'autres théoriciens ont proposé leur propre système, sans qu'aucun puisse vraiment présenter d'avantages décisifs.

Tempéraments réguliers

On parle de tempéraments réguliers lorsque les corrections apportées aux intervalles s'appliquent également à tous, aucun intervalle particulier n'étant musicalement juste : ce sont donc les tempéraments mésotoniques et le tempérament égal (qui est un mésotonique particulier). Les tempéraments inégaux sont dits « irréguliers ».

Les tempéraments inégaux

L'idée des tempéraments inégaux vient du fait que, dans la pratique musicale, et spécialement à l'époque baroque avant que ne se généralise l'emploi de la gamme tempérée, tous les intervalles de quinte et de tierce majeure ne sont pas également usités. On va donc essayer de réduire les effets indésirables du comma syntonique, voire du comma pythagoricien, en les divisant de telle manière qu'on améliore la qualité de certains intervalles de quintes (donc de tierces), les intervalles les moins pratiqués pouvant se satisfaire de consonances moins bonnes. Les possibilités sont extrêmement nombreuses et cette étude a mobilisé un grand nombre de théoriciens aux , chacun proposant sa propre solution censée représenter le meilleur compromis : Werckmeister, Chaumont, Kirnberger, Rameau, Vallotti etc. Dans le cadre d'un tempérament inégal, toutes les quintes (et conséquemment toutes les tierces) n'ont pas la même valeur en termes de rapports de fréquences : chaque tonalité possédait donc une « couleur sonore » particulière. Joie, tristesse, sérénité, mélancolie, etc. s'expriment dans le choix de tonalités censées mieux les représenter : ce critère est mis en pratique par les grands compositeurs tels que Bach et Couperin qui y attachent beaucoup d'importance. Le choix du tempérament utilisé peut, à l'inverse, être déterminé par la tonalité choisie et les modulations envisagées au cours d'une même pièce, certains étant mieux appropriés que d'autres. Ces préoccupations ont complètement disparu depuis que la gamme tempérée a été adoptée de façon universelle par les compositeurs. Mais les tempéraments inégaux sont particulièrement adaptés à l'exécution du répertoire baroque, et les ensembles spécialisés les pratiquent couramment.

Les tempéraments mésotoniques

L'idée des tempéraments mésotoniques va être de diminuer toutes les quintes d'une certaine fraction du comma syntonique, de façon à rendre plus pures les tierces majeures résultantes sans pour autant trop fausser les quintes (l'écart résiduel venant du comma pythagoricien reste toujours concentré sur la quinte du loup). Lors de la construction de la gamme pythagoricienne, on obtient la première tierce majeure (DO-MI) par quatre montées successives de quintes : DO-SOL, puis SOL-RE, puis RE-LA, enfin LA-MI. Ce Mi pythagoricien diffère du Mi de la tierce pure d'un comma syntonique (ou comma zarlinien). Si donc on veut un tempérament mésotonique à tierce majeure pure, il suffit de diviser le comma syntonique en 4, c'est-à-dire corriger la fraction 3/2 (la quinte) du coefficient (34/(5 x 24))1/4 ou 3 / (2 x 51/4), et ajouter la fraction correspondante à chaque quinte dans la progression du cycle des quintes : les quintes seront un peu fausses, mais les tierces seront justes. Puisque la correction s'applique uniformément à toutes les quintes, les tierces majeures engendrées restent toujours égales à deux tons majeurs (les proportions sont conservées) ce qui n'est pas le cas avec les tempéraments inégaux. C'est cette propriété du « ton moyen » qui est à l'origine du terme « mésotonique » - on utilise aussi l'expression « tempérament régulier »· Si nous appliquons cette correction au cycle complet des quintes (soit 12 quintes) nous aurons réduit l'octave de trois commas syntoniques au total (douze quarts de commas) : comme la quinte du loup est trop petite d'un comma pythagoricien, nous lui rajouterons ces trois commas syntoniques pour conserver l'octave pure, c’est-à-dire qu'elle deviendra à présent trop grande de (trois commas syntoniques moins un comma pythagoricien) - valeur assez proche de deux commas syntoniques car on se rappelle que les deux types de commas ont des valeurs proches. Ainsi la quinte du loup reste fausse dans le tempérament mésotonique à tierce pures, mais cette fois par excès. Le tempérament mésotonique à quart de comma syntonique est le plus utilisé. S'il rend les tierces plus pures, il fausse légèrement les quintes (ainsi d'ailleurs que les quartes), et ceci n'est pas indifférent car l'oreille est plus sensible à la pureté des quintes qu'à celle des tierces. D'autres tempéraments mésotoniques présentent un meilleur compromis en répartissant la « fausseté » de façon plus équilibrée entre tierces et quintes : c'est le cas du tempérament à 1/6 ou 1/8 de comma. A l'extrême, le tempérament à douzième de comma fait disparaître la quinte du loup, et est donc pratiquement équivalent à la gamme tempérée. Les tempéraments mésotoniques sont assez pratiqués dans la musique baroque, ils permettent des modulations acceptables dans les tons voisins de la tonique.

La gamme tempérée (tempérament égal)

La gamme tempérée est de nos jours utilisée de façon presque universelle dans la musique occidentale. Seules les œuvres antérieures (environ) à 1750 sont éventuellement exécutées de nos jours dans d'autres systèmes, selon les habitudes en cours à l'époque de leur composition. La gamme tempérée consiste, pour ainsi dire, à « trancher le nœud gordien » des inconvénients de tous les autres systèmes qui tentaient des compromis entre justesse de certains intervalles, fausseté pas trop marquée des autres, possibilités de transposition et/ou de modulation. Elle consiste tout simplement à diviser l'octave en douze intervalles chromatiques tous égaux. Cette idée simple permet toutes les transpositions et toutes les modulations imaginables, puisque toutes les notes sont équivalentes quand on les considère comme toniques. Elle présente un seul inconvénient, mais qui est de taille et qui explique la réticence des musiciens à l'adopter avant la période dite « classique » : à l'exception des octaves, tous les intervalles sont légèrement faux. Toutefois, les écarts sont suffisamment faibles pour être admissibles. Et l'habitude aidant, puisque de nos jours quasiment toutes les musiques que nous entendons l'utilisent, cette faible dissonance ne choque personne, et c'est au contraire les anciens tempéraments qui surprennent notre oreille lorsque nous les expérimentons pour la première fois. Si l'on se rappelle qu'additionner des intervalles revient à effectuer des multiplications de rapports de fréquence, on voit que l'octave égale le demi-ton chromatique élevé à la puissance douze ou encore que le demi-ton chromatique vaut \sqrt. La gamme tempérée présente l'avantage d'être totalement "neutre" par rapport aux problèmes de transpositions, qui précisément justifient la présence de tempéraments. Les écarts des différentes gammes par rapport à la gamme tempérée permettent donc d'apprécier comment un tempérament particulier présentera des irrégularités dans ses différentes transpositions.

Tableaux comparatifs

Comparaison des fréquences de notes de la gamme chromatique dans différents systèmes

Premier tableau : même LA

Dans ce tableau :
- La note LA est commune à 440 Hz (diapason actuel)
- Les gammes naturelles sont représentées par la « juste intonation » à partir de DO
- La gamme de Pythagore est montée de telle façon que la quinte du loup soit entre SOL&
-9839; et MI&
-9837;.

Second tableau : même DO

Dans ce tableau :
- La note DO commune à 264 Hz donne LA à 440 Hz (diapason actuel) dans la juste intonation
- Les gammes naturelles sont représentées par la « juste intonation » à partir de DO
- La gamme de Pythagore est montée de telle façon que la quinte du loup soit entre SOL&
-9839; et MI&
-9837;.

Troisième tableau

Dans ce tableau, les intervalles sont calculés à partir du tableau précédent :
- Dans la « juste intonation », la quinte et la tierce sont justes, la quinte du loup est horriblement fausse
- Dans la gamme de Pythagore la tierce et la quinte du loup sont légèrement fausses
- Dans la gamme tempérée, il n'y a pas de quinte du loup ; les quintes sont bonnes, et les tierces un peu trop grandes

Voir aussi

Articles en relation

-Introduction à la justesse en musique
-Gammes et tempéraments :
-Comma :
-Gamme pythagoricienne :
-Gamme naturelle :
-Gamme tempérée (ou Tempérament égal) :
-Tempérament mésotonique :
-Tempérament inégal :
-Tempérament par division multiple
-Intonation musicale
-Quinte du Loup

Articles annexes détaillés

-Gamme pythagoricienne
-Gamme naturelle
-Gamme tempérée
-Comma
-Tempérament mésotonique
-Tempérament inégal
-Tempérament par division multiple
-Tempérament égal à quintes justes
-Micro-intervalle

Autres articles

- Liste des gammes
- Gamme musicale

Bibliographie

-Devie Dominique, Le tempérament musical, philosophie, histoire, théorie et pratique, Librairie Musicale Internationale, Marseille (seconde édition 2004). ===
Sujets connexes
Acoustique musicale   Chanteur   Comma   Comma pythagoricien   Comma syntonique   Consonance   Diapason   Enharmonie   François Couperin   Fréquence fondamentale   Gamme musicale   Gamme naturelle   Gamme pythagoricienne   Gamme tempérée   Gammes et tempéraments   Gioseffo Zarlino   Giovanni Pierluigi da Palestrina   Grèce   Géométrie   Harmonique   Intervalle (musique)   Intonation musicale   Jean-Philippe Rameau   Johann Philipp Kirnberger   Johann Sebastian Bach   Lambert Chaumont   Liste des gammes   Loup (musique)   Micro-intervalle   Modulation (musique)   Musique   Musique baroque   Musique contemporaine   Musique de la Renaissance   Musique romantique   Pythagore   Quinte   Tempérament   Tempérament de Valotti   Tempérament inégal   Tempérament mésotonique   Tempérament par division multiple   Tempérament égal à quintes justes   Tierce (musique)   Tonalité   Transposition   Transposition (musique)  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^