Acre (Israël)

Infos
Acre, (en hébreu עַכּוֹ, Akko ; en arabe عكّا, Akka ; aussi connu dans le monde chrétien sous le nom de Saint-Jean-d’Acre) est une ville d’Israël, située au nord de la baie de Haïfa, sur un promontoire et doté d'un port en eaux profondes. Actuellement, Acre, à 152 km de Jérusalem, est située administrativement dans la région Nord d'Israël et compte environ 45 600
Acre (Israël)

Acre, (en hébreu עַכּוֹ, Akko ; en arabe عكّا, Akka ; aussi connu dans le monde chrétien sous le nom de Saint-Jean-d’Acre) est une ville d’Israël, située au nord de la baie de Haïfa, sur un promontoire et doté d'un port en eaux profondes. Actuellement, Acre, à 152 km de Jérusalem, est située administrativement dans la région Nord d'Israël et compte environ 45 600 habitants (en 2003). Cette ville côtière donne son nom à la plaine d'Acre qui comporte plusieurs villages. Son ancien port de commerce florissant dans l'antiquité, est devenu une zone de pêche et de plaisance de moindre importance.

Lieux remarquables

En raison notamment du prestige de l'héritage historique légué par les différentes civilisations qui se sont succédé dans cette cité, Acre est membre de l'Organisation des villes du patrimoine mondial (UNESCO). Notamment, il est possible d'observer :
- des vestiges datant de l'époque des Templiers font un tunnel conduisant à une forteresse du XIII siècle
- les fortification succcessives de la ville
- la mosquée Al Jezzar
- la citadelle
- certains lieux saints du Bahaïsme

Histoire

Antiquité

Cette ville de Galilée connaît une présence humaine continue depuis 1500 av. J.-C. Sur le plan historique, elle fut mentionnée pour la première fois sous le règne du pharaon Thoutmosis (1504–1450 av. J.-C.) et son nom apparaît également plus tard dans la Bible hébraïque sous le nom de Akko (Juges 1, 31), ainsi que dans le Nouveau Testament dans les Actes des Apôtres (21, 7a – Voyage de saint Paul vers Jérusalem). En l’an 700 avant l’ère chrétienne, elle est dominée par Assyriens avant d'être intégrée, trois siècles plus tard, aux territoires conquis par Alexandre le Grand, puis au par Ptolémée , souverain d’Égypte qui débaptisa son nom en Ptolémaïs. Ce nom sera conservé jusqu’au Moyen Âge.

Conquête arabe et croisades

Tour à tour assyrienne, égyptienne, grecque et romaine, la ville d'Acre sera également partie de l'empire byzantin avant d'être conquise en 638 par l'empire arabe. Cette domination s'achève avec Baudoin I, le 26 mai 1104, lorsque la ville tombe aux mains des croisés. Prise par le sultan Saladin, le 9 juillet 1187, elle est reconquise par le roi Richard Cœur-de-Lion durant la troisième croisade en juillet 1191. Elle devient au la capitale du Royaume de Jérusalem et le principal port de Terre sainte. L'installation de l'ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem et la fondation de l'Hôpital apportent à la ville un nouveau nom, celui de Saint-Jean-d'Acre. Jusqu'en 1291, la ville sera un grand centre intellectuel, non seulement chrétien mais aussi juif. En effet, de nombreux Juifs, souffrant de persécutions en Occident, se rendent en Terre Sainte. Le rabbin Yehiel de Paris y fonde une yeshiva qui sera connue au-delà de la Terre Sainte. Nahmanide, grand kabbaliste d'Espagne le remplacera. En 1291, la ville est prise par les mamelouks. Cette date marque la fin du royaume latin de Jérusalem et de la présence occidentale en Terre Sainte.

Dans l'empire ottoman

Jardin de la mosquée ottomane Durant cette période, de nombreux ordres religieux s'installent à l'intérieur de la ville, notamment les ordres mendiants, c'est-à-dire les Franciscains ainsi que les Dominicains. La ville compte un grand nombre d'églises. Ces dernières pouvant être paraoissiales ou bien au service d'un ordre particulier. En plus des églises, les ordres monastiques possédaient des bibliothèques dans lesquelles étaient conservées les manuscrits enluminés de l'atelier d'Acre. D'après Folda, c'est le roi Louis IX qui aurait fondé cet atelier lors de son séjour dans la ville. La ville fera son retour au cœur de l'actualité du monde lorsque, le 20 mai 1799, commence le siège de Saint-Jean-d'Acre. Du côté des assiégés, les Turcs commandés par Djezzar Pacha et une flotte britannique commandée par l'amiral Smith. Les Français n'ont ni artillerie ni provisions. Après huit assauts, ils doivent renoncer.

Au vingtième siècle

Carte de la région En 1918, après la Première Guerre mondiale et dans le contexte du démembrement de l'empire ottoman, cette ville passe au sein du mandat britannique en Palestine. En 1948, lors de la création de l'État d'Israël, elle est intégrée dans le territoire du jeune État. Sa citadelle est connue en Israël et à l'étranger, pour avoir été un centre de détention britannique avant la création de l'État hébreu. Parmi ses plus célèbres prisonniers, Vladimir Jabotinsky, le père de la Droite politique israélienne, ainsi que Shlomo Ben Yosef, un activiste de l'Irgoun, qui y fut exécuté.

Notes et références de l'article

Voir aussi

===
Sujets connexes
Actes des Apôtres   Alexandre le Grand   Assyriens   Aymar Le Moine   Bahaïsme   Baudouin de Boulogne   Chevalier croisé   District nord (Israël-Golan)   Djezzar Pacha   Empire byzantin   Empire ottoman   Galilée (région)   Haïfa   Hébreu   Irgoun   Israël   Jérusalem   Moyen Âge   Nouveau Testament   Ordre de Malte   Ordre du Temple   Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture   Organisation des villes du patrimoine mondial   Palestine   Palestine mandataire   Paul de Tarse   Première Guerre mondiale   Ptolémaïs   Ptolémée II   Rabbin   Royaume de Jérusalem   Saladin   Siège de Saint-Jean-d'Acre   Siège de Saint-Jean-d'Acre (1191)   Terre Sainte   Thoutmôsis Ier   Troisième croisade   Vladimir Jabotinsky   Yehiel de Paris  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^