Hittites

Infos
Localisation des principaux sites de l'Anatolie hittite La Porte des lions à Hattusa Les Hittites sont un peuple rattaché aux Indo-européens, ils envahirent l'Asie Mineure et soumirent le peuple autochtone, les Hattis, au . Ils empruntèrent à ceux-ci différents dieux, mythes et rites. De ce mélange naquit une civilisation florissante, qui perdura jusqu'au . Outre sa grande puissance militaire, la civilisation hittite semble avoir été d'une grande tolérance, aussi bi
Hittites

Localisation des principaux sites de l'Anatolie hittite La Porte des lions à Hattusa Les Hittites sont un peuple rattaché aux Indo-européens, ils envahirent l'Asie Mineure et soumirent le peuple autochtone, les Hattis, au . Ils empruntèrent à ceux-ci différents dieux, mythes et rites. De ce mélange naquit une civilisation florissante, qui perdura jusqu'au . Outre sa grande puissance militaire, la civilisation hittite semble avoir été d'une grande tolérance, aussi bien religieuse que sociale. De nouvelles migrations indo-européennes, comme celle des Phrygiens, puis la montée en puissance de l'Assyrie sonnèrent néanmoins le glas de cet empire.

Histoire

L'histoire de ce peuple peut se diviser en plusieurs phases:

Genèse et migration en Anatolie

Les Hittites, et les peuples indo-européens apparentés, ne sont pas originaires d'Asie Mineure. Il semble que le peuple autochtone soit les Hatti, une civilisation urbaine très évoluée dont de nombreux vestiges subsistent (Hacilar, Çatal Hüyük ou Alisar). Les Hittites viendraient d'Europe. Leur origine est encore très floue, mais l'hypothèse communément admise est la suivante : Au Néolithique, entre le (VII millénaire) et le IV millénaire, une civilisation florissante se développe dans les Balkans et le bassin du Danube, très raffinée, elle semble même avoir créé une sorte d'écriture picturale, probablement un syllabaire. Parallèlement, au V millénaire, un peuple plus fruste parlant très probablement une langue proche de l'indo-européen originel s'épanouit dans les plaines entre le Dniepr et la Volga. On caractérise ce peuplement par les tombes de ses élites : des fosses recouvertes de petits tumulus, appelées en russe Kourgan, qui donne un peu improprement son nom à cette civilisation : les Kourganes. En trois vagues de migration, entre le V et le III millénaire, ils vont détruire la civilisation danubienne. De nombreux peuples, par assimilation réciproque, vont en résulter. On ne sait pas si les Hittites sont issus de la première vague des Kourganes (4400 av. J.C. à 4200 av. J.C.) qui auraient, après avoir atteint les Balkans, été forcés de migrer vers l'Anatolie sous la pression de la deuxième vague de migrations ou s'ils sont issus de cette deuxième migration (3400-3200) mais ce n'est qu'à la fin du III millénaire que l'archéologie atteste des mouvements de population des Balkans vers l'Anatolie. Des populations de langue louvite semblent s'installer vers 2300-2200 : de nombreuses cités d'Asie Mineure, dont Troie, sont ravagées. Une seconde vague vers 2000-1900 semble s'être installée plus calmement, ce sont les populations parlant le hittite-nésite, essentiellement dans la boucle du fleuve Halys. Les Hittites sont alors sur le territoire des Hattis et une fusion culturelle des deux civilisations a lieu. Le dialecte hittite de la ville de Nesa (ou Kanesh) s'impose dans la vie quotidienne, alors que la langue hattie devient la langue liturgique. Cette fusion s'est effectuée peu à peu : en effet entre l'arrivée des Indo-européens et la constatation de la fusion des deux civilisations lors de l'établissement des Assyriens, il se passe deux à trois siècles. Il convient de noter que cette thèse concernant l'origine des Hittites, bien que la plus commune, ne fait pas l'unanimité. Ainsi certains hittitologues estiment que les Hittites sont entrés en Anatolie par l'est, d'autres, tel Colin Renfrew, estiment même que ce peuple est autochtone à l'Asie Mineure et est un descendant des cultures de Çatal Hüyük et des premiers cultivateurs de la région.

L'époque des comptoirs assyriens

Au début du , les Assyriens installent une vingtaine de comptoirs en Anatolie. Contrairement aux Hittites, les Assyriens arrivent en petit nombre et chaque comptoir consiste en une colonie assyrienne, séparée de la population locale. Chacune de ces colonies, appelées karum conserve l'organisation assyrienne traditionnelle et demeure sous l'autorité du karum de Kanesh, lui-même contrôlé par la métropole. Les Assyriens, comme l'attestent les nombreuses tablettes cunéiformes retrouvées, contrôlaient toute l'économie de l'Asie mineure, en particulier le commerce du cuivre. Le pouvoir politique par contre était aux mains des princes hittites qui régnaient sur la multitude de principautés dont était composée l'Anatolie. Mais au début du siècle, les bouleversements du Proche-Orient entraînent la ruine, parfois violente, de ces établisements. Ce qui permet un premier mouvement d'unification de la région, lorsque le prince de Kussar, Pithana, s'empare de Nesa, l'ancien centre économique, et s'y établit. Son fils Anitta poursuit son œuvre et unifie une partie de l'Anatolie. Dans sa Proclamation d'Anitta, il prend le titre de Grand Roi qui sera utilisé par de nombreux souverains du Moyen-Orient durant les deux millénaires suivants. Anitta fut le seul roi de sa dynastie. Après lui, l'Anatolie traverse une période obscure de guerres et de famines qui dure une centaine d'années, l'usage de l'écriture disparaît presque totalement.

L'ancien royaume (vers 1680/1495)

Labarna I semble avoir été le premier véritable roi des Hittites. Peu de documents ou de vestiges de son règne attestant de son existence, à part l'Edit de Telibinu, certains historiens avancent qu'il pourrait s'agir d'un roi légendaire. Tous les rois qui lui succédèrent sur le trône hittite utilisèrent le titre de Labarna, selon une méthode similaire à celles des empereurs romains qui utilisèrent les titres de César et Auguste à la suite de Jules César. De même, probablement pour marquer la continuité avec l'éphémère dynastie d'Anitta, Labarna I, et tous ses successeurs jusqu'à la chute de l'Empire, prennent les titres de Grand Roi et d'homme de Kussar, ville d'origine de Pithana, père du premier roi Anitta. Son successeur fut Hattusili I, également appelé Labarna II ; son nom indique qu'il avait établi la capitale à Hattusa. Leurs liens de parenté sont peu clairs : certains pensent que ce fut le petit-fils, le neveu ou encore le fils adoptif de Labarna. Roi conquérant, avec lui le royaume hittite s'étendit au nord jusqu'à la mer Noire (Zalpa), au sud jusqu'à l'Arzawa et à l'est jusqu'à l'Euphrate. Il détruit Alahah, vassale du royaume de Yamkhad dont la capitale était Alep, devenant le premier roi hittite à franchir les monts Taurus séparant l'Anatolie de la Syrie actuelle. Mursili I succèda à son grand-père, comme lui grand guerrier, il abatit la puissance du Yamkhad dont il détruit la capitale Alep, puis, en 1594 mena un raid sur Babylone, qu'il prit, entraînant la chute de la dynastie fondée par Hammourabi. Mais à guerroyer loin de sa capitale, le royaume hittite se fragilisa et lorsque Hantili I, beau-frère de Mursili, lui succèda après l'avoir assassiné, ce fut le début d'une longue période de troubles. Lors de la révolte de Karkemish, les Hourrites de l'Euphrate, se soulevèrent et battirent le souverain. Les Gasgas firent leurs premières incursions dans les provinces du Nord. Son successeur, Zidanta I est surtout connu pour son manque de scrupules, assassinant le fils et le petit-fils de Hantili, pour accéder au trône. Il finit lui même assassiné par son propre fils Ammuna, qui le remplaça. Sous le règne de celui-ci, la situation du royaume hittite empira, avec la perte de plusieurs provinces dont l'Arzawa et l'Adana. Après l'assassinat de ses héritiers légitimes, c'est Huzziya I, vraisemblablement un descendant illégitime, qui s'imposa, mais pour être aussitôt renversé par Telibinu, beau-fils d'Ammuna qui l'exila ainsi que ses frères. Telibinu redressa alors la situation du royaume par des victoires militaires et l'établissement d'une loi de succession, l'Edit de Telibinu et d'un traité avec le roi du Kizzuwatna.

Le royaume de Hatta (vers 1495/1465)

Les successeurs de Telibinu sont encore mal connus. Seuls leurs noms et leur ordre de succession nous sont connus : Alluwamna, Hantili II, fils du précédent, Tarhurwaili, Zidanta II, Huzziya II et Muwatalli I. Néanmoins, cette période correspond à une période d'affaiblissement de l'État hittite, et cela suite à l'apparition de deux nouvelles menaces extérieures:
- les Gasgas, qui avaient fait leurs premières apparitions sous le règne de Hantili I, deviennent plus menaçants. Ils forcent Hantili II à renforcer les défenses de la capitale et des villes proches des frontières du royaume.
- les Hourrites qui s'unifient et forment le royaume du Mitanni dont la puissance augmente rapidement. Cet État annexe ou vassalise alors les royaumes d'Alep, d'Alahah et du Kizzuwatna.

Le moyen empire (1465/1380)

Vers 1465, la dynastie fondée par Labarna est renversée. C'est la conséquence des troubles des règnes précédents et le nouveau roi, Tudhaliya Ie, possède des ascendances hourrites et kizzuwatniennes. Profitant des actions du pharaon Thoutmôsis III contre le Mitanni, qui vainc une coalition mitanno-canaanéenne à la bataille de Megiddo, il remporte différentes victoires contre les Hourrites ce qui lui permet de replacer le Kizzuwatna sous la domination d'Hattusa et de détruire Alep. Outre l'ère de bonnes relations avec l'Égypte qu'inaugure la nouvelle dynastie, Tudhalya renouvèle profondément les élites du pays : dès son règne, aux côtés de l'aristocratie traditionnelle, de nombreux personnages portant des noms d'origine hourrite occupèrent des postes importants.

Le nouvel empire (1380/1190)

Les empires hittite et égyptien Après l'assassinat de l'héritier du trône, le jeune et énergique prince Suppiluliuma I réforme complètement le royaume hittite. C'est la véritable création de l'Empire hittite. Suppiluliuma rétablit également le royaume dans son rôle de pièce majeure de l'échiquier du Proche-Orient. Il lutte contre le Mitanni dont il réduit la puissance, puis il lance une campagne contre le Kizzuwatna qu'il annexe. Le renouveau de la puissance hittite bouleverse l'équilibre du Proche-Orient : les Hittites et les Égyptiens y exerçaient une lutte d'influence afin de contrôler le couloir commercial passant entre la Syrie et la Palestine. Or les pharaons égyptiens ne réagissent que mollement aux conquêtes hittites qui annexent ou vassalisent les États alliés du Mitanni, lui-même allié de l'Égypte : Alalah, Nuhasse et même Qadesh, clef de la vallée de l'Oronte, sont contrôlées par Suppiluliuma sous le règne d'Akhénaton ; les royaumes d'Amourrou, d'Aziru et d'Ougarit deviennent des vassaux pendant le règne de Toutânkhamon. Finalement, les derniers alliés du Mitanni cèdent et Karkemish, contrôlant le passage de l'Euphrate, est intégrée à l'empire. Rompant avec la tradition, Suppiluliuma consolide ses conquêtes en passant des traités avec ses vassaux, qu'il choisit avec soin. Il nomme ainsi ses deux fils rois d'Alep et de Karkemish. Cette ville, l'une des plus anciennes du Proche-Orient, devient la deuxième ville de l'empire. C'est là que demeure le vice-roi, contrôlant de cette cité les différents royaumes syriens tous devenus progressivement les vassaux de l'empire hittite. Suppiluliuma renforce sa position en mariant ses filles aux différents rois syriens. Alors que les troupes égyptiennes sont repoussées à Qadesh, le pharaon Toutânkhamon meurt subitement sans héritier. Son épouse Ankhesenamon, convainc Suppiluliuma de lui envoyer un de ses fils pour un remariage. Suppiluliuma envoie finalement le prince Zannanzach qui est assassiné avant d'atteindre l'Égypte.Ce point reste encore obscur pour les historiens, certains prétendent que le prince réussit à atteindre l'Egypte pour y fonder une dynastie (mais cela n'expliquera pas les guerres entre les deux peuples). Cet événement est l'un des facteurs déclenchant des guerres qui opposèrent les deux puissances pendant plusieurs générations. Suppiluliuma meurt précocement d'une peste, dont la propagation avait été favorisée par les nombreuses déportations de son règne. Son successeur, Arnuwanda II disparaît également peu après, de la même maladie. Mais l'œuvre de Suppiluliuma lui survit. Les rois d'Alep et de Karkemish, ses fils, ainsi que le roi du Mitanni, son beau-fils, sont liés par des liens très forts à la dynastie : ils resteront fidèles aux rois hittites jusqu'à la chute de l'empire. Ainsi, un fils cadet de Suppiluliuma monte sur le trône : Mursili II. La situation est difficile: non seulement la peste ravage le pays, mais Mursili doit tout d'abord mater la rébellion de certains vassaux. Le roi abandonne quelque temps la capitale Hattusa. Il conquiert l'Arzawa et détruit le royaume d'Azzi. Ougarit et l'Amourrou se voient contraints de renouveler leurs traités de vassalité. Finalement, la lutte contre les Gasgas est également nécessaire : il libère les provinces du nord et renforce la frontière sur les montagnes surplombant la mer Noire. Son fils Muwatalli II lui succède sur le trône. Comme pour ses prédécesseurs, son règne est rythmé par les guerres. Muwatilli vainc tout d'abord le royaume de Wilusa, au nord-ouest de l'empire, qui devient son vassal. Puis il doit faire face aux Gasgas qui franchissent la frontière, pillant et détruisant les cités hittites. La capitale Hattusa est détruite et le roi et sa cour se réfugient à Tarhuntassa, une ville du sud. Pour rétablir son autorité sur le nord du pays, il nomme son frère Hattusili administrateur des provinces du nord. En même temps, la menace assyrienne se précise : le Mitanni est vaincu et devient vassal de l'empire mésopotamien. Pendant qu'Hattusili pacifie le nord et que le roi assyrien Adad-Nirari devient le suzerain du Mitanni, le roi Muwatalli se concentre sur la Syrie voisine. Le conflit avec l'Égypte ne tarde pas à reprendre, ses pharaons Séthi I, puis Ramsès II désirant récupérer les possessions syriennes perdues sous Akhénaton et Toutankhamon, en particulier le royaume de l'Amourrou et la clé de la route commerciale reliant la Méditerranée et la Mésopotamie, la citadelle de Qadesh, à la frontière entre les zones d'influence des deux empires. Ramsès remporte dans un premier temps une victoire diplomatique en ralliant le souverain d'Amourrou à sa cause. La guerre atteindra son paroxysme lors de la deuxième bataille de Qadesh, véritable match nul qui rétablira le statu quo en replaçant le royaume d'Amourrou sous la suzeraineté hittite. Ce fut la fin du conflit entre les empires hittites et égyptiens : tout deux seront désormais accaparés par la menace assyrienne. Muwatalli II meurt en 1270 et son fils illégitime, Mursili III, lui succède sous la régence de son oncle Hattusili. Celui-ci se rebelle bientôt et exile Mursili qui se réfugie sur l'île de Chypre. Hattusili III monte sur le trône et signe un traité de paix avec l'Égypte (voir la rubrique Droit). Ayant reconquis les territoires occupés par les Gasgas et vaincus une rébellion des Louvites qui ne reconnaissaient pas son usurpation, Hattusili III a un règne un peu plus pacifique durant lequel il stabilise la situation en Syrie par la paix avec l'Égypte et une alliance avec Babylone lui permettant de surveiller la menace assyrienne. Mais cette menace grandit: le Mitanni est brisé par les Assyriens en 1260. Le successeur de Hattusili III est, conformément à la loi successorale, son fils, Tudhaliya IV. Celui-ci lutte d'abord pour maintenir l'unité de l'empire, contre les royaumes d'Ahhiyawa et d'Arzawa. Pendant ce conflit, il assure ses arrières en signant la paix avec l'Assyrie en contrepartie de la reconnaissance de ses conquêtes. Mais bientôt l'Assyrie repasse à l'offensive et attaque la rive ouest de l'Euphrate, en mains hittites. Tudhaliya réagit, mais sa contre-attaque aboutit à un échec à la bataille de Nihiriya en 1230. Tudhaliya s'emploie alors à imposer un blocus maritime à l'Assyrie. À l'aide du roi de Karkemish, il convainc les royaumes syriens, en particulier l'Amourrou, de respecter le blocus. Ceux-ci refusent les bateaux de l'Ahhiyawa. Tudhalia débarque également au royaume d'Alasiya, l'actuelle Chypre, qui lui verse un tribut en cuivre. Le blocus s'avère payant : l'Assyrie signe un traité de paix et restitue les territoires glânés au détriment du royaume de Karkemish. Mais Tudhaliya n'a pas seulement marqué l'histoire hittite par ses faits guerriers : véritable réformateur religieux, il réorganisa le culte, modifia les fêtes et agrandit le sanctuaire de Yazilikaya. Si la paix est maintenue sous les successeurs de Tudhaliya, Arnuwanda III puis son frère Suppiluliuma II, l'empire hittite, miné par de longues famines ayant entraîné de nombreux mouvements de population qui ont complètement déstabilisé l'État va encore s'affaiblir sous les coups des Peuples de la Mer qui ravagent toute la région. L'Empire hittite y survit, contrairement aux royaumes achéens et à Mycènes, mais en 1190 l'Empire s'effondre sous les coups des Gasgas. Hattusa et les principales villes hittites sont détruites et ne se relèveront jamais.

Les royaumes néo-hittites

À la même époque, vers 1190, les Phrygiens, un autre peuple indo-européen, envahit le plateau central d'Anatolie et y établissent leur royaume et leurs cités. Cependant, la civilisation hittite survit à la chute de son centre historique. Dans le sud de l'Anatolie, ainsi qu'en Syrie, plusieurs royaumes de langue louvite sont fondés : en Cappadoce, une dizaine de princes s'allient dans la confédération du Tabal, alors qu'à l'est, le long de l'Euphrate, d'autres principautés apparaissent: le Milid, le Kummuhu, le Gurgum. Au sud, on trouve les États suivants : la Cilicie, les royaumes de Ya'diya et de Karkemish, Pattina, Arpad, le royaume d'Alep, la principauté de Til Barsid et enfin le royaume de Hama. Karkemish, où règnent des descendant de la dynastie de Suppiluliuma I, reprend le rôle de capitale culturelle du monde hittite abandonné par Hattusa. Ces royaumes ne jouent certes aucun rôle politique majeur, mais ils prospèrent du au , et ce n'est qu'entre 745 et 708 que les derniers disparaissent, l'un après l'autre sous les coups des Assyriens. Le plus puissant d'entre eux, le royaume de Karkemish, disparaît en 717, marquant la fin de la civilisation hittite.

Religion

Un énorme panthéon

Le Grand Temple (temple 1) Hattusa, Turquie, Profondément polythéiste, à tel point que les Hittites eux mêmes parlaient de leurs « mille dieux », leur religion fut caractérisée par trois phénomènes fondamentaux : tout d'abord elle est le résultat d'un syncrétisme entre la religion originelle de ce peuple et celle pratiquée par les Hattis autochtones ; ensuite, il n'y a jamais eu de panthéon officiel, chaque région, chaque localité a eu son propre panthéon qui variait au gré des conquêtes et des défections ; finalement, les dieux adorés par les Hittites ont considérablement varié au cours des siècles, par l'assimilation des divinités des peuples voisins, parfois en les identifiant avec d'autres similaires du panthéon antérieur. Malgré l'absence de panthéon officiel, un effort d'identification des dieux eut lieu sous l'Empire : chaque cité conservait les noms de ses dieux propres, mais les dieux similaires de chaque cité étaient considérés comme uniques, bien que portant des noms différents. Au sommet de ce panthéon trônait le dieu de l'orage. Appelé Teshub en hourrite ou parfois Tarhunt, il est symbolisé par le taureau. Ce fut également, et surtout, le dieu de la guerre, plus particulièrement contre les étrangers. Autre dieu important, Telebinu est le dieu de la fertilité. Il est le fils de Teshub. Ses colères se traduisent par de mauvaises récoltes.

Le culte

À l'inverse des autres grandes civilisations orientales, les prêtres n'avaient pas une grande importance dans la vie religieuse hittite, car leur rôle était plutôt modeste. Le temple abrite, comme ailleurs en Orient, la statue qui a droit aux soins quotidiens définis par les rituels. Les fêtes principales ont lieu au printemps et à l'automne ; à cette occasion le dieu sort du temple. Il est souvent emmené dans un sanctuaire hors de la ville ; des rites propres à chaque divinité sont alors accompagnés de sacrifices qui donnent l'occasion d'un repas en commun ; des jeux en forme de compétition sportive et de simulacres de combats terminent ces fêtes, pratiques certainement d'origine indo-européenne, qui nous rapproche du monde grec. Le culte populaire nous est pratiquement inconnu. La divination et la magie jouent un rôle important. Les Hittites adoptent la pratique de la lecture des entrailles, pratiquée depuis longtemps en Mésopotamie. Un temple, dont le titulaire était un devin, à été retrouvé à Emar, avec ses archives et sa bibliothèque. L'Euphrate à été la voie d'expansion naturelle des pratiques culturelles de la Mésopotamie vers la Syrie du Nord et le monde hittite, et de là vers la Méditerranée. Il est admis que le Hatti a surement été une langue liturgique.

Les langues

De nombreuses langues furent parlées dans l'histoire hittite. Peuple indo-européen, les hittites parlaient le nésite (ou hittite-nésite), principal représentant de la branche des langues anatoliennes. Ce fut la langue officielle de l'empire. À côté d'elle on trouve principalement deux autres langues apparentées : le louvite provenant du sud anatolien (Royaume du Kizzuwatna) qui sera la langue principale des royaumes néo-hittites du Nord de la Syrie et le palaïte parlé au nord-ouest du Hatti. Des vestiges d'autres dialectes anatoliens ont été retrouvés dans toute la Turquie actuelle : le lydien sur la côte égéenne, le carien sur la côte sud-ouest, le pisidien et le sidétique sur la côte sud. La quasi-totalité de ces langues indo-européennes disparaîtront em même temps que l'empire. Le louvite survivra quelques siècles en Syrie et donnera naissance au lycien. Mais, à côté des langues indo-européennes parlées par les envahisseurs hittites, nous trouvons dans l'Anatolie des Hittites d'autres types de langues. Tout d'abord, la langue autochtone le hatti, langue agglutinante qui devint après l'arrivée des hittites une langue morte à laquelle le hittique-nésique a emprunté de nombreux mots, en particulier dans le domaine culturel et religieux car elle fut la langue liturgique tout au long du II millénaire. Parlée dans l'est du Kizzuwatna, sur l'Euphrate (en particulier le Mitanni) et dans les pays vassaux en Syrie, le hourrite, autre langue agglutinante sera de plus en plus utilisée par les Hittites, en particulier dans le domaine administratif et religieux : cela provient de la campagne de hourritisation entreprise par Suppiluliuma lors de sa profonde réforme au début de l'Empire. Finalement l'akkadien, langue diplomatique de l'époque, est également attestée, plus particulièrement après le raid sur Babylone par Mursili I. Il s'agit néanmoins d'un usage dans la correspondance qui ne correspond probablement pas à une utilisation de la langue dans la vie courante.

Les systèmes d'écriture

Les Hittites n'avaient pas d'écriture lorsqu'ils arrivèrent en Anatolie. C'est naturellement qu'ils adoptèrent le système utilisé localement, l'écriture cunéiforme, qu'ils adaptèrent à leur langue. En effet, l'écriture cunéiforme créée initialement pour la transcription du sumérien, langue agglutinante, avait été adaptée à la transcription des langues sémitiques, mais ne convenait pas forcément à l'écriture d'une langue indo-européenne. C'est néanmoins assez tardivement que l'écriture cunéiforme fut utilisée, probablement après les expéditions en Mésopotamie, car le syllabaire utilisé est différent de celui utilisé auparavant dans les comptoirs assyriens et plus proche de celui utilisé à Babylone. À côté de l'écriture cunéiforme, les Hittites ont utilisé, principalement pour les inscriptions monumentales, une écriture hiéroglyphique. Les symboles de cette écriture sont appelés improprement hiéroglyphes hittites car ils ne transcrivent que rarement la langue hittite-nésique : la plupart des inscriptions monumentales sont en effet des inscriptions en louvite. Durant les troisième, second et premier millénaires, le parchemin restait rare et cher, tout comme le vélin. Le système de notation de l'époque était une tablette, qui se présentait sous la forme d'une petite boîte remplie de terre glaise fraiche et humidifiée par une lingette posée sur la surface. Au moyen d'un petit outil, tel un stylet en métal ou une plume de roseau taillé, le calame, on inscrivait sur la surface de la tablette ce que l'on désirait noter, et que l'on pouvait conserver en la cuisant au four. Les signes cunéiformes étaient formés en tapant verticalement le stylet sur la surface de la tablette, puis en le tirant pour former un trait.

Les textes

Texte du traité de Qadesh Se pousuivant encore de nos jours, les campagnes de recherche archéologiques ont permis de découvrir plus de 31 000 tablettes, dont la plupart ne sont que des fragments. On connait actuellement plus de 750 textes hittites différents, de longueur très inégale, de quelques lignes à une centaine de pages en version imprimée. On estime que ces textes représentent environ 15% des textes produits, chiffre avancé d'après la lecture des tablettes fichiers d'une bibliothèque hittite. Les textes les plus anciens sont de type historique, des chroniques et des annales, dans lesquels un souverain exposait comment son règne s'était déroulé . Même si ce sont les sources principales d'information sur l'époque, il convient de les aborder sous un angle critique. Le deuxième type de textes les plus souvent retrouvés sont juridiques ; ce sont des codes de lois hittites, qui comptent plus de 200 articles de loi dans divers domaines. Ces textes nous permettent ainsi de déterminer les fondements de la société hittite, sans avoir toutefois le moyen de confirmer leur application réelle. Il s'agirait peut-être de cas d'école destiné à exercer les juristes. Une troisième catégorie de textes retrouvés en grand nombre sont les traités internationaux, et les instructions administratives, qui étaient considérées par les Hittites comme similaires. Il s'agissait en fait d'instructions envoyées aux délégués locaux représentant le pouvoir central (gouverneurs des cités ou souverains des royaumes féodés), ou d'instructions militaires et douanières. Ces dernières, adressées aux gardes-frontières, ont ainsi permis de délimiter les frontières de l'empire hittite au cours du temps. Les traités internationaux concernent les relations avec les puissances voisines : cela nous permet de jauger l'importance de ce royaume dans toute l'Asie Mineure. On a ainsi retrouvé des échanges diplomatiques entre l'empire hittite et l'Égypte rédigés en akkadien. Ces correspondances nous montrent l'existence de relations, dans l'ensemble cordiales puisque distantes, et en particulier au XIV siècle lors de l'assassinat de Toutankhamon. La très grande majorité des 750 textes hittites retrouvés sont religieux : une première partie d'entre eux sont de type rituel, employés dans toutes les situations, pour demander la protection d'un dieu. Ils sont relativement courts, et se décomposent en une description contextuelle du rituel et une suite d'instructions. Il existe des rituels pour tous types de situations, et leur nombre n'aurait cessé de s'accroître au cours de l'histoire. Une deuxième partie de ces textes religieux sont de type mythologique, sous la forme de récits. Ils sont beaucoup moins développés que ceux de la Grèce antique, et décrivent le panthéon hittite dominé par le dieu de l'orage, puis une série de dieux importants chargés de l'argriculture, de la guerre, etc., et enfin les dieux locaux ou mineurs. Une troisième partie de ces textes concerne la magie, qui regroupe également la médecine, car la notion même de médecine fait appel à des pratiques magiques qui reposent sur la divination. Ces pouvoirs sont l'apanage de femmes, des sorcières dans la grande majorité louvites, chargées d'interpréter les présages. Aujourd'hui encore, on continue de trouver des documents hittites en Anatolie.

La société

Le monde hittite est divisé en deux. La cour — formée des membres de la famille royale, d'un certain nombre de familles aristocratiques et de membres des familles des souverains voisins, liés à l'Empire hittite par des traités, du haut-clergé ainsi que du personnel du palais — vit en vase clos, et seule la justice royale s'applique à ces nantis. Le bas-peuple quant à lui est divisé entre hommes libres, serfs et esclaves :
- les hommes libres sont essentiellement les artisans, les marchands et les paysans
- les serfs sont formés par des populations déportées au gré des guerres : ces serfs, liés à la terre où ils sont établis ne peuvent se déplacer librement. Ces déportations avaient pour but de repeupler les régions dévastées.
- l'esclave a un véritable statut juridique, ce qui est exceptionnel pour l'époque. Son maître peut le vendre ou le punir, mais les esclaves peuvent aller en justice, épouser une femme libre ou encore avoir des biens propres.

La royauté

La royauté hittite était bien différente de certaines monarchies contemporaines, en particulier de la monarchie égyptienne: en effet, contrairement au pharaon, le roi n'était pas considéré comme un dieu de son vivant. Les terres hittites appartenaient aux dieux, le roi était leur représentant et les gérait en leur nom. Ce n'est qu'après sa mort que le roi était divinisé, sa statue rejoignait celle de ses ancêtres. Par ailleurs, le terme utilisé pour indiquer le décès du roi signifiait également « devenir dieu ». Ainsi, en tant que représentant des dieux, investi par le dieu de l'orage Tarhunt, c'est la fonction de grand-prêtre qui prédominait sur les autres. Ainsi, bien que commandant en chef des armées hittites permanentes, le roi n'hésitait pas à interrompre des campagnes, même lointaines, pour tenir son rôle dans la liturgie. Outre ces deux rôles, le roi était également le chef du pouvoir judiciaire, et à ce titre recours ultime en justice, et le responsable de la diplomatie. De nombreux termes sont utilisés dans les textes hittites pour désigner le monarque. La prononciation de certains d'entre eux n'est d'ailleurs pas connue car les Hittites utilisant l'écriture cunéiforme ont parfois repris les sumérogrammes et les akkadogrammes sans les modifier pour représenter leurs propres mots :
- LUGAL désigne les rois de moyenne importance : les chefs des royaumes vassaux ou ceux des villes faisant partie de l'empire ;
- LUGAL GAL, « Grand Roi », désigne le roi hittite, le roi des rois. Il désigne également les grands souverains étrangers (égyptiens, babyloniens ou parfois même achéens) ;
-labarna (pré-hittite) ou tabarna (hittite), « solaire », du dieu soleil, titre honorifique attribué aux rois ;
- hassu ;
- UTU « Soleil ».

Liste des souverains hittites

;légendaires
-Vers 2160 : Pamba
-Vers 2050 : Pithana
-Vers 1900 : Anitta ;de l'ancien royaume
-1680/1650 : Larbana I
-1650/1620 : Labarna II puis Hattushili I
-1620/1590 : Mursili I
-1590/1560 : Hantili I
-1560/ ? : Zidanta I
-Ammuna
- ? /1525 : Huzziya I
-1525/1495 : Telibinu ;du royaume de Hatta
-1495/ ? : Alluwamna
-Hantili II
-Tarhurwaili
-Zidanta II
-Huzziya II
- ? /1465 : Muwatalli I ;du moyen empire
-1465/1420 : Tudhaliya I
-1420/1400 : Arnuwanda I
-1400/1397 : Tudhaliya II le Tukhanti
-1397/1395 : Hattushili II
-1395/1380 : Tudhaliya III ;du nouvel empire
-1380/1342 : Suppiluliuma I
-1342/1340 : Arnuwanda II
-1340/1310 : Mursili II
-1310/1270 : Muwatalli II
-1270/1265 : Mursili III
-1265/1250 : Hattushili III
-1250/1210 : Tudhaliya IV
-1210/1200 : Arnuwanda III
-1200/1190 : Suppiluliuma II

L'assemblée

Si l'existence d'une assemblée est attestée par les documents hittiques, on a néanmoins peu de certitudes à son sujet. Les textes retrouvés utilisent deux termes : tuliya et panku. Le premier terme pourrait servir à désigner l'assemblée en tant que groupe de personnes, donc physique, alors que le second désignerait plutôt le rôle institutionnel, la fonction. On ignore s’il en existait une ou deux. On ignore aussi sa composition : s'agissait-il de délégués, de nobles, de personnages influents tels des hauts-fonctionnaires, de religieux ? ainsi que le mode de désignation de ses membres. Nos connaissances sur les pouvoirs de cette assemblée sont également floues, beaucoup pensent qu’elle n’avait qu’un rôle consultatif. La fréquence de ses réunions plus élevée au début de la période monarchique ont amené à formuler l'hypothèse que l'assemblée était un reliquat de la culture hattie, chez lesquels la monarchie aurait été élective.

L'armée

Le peuple hittite est à ses origines un peuple conquérant. Le commandement de l'armée est assuré par le roi, qui allait parfois lui-même à la bataille. Il pouvait cependant déléguer son pouvoir en cas des charges religieuses à accomplir ou en cas de problèmes de santé. L'armée hittite, forte en temps normal de quelque trente mille hommes, est formée par ceux qui ont à l'égard du pouvoir des obligations militaires, par des mercenaires et par des contingents fournis par les États vassaux. L'organisation de l'armée est décimale : l'unité de base comprend 10 hommes commandés par un officier issu de la petite noblesse. L'échelon supérieur regroupe 100 hommes, et le suivant 1000. Il n'y a sans doute pas de solde pour les hommes normalement astreint au service et ceux-ci se payent en général sur le butin. En stationnement, l'armée vit certainement sur le pays, mais il existe un service d'approvisionnement des armées qui est équipé de chars à bœufs et d'ânes. Les armes sont la lance, l'épée droite ou recourbée, le poignard, la hache et l'arc accompagné d'un carquois d'une trentaine de flèches, plutôt utilisé par l'infanterie légère. Le guerrier est protégé par une armure à écailles, un casque et un bouclier. Elle comprend deux armes, l'infanterie et les chars. L'infanterie n'occupe le premier rôle que sur terrain accidenté, cependant, son rôle dans le maintient de l'ordre dans les pays dominés est essentiel. Elle est particulièrement formée pour lancer des attaques brusquées et donc inattendues, son entraînement méthodique et sa discipline en font une très bonne arme. Sinon, quand le terrain le permet, le char est l'élément essentiel du combat : Léger et maniable, rapide, il assure une relative rapidité au tir. Il est monté par le conducteur, un combattant et un assistant chargé de protéger les autres avec un bouclier. En utilisant plutôt la lance que la flèche (utilisée par les Égyptiens), les Hittites en ont fait une arme offensive efficace, chargée de foncer dans les rangs adverses, de les disloquer et d'y semer la panique. Les Hittites sont également passés maîtres dans l'art des fortifications urbaines.

Droit

Le droit hittite est assez mal connu, essentiellement par des recueils de lois (deux tables retrouvées à Hattusa) et pas du tout par des documents de la pratique, comme les contrats. Il semble être un des plus évolués de l'Antiquité, et ce très tôt, dès le . Datant du , les lois sont composées par un fond coutumier archaïque, de jurisprudence et de lois royales d'époques différentes. La partie pénale cherche plus la réparation du préjudice subi (telles que la remise en état d'une plantation saccagée) que la vengeance. Les dispositions législatives mettent l'accent sur l'amendement du fautif, et de nombreuses compensations pécuniaires sont prévues. Les incapacités temporaires de travail sont prévues, et le responsable doit remplacer la victime, en personne ou par un esclave, il paie aussi le médecin et une indemnité. Les compensations pécuniaires sont moins élevées si le crime est commis contre une personne du commun. Malgré tout, il existe des peines de mutilation (oreilles ou nez) réservées aux esclaves pour les cas de vol ou d'incendie. La peine de mort est aussi prévue, mais avec un champ d'application restreint pour l'époque : rébellion contre le roi ou un de ses hauts représentants, rébellion d'un esclave, adultère de la femme, viol, et sortilège d'un esclave. Surtout, la loi prévoit qu’elle doit être infligée sans être accompagnée de supplices. La peine est individuelle, sauf en cas de responsabilité collective d'une ville, une disposition patriarcale archaïque, ce qui témoigne d'une faible répression judiciaire. Pour l'époque, le fait même de prévoir des cas où la peine de mort est appliquée à l'esclave est une avancée, car dans tous les droits contemporains, il est un bien sur lequel son maître a les mêmes droits que sur un animal ou un objet. Civilement, la femme jouit d'un statut privilégié, pour l'époque. Certes le mariage se conclut par achat ou rapt, dans ce cas une indemnisation de la famille est d'ailleurs prévue, mais le divorce et le viol sont reconnus, ce dernier étant puni de mort, et la reine légitime gouverne en l'absence du roi. Cependant l'absence de documents prouvant l'application des textes modère l'analyse que l'on peut faire de ces dispositions. Dans le domaine du droit international, après le résultat nul de Qadesh, Ramsès II et Hattusili III, tous les deux inquiets de la montée en puissance de l'Assyrie, signent ce qui est le premier traité international connu de l'histoire. Heureusement, les deux versions de ce document nous sont parvenues et on peut y découvrir un pacte de non-agression, un pacte d'assistance mutuelle et même des clauses mutuelles d'extraditions de réfugiés.

Art

Bas-relief du roi Suppiluliuma II, chambre des hiéroglyphes, Hattusa, Turquie En architecture, les temples hittites sont massifs. Les pierres à la base des murs sont couvertes de peintures et gigantesques : ce sont les orthostates. Pour en savoir plus voir l'art hittite.

Sites archéologiques hittites

-Hattusha (Boğazköy)
-Yazılıkaya
-Kanesh (Kültepe)
-Tappika (Maşat Höyük)
-Shapinuwa (Ortaköy)

Bibliographie

- M.Desti, Les civilisations anatoliennes, , Coll. Que sais-je?, P.U.F. 1998
- I.Klock-Fontanille, Les Hittites, P.U.F.
- Les Hittites, Civilisation indo-européenne à fleur de roche, Les Dossiers d'archéologie, n°193, mai 1994
- H.Klengel, Geschichte des Hethetische Reiches, 1999
- T.Bryce, The Kingdom of the Hittites, Oxford, 1998
- G.Beckman, Hittite Diplomatic Texts, Atlanta, 1996 ==
Sujets connexes
Adana   Ahhiyawa   Akhénaton   Akkadien   Alep   Ammuna   Anatolie   Annales royales hittites   Architecture   Arnuwanda II   Arpad (Syrie)   Arzawa   Assyrie   Assyrien   Auguste   Babylone   Bataille de Megiddo (XVe siècle av. J.-C.)   Bataille de Nihiriya   Bataille de Qadesh (1274 av. J.-C.)   Bouclier   Calame   Cappadoce   Carquois   Chypre   Cilicie   Comptoir   Cuivre   Cunéiforme   César (titre)   Danube   Divorce   Dniepr   Droit civil   Droit international   Droit pénal   Euphrate   Europe   Flèche (arme)   Gasgas   Grèce antique   Hama   Hantili Ier   Hatti   Hattusha   Hattushili III   Hattushili Ier   Hittite (langue)   Hittites   Hiéroglyphe   Hiéroglyphe hittite   Hourrites   Indo-européen commun   Jules César   Jurisprudence   Karkemish   Kizzuwatna   Kourgan   Kussar   Labarna Ier   Langue agglutinante   Langue sémitique   Les Dossiers d'archéologie   Louvite   Lycien   Lydien   Maşat Höyük   Mer Noire   Migration humaine   Millénaire   Mitanni   Monts Taurus   Moyen-Orient   Mursili Ier   Muwatalli II   Mycènes   Mésopotamie   Néolithique   Oronte   Ougarit   Palaïte   Parchemin   Pharaon   Phrygie   Proche-Orient   Qadesh (ville)   Ramsès II   Reine   Shapinuwa   Style (écriture)   Sumérien   Suppiluliuma Ier   Syllabaire   Syrie   Séthi Ier   Tabal   Tarhu   Telibinu   Temple   Teshub   Thoutmôsis III   Toutânkhamon   Troie   Tudhaliya IV   Tumulus   Viol   Volga   Vélin   Yamkhad   Yazılıkaya  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^