Ashkénaze

Infos
La culture ashkenaze (ou achkenaze) est la culture des Juifs provenant de France, d'Allemagne, de Pologne, de Russie, de l'ancien Empire austro-hongrois et plus généralement d'Europe Centrale et de l'Est. Ils ont une langue qui leur est propre, le yiddish, qui est une langue dérivée de l'allemand enrichie d’emprunts à l'hébreu, au polonais et au russe. Leur liturgie a probablement été influencée par les cultures environnantes dans ces pays. Le mot
Ashkénaze

La culture ashkenaze (ou achkenaze) est la culture des Juifs provenant de France, d'Allemagne, de Pologne, de Russie, de l'ancien Empire austro-hongrois et plus généralement d'Europe Centrale et de l'Est. Ils ont une langue qui leur est propre, le yiddish, qui est une langue dérivée de l'allemand enrichie d’emprunts à l'hébreu, au polonais et au russe. Leur liturgie a probablement été influencée par les cultures environnantes dans ces pays. Le mot ashkenaz désignait les terres qui s'étendaient au-delà du Rhin soit Allemagne-Allemand. Chez les auteurs hébreux du Moyen Âge, ce même mot désigne les pays germaniques et d'Europe centrale, terres où des Juifs commençaient à s'installer. Il est emprunté au chapitre 10, verset 3 du livre de la Genèse : "Les fils de Gomer : Aschkenaz, Riphat et Togarma" (trad. Louis Segond), renvoyant ainsi à la généalogie populaire. Au pluriel, on dit ashkenazim (pluriel régulier de l'hébreu), et ashkénaze dans le cas d'un adjectif (ashkenazic en anglais). Dans la Bible, Ashkenaz désigne à l'origine les Scythes et leur pays (voir plus loin), l'assimilation avec l'Allemagne a été sans doute facilitée par la consonance entre Gomer, le père, et Germanie. Les populations juives ashkénazes ont vécu dans ces contrées entre les siècles. On estime que les ashkénazes représentaient 3% de la population juive mondiale au .

Origines et histoire

En l'an 2947 du calendrier hébraïque (-727 du calendrier grégorien), le dernier roi d'Israël, Osée, se révolte contre l'Assyrie, pensant recevoir un secours de l'Égypte. Salmanazar, le roi d'Assyrie, monte alors contre lui et le fait prisonnier. Pendant trois ans, la ville de Samarie est assiégée par les troupes assyriennes. Elle finit par être détruite, forçant à l'exil une partie des habitants du Royaume d'Israël. Ce seraient les Dix tribus perdues, dont les lieux de diaspora ont donné cours à de très nombreuses conjectures, souvent erronées voire fantaisistes. Certains font ainsi descendre les ashkénazes de la Tribu d'Éphraïm, hypothèse peu acceptée parmi les historiens juifs et non juifs qui font plutôt remonter l'origine des ashkénazes aux première et deuxième diaspora des habitants du Royaume de Juda. Après la déportation forcée des Juifs de Judée en 70 de notre ère puis suite à la dernière révolte juive de Bar-Kokheba vers 133-135, la population juive fut dispersée autour de la mer Méditerranée. La majorité de la population était toujours en Orient (Asie Mineure, Mésopotamie), mais également en Grèce, au sud de l'Italie, en Gaule, en Espagne et en Afrique du Nord. La citoyenneté romaine leur accordée en 212, mais ils eurent encore à payer un impôt particulier jusqu'en 363. Au cours des trois premiers siècles, les Juifs n'eurent aucun problème à entretenir un réseau culturel et religieux entre communautés et une grande partie d'entre eux étaient commerçants. Après les invasions germaniques et barbares dans l'empire romain occidental, des communautés juives se trouvaient à Cologne et sur le futur territoire de la France entre 300 et 600. Le roi des Francs, Dagobert I, les expulsa en 629. L'Église puissante commença des persécutions contre les Juifs, ce qui poussa les Juifs à émigrer vers les villes du Rhin puis toujours davantage vers l'Est de l'Europe. Charlemagne, au , redonna aux Juifs les droits dont ils jouissaient sous l'empire romain et ces conditions favorisèrent les communautés juives en France. Les marchands juifs commencèrent des activités de prêts d'argent car l'Église interdisait le métier d'usurier aux chrétiens, ce qui fit des Juifs un partenaire économique indispensable. La possession de terres leur était par ailleurs interdite et donc l'agriculture. Famille ashkénaze d'Europe centrale (frontière germano-polonaise, ). Des traces de communautés juives dans les Alpes et dans les Pyrénées ont démontré leur déplacement vers le nord de l'Europe puis il semble qu'ils se soient installés en Angleterre lors de la conquête normande en 1066 et le long du Rhin. Les Croisades puis les expulsions d'Angleterre (en 1290), de France (en 1394) et de certaines régions de l'Allemagne au siècle amenèrent les Juifs à migrer encore à l'Est en Pologne, en Lituanie et en Russie. À partir du , la communauté juive polonaise fut la plus importante de la Diaspora. Cela fut le cas jusqu'au drame de la Shoah. La migration juive vers l'Europe de l'Est ne leur permit pas d'échapper à l'antisémitisme et aux discriminations récurrents dans tous les pays où ils s'installèrent. Après deux siècles de relative tolérance, les pogroms poussèrent à nouveau les Juifs vers l'Ouest de l'Europe au et au début du . Certains émigrèrent aussi massivement vers le continent américain pour rechercher de nouvelles opportunités. La grande majorité des Juifs américains est d'origine ashkénaze depuis les années 1750 (sauf en ce qui concerne les juifs d'Amsterdam, d'origine espagnole). La synagogue Touro, la plus vieille des États-Unis, a été inaugurée le 2 décembre 1763. Influencé par la congrégation des Espagnols et des Portugais orthodoxes, l'architecte Peter Harrison importa des briques d'Angleterre pour qu’elle ressemble aux anciennes synagogues d'Amsterdam et de Londres. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la solution finale appliquée par les nazis décima méthodiquement les communautés ashkénazes d'Europe que l'on estimait à 8, 8 millions de personnes avant la guerre. Environ 6 millions de Juifs furent ainsi systématiquement tués dans les camps d'extermination de la Shoah : 3 millions des 3, 3 millions de Juifs polonais, 900 000 des 1, 1 million de Juifs d'Ukraine, la quasi-totalité des juifs des Pays-Bas et entre 50 et 90% des Juifs des pays slaves, des pays baltes, de l'ex-empire austro-hongrois, d'Allemagne et de Grèce, un tiers des juifs de France (pays le moins touché) également (les transferts de population massifs ont conduit à ce que les juifs vivant dans un pays donné au moment de la déportation ne soient pas nécessairement citoyens de ce pays ; tel était le cas de la France). Les survivants de ces communautés émigrèrent après la guerre vers Israël, les États-Unis et la France dans une moindre mesure.

Culture

Les Juifs ashkénazes développèrent des centres d'études religieuses en Pologne, Russie et Lituanie pendant des générations. Des mouvements comme le hassidisme, la Haskala et même le sionisme naquirent également en Europe de l'Est. La Haskala en Allemagne, avec Moïse Mendelssohn - http://www.judaicultures.info/MOISE-MOSES-MENDELSSOHN-Philosophe.html Les traditions des Ashkénazes sont également différentes de celles des autres ethnies juives, séfarades et mizrahi. Toutes ces coutumes sont mentionnées dans le Choulhan Aroukh de Moses Isserles. Les virent l’éclosion d’une vie intellectuelle très riche ; c’est à cette époque que vécurent le
-Rabbin Gershom de Mayence, dit MEOR HA GOLA, « la Lumière de l’Exil » ; parmi ses grandes décisions, on trouve l’abolition du lévirat et de la polygamie. Également,
-Salomon Ben Isaac de Troyes, dit RACHI.(1040/1105) « Éminent commentateur juif de la Bible et du Talmud, Rabbi Shlomo Itshaki (Rabbi Salomon fils d’Isaac) dit Rachi est né à Troyes, en Champagne, région dans laquelle, durant la majeure partie de sa vie, les Juifs bénéficiaient de bonnes conditions de vie » Le moine franciscain Nicolas de Lyre lisait Rachi dans le texte original, et reconnaissait la dette intellectuelle qu’il avait envers lui ; Martin Luther également lui emprunta beaucoup, et par conséquent, les érudits de la Réforme. http://www.judaicultures.info/Rachi-de-Troyes-une-grande-figure.html Voir également l'article Yiddish

Origine du nom Ashkenaz

Le nom Ashkenaz dans la Bible désigne la Scythie. Les Scythes étaient un peuple nomade des steppes de la Russie méridionale (jusqu'au nord du Caucase). En effet, le terme hébreu Ashkenaz venait du nom persan des Scythes, Ashkouza. Durant le - siècle au cours duquel l'existence de l'Empire Khazar fut dévoilée aux autres populations juives (sépharades, orientales) par le biais de la Correspondance Khazare, entre l'homme d'État espagnol sépharade Hasdaï ben Shatprut et le roi juif des Khazars, Joseph -, le rabbin Gershom de Metz (appelé aussi Gershom de Mayence) et surtout Saadia Gaon ont nommé les Khazars Ashkenazim (« habitants du royaume Ashkenaz »). Il s'agit de deux personnalités très influentes du monde juif de l'époque, en particulier Saadia Gaon théologue auteur d'un des premiers traités philosophiques en rapport avec la religion juive. Il se trouve que l'Empire Khazar se trouvait précisément sur le territoire où vivaient les Scythes une dizaine de siècles plus tôt, à l'époque de l'écriture de la Bible. Ces deux personnalités (il a certainement dû y en avoir d'autres) avaient alors interprété comme une prophétie le passage de la Bible (ce livre étant à l'époque LA source historique de référence, incontestable) du livre de Jérémie (51, 27) où le prophète appelle « les royaumes d'Ararat, de Minni, et d'Ashkenaz » pour se dresser contre Babylone; en effet, à cette période les Khazars menaient des guerres incessantes contre l'avancée des troupes du califat de Bagdad (région géographique de l'ancienne Babylone).

Origine possible ou partielle des Ashkénazes: les Khazars

Il a été proposé par différents auteurs, dont Arthur Koestler, que les Juifs d'Europe de l'Est provenaient de la « treizième tribu, » celles des Khazars, une peuplade d'origine probablement turque dont la noblesse s'était convertie au judaïsme. Bien qu'ayant servi à alimenter le discours antisioniste de Benjamin Freedman entre autres, en visant l'idéologie sioniste politique (articulée par ailleurs par des ashkénazes) dans ses bases, le postulat n'est ni idéologique en lui-même ni dénué de fondements: il est attesté par de nombreux historiens (Kevin Alan Brook, Poliak, Balinski, Lipinski) qu'un certain nombre de Khazars ont migré en Europe orientale (Ukraine, Pologne, etc.) après la chute de leur empire. Il n'a par ailleurs jamais été affirmé que les populations juives d'Europe orientale descendaient intégralement des Khazars, ni des tribus du nord du royaume d'Israël. Il a été suggéré que certaines populations juives résidant dans le Caucase, comme les Krymchak en descendaient.

Voir aussi

- Khazar
- Krymchaks
- Yiddish
- Klezmer
- Juif
- Karaïtes
- Séfarade
- Mizrahi
- Samaritain
- Falasha

Liens et références externes

-
-

Bibliographie

- Abraham N. Poliak, La conversion des Khazars au judaïsme, 1941.
- Abraham N. Poliak, Kazarie: Histoire d'un royaume juif en Europe, Tel Aviv, 1951.
- D.M. Dunlop, The history of the Jewish Khazars, Princeton, 1954.
- Arthur Koestler, La treizième tribu, Paris, Calmann-Lévy, 1976.
- Kevin Alan Brook, The Jews of Khazaria, 2 édition, Lanham, MD: Rowman and Littlefield, 2006. Catégorie:Culture juive Catégorie:Culture yiddish ar:يهود أشكناز be-x-old:Ашкеназы bg:Ашкенази cs:Aškenazim da:Ashkenazisk jødedom de:Aschkenasim en:Ashkenazi Jews eo:Aŝkenazo es:Askenazí et:Aškenazi juudid fa:اشکنازی fi:Aškenasijuutalaiset he:יהדות אשכנז id:Ashkenazim it:Ashkenaziti ja:アシュケナジム ko:아슈케나짐 nl:Asjkenazische Joden nn:Askenasím no:Askenasiske jøder pl:Aszkenazyjczycy pt:Asquenaze ru:Ашкеназы sk:Aškenázski Židia sr:Ашкенази tr:Aşkenaz yi:אשכנזים zh:阿肯納西猶太人
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^