Homophonie (linguistique)

Infos
En grammaire, l’homophonie est une variété d’homonymie désignant le rapport entre deux mots différents possédant la même prononciation — cf. phonétique. L'homophonie se distingue en cela de l’homographie, qui elle, désigne le rapport entre deux mots différents possédant la même orthographe. L’homophonie est très fréquente en français (car elle peut se produire avec la quasi-totalité des mots, mêmes les plus courants) et est la source de fautes
Homophonie (linguistique)

En grammaire, l’homophonie est une variété d’homonymie désignant le rapport entre deux mots différents possédant la même prononciation — cf. phonétique. L'homophonie se distingue en cela de l’homographie, qui elle, désigne le rapport entre deux mots différents possédant la même orthographe. L’homophonie est très fréquente en français (car elle peut se produire avec la quasi-totalité des mots, mêmes les plus courants) et est la source de fautes d’orthographe très fréquentes :
- Par exemple en français, le verbe « ferment » (conjugaison de « fermer » au présent de l’indicatif à la troisième personne du pluriel) et le nom masculin « ferment » (homophone du verbe « fermant ») sont homographes mais pas homophones, tandis que les mots « mer », « mère » et « maire » sont homophones mais pas homographes.
- Le cas le plus courant d’homophonie en français se produit avec les accords au féminin et/ou au pluriel de nombreux mots (dont les noms, adjectifs et participes), car ces accords, même s’ils se différencient orthographiquement, ne se différencient pas toujours phonétiquement. L’homophonie (non homographe) est également très fréquente dans les formes conjuguées du même verbe (notamment avec tous les verbes réguliers du premier ou second groupe).
- Les voyelles transcrites en français ‘è’ et ‘ê’ sont généralement homophones (certains font toutefois entendre une petite différence phonétique, que bien peu savent différencier).
- Les voyelles transcrites en français ‘i’, ‘î’ et ‘ï’ sont généralement homophones, de même que ‘u’, ‘û’ et ‘ü’ (l’usage du tréma et de l’accent circonflexe tend à disparaître et le tréma n’est même plus obligatoire ni recommandée sur le ‘i’ et le ‘u’, dans presque tous les cas où cela ne crée pas de nouveaux homonymes).
- Les voyelles transcrites en français ‘a’ et 'à' sont toujours homophones. Deux mots différents qui sont à la fois homophones et homographes sont des homonymes vrais :
- Par exemple en français, « suis » désigne deux homonymes vrais car il peut être la forme conjuguée des deux verbes différents « être » et « suivre » (au présent de l’indicatif et à la première ou la seconde personne du singulier), mais c'est aussi un homophone des deux homonymes vrais « suit » (issus des mêmes verbes conjugués cependant à la troisième personne), ainsi qu’un homophone de « suie », le nom commun féminin. On parle parfois aussi d’homophonie entre deux ou plusieurs mots (ou expressions) quand ces mots (ou expressions) ont des prononciations normalement différentes phonétiquement mais suffisamment proches (paronymes) pour être parfois confondues phonologiquement suivant les accents régionaux ou quand ils sont prononcés dans une autre langue qui ne fait pas de différence claire entre plusieurs phonèmes, ou quand la prononciation de la graphie est incertaine dans cette langue. Mais on devrait plutôt parler dans ce cas de paraphonie :
- C’est le cas souvent de certains noms propres étrangers tels que les paronymes Holland, Hollande, Åland et Öland en français, qui sont souvent paraphones, et dont l’orthographe peut varier en raison de lettres normalement inconnues en orthographe purement française, selon différents modèles de francisation, ce qui conduit alors à des prononciations très différentes sans qu’on puisse savoir quel nom est réellement prononcé.
- D’autres cas de paraphonie en français se produisent par exemple avec les noms masculins « mat » et « mas » (la prononciation de ce dernier varie suivant les locuteurs, certains faisant la différence en prononçant le ‘s’ final et d’autres pas, ou en prononçant le second avec un ‘a’ fermé).
- Un cas de paraphonie liée à l’évolution de la phonétique de la langue française se produit entre les verbes conjugués paronymes « chantais » et « chantai » (ce dernier était normalement prononcé comme les homophones « chanté » et « chanter », pour indiquer ici l’indicatif passé simple à la première personne du singulier, mais est maintenant le plus souvent confondu comme avec les homophones « chantais », « chantait » et « chantaient », qui indiquent l’indicatif imparfait et dont le premier est aussi conjugué avec la première personne du singulier). Ce cas produit alors une confusion facile des temps et est la cause de fautes d’orthographe assez courantes.
- Le même cas de paraphonie se reproduit en français entre le conditionnel présent et l’indicatif futur, par exemple avec les paronymes « chanterais » (ou ses homophones vrais « chanterait » et « chanteraient » tous prononcés comme « chanterè ») et « chanterai » (normalement prononcé comme « chanteré »), et produit la même confusion des temps.
- Enfin, les distinctions phonétiques entre le ‘o’ ouvert et le ‘o’ fermé, ou entre le ‘a’ ouvert et le ‘a’ fermé tendent à disparaître phonétiquement en français courant au profit de la voyelle ouverte, transformant une paronymie en homophonie (par exemple entre l’adjectif « las » normalement prononcé fermé, mais souvent prononcé comme les « la » et « là », deux homophones vrais toujours prononcés ouverts), ce qui peut produire des ambiguités de compréhension (par exemple « je suis las », fermé, indique ma fatigue mais si on le prononce ouvert, on confond la phrase avec « je suis là » qui indique ma présence en un lieu).

Littérature

Certains écrivains, comme Raymond Roussel ou Alphonse Allais, ou les membres de l'Oulipo ont fait de l'homophonie soit un principe de construction fictionnelle (Roussel, dans Impressions d'Afrique, ou l'Oulipo, dans Troll de tram), soit un jeu poétique (Allais et ses distiques homophoniques ou poèmes holorimes), soit encore un déplacement dans un autre univers sémantique (cf. la prière Notre Auber qui êtes Jussieu d'Hervé Le Tellier).

Voir aussi

- rime Catégorie:Prononciation bg:Омофон br:Heñvelsonerezh cs:Homofon da:Homofon de:Homophon en:Homophone he:הומופון it:Omofonia (linguistica) ja:同音異字 lt:Homofonas nl:Homofoon (woord) no:Homofon pl:Homofon ru:Омофон simple:Homophone sv:Homofon
Sujets connexes
Alphonse Allais   Francisation   Grammaire   Hervé Le Tellier   Holland   Hollande   Homographie   Homonymie   Mot   Orthographe   Oulipo   Paronymie   Phonologie   Phonétique   Poème holorime   Raymond Roussel   Rime   Suie  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^