Coupe de France de football

Infos
La Coupe de France de football est une épreuve ouverte aux clubs amateurs ou professionnels, soit plus de 6000 des 20 000 clubs français. Cette configuration permet chaque année d'enregistrer de nombreuses « surprises » signées par des clubs amateurs. Cette compétition est organisée par la Fédération française de football (FFF). En 2007-2008, 6734 clubs y participent. Chaque année, le vainqueur de la Coupe de France est directement qualifié pour la Coupe UEFA la sa
Coupe de France de football

La Coupe de France de football est une épreuve ouverte aux clubs amateurs ou professionnels, soit plus de 6000 des 20 000 clubs français. Cette configuration permet chaque année d'enregistrer de nombreuses « surprises » signées par des clubs amateurs. Cette compétition est organisée par la Fédération française de football (FFF). En 2007-2008, 6734 clubs y participent. Chaque année, le vainqueur de la Coupe de France est directement qualifié pour la Coupe UEFA la saison suivante.

Histoire

La Coupe de France est créée le 15 janvier 1917 par le « Comité français interfédéral » (CFI), ancêtre de la FFF. C'est le secrétaire général Henri Delaunay qui donne l'impulsion décisive à cette création. À l'image de l'Union sacrée, alors de mise durant la Première Guerre mondiale, cette compétition est ouverte à tous. Cette ouverture fait une partie du charme de l'épreuve qui rassemble 48 clubs à sa première édition, plus de 100 en 1919, plus de 1 000 en 1948, plus de 6 000 aujourd'hui. De fait, les exigences pour participer à l'épreuve sont minimalistes : être licencié à la fédération, payer les droits d'inscriptions de l'épreuve, et disposer d'un terrain homologué. C'est ce dernier point qui pose problème aux deux tiers des clubs français, d'où le nombre d'inscrits de 6 000 et non de 20 000 clubs. Les « grands » clubs tentèrent, dès les années 1920, de limiter l'accès à l'épreuve à une élite élargie sur le modèle anglais, mais la fédération resta inflexible. L'inflation du nombre d'inscrits obligea l'organisation à mettre en places des tours préliminaires avant les trente-deuxièmes de finale. Un premier tour préliminaire est ajouté lors de l'édition 1919-20, puis un deuxième en 1920-21. En 2007, il y a 8 tours préliminaires avant les trente-deuxièmes de finale, et même un tour préliminaire supplémentaire dans certaines ligues (Paris notamment) qui se dispute généralement un mois avant le finale de l'édition précédente. Les chocs opposant les professionnels et les amateurs produisent inévitablement des surprises mettant alors en lumière un petit club, surnommé « Petit Poucet de la Coupe de France ». Le 4 février 1957 reste à ce niveau emblématique. Le modeste club algérien du SCU El Biar élimine le prestigieux Stade de Reims ! Parmi les autres formations amateurs qui éliminèrent des équipes professionnelles, il faut citer Villenave (1957), US Quevilly des années 1920 aux années 1960, ainsi que l'AS Évry et l'US Sanary dans les années 1980. Plus récemment restent dans les mémoires les parcours du Nîmes Olympique en 1996, de Calais RUFC en 2000, qui parvient à se hisser en finale face au FC Nantes ( défaite de Calais, 2 buts à 1 ) et du FC Montceau Bourgogne qui se hisse en demi-finale en 2007 perdant contre le FC Sochaux Montbéliard 2-0 après prolongations. Ces résultats agacent les clubs professionnels, d'autant que les règlements sur les lieux des matchs évoluent. A l'origine, les matchs de Coupe de France se jouaient sur terrain neutre avec match à rejouer en cas d'égalité. C'est la règle jusqu'en 1968, et l'introduction des matchs en aller-retour sur le modèle de la Coupe d'Europe. Les trente-deuxièmes de finale se jouent toujours sur terrain neutre, mais à partir des seizièmes de finales, on joue en aller-retour, formule moins propice aux surprises. Paradoxalement, trois clubs amateurs parviennent à se hisser en quarts de finale lors de l'édition 1968-69 ; c'est une première depuis l'instauration professionnalisme en 1932. Nouvelle réforme en 1989 avec l'abandon de la formule en aller-retour, permettant d'alléger le calendrier. On joue alors les matchs sur le terrain du club tiré au sort le premier lors du tirage. Afin de protéger les clubs hiérarchiquement plus faibles, on joue systématiquement sur le terrain d'un club se situant à au moins deux niveaux en dessous de son adversaire. On assiste alors logiquement à une multiplication des surprises. En réaction, la Ligue se dote s'une coupe : la Coupe de la Ligue, réservée aux seuls clubs professionnels. Ces derniers participent toujours à la Coupe de France, beaucoup moins dotée que sa concurrente mais beaucoup plus prestigieuse. Jusqu'en 1967, en cas d'égalité il n'y avait ni prolongations ni tirs aux buts, les matchs étaient rejoués voire tirés au sort après trois matchs nuls. Cette règle du tirage au sort après trois matchs nuls avait été instaurée en 1964 suite au marathon qui opposa Agde et les Pierrots de Strasbourg : quatre matchs pour départager ces deux formations. Le 10 mai 1967, après trois matchs nuls en demi-finales, Lyon et Angoulême ont départagés à la pièce pour accéder en finale. Lyon remporte le pile ou face. Avec l'instauration de la formule en aller-retour, un match d'appui est instauré pour départager deux formations à égalité. Dès les seizièmes de finale de l'édition 1968-69, le cas se présente avec les oppositions Evreux-Bollène et Saint-Germain-La Ciotat. Les séries de tirs au but sont introduites en 1970. En trente-deuxièmes de finale de l'édition 1970-71, le Red Star et le RC Strasbourg se qualifient aux tirs au but à l'issue du match à rejouer. La règle du match à rejouer en cas d'égalité reste en application jusqu'en 1975 mais ne concerne plus que les trente-deuxièmes de finale, car les autres tours se jouent en aller-retour. Traditionnellement, les finales de la Coupe de France se disputent à Paris ou dans sa banlieue (Colombes). Depuis 1918, sept enceintes parisiennes ont accueilli au moins une finale : Stade de la rue Olivier-de-Serres, Parc des Princes (dans ses trois configurations), Stade Bergeyre, Stade Pershing, Stade Olympique Yves-du-Manoir de Colombes, Stade de Paris de Saint-Ouen et Stade de France de Saint-Denis. Là aussi, le principe du match à rejouer en cas d'égalité resta longtemps la règle. La première finale disputée sans possibilité de match à rejoué fut celle de 1982 en raison de la tenue de la Coupe du monde quelques jours plus tard. Evidemment, cette finale ne délivra pas de vainqueur près 120 minutes de jeu, et une série de tirs au but désigna le vainqueur. A titre exceptionnel, les demi-finales de l'édition 1982 avaient même été jouées sur un seul match et sur terrain neutre afin d'alléger le calendrier. Dès la saison suivante, la coupe retrouva sa formule normale avec possibilité matchs aller-retour en demi-finales et possibilité de match à rejouer en finale, mais la décision s'y fit en 90 minutes. La possibilité de finale à rejouer est définitivement abandonnée en 1986 et les éditions 1988, 1997, 2001 et 2007 s'achèvent par des séries de tirs au but. Le président de la République remet traditionnellement le trophée au capitaine vainqueur. C'est Gaston Doumergue qui inaugure cette tradition le 8 mai 1927, que tous les présidents s'attacheront à suivre. Créé pendant la Grande Guerre, le trophée porte le nom d'un des nombreux footballeurs tombés au champ d'honneur : Charles Simon. La coupe en jeu est conservée une année par le club vainqueur, puis elle revient à la Fédération pour une petite restauration, avant d'être remise en jeu. La Coupe fut volée une fois au début des années 1980, mais elle fut rapidement retrouvée. Trois joueurs ont gagné cinq Coupes de France : Marceau Sommerlynck (1946, 1947, 1948, 1953 et 1955), Dominique Bathenay (1974, 1975, 1977, 1982 et 1983) et Alain Roche (1986, 1987, 1993, 1995 et 1998). La Coupe de France assure aujourd'hui à son vainqueur une qualification directe pour l'édition suivante de la Coupe UEFA. Toutefois, la règle pourrait changer et les vainqueurs des coupes nationales pourraient intégrer la Ligue des Champions. Traditionnellement la finale de la Coupe Gambardella, qui est l'équivalent de la Coupe de France pour les 18 ans, se joue en lever de rideau de la finale de celle-ci. Le remplacement d'un joueur est autorisé depuis l'édition 1967-68. Le président actuel de la Commission de la Coupe de France est Jean Djorkaeff, ancien capitaine de l'équipe de France et père de Youri.

Palmarès

Tableau d'honneur

Les clubs les plus souvent victorieux :

Finales

Résultat des finales : ---- Catégorie:Compétition de football en France ca:Copa francesa de futbol cs:Francouzský fotbalový pohár de:Französischer Fußballpokal en:Coupe de France es:Copa de Francia fi:Ranskan cup it:Coppa di Francia ja:クープ・ドゥ・フランス ko:쿠프 드 프랑스 lt:Prancūzijos futbolo taurė nl:Coupe de France (voetbal) pl:Puchar Francji w piłce nożnej pt:Copa da França ru:Кубок Франции по футболу vi:Cúp bóng đá Pháp zh:法國盃
Sujets connexes
AS Évry   Alain Roche   Algérie   Années 1920   Années 1960   Années 1980   Charles Simon   Colombes   Comité français interfédéral   Coupe Gambardella   Coupe UEFA   Coupe de la Ligue de football   Dominique Bathenay   FC Montceau Bourgogne   Fédération française de football   Gaston Doumergue   Henri Delaunay   Jean Djorkaeff   Ligue des Champions de l'UEFA   Nîmes Olympique   Parc des Princes   Paris   Première Guerre mondiale   Saint-Denis (Seine-Saint-Denis)   Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis)   Sport professionnel   Stade Pershing   Stade Saint-Germain   Stade de France   Stade de Paris (Saint-Ouen)   Stade de Reims   US Quevilly   Union sacrée   Youri Djorkaeff  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^