Pierre Mac Orlan

Infos
Pierre Mac Orlan Pierre Mac Orlan, de son vrai nom Pierre Dumarchey (1882-1970), est un écrivain français, créateur d'une œuvre imposante, d'une grande homogénéité malgré la diversité des formes sous lesquelles elle se manifeste et des thèmes qu'elle aborde. Du roman à la chanson, de l'essai à la poésie, son œuvre s'organise autour de quelques concepts clés, au premier rang desquels un abord original et poétique de l'existence contemporaine : le
Pierre Mac Orlan

Pierre Mac Orlan Pierre Mac Orlan, de son vrai nom Pierre Dumarchey (1882-1970), est un écrivain français, créateur d'une œuvre imposante, d'une grande homogénéité malgré la diversité des formes sous lesquelles elle se manifeste et des thèmes qu'elle aborde. Du roman à la chanson, de l'essai à la poésie, son œuvre s'organise autour de quelques concepts clés, au premier rang desquels un abord original et poétique de l'existence contemporaine : le fantastique social.

Biographie

Pierre Dumarchey, alias Pierre Mac Orlan est né à Péronne, dans la Somme, le 26 février 1882. Il s'est éteint quatre-vingt huit ans plus tard, le 27 juin 1970, à cent cinquante kilomètres de son lieu de naissance, dans la maison de Saint-Cyr-sur-Morin (Seine-et-Marne) dans laquelle il vivait depuis 1924. Entre temps, il a vécu ou est passé par Montmartre, Rouen, Londres, Palerme, Bruges, Brest, Mayence, etc. De ces villes traversées pour l'essentiel avant la Première Guerre mondiale, il a puisé la matière de cent trente livres et soixante cinq chansonsAuxquels il faut ajouter « plus de deux cent préfaces (dont cinquante pour des expositions de peinture), cent cinquante émissions de radio, un millier de chroniques » (Francis Lacassin, préface au recueil Le Mystère de la malle n°1, 10/18, coll. "Grands reporters", Paris, 1984).

Pierre Dumarchey (1882-1905 env.)

Évoquer les premières années de la vie de Pierre Mac Orlan relève de la gageure : les éléments que l'on possède à ce sujet sont lacunaires, et Pierre Mac Orlan s'est montré peu disert sur le sujet : « Qui est-il ? », se demande Bernard BaritaudAuteur d'une thèse de doctorat sur Pierre Mac orlan : Mac Orlan, sa vie, son œuvre, son temps (voir la bibliographie pour les références de l'ouvrage, « Pierre Mac Orlan ou Pierre Dumarchey ? Le premier est resté singulièrement discret sur le second. On ne s'avancera guère en que, dès sa jeunesse, il s'est employé systématiquement à l'effacer, à le gommer, au profit d'une personnalité littéraire au nom fantaisiste dont le passé coïncidait merveilleusement avec son œuvreCité par Jean-Claude Lamy, Mac Orlan, l'aventurier immobile, p. 27 » Il est pourtant nécessaire de s'y attarder, car c'est au cours de cette période que Mac Orlan fera ce qu'il se plaisait à appeler son « éducation sentimentale », que sa sensibilité prendra sa forme définitive, et qu'il fera la moisson de souvenirs qui lui serviront de matériaux pour écrire la plupart de ses romans ainsi que la totalité de ses chansons. Malgré le flou qu'il a volontairement entretenu autour de ses années d'apprentissage, on sait toutefois que la mère de Pierre Dumarchey mourut alors qu'il était très jeune (en 1889, suppose-t-on), qu'il avait un frère cadet, Jean, né en 1887, que son père, Pierre Edmond Dumarchey, exerça, entre autres, la profession de commissaire de police et que ce dernier n'eut pas avec son fils aîné des rapports des plus cordiaux. Était-ce pour cette raison, ou bien fut-ce à cause d'un revers de fortune qu'il confia, vers 1894, ses deux enfants à la garde de leur oncle, inspecteur de l'Éducation nationale à Orléans ?

Orléans (1894-1899)

Dans la ville du bord de Loire, Pierre Dumarchey fait de (médiocres« Il arrive que des écrivains se vantent de n'avoir rien fait en classe, mais en ce qui me concerne, c'est la pure vérité. Mes professeurs s'efforçaient de m'enseigner des choses que j'entendais vaguement, les yeux fixés sur les tâches d'encre d'un couvercle de pupitre. » (entretien de 1961 avec Thérèse de Saint-Phalle pour le journal Le Monde, cité par Jean-Claude Lamy, op. cit., p. 37)) études, rencontre le jeune Gaston Couté, qui lui fait découvrir l'œuvre de François Villon, laquelle restera une de ses références majeures tout au long de sa vie, tout comme demeurera l'une de ses grandes passions le rugby, dont il découvre les joies également à cette époqueMac Orlan sera enterré avec un ballon de rugby offert en hommage par le XV de France. Il écrit des chansons qu'il envoie à son idole : Aristide Bruant, et rêve de Paris, spécialement de Montmartre. OnNotamment Dominique Le Brun (Pierre Mac Orlan, Romans maritimes, p. XXV), et Jean-Claude Lamy (op. cit., p. 37) suppose que c'est en référence à la ville d'Orléans que le nom que se choisira plus tard Pierre Dumarchey sera Mac Orl(é)an(s) (l'intéressé préfèrera invoquer, en guise d'explication, le souvenir d'une bien improbable grand-mère écossaise).

Paris (1899-1901)

Après un bref séjour à Rouen, en qualité d'élève à l'École normale (son oncle l'avait décidé à devenir instituteur), incapable de résister à l'appel de la bohème parisienne, Pierre Dumarchey laisse ses études en plan, et en 1899 il se rend à Paris où il espère pouvoir se faire rapidement un nom en tant qu'artiste : il a décidé qu'il serait peintre. Paris : La Seine vue depuis le pont de Carrousel Très vite, il se rend compte que la bohème, une fois débarrassée de ses oripeaux littéraires, n'est qu'une manière pudique de désigner une situation sociale qui oscille entre la précarité et la misère. Plutôt la misère, d'ailleurs, en ce qui le concerne : il ne mange pas toujours à sa faim, passant ses journées à chercher l'expédient qui lui permettra de trouver un lit pour la nuitIl s'en souviendra lorsqu'en 1927 il décrira les errances de Jean au début du Quai des brumes.. En compagnie de son frère Jean, qui l'a accompagné dans son périple, et qui n'est pas dépourvu de talents pour le dessin, la peinture et le coup de poing, Pierre Dumarchey fréquente les milieux interlopes des faubourgs montmartrois, faune où se mêlent les artistes et les voyous (qui sont parfois les mêmes), tenanciers d'hôtels borgnes, prostituées occasionnelles ou à plein temps, souteneurs, etc. Ce lumpenprolétariat pittoresque et dangereux que l'on retrouvera plus tard, dans ses romans et ses chansons, contrairement à ce qu'on s'imagine parfois, Mac Orlan ne l'a jamais aimé« Tous ces hommes, écrira-t-il à propos de ceux qu'il devait rencontrer un peu plus tard à Rouen, dont beaucoup n'étaient plus très jeunes, ne furent pour moi que des personnages littéraires pour toujours attachés au décor où ils vivaient. On ne pouvait ni les détester, ni les aimer, c'est-à-dire qu'on pouvait les aimer ou les détester dans la mesure où l'on peut détester ou aimer un arbre, une maison, une rue, une lampe à arc. » (« Rouen », in Pierre Mac Orlan, Romans maritimes, p. 739), et le regard qu'il a porté sur lui fut aussi dénué de tendresse que d'indulgence : son attitude sera celle de la "compréhension loyaleMac Orlan, Sous la lumière froide, préface à l'édition de 1961 (« ... je savais déjà que la métaphysique de la misère naît de la compréhension loyale de ses éléments pittoresques ») ." Rien de moins, mais rien de plus. En 1901, deux ans après son arrivée à Paris, vaincu par la misère, Pierre Dumarchey jette l'éponge : tandis que son frère, peut-être à la suite d'un meurtreC'est du moins ce que Mac Orlan confiera à demi-mots, bien plus tard, à son ami Pierre Guibert (Cf. Jean-Claude Lamy, op. cit., p. 34), s'enrôlait dans la Légion étrangère, il rentre à Rouen.

Rouen (1901-1905)

Pissarro : rue de l’Épicerie, Rouen, 1898 « A cette époque, après deux années passées à Paris, au fond des impasses montmartroises, j'avais terminé mon éducation sentimentale. La qualité de cette éducation n'était pas bien rare, mais elle était assez définitive pour me protéger, au hasard des petits évènements quotidiens de ma vie. Pour vivre, j'étais tantôt correcteur d'imprimerieà La Dépêche de Rouen où publiait ses célèbres propos, tantôt, plus simplement, teneur de copie, selon le besoin du trafic. Ce métier me rapportait quatre francs par jour. Et c'était très bien quand je le comparais aux résultats de mes autres tentatives dans le domaine du travail rémunéré. » (Pierre Mac Orlan, « Rouen », 1966in Pierre Mac Orlan, Romans maritimes, p. 729. Il s'agit d'une réédition d'un texte paru en 1929 dans le recueil Villes.) La vie de Pierre Dumarchey à Rouen se partage entre ces travaux alimentaires et des sorties nocturnes qui se transforment parfois en dérives qui ne sont pas sans rappeler celles qu'expérimenteront un demi-siècle plus tard les SituationnistesOn peut noter ici incidemment que Mac Orlan est l'un des très rares écrivains français du XXe siècle à propos duquel Guy Debord a tenu des propos élogieux (Cf. Panégyrique, Gallimard, coll. N.R.F., Paris, 1993, p.75-76) . Là comme à Paris, son chemin croise celui d'individus plus ou moins louches, au premier rang desquels un certain Star, qui deviendra le modèle de personnages parmi les plus inquiétants de ses romansnotamment le capitaine Hartmann de Mademoiselle Bambù. Mais il rencontre également, outre le journaliste Paul Lenglois, qui restera son ami jusqu'à sa mort en 1951, et qui apparaît dans la chanson « Jean de la Providence de Dieu », un étudiant, Robert Duquesne, auteur d'un roman intitulé Monsieur Homais voyage. Nous sommes en 1905, Pierre Dumarchey vient de terminer son service militaire, et lorsqu'il illustre l'ouvrage de son camarade il signe sa collaboration du nom de « Pierre Mac Orlan ». C'est la première fois que ce nom est imprimé.

Pierre Mac Orlan(1905-1970)

Retour à Paris : le Bateau-Lavoir et le Lapin Agile (1905-1908)

Le Lapin agile à Montmartre. Pierre Mac Orlan (nous l'appellerons dorénavant de ce nom) connaît toujours des conditons de vie précaires. Il occupe épisodiquement à Montmartre une chambre dans le mythique Bateau-Lavoir, où il fait la connaissance des peintres Vlaminck et Picasso, des poètes Max Jacob et André Salmon, de quelques autres qui n'ont pas laissé de nom dans l'histoire de l'art ou de la littérature. Il se liera plus tard d'amitié avec Guillaume Apollinaire. Le soir, en compagnie de quelques-uns de ses amis artistes, il fréquente le cabaret de Frédéric Gérard : Le Lapin Agile, sur le livre d'or duquel Max Jacob écrira un soir ce quatrain : Paris, la mer qui pense apporte ce soir au coin de ta porte Ô tavernier du quai des Brumes sa gerbe d'écumeCité par Dominique Le Brun dans sa présentation des romans maritimes de Pierre Mac Orlan ... Dont l'avant-dernier vers donnera son titre au plus connu, sinon au plus lu, des romans de Pierre Mac OrlanDont l'histoire se passe à Paris, et non au Havre comme dans l'adaptation de Marcel Carné. L'essentiel de l'action du roman se déroule d'ailleurs à l'intérieur du « Lapin Agile ». Il cherche encore à vivre de sa peinture, avec toujours aussi peu de succès, découvre l'œuvre de Kipling (il sera profondément et durablement touché par La Lumière qui s'éteint). Il voyage également beaucoup à cette époqueIl aurait également fait, en 1902, un séjour assez long à Londres, séjour dont la réalité est contestée. : Italie (Palerme, Naples), Belgique (Bruges, notamment), Marseille, Tunisie... C'est en compagnie d'une « femme de lettres aisée » qu'il accomplit certain de ces voyages, en qualité de « secrétaire particulier ». Dont acte.

De la peinture à l'écriture (1908-1914)

C'est l'écrivain Roland Dorgelès, que Mac Orlan avait rencontré à Montmartre et qui était devenu son ami, qui le présente à Gus Bofa, alors rédacteur en chef du journal Le Rire. La légende (soigneusement entretenue par Mac Orlan) veut que le l'illustrateur, à qui Mac Orlan présentait des caricatures de sa composition, ait été frappé, non tant par les dessins, qu'il jugeait mauvais, que par les légendes qui les accompagnaient. Il aurait alors convaincu Mac Orlan d'abandonner ses ambitions dans les Beaux-arts pour se consacrer à l'écriture de contes humoristiques qu'il se proposait de publier dans Le Rire. C'est ainsi que Pierre Mac Orlan signe ses premiers textes, qui lui valent un début de notoriété. Un recueil de ses contes voit le jour en 1911 (Les Pattes en l'air), suivi l'année suivante par un premier roman, à l'humour grinçant, qui le consacre définitivement comme écrivain : La Maison du retour écœurant. Sa situation personnelle se stabilise en même temps que sa situation professionnelle : il épouse en 1913 Marguerite Luc, belle-fille de Frédéric Gérard, le tenancier du « Lapin Agile. » C'est le début d'un demi-siècle d'une vie de couple souvent orageuse.

C'est la guerre ! (1914-1918)

Poilus de la Première Guerre mondiale Pierre Mac Orlan est en villégiature en Bretagne au moment où il apprend que la guerre est déclarée. Mobilisé le 2 août 1914, il rejoint le 69e d'infanterie, à Toul. Il est blessé le 14 septembre 1916, près de Péronne, à quelques kilomètres de son lieu de naissance. Étendu dans un fossé, il doit d'avoir la vie sauve à un « Joyeux », autrement dit l'une de ces fortes têtes, souvent des repris de justice, qui composent les bataillons d'Afrique. « Mac Orlan sera éternellement reconnaissant à ces soldats des sections de discipline qui étaient les frères d'infortune du légionnaire Jean dumarchey », écrit Jean-Claude Lamy op. cit., p. 120. Mac Orlan retourne à la vie civile décoré de la Croix de guerre. De cette expérience du front, il conservera un souvenir intense et ambigu, mélange de fascination et de dégoût pour cette « extraordinaire époque où plusieurs millions d'hommes furent transformés en aventuriers actifs, firent cent fois le sacrifice de leur vie, de leurs affections, de ce qu'ils avaient été et de ce qu'ils pouvaient devenir« Rouen » (texte de 1927) ». Il n'en reste pas moins, estimera-t-il, qu'un « match d'un homme de soixante-dix kilos contre un obus du même poids est, sans discussion, une des inventions les plus sottes de notre temps. Toute la guerre de 1914 est établie sur ces proportions. Cette expérience démontre chez les hommes une inconscience inquiétanteLe Petit manuel du parfait aventurier, 1920 ». Quoi qu'il en soit, l'écrivain n'a jamais manifesté le désir de renouveler l'expérience et dans son Petit manuel du parfait aventurier, paru en 1920, il vante les bonheurs de l'aventure passive, celle que l'on goûte assis dans son fauteuil, par opposition aux dangereuses incertitudes qui sont le lot habituel des aventuriers actifs.

Écrivain et grand reporter (1918-1937)

Les années d'après-guerre sont des années fastes pour Pierre Mac Orlan : sa réputation littéraire grandit grâce à la publication de romans tels que Le Nègre Léonard et Maitre Jean Mullin (1920) (qui lui vaut les compliments de Marcel Proust, et dont Antonin Artaud apprécie « le fascinant cachet d'irréalité presque logique« P. Mac Orlan et le roman d'aventures », in Demain, 1921, cité par B. Baritaud, op. cit., p. 134 »), La Cavalière Elsa (1921), Marguerite de la nuit (1924), Le Quai des brumes (1927), etc. En parallèle, il devient directeur artistique des Éditions d'Art de la Renaissance du Livre et, lorsqu'il n'est pas envoyé à l'étranger pour en ramener des reportages, il coule en compagnie de son épouse des jours paisibles dans la maison de Saint-Cyr-sur-Morin qu'il a fini de restaurer en 1924. En sa qualité de grand reporter, recruté en même temps que quelques autres écrivains par Pierre Lazareff, Mac Orlan se rend notamment en Allemagne, où il rend compte de la Révolution allemande, et où il retourne régulièrement jusqu'en 1937, observateur lucide de la dégradation de la situation sociale et témoin inquiet des progrès de l'Hitlérisme. Il est également envoyé en Tunisie faire des reportages sur la Légion étrangère, en Angleterre pour couvrir un fait-divers sordide, qui lui permet d'étudier les méthodes de Scotland Yard, en Italie où, en 1925, il fait une interview de Mussolini. On citera enfin une série d'articles consacrés à un aspect peu connu de la Prohibition américaine : « l'Avenue du rhum » et ses pirates (voir le recueil de reportages publié sous le titre de : Le Mystère de la malle n°1 Publié aux éditions 10/18 par Francis Lacassin et qui regroupe les reportages sur l'Italie, l'Allemagne, Scotland Yard (« le mystère de la malle n°1 ») et la Prohibition. Les articles sur la Légion étrangère ont quant à eux été recueillis dans les ouvrages intitulés Le Bataillon de la mauvaise chance et Légionnaires..) De ces reportages, Mac Orlan tirera également la matière de plusieurs romans : ainsi du Camp Domineau (1937) pour les reportages sur la Légion, ou de Dinah Miami (1928) pour les reportages sur la Prohibition. Cette époque marque un autre bouleversement dans la vie de Pierre Mac Orlan : la mort de son frère cadet. Jean Dumarchey, devenu on s'en souvient légionnaire au début du siècle, était libérable au moment où a éclaté la Première Guerre mondiale. Il ira au front, sera blessé, retournera néanmoins au feu. Le légionnaire Dumarchey, anarchiste dans l'âme, allergique à la discipline, hermétique à la propagande, ne s'est jamais fait d'illusions sur les raisons pour lesquelles on lui demandait de faire la guerre : « J'ai vu le peuple se faire tuer sans conviction, écrivit-il dans une lettre désabusée à son frère, pour une cause qu'il n'a pas comprise et qu'il ne comprendra probablement jamaisVité par J.-C. Lamy, op. cit., p.45. » Il meurt en 1929 des suites d'une hémorragie cérébraleBernard Baritaud, Pierre Mac Orlan, sa vie, son œuvre, p. 30. Avec la disparition de Jean se rompait le seul lien qui rattachait Pierre au nom de « Dumarchey. »

Saint-Cyr-sur-Morin (1) (1938-1950)

La Seconde Guerre mondiale apparaît à Mac Orlan comme une monstrueuse absurdité, et le pousse à se désintéresser un peu plus de l'actualité de son temps et à travailler à la mise en forme de ses souvenirs, qui sont rattachés à un monde dont les bombardements ont fini d'anéantir le décor matériel, et dont l'avenir s'annonce comme étant en rupture fondamentale avec tout ce qu'il avait été jusque là : « Un homme qui avait vingt ans quand Stendhal écrivait l'histoire de Fabrice del Dongo, notera-t-il en 1961Dans la préface à une nouvelle édition de Sous la lumière froide., un homme qui avait vingt ans quand Villon entendait sonner la petite cloche de la sorbonne n'étaient pas très différents de ce que j'étais quand j'avais vingt ans. Mais je ne peux plus ressembler à l'homme qui aura vingt ans dans un demi-siècle ». Pourtant, Mac Orlan reste à l'écoute des innovations techniques dont son époque est prodigue : depuis longtemps déjà, il avait compris l'importance que prendraient le cinéma et le phonographe. Il s'intéresse également à la radio pour laquelle il écrit des chroniques et participe à des émissions. La télévision même ne le laisse pas indifférent : il achètera dès le moment qu'elles seront disponibles une télévision en couleurs. Mais ce sera afin de mieux distinguer les maillots des joueurs lors des diffusions dominicales des matchs de rugby.

Les honneurs (1950-1968)

En 1950, Pierre Mac Orlan est élu, à l'unanimité, membre de l'Académie Goncourt (il reprend le couvert de Lucien Descaves)Couvert qui sera repris, après la mort de Mac Orlan, par Françoise Mallet-Joris. Il se vantera d'être le seul membre de la prestigieuse institution à ouvrir lui-même quand on frappe à sa porte. S'il s'est fait prier pour entrer à l'Académie Goncourt, on ne peut pas dire pour autant que Mac Orlan méprisait les distinctions, et c'est avec un plaisir évident qu'il reçoit en 1967 celle qu'il attendait depuis des années : les insignes de commandeur de la Légion d'honneur, décernée par Georges Pompidou sur proposition du ministre la Culture André Malraux, depuis longtemps un admirateur de l'œuvre du patriarche de Saint-Cyr-sur-MorinAu moins depuis 1923, date à laquelle Malraux publie un compte-rendu élogieux du roman Malice.. Distinction longtemps retardée par le fait que Mac Orlan avait publié, dans les années 1910-1920, diverses œuvres érotiquesDont certains sont actuellement republiés : citons L'Aventure amoureuse de mademoiselle de Sommerange, Mademoiselle de Mustelle et ses amies, La Petite dactylo et autres textes de flagellation, tous trois publiés aux éditions de la Musardine, ou encore La Semaine secrète de Vénus, publié aux éditions arléa. Mac Orlan reniera ces textes et refusera qu'ils soient inclus dans ses œuvres complètes (Cf. J.-C. Lamy, op. cit., p. 73-85). Enfin, en 1968, Mac Orlan rejoint Boris Vian et Raymond Queneau au Collège de 'Pataphysique, où il entre en qualité de Satrape, ce qui a dû lui rappeler ses années rouennaises du tout début du siècle, lorsque la connaissance de l'œuvre d'Alfred Jarry valait brevet d'admission dans la petite bande à laquelle il appartenait.

Saint-Cyr-sur-Morin (2) : les dernières années (1963-1970)

Après la mort de sa femme, le 10 novembre 1963, Mac Orlan ne sort plus guère de la maison qu'il habite depuis 1924. Il reçoit en revanche des visites, par exemple de Georges Brassens, qui aura ce joli mot à propos de Mac Orlan : « il donne des souvenirs à ceux qui n'en ont pas » et de Jean-Pierre Chabrol, qui habite Saint-Cyr. Mac Orlan, parfois, sort son accordéon et chante quelques unes des chansons qu'il écrit depuis le début des années cinquante, et qui évoquent le monde d'avant le cataclysme de la Première Guerre mondiale, à moins qu'il n'entonne un vieil air de marche militaire. Le vieil homme parait pauvre, des amis s'en émeuvent. En réalité, grâce aux droits d'auteur qu'il perçoit pour ses livres, et surtout ses chansons, Mac Orlan est largement à l'abri du besoin. Mais l'écrivain vit chichement, dans une économie qui lorgne vers l'avarice. C'est que toute sa vie, confiera-t-il, il a vécu avec au ventre la peur de connaître à nouveau la faim, avec laquelle il avait fait connaissance durant les années montmartroises de la fin de son adolescence. La peur le quitte en même temps que ces souvenirs dont il était si prodigue le 27 juin 1970. Parmi ses dernières volontés, il exprime le désir que « chaque année un prix portant nom soit attribué à Saint-Cyr-sur-Morin (frais payés) à un écrivain de valeur, de préférence âgé et en difficulté avec la vie ou un artiste peintre offrant une situation semblableTestament cité par J.-C. Lamy, op. cit., p. 259. ». Pierre Mac Orlan de l'Académie Goncourt, 1882-1970, est inhumé au cimetière du village où il avait choisi de vivre quarante-cinq ans plus tôt.

Principales œuvres classées par genre


- Concernant les essais et la poésie, ne sont indiquées que les éditions définitives. N'ont pas été mentionnées, pour ne pas alourdir une liste déjà volumineuse, les dates des premières parutions des textes recueillis plus tard en volumes.
- Pour ce qui est du classement par genre, on gardera présent à l'esprit cet avertissement de Raymond Queneau : « L'œuvre de Mac Orlan est singulièrement homogène, du poème à l'essai, de la chanson au roman, il n'a qu'un pas à franchir qu'il franchit constamment. L'Inflation sentimentale, poème, est un essai romancé ; Simone de Montmartre, poème, est un roman. Tel ou tel roman ne s'avère-t-il pas aussi bien poème que documentaire, et tel essai d'aspect documentaire un véritable roman » (Préface aux Œuvres Complètes de Pierre Mac Orlan, I, p. XVIII)

Romans et nouvelles

- Les Pattes en l'air 1911
- La Maison du Retour écœurant 1912
- Le Rire jaune 1913
- U-713 ou les Gentilshommes d'infortune 1917
- Le Chant de l'équipage 1918
- Bob bataillonnaire 1919 (repris et complété en 1931 sous le titre Le Bataillonnaire)
- La Clique du Café Brebis, histoire d'un centre de rééducation intellectuelle 1919
- Chronique des jours désespérés 1919
- Le Nègre Léonard et maître Jean Mullin 1920
- À bord de L'Étoile Matutine 1920
- La Bête conquérante 1920
- La Cavalière Elsa 1921
- Malice 1923
- La vénus internationale 1923
- Marguerite de la nuit 1925
- Les Clients du Bon Chien jaune 1926
- Sous la lumière froide 1926
- Le Quai des brumes 1927
- Dinah Miami 1928
- Les Vrais Mémoires de Fanny Hill 1929 (repris et complété en 1952 sous le titre Les dés pipés ou Les aventures de Miss Fanny Hill)
- La tradition de minuit 1930
- La bandera 1931
- Quartier réservé 1932
- Filles et Ports d'Europe 1932 (première version de ce qui deviendra Mademoiselle Bambù en 1950)
- La Nuit de Zeebrugge 1934 (republié sous le titre Le Bal du Pont du Nord en 1946)
- Le Tueur n°2 1935
- Le Camp Domineau 1937
- Le Carrefour des trois couteaux 1940
- L'Ancre de miséricorde 1941
- Picardie 1943
- La Croix, l'ancre et la grenade 1944

Essais, mémoires, reportages

- Le Petit manuel du parfait aventurier 1920
- Les Offensives du printemps 1920
- Gus Bofa 1929
- Les Valets d'ombre 1930
- Le Bataillon de la mauvaise chance 1933
- Berlin 1935
- Propos d'infanterie 1936
- Vlaminck, peintures. 1900-1945 1947
- Eloge de Gus Bofa 1949
- Les Bandes 1950
- Courbet 1951
- Utrillo 1952
- La Lanterne sourde 1953
- Le Mémorial du petit jour 1955
- Vlaminck 1958 (texte différent de celui du Vlaminck de 1947)
- La Petite cloche de Sorbonne 1959
- Masques sur Mesure 1965
- Villes 1966
- Le Mystère de la malle n°1 (quatre reportages de 1924 à 1934), (posthume, 1984)
- Images abolies (sélection de textes rares de Pierre Mac Orlan) (posthume, 2005)

Poésie

- Poésies documentaire complètes 1954

Chansons

« La chanson n'est pas son violon d'Ingres, c'est l'une des voix naturelles de sa vie créatrice » (Jean-Pierre ChabrolCité par Jean-Claude Lamy, op. cit., p. 209) Les chansons de Mac Orlan eurent pour interprètes principales Germaine Montero, Monique Morelli et Juliette Gréco.

Mac Orlan au cinéma

« Si je pouvais tout recommencer, je n'écrirais plus de livres, je ferais des films » (Pierre Mac OrlanCité par Francis Lacassin, préface au Mystère de la malle n°1, p. 8.)
- L'Inhumaine, réalisé par Marcel L'Herbier (1924), scénario co-écrit par Pierre Mac Orlan, Georgette Leblanc, Marcel Lherbier
- La Bandera, adapté et réalisé par Julien Duvivier (1935)
- Quai des brumes, réalisé par Marcel Carné (1938), scénario de Jacques Prévert
- François Villon, réalisé par André Zwobada (1945), scénario de Pierre Mac Orlan
- Marguerite de la nuit, réalisé par Claude Autant-Lara (1956), scénario de Ghislaine Autant-Lara et Gabriel Arout

Références bibliographiques

- Les œuvres de Pierre Mac Orlan font partie du catalogue des éditions Gallimard.
- Le Petit Mac Orlan illustré, Musée des Pays de Seine-et-Marne, 1996
- Bernard Baritaud, Pierre Mac Orlan, sa vie, son œuvre, Droz, Genève, 1992
- Jean-Claude Lamy, Mac Orlan, l'aventurier immobile, Albin Michel, Paris, 2002
- Pierre Mac Orlan, Romans maritimes, textes choisis et présentés par Dominique Le Brun, Omnibus, Paris, 2004
- Pierre Mac Orlan, Œuvres complètes, « Le Cercle du biliophile », Genève, 1968 (25 vol.) ==
Sujets connexes
Académie Goncourt   Alain (philosophe)   Alfred Jarry   André Malraux   André Salmon   André Zwobada   Antonin Artaud   Aristide Bruant   Bateau-Lavoir   Belgique   Benito Mussolini   Bohème   Boris Vian   Bruges   Camille Pissarro   Chronique des jours désespérés   Claude Autant-Lara   Collège de 'Pataphysique   Croix de guerre 1914-1918   Francis Lacassin   François Villon   Françoise Mallet-Joris   Gallimard   Gaston Couté   Georges Brassens   Georges Pompidou   Guillaume Apollinaire   Gus Bofa   Guy Debord   Jacques Prévert   Julien Duvivier   Juliette Gréco   L'Inhumaine   Lapin Agile   Le Monde   Le Mystère de la malle n°1   Le Quai des brumes   Les Clients du Bon Chien jaune   Lucien Descaves   Légion d'honneur   Légion étrangère   Léo Ferré   Mademoiselle Bambù   Marcel Carné   Marcel L'Herbier   Marcel Proust   Marseille   Max Jacob   Monique Morelli   Montmartre (Seine)   Naples   Orléans   Palerme   Paris   Pierre Lazareff   Première Guerre mondiale   Prohibition   Péronne (Somme)   Pétrone   Quai des brumes   Raymond Queneau   Roland Dorgelès   Rouen   Rugby   Révolution allemande   Saint-Cyr-sur-Morin   Satrape du Collège de 'Pataphysique   Scotland Yard   Seconde Guerre mondiale   Seine   Seine-et-Marne   Somme (département)   Système éducatif français   Toul   Tunisie   V. Marceau  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^