Maladie parodontale

Infos
Maladie parodontale

Définition

On regroupe sous le terme de maladies parodontales les maladies touchant les tissus de soutien des dents. L'ensemble de ces tissus est appelé parodonte. Le parodonte comporte 4 parties: la gencive, l'os alvéolaire, le ligament parodontal et le cément. Lorsque la maladie parodontale se limite à la gencive on parlera de gingivite. Lorsqu'elle touche l'ensemble du parodonte on parlera de parodontite. Dans les gingivites, l'inflammation est limitée à la gencive. Dans les parodontites, l'inflammation atteint l'os. Il y a ostéolyse (destruction de l'os alvéolaire).

Classification

Gingivites

- Gingivite « simple » C'est la gingivite habituelle, inflammation de la gencive causée par la plaque dentaire.
- Gingivite hypertrophique généralisée. Elle est favorisée par certains médicaments, notamment les antiépileptiques et certains bêta-bloquants.
- Gingivite hypertrophique localisée : épulis Elle est favorisée notamment par certaines hormones féminines (fréquent chez la femme enceinte).
- Gingivite ulcéro-nécrotique (GUN) Dans ce cas très particulier, on a affaire à une destruction tissulaire par nécrose, sans formation de poche. Elle est généralement déclenchée par un stress très important, ou une maladie grave. Il faut une immunodépression pour déclencher une GUN.

Parodontites

- Parodontite simple L'alvéolyse est horizontale.
- Parodontite chronique = complexe L'alvéolyse est verticale. Il y a généralement un facteur aggravant : l'occlusion.
- Parodontite agressive = à progression rapide L'alvéolyse peut être localisée ou généralisée. Le facteur aggravant est souvent d'ordre génétique.

Récessions gingivales

Les récessions gingivales sont assez fréquentes. La gêne peut être soit esthétique, soit l'hypersensibilité dentinaire. Le traitement consiste généralement en une adaptation de la méthode de brossage à une situation de fragilité gingivale et en un suivi de l'évolution. En cas d'aggravation, une greffe de gencive peut être proposée (greffe gingivale).

Abcès parodontal

Un abcès parodontal est une infection localisée dans les tissus parodontaux. C'est l'exacerbation aiguë de l'inflammation chronique d'une poche parodontale. Signes : gonflement localisé ; rouge, vernissé. Du pus s'évacue à la pression. Parfois une fistule apparaît. La dent peut être mobile. La douleur est variable, de modérée à sévère.

Symptômes

- Signes visibles de la gingivite : La gencive est rouge, lisse, gonflée ; elle saigne facilement au contact, parfois même spontanément. Un gencive saine doit être rosée, en "peau d'orange", adhérente à l'os sous-jacent.
- Signes visibles de la parodontite : - « déchaussement » des dents, c'est-à-dire que l'os de soutien de la dent perd de la hauteur, la dent apparaît plus longue. - mobilités dentaires anormales. C'est souvent le signe le plus inquiétant. - parfois d'hypersensibilité dentinaire aux collets des dents, suite à l'exposition de la racine.

Étiologie

La gingivite comme la parodontite sont d'abord dues à la plaque dentaire, constituée d'une communauté microbienne, qui comprend les bactéries, les virus, les protozoaires et les levures. C'est donc en éliminant la plaque dentaire par une bonne hygiène bucco-dentaire (brossage très minutieux et adapté) que l'on peut prévenir les maladies parodontales.

Facteurs de risque

Facteurs génétiques

- Défauts de fibroblastes et anomalies des tissus épithéliaux et conjonctifs
- Déficience de la phosphatase alcaline
- Défaut fonctionnel des polymorphonucléaires
- Excès de production des cytokines

Facteurs environnementaux

- Tabac : facteur de risque majeur. Le tabac entraîne une perturbation de la flore buccale et de la salive, ce qui favorise l'accumulation de tartre et diminue les capacités de défense immunitaires locales.
- Médicaments : certains médicaments ont des effets indésirables: hyposyalie, xérostomie, modifications gingivales. Exemples : des immunosuppresseurs (cyclosporine A) ; des anti-épileptiques (dyphénylhydantoïne) ; des bloqueurs de canaux calciques (nifédépine, diltiazem) ; des AINS (aspirine, ibuprofène, kétoprofène, etc.) ; la chimiothérapie cancéreuse aplasiante.
- Drogues : les drogues entraînent souvent un défaut d'hygiène, des carences alimentaires, un mauvais suivi dentaire, une sécheresse buccale.
- Stress : le stress est un facteur favorisant de nombreuses maladies. Il entraîne une baisse du système immunitaire et des modifications dans le comportement.
- Malnutrition
- Maladies systémiques (ou maladies générales) : diabète ; maladies endocriniennes (hyperthyroïdie, hyper- ou hypo-parathyroïdie) ; VIH ; toutes les dépression immunitaires.

Facteurs locaux

- Restauration dentaires inadaptées
- Problèmes d'occlusion : mauvaise occlusion ; bruxisme
- Parafonctions : mordillement d'un objet (crayon, ongles, pipe...)

Pronostic

L'évolution en l'absence de traitement est la perte des dents.

Traitements

Il existe plusieurs traitements. La gingivite peut régresser complètement. Par contre la parodontite ne peut être que stabilisée. On ne peut pas récupérer de hauteur d'os ni de hauteur de gencive.

Traitement étiologique

Le traitement étiologique est le premier à entreprendre, avant tout.
- Hygiène bucco-dentaire rigoureuse. C'est le préalable à tout traitement parodontal. Aucun traitement ne pourra être efficace en l'absence d'une bonne hygiène, permettant d'obtenir de bonnes conditions de cicatrisation. Le brossage doit être réalisé deux fois par jour, pendant au moins trois minutes, avec une brosse à dents souple, et complété par le fil dentaire ou des brossettes interdentaires.
- Détartrage. Le tartre est éliminé à l'aide d'instruments à ultrasons (détartreur) ou mécaniques (curettes).
- Surfaçage radiculaire. Lorsque la gencive est décollée, on peut susciter son ré-attachement en réalisant une désinfection mécanique de la surface de la racine concernée par le décollement. Cette désinfection mécanique n’est rien d’autre qu’un travail de lissage ou de polissage de la surface en question. Cette désinfection mécanique est appelée : surfaçage radiculaire. Elle sera réalisée après le détartrage. Cette opération ne concerne que la partie sous-gingivale de la surface radiculaire. Le surfaçage radiculaire est presque toujours réalisé sous anesthésie locale. Il est réalisé, le plus souvent par voie non chirurgicale. Dans certains nombre de cas il nécessitera une intervention chirurgicale dite "à lambeaux". Le travail sera réalisé par quadrants, sextants ou par demi-bouche.

Traitement curatif (chirurgical)

Lorsque la maladie est trop avancée, elle nécessite un traitement plus poussé. Tous ces traitemnts peuvent présenter des contre-indications : ils sont à éviter chez les fumeurs, les diabétiques non équilibrés, les personnes immuno-déprimées.
- Détartrage/surfaçage à ciel ouvert Le dentiste (ou parodontiste) réalise un lambeau pour accéder directement à la surface de la racine à traiter. Les suites sont plus longues que pour un détartrage/surfaçage simple.
- Comblement de poche Il s'agit de regagner de la hauteur d'os, en utilisant des os synthétiques (ou bio-os).
- Régénération tissulaire guidée Technique récente, elle vise à ce que les tissus de l'individu se régénèrent.

Traitement symptomatique

Le traitement symptomatique consiste à traiter les signes visibles de la maladie. Il est utilisé soit en complément du traitement étiologique, soit pour atténuer les signes résiduels à la fin du traitement symptomatique, en particulier les mobilités dentaires. Il existe plusieurs techniques. La plus commune aujourd'hui consiste à faire une petite tranchée sur la face linguale (côté langue) ou occlusale des dents concernées, et d'y noyer un fil métallique dans du composite. ==
Sujets connexes
Anesthésie locale   Antiépileptique   Brossette interdentaire   Bruxisme   Bêta-bloquant   Chimiothérapie   Cytokine   Drogue   Détartrage   Fibroblaste   Fil dentaire   Fistule   Gencive   Greffe gingivale   Grossesse   Hormone sexuelle   Hygiène bucco-dentaire   Hypersensibilité   Immunodépression   Immunosuppresseur   Inflammation   Maladie   Malnutrition   Médicament   Nécrose   Os alvéolaire   Parodonte   Stress   Surfaçage radiculaire   Tabac   Virus   Xérostomie  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^