Traité de Francfort

Infos
Illustration représentant la signature du Traité de Francfort Le traité de Francfort est signé entre la France et l'Allemagne le 10 mai 1871 et met fin à la guerre franco-allemande de 1870-1871. L'armistice franco-allemand est demandé, malgré les protestations de Gambetta, par le Gouvernement de la Défense nationale, le 28 janvier 1871, il prévoit la capitulation de Paris, qui était assiégé par les Allemands.
Traité de Francfort

Illustration représentant la signature du Traité de Francfort Le traité de Francfort est signé entre la France et l'Allemagne le 10 mai 1871 et met fin à la guerre franco-allemande de 1870-1871. L'armistice franco-allemand est demandé, malgré les protestations de Gambetta, par le Gouvernement de la Défense nationale, le 28 janvier 1871, il prévoit la capitulation de Paris, qui était assiégé par les Allemands.

Les préliminaires

Les élections au suffrage universel ont lieu le 8 février 1871. A Paris, Louis Blanc arrive en tête suivi de Victor Hugo, Léon Gambetta et Garibaldi. Mais du fait des candidatures multiples possibles, Adolphe Thiers arrive en tête dans 26 départements. Ces résultats démontrent l'antagonisme entre Paris et la volonté de résistance et la province qui veut en finir avec la guerre. L'Assemblée nationale se réunit à Bordeaux le 13 février. Elle est dominée par les partis conservateurs (en particulier les royalistes). Sur 675 élus, 400 sont monarchistes. Le 16 février, Jules Grévy est porté à la présidence de l'Assemblée et Adolphe Thiers est élu à main levées chef du gouvernement. Il obtient carte blanche pour négocier les préliminaires de paix. Le lendemain, Emile Keller, député du Haut-Rhin lit une déclaration affirmant le droit imprescriptible des Alsaciens et des Lorrains à rester membres de la nation française. Les négociations sont entamées, à Versailles, par Adolphe Thiers et Jules Favre dès le 23 février avec le chancelier de Prusse Otto von Bismarck. Elles aboutissent le 26 février à la signature des préliminaires. Ce texte est approuvé par l'Assemblée nationale le 27 février par 546 voix contre 170 et 23 abstentions. Les 35 députés des territoires cédés quittent la séance. Le soir même, le député-maire de Strasbourg, Émile Kuss succombe à un malaise cardiaque.

Le traité

Les discussions se poursuivent à Bruxelles, puis à Francfort. L'essentiel est arrêté dans le texte précédent. Il s'agit seulement de fixer les dispositions juridiques et de trancher certains détails. C'est Jules Favre qui est chargé de mener ces discussions jusqu'à leur conclusion. Les principales dispositions sont les suivantes:

Les annexions

Bismarck a refusé la consultation des populations. Il s'agit pour lui d'un «retour» à l'Allemagne de l'Alsace et d'une partie des départements lorrains (La Haute-Alsace avait été annexée par Louis XIV en 1681). Sont annexés:
-En Alsace : les département du Bas-Rhin et du Haut-Rhin à l'exception de l'arrondissement de Belfort
-En Lorraine : les arrondissements de Sarreguemines, Metz, Sarrebourg (moins 9 communes), Château-Salins (moins 10 communes) et 11 communes de l'arrondissement de Briey
-Dans les Vosges : les cantons de Saales et Schirmeck La France perd 1 447 000 hectares, 1 694 communes et 1 597 000 habitants. Elle perd également 20 % de son potentiel minier et sidérurgique.

L'indemnité

Une indemnité de guerre de 5 milliards de francs or à verser en trois ans. En gage de ce paiement, les Allemands obtiennent l'occupation d'une partie du territoire (6 départements du Nord et Belfort) jusqu'au paiement complet de cette somme. Les négociations lors des préliminaires avait permis à Thiers de réduire l'indemnité de 6 à 5 milliards contre l'entrée de l'armée allemande à Paris qui avait effectivement bivouaquée du 1 au 3 mars sur les Champs-Elysées. Le gouvernement Thiers émet un emprunt en juin 1871, il est couvert deux fois; un nouvel emprunt émis en juillet 1872, est couvert quatorze fois: les 5 milliards furent donc rapidement réunis; le 16 septembre 1873, le dernier soldat allemand quitte Verdun.

Autres dispositions

Une clause du traité permet aux Alsaciens-Lorrains la possibilité de conserver la nationalité française s'ils quittent la région avant le 1872. Ils furent environ 100 000 à choisir cette solution, sur 1 597 000 habitants dans les provinces annexées. La France institua une bourse d'étude destinée à rendre la clause de départ plus attractive et plus accessible aux familles les plus modestes. Le traité de commerce de 1862 avec la Prusse n'est pas renouvelé, mais la France accorde à l'Allemagne, pour le commerce et la navigation, la clause de la nation la plus favorisée. Ce traité va polariser la politique française pour les quarante années qui suivront sur les relations entre la France et l'Allemagne. Mais la reconquête de l'Alsace-Lorraine, des «provinces perdues», va devenir une obsession caractérisée par un revanchisme qui sera l'un des motifs du déclenchement de la Première Guerre mondiale. Francfort Francfort Catégorie:Formation territoriale de la France Catégorie:Histoire de l'Alsace Catégorie:Histoire de la Lorraine Catégorie:Guerre franco-allemande de 1870 Catégorie:1871 ca:Tractat de Frankfurt de:Friede von Frankfurt en:Treaty of Frankfurt (1871) es:Tratado de Fráncfort hu:Frankfurti béke it:Trattato di Francoforte nl:Vrede van Frankfurt no:Freden i Frankfurt pt:Tratado de Frankfurt ru:Франкфуртский мир sv:Frankfurtfreden zh:法蘭克福條約
Sujets connexes
Adolphe Thiers   Allemagne   Alsace   Alsace-Lorraine   Annexion   Arrondissement   Bas-Rhin   Belfort   Bordeaux   Briey   Château-Salins   Commune française   Département   Franc or   France   Francfort-sur-le-Main   Guerre franco-allemande de 1870   Haut-Rhin   Haute-Alsace   Jules Favre   Lorraine   Louis Blanc   Metz   Nationalité française   Otto von Bismarck   Paris   Première Guerre mondiale   Revanchisme   Saales   Sarrebourg   Sarreguemines   Schirmeck   Traité (droit)   Verdun (Meuse)   Victor Hugo   Vosges  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^