Ni putes ni soumises

Infos
Ni putes ni soumises est un mouvement féministe français, fondé officiellement en 2003, qui a acquis en quelques mois une audience importante auprès de l'opinion publique, des médias et des mouvements politiques.
Ni putes ni soumises

Ni putes ni soumises est un mouvement féministe français, fondé officiellement en 2003, qui a acquis en quelques mois une audience importante auprès de l'opinion publique, des médias et des mouvements politiques.

Objectifs

Ce mouvement lutte contre les violences faites aux femmes :
- viols collectifs ;
- racisme, antisémitisme, misogynie, discriminations, violences physiques, morales et psychologiques ;
- traditions qui enferment ;
- atteintes à la mixité (séparation des genres et des cultures)
- pressions pour porter le voile ;
- pressions pour arrêter l'école ;
- pressions pour se marier tôt, sans pouvoir choisir librement son mari ;
- pressions pour empêcher les jeunes filles d'assister au cours d'éducation sexuelle, de biologie ;
- pressions pour séparer les hommes et les femmes dans les piscines, les lieux publics ... ;
- pressions pour empêcher les personnes de vivre librement leur vie sexuelle et affective ;
- pressions patriarcales empêchant les femmes de disposer librement de leur corps et de leur vie ;
- homophobie ;
- communautarismes, obscurantismes et relativisme culturel (le droit à la différence mué en différence des droits). Les points clés de l'appel national de Ni putes ni soumises sur leur : "Egalité - Laïcité - Mixité (...)" « Assez de leçons de morale : notre condition s'est dégradée. Les médias, les politiques n'ont rien fait pour nous ou si peu. Assez de misérabilisme. Marre qu'on parle à notre place, qu'on nous traite avec mépris. Assez de justifications de notre oppression au nom du droit à la différence et du respect de ceux qui nous imposent de baisser la tête. Assez de silence, dans les débats publics, sur les violences, la précarité, les discriminations. »

Financement

Le financement de l'association provient essentiellement de subventions publiques. Le budget prévisionnel en 2005 était de 500 000 €. En 2004, la Mairie de Paris a accordé à l'association une subvention de 30 000 €.

Action

Dans son action, le collectif Ni putes ni soumises a notamment mis deux cas en évidence : Le premier est celui de Samira Bellil, marraine du mouvement, qui a publié un livre appelé Dans l'enfer des tournantes, racontant sa vie en tant que fille soumise à la loi des cités, violée collectivement à plusieurs reprises, la première fois à l'âge de 13 ans. Effrayée à l'idée de dénoncer ses tortionnaires, elle a dû accepter d'être considérée comme un objet sexuel, aliénée et évitée par sa famille et certains de ses amis. Le deuxième cas était celui d'une jeune fille de 17 ans, Sohane Benziane, brûlée vive à Vitry-sur-Seine par son ex-petit ami, âgé de 19 ans. Ces deux cas extrêmes et spectaculaires, mais néanmoins peu représentatifs des violences, verbales et physiques, subies par les jeunes filles et jeunes femmes dans les cités des banlieues, ont servi de symboles aux membres de Ni putes ni soumises lors de leur Marche des femmes des quartiers contre les ghettos et pour l'égalité (marche en fait mixte) à travers la France à partir du 2003, qui les a portées dans 23 villes pour aboutir à une manifestation forte à Paris le 8 mars 2003 avec 30000 personnes (selon NPNS). Créé officiellement après cette marche, le mouvement était auparavant mené par la Fédération nationale des Maisons des Potes, association proche de SOS Racisme, où dès 2001 s'était mis en place un travail sur les violences faites aux jeunes femmes.

Impact politique

Des représentantes de Ni putes ni soumises ont été reçues par le Premier ministre français Jean-Pierre Raffarin après leur Marche. Leur message a été également incorporé aux célébrations officielles du 14 juillet 2003 à Paris, quand quatorze affiches géantes, chacune d'une femme habillée comme Marianne, le symbole de la République française, ont été accrochées sur les colonnes du palais-Bourbon, le siège de l'Assemblée nationale française. Les cinq propositions suivantes ont été acceptées par le gouvernement français :
- la publication d'un guide éducatif du respect à distribuer dans les projets et les écoles ;
- la fondation de maisons sûres loin des cités pour des jeunes filles et des femmes dans la détresse immédiate, où elles peuvent vivre en sécurité et retrouver leur anonymat ;
- la création de six emplacements pilotes où des femmes pourront être en mesure de faire entendre leur voix ;
- l'organisation de conférences de formation permettant aux femmes de développer leurs aptitudes particulières ;
- dispositions spéciales prises dans les commissariats de police pour les jeunes filles et les femmes ayant été victimes de violences.

L'impact international

Le mouvement Ni Putes Ni Soumises compte aujourd'hui des comités dans plusieurs pays européens (BelgiqueVoir notamment le site du comité belge sur http://www.niputesnisoumises.be/, Espagne, France, Suède et Suisse). Depuis 2007, Ni Putes Ni Soumises est membre consultatif du conseil économique et social de l'ONU. Le Guide du Respect, diffusé en France à plusieurs dizaines de milliers d'exemplaires, et qui aborde les questions de traditions qui enferment, de sexualité et de violences, a été adapté pour la Belgique francophone où il sera prochainement diffusé.

Critiques dont l'association fait l'objet

La médiatisation intense dont a bénéficié l'association n'a pas été sans provoquer quelques remous et de nombreuses critiques. En effet, il a été entre autres choses reproché à NPNS de contribuer, à son tour, à renforcer la discrimination dont sont victimes les habitants des quartiers dits "sensibles". En choisissant de s'attaquer au sexisme dans un cadre social, religieux, culturel et même ethnique finalement très défini, en se focalisant sur un machisme de banlieue présenté comme particulier, le mouvement aurait ainsi participé de le ségrégation ambiante. Leur slogan accrocheur, voire provocateur, a donné lieu à controverse, notamment de la part de jeunes hommes vivant dans ces zones urbaines, qui ont craint une assimilation supplémentaire entre "obscurantisme" et, pris pêle-même, islam et immigration. Cette inquiétude n'a pas été atténuée par le fait que le mouvement fondait sa légitimité sur l'expérience de jeunes femmes de banlieue ayant tenu à dénoncer ce qu'elles y vivaient. D'autre part, les liens étroits tissés par l'association avec d'autres acteurs sociaux tels que SOS Racisme et le Parti Socialiste ont pu contribuer à décrédibiliser, aux yeux d'une certaine opinion, le mouvement. Cela vient en partie de l'affiliation de la présidente du mouvement, Fadela Amara (de son vrai nom Fatiha Amara), conseillère municipale socialiste de Clermont-Ferrand, bien qu'elle se soit toujours présentée comme une militante associative de terrain (c'est effectivement le seul métier qu'elle ait jamais exercé) indépendante des partis politiques. C'est précisément cette notion du "terrain" qui pose problème pour certains : l'association et son leader charismatique ont pu apparaître comme des alibis symboliques et médiatiques. L'approche de NPNS serait en réalité une manière de plaquer une fois de plus l'idéal républicain et libéral sur une réalité bien plus complexe que ne le laissent penser les schémas. On retrouve d'ailleurs dans les débats suscités par l'association certains arguments très utilisés dans la lutte pour le droit de porter le voile, y compris dans l'enceinte des bâtiments publics et donc, dans l'école. Le 19 juin 2007, Fadela Amara est nommée secrétaire d'État chargée de la politique de la ville dans le Gouvernement Fillon II auprès de la ministre du Logement et de la Ville, Christine Boutin. Cette nomination va une fois de plus susciter le trouble autour de l'association et sa présidente : cette fois-ci, ce sont les militants féministes qui vont invoquer la difficulté à faire passer un message favorable à l'égalité entre les sexes et la mixité quand la porte-drapeau la plus connue de ces idéaux appartient à un gouvernement qui n'hésite pas à stigmatiser l'immigration. Lors de l'Université d'automne du mouvement, 25 comités locaux annoncent leur départ du mouvement ou leur dissolution.Sihem Habchi, ni exclue ni admise, Anne Chemin, 9 novembre 2007, http://www.lemonde.fr/web/article/0, 1-0@2-823448, 36-976486, 0.html Certains de ses dissidents ont annoncé la création d'une nouvelle association Insoumis-es; ils disant se réclamer des valeurs de NPNS mais n'admettent pas le silence de Fadela Amara sur la politique menée par le gouvernement et le statut de Mohammed Abdi à la fois secrétaire de l'association et conseiller spéciale de la secrétaire d'Etat. Mohamed Abdi, conseiller spécial de la secrétaire d'Etat chargée de la politique de la Ville, Fadela Amara, a été condamné définitivement par la Cour de cassation à la mi-octobre à 18 mois de prison dont douze avec sursis pour escroquerie à la formation. L'arrêt, rendu le 17 octobre et révélé par Le Parisien mercredi, confirme une condamnation de M. Abdi, également secrétaire général de l'association Ni putes ni soumises (NPNS), par la cour d'appel de Lyon, remontant au 17 mai 2006. Mohammed Abdi a d'ailleurs démissionné fin novembre. ==
Sujets connexes
Assimilation   Banlieue   Christine Boutin   Clermont-Ferrand   Discrimination   Fadela Amara   France   Féminisme   Gouvernement François Fillon (2)   Hijab   Immigration   Islam   Jean-Pierre Raffarin   Libéral   Loubna Méliane   Machisme   Mariage   Marianne   Mohammed Abdi   Obscurantisme   Parti socialiste (France)   Premier ministre français   Quartier   Religieux   Républicain   SOS Racisme   Samira Bellil   Secrétaire d'État   Sexisme   Slogan   Social   Ségrégation   Viol   Vitry-sur-Seine   Voile  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^