Femme

Infos
Dessin d'une femme tel qu'il figure sur Pioneer 11 Une femme est un individu de sexe féminin de l'espèce humaine (par opposition à l'homme, individu de sexe masculin), dont l'anatomie lui permet de porter et mettre au monde des enfants, hors problème d'ordre médical. Avec la biologie, les perspectives historiques et culturelles font partie des angles d'études des spécificités féminines, par exemple vis-à-vis de la place des femmes dans les sociétés traditionnelles e
Femme

Dessin d'une femme tel qu'il figure sur Pioneer 11 Une femme est un individu de sexe féminin de l'espèce humaine (par opposition à l'homme, individu de sexe masculin), dont l'anatomie lui permet de porter et mettre au monde des enfants, hors problème d'ordre médical. Avec la biologie, les perspectives historiques et culturelles font partie des angles d'études des spécificités féminines, par exemple vis-à-vis de la place des femmes dans les sociétés traditionnelles et contemporaines. Il existe une Journée internationale des femmes traditionnellement organisée le 8 mars.

Biologie et anatomie

La Baigneuse, peinture de William Bouguereau, 1870 La femme est la femelle de l'espèce humaine. Le sexe est déterminé par le chromosome 21 humain, féminin dans le cas d'une paire de chromosomes XX, alors que le sexe masculin est déterminé par les chromosomes sexuels XY. Les femmes et les hommes ont normalement des productions hormonales différenciées et les hormones typiques de la femme sont les œstrogènes et la progestérone. Les appareils génitaux diffèrent notablement. Des différences sexuelles secondaires apparaissent au cours de la puberté, comme les seins, la taille de l'individu, l'Indice de masse grasse, la pilosité, ou la forme du squelette: largeur des hanches, des épaules. Le fonctionnement même du cerveau diffèrerait selon le sexe de l'individu selon la psychologue américaine Doreen Kimura"Cerveau d’homme, cerveau de femme" de Doreen Kimura (Odile Jacob, 2001) mais cela concernerait uniquement les régions qui contrôlent la reproduction sexuée selon la neurobiologiste française Catherine Vidal.

La place des femmes dans les sociétés

Définitions culturelles

La place des femmes dans les différentes cultures et époques a été davantage étudiée à partir du XX siècle et des mouvements féministes, ainsi que des chercheurs en sciences sociales ont cherché à comprendre et combattre les raisons de l'inégalité de condition et de statut social entre les hommes et les femmes qui est souvent au fondement même des sociétés traditionnelles, et dont on retrouve la trace jusque dans les sociétés contemporaines. Plusieurs chercheurs ont ainsi tenté, notamment à partir des années 1970, de lutter contre ce qu'ils percevaient comme un biais sexiste des sciences sociales, notamment en anthropologie et en histoire : l'absence des femmes en tant qu'objet d'étude. Le problème de la condition des femmes dans la société, jugée inéquitable et injuste par les féministes, a été un des thèmes de réflexion les plus étudiés au et l'actualité lui a parfois donné une place prépondérante dans le débat civil et politique, comme pendant les événements de mai 68 en France. Dans certaines cultures, la place des femmes est actuellement un enjeu politique et d'actualité important, comme par exemple au Québec, où la Fédération des femmes du Québec initia la Marche mondiale des Femmes en l'an 2000.

Sociétés traditionnelles

Femmes au Dahomey, avant 1900 Voir l'article Anthropologie politique.

Les femmes dans l'Antiquité

En Grèce
Dès la naissance, les filles subissent un traitement spécifique à leur sexe et qui tient à l'eugénisme pratiqué habituellement en Grèce pour des raisons économiques et raciales. Ainsi les filles, jugées plus inutiles que les garçons (en effet, ces derniers étaient formés à l'art de la guerre et importaient pour la défense de la Cité), étaient plus facilement exposées qu'eux (c'est-à-dire abandonnées dans la nature), ou vendues. De plus, elles bénéficiaient de moins de soins et d'attention. En général, les femmes sont méprisées : « c'est Zeus qui a créé le mal suprême : les femmes. » (Sémonide d'Amorgos). On trouve cependant quelques exceptions chez les Pythagoriciens (voir Théano).
À Rome
À Rome, la fonction de la femme est de se marier et d'avoir des enfants. Son statut civil est surtout déterminé par le rôle qui est le sien relativement à l'homme :
-puella, virgo (jeune fille) : la fille reçoit essentiellement une instruction domestique ; elle porte, comme le garçon, une bulle qu'elle abandonne le jour de son mariage ;
-uxor, conjux (épouse) : les filles se marient à partir de 14 ans environ, puis de plus en plus tôt au cours des siècles (vers 12 ans à la fin de l'Empire romain d'occident) ; la femme est considérée comme une mineure qui passe par le mariage de l'autorité du père à celle de son mari ;
-matrona, materfamilias (mère de famille) : comme mère, la femme est gardienne du foyer.

Les femmes dans les sociétés industrielles

De nos jours, on constate une différence d'accès aux professions et dans les salaires, qui peut s'expliquer partiellement par les dispositions de maternité, plus contraignantes pour l'employeur. Les femmes occupent majoritairement des emplois dans le secteur tertiaire (services), notamment dans des postes relationnels ou touchant aux fonctions domestiques (cuisine, ménage, soins, garde et éducation des enfants). Elles sont plus sujettes à l'emploi précaire ou à temps partiel, et la maternité constitue souvent un frein à leur progression professionnelle. Les personnes au foyer sont toujours en immense majorité des femmes au foyer. Selon une étude de la Direction de l'animation et de la recherche des études et des statistiques (Dares), en France en 2002, plus de la moitié des emplois féminins sont concentrés dans 10 familles professionnelles sur 84. Source : Selon la Dares, l'emploi féminin progresse, mais il reste cantonné aux professions du tertiaire, Rémi Barroux, Le Monde, 12 août 2004 Il est à remarquer que la plupart des emplois créés le sont aujourd'hui dans le tertiaire également. :35.9%: travail a domicile :25%: ouvrière :14.4%: domestique :8%: employée de bureau Les femmes travaillent notamment le textile dans les usines. Les manufacturiers préfèrent les femmes aux hommes à l'embauche car ils leur attribuent un salaire inférieur à celui des hommes. En plus de leur travail, elles s'occupent de l'entretien de leur domicile, des repas de toute la famille et de l'éducation des enfants. Pendant la guerre, elles ont occupé tous les emplois laissés vacants, jusque dans les mines où le travail exige beaucoup de force.

Les inégalités homme-femme

Traditionnellement, les femmes ont été, sauf dans quelques rares sociétés matriarcales, considérées comme étant inférieures aux hommes sur un plan social.
- économique : inégalité des hommes et des femmes devant les emplois, les femmes ne pouvant pas toujours travailler ou disposer de leur salaire sans l'accord du mari. Leurs salaires sont en moyenne plus faibles que ceux des hommes, mais cette différence ne tient pas compte des niveaux de formations ;
- politique : quasi absence des femmes sur la scène politique La femme pas encore un homme politique;
- sur le plan familial, le divorce peut être limité, notamment au divorce pour faute à la demande du mari du fait de l'absence d'héritier mâle ; certaines sociétés admettent également des sévices corporels à l'encontre des femmes, à la discrétion du mari ; la polygamie est presque toujours exclusivement masculine (un homme pour plusieurs femmes)Elle n'existe que dans quelques rares sociétés comme les Guanches aux îles Canaries, ainsi que dans des peuples minoritaires ou aux faibles effectifs (comme au Mali). Voir les articles Polygamie et Polyandrie.
- au niveau de la sexualité féminine :
- les femmes seraient "passives" : ainsi, jusqu'au début du XX siècle, l'Église n'admettait qu'un seul type de rapports sexuels : les rapports hétérosexuels vaginaux d'un couple marié, avec la femme sur son dos et l'homme au dessus d'elle (position dite "du missionnaire") ; tout autre rapport était considéré comme un péché et la femme ne pouvait refuser à l'homme d'avoir des rapports sexuels. Voir Église catholique et sexualité
- cette passivité supposée donne lieu également à des mutilations génitales féminines, notamment l'excision.
- les diverses méthodes contraceptives (stérilets, préservatifs, IVG...) sont souvent illégales dans de nombreux pays, la femme n'étant alors plus maîtresse de son corps. Le mouvement d'égalisation des rapports homme-femme est, somme toute, assez récent. Il s'est notamment généralisé dans les sociétés occidentales dans les années 1960 (mouvements féministes qui s'y sont notamment développés). Ce mouvement est plutôt resté circonscrit aux sociétés occidentales. Mais depuis peu, on peut voir des ébauches de mouvements en faveur des droits des femmes se diversifier dans le monde entier. On peut ainsi citer le congrès sur le "féminisme islamique" à Barcelone du 3 au 5 novembre 2006, ou encore une série de lois indiennes du 25 octobre 2006 qui ont modifié l'essentiel du droit de la famille dans un sens égalitaire. Il demeure donc de nombreuses inégalités, même dans les sociétés occidentales.

La violence

Concernant la violence, en particulier conjugale, les femmes sont majoritairement les victimes (pour ce qui concerne les agressions sexuelles, plus de 99% des viols sont du fait des hommes, et seulement 3% de la population carcérale française est féminine). Cependant, cela peut être nuancé car :
- D'une part, la féminisation des corps de métiers, en particulier des policiers et des juges, entraîne une plus forte répression des violences envers les femmes. La vision antérieure de la police et de la justice était quelque peu "paternaliste". La victimisation des femmes étant naturelle, il était considéré comme "normal" (au sens où c'était courant et que l'on ne pouvait rien y faire) qu'un homme batte sa femme, par exemple. Les femmes victimes cachaient alors souvent les violences à leur encontre (pas de déclaration de viols ; l'idée que les violences conjugales étaient inexistantes dans les classes moyennes...).
- D'autre part, la délinquance féminine augmente.
- À noter cependant que cette délinquance reste le plus souvent sans violence et que, de plus, ce sont souvent des contentieux sans victime (absence de papiers d'identité, racolage...). Il s'agit moins dans ce cas d'une augmentation de la délinquance que d'une répression plus sévère.
- Dans les cas de violences graves commises par les femmes, à cause du mouvement d'égalité sociale, on accepte moins que les femmes se déresponsabilisent (« Oui, j'ai tué mon mari, mais c'est parce qu'il me battait... »).Rapport de l'Observatoire national de la délinquance qui retrace entre 1996 et 2004 l'évolution de la criminalité féminine. . La stabilité de cette délinquance féminine s'explique, pour Frédéric OcqueteauDr. de recherche CNRS, dans Le Bien Commun, émission du samedi 30 septembre 2006 présentée par Antoine Garapon sur France Culture : Les femmes criminelles. par le fait que la violence féminine est différente par nature de la violence masculine. Tandis que la violence masculine est tournée vers l'extérieur, les femmes, de par l'oppression masculine, retournent cette violence contre elles-mêmes : on a vu récemment l'augmentation importante du nombre de jeunes filles afghanes mariées de force qui s'immolent par le feu... L'État n'est en mesure de s'occuper que de la première ; la seconde, elle, n'est pratiquement pas prise en compte par la société. Cela se manifeste en particulier par des pathologies typiquement féminines. Les femmes ont tendance à vouloir se conformer à un modèle ; or, celui qui est quasiment universel aujourd'hui est le modèle de type occidental, c'est-à-dire celui de femmes sveltes et d'apparence jeune. Cela entraîne de nombreuses anorexies. Dans d'autres sociétés traditionnelles (Mauritanie, Mali...), cependant, la femme modèle est au contraire une femme mature avec des formes très prononcées. Les femmes peuvent alors être gavées ou se gaver dès leur plus jeune âge.

Discours scientifique de l'inégalité homme-femme

Le discours scientifique a longtemps (dès l'Antiquité) tenté de justifier des inégalités culturelles par des inégalités qui seraient naturelles. Darwin, notamment, dans son étude sur l'évolution de l'homme, tente de justifier la société victorienne (femmes dépendantes et restant à la maison). Au cours du XX siècle, cependant, les scientifiques ont pu démontrer l'indifférence des sexes antérieurement à 2 ans, ce qui signifie que les différences entre hommes et femmes qui peuvent exister sont essentiellement culturelles et sociales, car résultant de l'éducationGaïd le Maner-Idrissi (psychologue), in Féminin, masculin - mythes et idéologies, Belin, 2005.. Le discours scientifique, traditionnellement masculin (les femmes scientifiques restant une minorité), conserve cependant beaucoup d'a prioriPascal Picq (paléoanthropologue), Féminin, masculin - mythes et idéologies, Belin, 2005.. On voit aujourd'hui une certaine recrudescence des discours scientifiques tentant de justifier des inégalités homme-femme. C'est le cas notamment des études sur les comportements différenciés et les réactions cérébrales (dimorphisme psychologique). Souvent prises hors de leur contexte, on vulgarise souvent ces études en disant notamment que les femmes sont plus émotionnelles que les hommes car elles ont l'hémisphère gauche du cerveau plus développé, tandis que les hommes, eux, usant plus de l'hémisphère droit, seraient plutôt scientifiques. C'est oublier que les différences comportementales entre hommes et entre femmes sont bien plus importantes que celles entre hommes et femmesCatherine Vidal (dir.), Féminin, masculin - mythes et idéologies, Belin, 2005..

Femmes et politique

Les femmes ont acquis un statut de citoyenne à part entière très tardivement, puisque le droit de vote leur a été reconnu pour la première fois en 1869 dans le Wyoming, 1893 en Nouvelle-Zélande, en 1918 au Canada (au niveau fédéral, les provinces ayant déjà accordé le droit de vote au niveau provincial entre 1916 et 1922 mais seulement en 1940 au Québec), 1919 en Allemagne et 1944 en France Après une lente conquête de leurs droits, en Europe, les femmes se font plus présentes sur la scène politique, avec par exemple Angela Merkel devenue chancelière ou Tarja Halonen, présidente de Finlande. Elles restent cependant encore très largement minoritaires. N.B. : il y a aujourd'hui 195 États reconnus par l'Organisation des Nations unies.

Femmes et sport

Certaines disciplines sportives, comme l'athlétisme, la gymnastique ou les sports de ballons, sont organisées sans mixité. Pour les disciplines pratiquées à la fois par des hommes et par des femmes, la règle courante consiste à comparer les performances des femmes exclusivement entre elles. Dans la plupart des compétitions mixtes, telles que le marathon, où les hommes et les femmes sont ensemble, les organisateurs appliquent cette règle de comparaison entre hommes d'un côté et entre femmes d'un autre. Les disciplines qui ne réservent aux femmes aucune catégorie particulière et, donc où la performance de chacun est comparée sans distinction "homme/femme", sont peu nombreuses ; la plupart des sports hippiques, la course automobile et la voile appartiennent à ce dernier type de discipline. Dans le sport professionnel, les salaires et les primes des femmes sont le plus souvent inférieurs a ceux des hommes : le sport masculin étant plus diffusé dans les médias et suscitant donc plus de revenus. Le football et le cyclisme sont des exemples frappants. Les principales disciplines qui comptent des femmes comme athlètes de renommée internationale sont l'athlétisme, la gymnastique, la natation, le tennis et la voile. Dans le monde échiquéen, des prix spéciaux sont souvent attribués aux femmes; Parfois, les catégories sont distinctes, ou bien les joueurs/joueuses sont ensembles mais les classements sont distincts. Ceci est dû à une volonté d'encourager la participation féminine dans une activité notoirement masculine, encouragement dont les effets ont pu être constatés. Cependant ce système de récompenses est souvent compris comme s'adaptant à une différence de capacités entre hommes et femmes. (et peut-être parfois adopté pour ce motif) La seule mesure en faveur de la mixité qui n'encourt pas ce dangereux sous-entendu est le quota : une équipe de division trois ou plus doit présenter au moins une femme. Si cette femme est le plus souvent au dernier échiquier, c'est dû à la faible population de joueuses laquelle induit une faible population de fortes joueuses. Mais là encore, ce fait est souvent perçu comme le signe de la supériorité des capacités masculines.
Voir aussi : Le sport au féminin

Femmes et développement

Les femmes sont en général plus durement touchées que les hommes par les problèmes de développement. Le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) mesure cela avec deux indices composites de développement humain :
- l'ISDH, indicateur sexo-spécifique de développement humain ;
- l'IPF, indicateur de la participation des femmes.
Voir l'article : Indicateur de développement humain.'' Dans son rapport paru en 2005 sur l'état de la population mondial, le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) dresse une liste de chiffres montrant l'inégalité dont font l'objet les femmes par rapport aux hommes dans le monde. Parmi tous ces chiffres, on peut noter celui du nombre de femmes analphabètes, 600 millions, soit le double de celui des hommes. De plus, toutes catégories confondues, il faut appliquer aux femmes en matière de travail la règle des 2/3-1/3 : elles effectuent environ les deux-tiers du travail (en tenant compte du travail domestique) dans le monde mais ne reçoivent que le tiers des salaires.

Voir aussi

Références

===
Sujets connexes
Accouchement   Aide-soignant   Allemagne   Analphabétisme   Anatomie   Angela Merkel   Animus   Années 1960   Anthropologie politique   Antiquité   Appareil reproducteur   Cadre (entreprise)   Canada   Chromosome   Chromosome 21 humain   Complexe de Jocaste   Condition féminine   Droit de vote des femmes   Emploi   Enfant   Excision   Exposition   Femelle   Femme de ménage   Fonds des Nations unies pour la population   France   Fédération des femmes du Québec   Féminisme   Féminité   Gender studies   Guanches   Gynécologie   Hanche   Histoire des femmes   Homme   Hormone   Inde   Indice de masse grasse   Infirmier   Informaticien   Jean-Jacques Rousseau   John Stuart Mill   Le Deuxième Sexe   Le Monde   Lesbophobie   Mai 68   Mali   Marche mondiale des Femmes   Mutilations génitales féminines   Ménopause   Nouvelle-Zélande   Olympe de Gouges   Organisation des Nations unies   Organisation du sport en France   Pioneer 11   Polyandrie   Polygamie   Pornographie   Prison   Progestérone   Programme des Nations unies pour le développement   Puberté   Rome   Sage-femme   Secrétaire   Sein   Sexe   Simone de Beauvoir   Tarja Halonen   Théano (mathématicienne)   Voltaire   William Bouguereau   Wyoming  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^