Révolution nationale

Infos
Affiche de la Révolution nationale : le maréchal Pétain, le drapeau français. La Révolution nationale (RN) est l'idéologie officielle du régime de « l’État français » mis en place par le maréchal Pétain en juillet 1940.
Révolution nationale

Affiche de la Révolution nationale : le maréchal Pétain, le drapeau français. La Révolution nationale (RN) est l'idéologie officielle du régime de « l’État français » mis en place par le maréchal Pétain en juillet 1940.

Principes

Ses principes sont une adaptation des idées de la droite nationaliste de l'époque (monarchisme, bonapartisme, nationalisme intégral maurrassien) à un régime de gouvernement "de crise":
-Confusion des pouvoirs législatifs et exécutifs. Les Actes Constitutionnels rédigés le 11 juillet 1940 par Philippe Pétain lui attribuent "plus de pouvoirs qu'à Louis XIV" (selon un mot de Pétain rapporté par son chef de cabinet civil, H. Du Moulin de Labarthète) y compris celui de rédiger une constitution.
-Rejet du parlementarisme et du multipartisme.
-Corporatisme avec l'établissement de la Charte du travail (suppression des syndicats remplacés par des corporations par branches d'activité, suppression du droit de grève).
-Stigmatisation des responsables supposés de la défaite : la Troisième République, en particulier la politique du Front populaire, les communistes, les juifs, tous considérés comme des traîtres à la Patrie.
-Antisémitisme d'État. Au nom de la limitation de l'« influence » des Juifs, ceux-ci sont exclus de la Nation et ne peuvent plus travailler dans l'administration ; un numerus clausus limite drastiquement leur nombre à l'Université, parmi les médecins, les avocats, les cinéastes, les métiers des arts et des spectacles, ou encore dans la banque, le petit commerce... Bien vite la liste des métiers interdits s'allongera démesurément. On estime qu'en moins d'un an, plus la moitié de la population israélite de France sera privée de tout moyen de subsistance Olivier Wieviorka, « La République recommencée », in S. Berstein (dir.), La République
-Cohésion de la société, chaque classe sociale étant censée être solidaire des autres afin de maintenir l'ordre social ("organicisme").
-Apologie des valeurs traditionnelles : la devise républicaine « Liberté, Égalité, Fraternité » est remplacée par « Travail, Famille, Patrie ».
-Rejet du modernisme culturel et des élites intellectuelles et urbaines (politique du "retour à la terre", qui ne convaincra d'ailleurs pas plus de 1.500 personnes de revenir aux champs Robert Paxton, La France de Vichy, Points-Seuil, 1974
-Culte de la personnalité. Le portrait du Maréchal Pétain, omniprésent, apparaît sur les monnaies, les timbres, les murs des édifices publics, ou en buste dans les mairies. Une chanson à sa gloire, le fameux Maréchal nous voilà, devient l'hymne national officieux. La soumission inconditionnelle au Chef et à la hiérarchie est exaltée.

Courants

La Révolution nationale a particulièrement attirée trois groupes de personnes :
- Les réactionnaires, au sens propre du terme, c'est-à-dire tous ceux qui rêvaient d'un retour à "avant" : avant 1936 ; avant 1870 et la IIIe République ; avant 1789 et la révolution française (voir contre-révolution). On retrouve là notamment les partisans de l'Action française.
- Les partisans d'un fascisme à la française, qui pouvaient être rebutés par certains aspects traditionnalistes (cléricalisme, scoutisme naïf, etc.) mais pensaient quand même que c'était en premier pas vers un véritable régime fasciste. Ce sont les partisans du Rassemblement national populaire (RNP) de Marcel Déat, du PPF de Jacques Doriot, etc.
- Les réformateurs impatients de la IIIe république et les partisans de solutions politiques et sociales nouvelles, nombreux à la fin de la IIIe République. On trouve parmi eux des non-conformistes des années 1930, des personnalistes démocrates-chrétiens, des néo-socialistes, des planistes, des jeunes turcs radicaux, des technocrates, etc. Tous ces milieux ont cependant fourni également à la Résistance de nombreuses recrues, et ceci dès juin 1940. Beaucoup ne sont pas anti-démocrates dans l'âme mais veulent juste profiter de la table rase de juin 1940. Tous ont en commun de penser que la chute de la IIIe République et la disparition de blocages "libéraux" ou "bourgeois" laisse la place à de nouvelles expériences. Leurs solutions sont diverses et parfois contradictoires : vie en petites communautés, coopératives ou corporations, retour à la terre, économie planifiée, pouvoir aux ingénieurs, etc. Exemples : École des cadres d'Uriage, René Belin, etc.

Evolution

Largement promue par les gouvernement de Vichy de 1940 à 1942 (traditionnalistes et technocrates), la Révolution nationale n'est plus mise en avant à partir du retour au pouvoir de Pierre Laval (de formation républicaine) en mai 1942.

La politique familiale, éducative et sportive du régime de Vichy

Le maréchal Pétain crée, avec les gouvernements de son régime, l'« ordre moral » et modifie la devise de la République de "Liberté, Egalité, Fraternité" en "Travail, Famille, Patrie". Ils font un retour aux idées et gouvernances des plus conservatrices et des plus rigides pour des changements dans la société française par opposition à ceux de la IIIème République. Cet ordre moral est bâti sur plusieurs piliers tel le travail, la patrie, la famille, l’éducation, la remise en forme physique et contrôle de la jeunesse, la religion, la ruralité.

La politique familiale

La famille est l'un des piliers de l’ordre moral institué par le régime Vichy pour qui elle représente la vie française et pour lequel les droits de la famille sont supérieurs aux droits des individus, le maréchal Pétain déclara fin 1940: "Le droit des familles l'emporte sur les droits de l'Etat et de l’individu". Un commissariat général à la famille fût donc fondéCentre Michelet le Résistant études: http://centremichelet.org/gallerieb.htm pour poursuivre et renforcer vigoureusement les orientations du code de la famille adopté en juillet 1939 par la IIIème République. Le régime Vichy légiférera donc tant pour rendre le divorce impossible durant les trois premières années de mariage que pour strictement encadrer les interprétations de la loi dans tous les cas de divorce, l'avortement fut sévèrement réprimé. La guerre de 1914-18 eut pour conséquence pour la France 1, 3 million de morts et disparus, des centaines de milliers d’invalides/mutilés (les gueules cassées) et une très forte régression de la natalité durant les 30 ans qui suivirent. Pour donc favoriser et accroître très fortement les naissances, le régime de Vichy favorisa fortement les pères de famille nombreuse ou le devenant aux dépens des hommes célibataires ou sans enfant (exemple : un couple qui n’avait pas d’enfant dans ses deux premières années de mariage se voyait retirer l’avantage fiscal du mariage) ; Il découragea aussi vivement le travail des femmes pour qu’elles fassent des enfants, bien qu’elles eussent acquis une place nouvelle dans la société en s'étant rendues indispensables pendant toute la guerre de 1914-18 dans les champs, les usines, les bureaux ou les écoles (pour compenser la perte de très nombreux instituteurs) et aient acquis une autonomie relative après, et la mère de famille, au foyer de préférence, fut exaltée lors de la fête des mères célébrée en grande pompe chaque année, avec cérémonies et décoration des mères de familles nombreuses. En zone non-occupée, le taux de naissance augmenta donc tant dans les familles riches que pauvres (L'extension importante de la protection sociale se manifeste par l'expansion du nombre de personnes couvertes par les assurances sociales et les allocations familiales. Cet élargissement, qui doit peu aux Allemands, s'explique par les nécessités nées de l'occupation et, la plupart des textes promulgués sous le régime de Vichy seront prorogés à la Libération cad : l'accroissement du rôle social de l'Etat)Etude CNRS 2001: http://www.droit.univ-nantes.fr/labos/dcs/droit-R2.htm.

La politique éducative

La politique sportive

- La politique sportive de Vichy trouve son origine dans la conception du sport de Georges Hébert (1875-1957, officier de marine) qui dénonce les dérives du sport, c'est-à-dire la compétition, trop spécialisé à son goût et donc inutile moralement et physiquement ce qui ne peut qu'aboutir qu'au spectacle et au professionnalisme et, chez Pierre de Coubertin chantre de l'amateurisme pur et dur.
- Par ailleurs la résurrection morale promise à la France est inséparable d'une remise en forme physique selon la formule « Être fort pour mieux servir » ou encore « être fort pour être utile » et donc avec la méthode « Hébert » les écoliers français apprennent à courir, sauter et grimper. Derrière ces deux formules le but était aussi de contrôler rigoureusement la jeunesse, les associations sportives et leurs respectives fédérations.
- 7 août 1940 : création du Commissariat Général à l’Education Générale et Sportive.
- 3 hommes au moins concourront à mettre en place cette politique dirigiste dont l'un des piliers est le bannissement du sport professionnel importé du Royaume Uni :
- Jean Ybarnegaray (président-fondateur de la fédération française et de la fédération internationale de Pelote Basque, député et membre du Parti socialiste français -PSF) : ministre d'État en mai 1940 puis secrétaire d'État de juin à septembre 1940 (postes: Anciens combattants et Famille, Jeunesse et Famille),
- Jean Borotra (ancien tennisman international de renommée mondiale, membre du PSF ) : 1 Commissaire Général au sport d'août 1940 à avril 1942,
- le colonel Joseph Pascot (ancien joueur de rugby et champion de France avec Perpignan) : directeur des sports sous J. Borotra puis second Commissaire Général au sport (avril 1942 - juillet 1944).
-
- selon Jean Durry (directeur du Musée National du Sport -rattaché au Ministère de la Jeunesse et des Sports-) il était tout-à-fait dans la logique étroite et dirigiste de Pascot et dans le douloureux contexte de Vichy de « mettre au pas » le monde du sport, « d'inciter » à des regroupements de sports présentant une « base similaire ».
- La politique du contrôle rigoureux tant de la jeunesse que du sport, la politique de regroupements de sports, du bannissement du professionnalisme dans le sport français amènera les deux commissaire généraux au sport à, - dès octobre 1940, interdire le professionnalisme immédiatement pour 2 fédérations: tennis et lutte, dans un délais de trois ans pour 4 autres fédérations: football, cyclisme, boxe et pelote basque, interdire les compétitions féminines de cyclisme, football (nocives), interdire et/ ou spolier par saisie des biens au moins 4 fédérations uni-sport: Rugby à XIII, tennis de table, jeu de paume, badminton et 1 multi-sports: FSGT, - en avril 1942 : interdire et spolier 2 autres fédérations multi-sports: UFOLEP et USEP, note: les biens saisis des fédérations interdites devant être transferés au Comité national des sports.

Citations

- « Le maréchal Pétain m’a confié la mission de faire une jeunesse robuste à l’âme bien trempée et à reclasser notre pays au rang des grandes nations sportives. Il faut que la foule des spectateurs passifs descende des gradins où elle assiste chaque dimanche aux ébats des vedettes et vienne prendre part aux jeux du stade », ... « Auprès de chaque école, un terrain de jeu ; dans chaque école, un éducateur » (J. Borotra, discours d’investiture, in avant propose de Le sport, ta joie, ta santé, Charles Tardieu, 1940),
- « Les sports professionnels sont tous supprimés. Un délai de trois ans est accordé au Football, au Cyclisme, à la Boxe et à la Pelote Basque... Pour les autres, Tennis, Lutte, Rugby à XIII, c'est à effet immédiat, ou plutôt le temps que le Commissariat Général puisse aviser les Fédérations intéressées » cf.: les conclusions du Comité d'étude du professionalisme et de l'amateurisme mis en place par le Commisssariat Général aux Sports et parues dans le journal "L'Auto" du 4 octobre 1940,
- « Le sport présente pour la jeunesse moderne un tel attrait que vraiment nous serions coupables si nous n’utilisions pour des fins nationales et humaines une activité dotée d’un tel dynamisme. (…) Le sport bien dirigé, c’est de la morale en action » (Rapport de E. Loisel à J. Borotra, 15 octobre 1940)
- « Je tiens (…) à ce que chacun des futurs professionnels éventuels ait un métier, non fictif, et de façon à ne pas risquer d’être un exemple détestable – comme cela a été trop souvent le cas jusqu’ici – pour des centaines de milliers de jeunes participants pour lesquels les vedettes sportives deviennent naturellement des modèles » (Lettre de J. Borotra au président de la FFF, 1940),
- « Je promet sur l’honneur de pratiquer le sport avec désintéressement, discipline et loyauté pour devenir meilleur et mieux servir ma patrie » (Serment de l’athlète),
- « être fort pour mieux servir » (IO 1941)
- « Notre principe est de saisir l’individu partout. Au primaire, nous le tenons. Plus haut il tend à s’échapper. Nous nous efforçons de le rattraper à tous les tournants. J’ai obtenu que cette discipline de l’EG soit imposée aux étudiants (…). Nous prévoyons des sanctions en cas de désertion » (Colonel J. Pascot, allocution du 27 juin 1942)

Notes et références

Sources

-
-
-
-
-
-
-
-

Voir aussi

- Seconde Guerre mondiale : août 1940
- La France sous le régime de Vichy Catégorie:Régime de Vichy Catégorie:Collaboration pendant la Seconde Guerre mondiale de:Nationale Revolution (Nationalismus) it:Révolution Nationale en:Révolution nationale
Sujets connexes
Action française   Antisémitisme   Badminton   Bonapartisme   Boxe   Charte du travail   Comité national des sports   Contre-révolution   Corporatisme   Culte de la personnalité   Cyclisme   Football   Front populaire (France)   Georges Hébert   Jacques Doriot   Jean Borotra   Jeu de paume   Joseph Pascot   Liberté, Égalité, Fraternité   Lutte   Marcel Déat   Monarchisme   Multipartisme   Nationalisme   Néo-socialisme   Olivier Wieviorka   Parti populaire français   Parti républicain, radical et radical-socialiste   Parti socialiste français   Pelote basque   Personnalisme   Philippe Pétain   Pierre de Coubertin   Planisme   Rassemblement national populaire   René Belin   Rugby à XIII   Régime de Vichy   Tennis   Tennis de table   Travail, Famille, Patrie   Troisième République  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^