Biogéographie

Infos
La biogéographie est une branche de la géographie physique et de l'écologie qui étudie la vie à la surface du globe par des analyses descriptives et explicatives de la répartition des êtres vivants, et plus particulièrement des communautés d'êtres vivants. En effet, les êtres vivants s'organisent pour donner des paysages différents que l'on appelle «formations» (dénommées le plus souvent selon leurs profils ou les formations végétales les composant). Ce sont l
Biogéographie

La biogéographie est une branche de la géographie physique et de l'écologie qui étudie la vie à la surface du globe par des analyses descriptives et explicatives de la répartition des êtres vivants, et plus particulièrement des communautés d'êtres vivants. En effet, les êtres vivants s'organisent pour donner des paysages différents que l'on appelle «formations» (dénommées le plus souvent selon leurs profils ou les formations végétales les composant). Ce sont les formations végétales qui marquent le plus un paysage, le vivant végétal (appartenant à la biosphère), et qui a des interactions avec l'atmosphère, l'hydrosphère et la lithosphère (le substrat). Longtemps, la tendance des biogéographes a été de vouloir décrire la répartition spatiale des êtres vivants dans une Terre vierge de toute influence anthropique. Ce fut notamment l'approche de Pierre Birot (1909-1984) dans Les formations végétales du globe. Mais cette approche est aujourd'hui remise en cause. Le concept de climax est contestable du point de vue naturaliste, et les forêts actuelles ne sont pas compréhensibles sans tenir compte des héritages de la reconquête glaciaire : certains sites des Alpes auraient potentiellement une hêtraie mais n'en présentent pas car le hêtre ne s'y est pas implanté depuis ses refuges glaciaires. Mais ce n'est pas tout. Sur des forêts qui ont subi des siècles de pratiques usagères entraînant une dégradation des sols, le déterminisme climat-édaphologie n'a plus de sens. La forêt des Andaines, en Normandie, présente des sols très dégradés et des formations sans rapport avec les climax tels que définis par Henri Gaussen, comme le montra Gérard Houzard. Un cas extrême est celui du polémosystème : les forêts se développant sur les anciennes lignes de fronts de 1914-1918 sont absolument aberrantes du point de vue naturaliste, et incompréhensibles si l'on ne tient pas compte de l'histoire. Cette approche actuelle, qui se développe en France depuis le début des années 1980, constitue la biogéographie historique impulsée par Gérard Houzard puis Jean-Jacques Dubois. Ainsi, deux profils s'opposent ou se complètent : les naturalistes et les biogéographes. Ces derniers font intervenir les facteurs humains pour décrire le paysage qui en grande partie résulte de l'action de l'Homme. L'Écologie du paysage tente de concilier ces deux approches.

Évolution de la biogéographie

Le développement d'une discipine scientifique passe généralement par trois ou quatre phases. La biogéographie illustre bien cette maturation. La première phase est descriptive. Dès la fin du , l'un des premiers essais sur la géographie du vivant fut proposé par Buffon, mais c'est au que naquit vraiment la biogéographie comme discipline scientifique. Ces pères de la biogéographie sont les explorateurs des et s, parmi lesquels de Candolle, Alexander von Humboldt (1769-1859), Aimé Bonpland (1773-1858), Alfred Russel Wallace (1823-1913), Charles Darwin (1809-1882), Sir Julian Huxley (1887-1975), Philip Lutley Sclater (1829-1913)... La phase suivante cherche à comprendre l'histoire des faunes (celle des flores demeurant alors en suspens) donc leur évolution. Cette recherche a été amorcée de manière essentiellement narrative cependant par Darwin, Wallace et Huxley mais c'est Ernst Mayr qui ajoute réellement cette dimension temporelle en 1965 : son objectif étant d'analyser l'origine, la différenciation, le développement et la mise en place des faunes en relation avec l'histoire spatio-temporelle des milieux. L'étape suivante à laquelle sont associés les noms de George Evelyn Hutchinson (1903-1991), Robert MacArthur (1930-1972) et Edward Osborne Wilson (1929-) est l'approche hypothético-déductive prévoyant les distributions des organismes et les processus impliqués à partir d'hypothèses puis à vérifier sur le terrain les prédictions de ces hypothèses. Cette biogéographie prédictive s'efforce d'expliquer des mécanismes fondamentaux tels que l'immigration, la colonisation, l'extinction, la structuration et le renouvellement des peuplements. Un exemple de cette démarche est la théorie de la biogéographie insulaire de McArthur et Wilson (1963 et 1967). La quatrième phase est la biogéographie expérimentale qui consiste à tester des hypothèses sur certains des mécanismes étudiés par la biogéographie prédictive : créer artificiellement des milieux nouveaux, fragmenter des espaces, ériger ou supprimer expérimentalement des barrières à la colonisation, manipuler des nombres d'espèces sur des espaces restreints, faire des substitutions d'espèces, etc.

Bibliographie

ALEXANDRE F., GENIN A., « Temporalités dans la biosphère, les trois temps de la végétation. » L’Information géographique, volume 69, septembre 2005, Echelles et temporalités, p. 45-65. AMAT J.-P., « Guerres et milieux naturels, les forêts meurtries dans l’Est de la France », L’espace géographique, Paris, Belin, 1987, n°3, p. 218-233. AMAT J.-P., « Sylvofaciès et sylvoséquences de la guerre dans les forêts du N-E de la France : dynamiques de constitution et (ou) reconstitution » Colloques phytosociologiques XX, Bailleul 1991, Dubois J.-J. et Géhu J.-M. (dir.), Berlin-Stuttgart, J. Cramer, 1993, p. 203-225. AMAT J.-P., La forêt entre guerre et paix, étude de biogéographie historique sur l’axe meusien, de l’Argonne et de la Woëvre. Thèse de doctorat d’Etat en Géographie, Université Lille-I, 1999, 1116 p. , 3 volumes + 1 volume d’annexes de 171 p. ARNOULP P., « Climax, un concept à tout faire ? », Colloques phytosociologiques XX, Bailleul 1991, Dubois J.-J. et Géhu J.-M. (dir.), Berlin-Stuttgart, J. Cramer, 1993, p 101-116. ARNOULD P., « Le recherche française en biogéographie », Bulletin de l’Association de Géographes Français, 1994, n°4, p 404-413. BARRUE-PASTOR M, MUXART T., « Le géosystème : nature "naturelle" ou nature "anthropisée" ? », Marcel Jollivet (dir.), Sciences de la nature, sciences de la société, les passeurs de frontière. Paris, Editions du CNRS, 1992, 589 p, p. 259-266. BAUDELLE G., REGNAULD H., Echelles et temporalités en géographie. Paris, Sedes , 2004. BAUDRY J., BUREL F., Ecologie du Paysage, concepts, méthodes et applications. Paris, édition technique et documentation, 1999, 359 p. BERTRAND G., « Paysage et géographie physique globale. Esquisse méthodologique », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, Toulouse, 1968, n°39, p. 250-272. BERTRAND G., « Le paysage entre nature et société », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, Toulouse, 1978, n°49, p. 239-258. BERTRANG G., « L’archéologie du paysage dans la perspective de l’écologie historique » Archéologie du paysage, Actes du colloque, Tours, Caesarodunum 13, 1978. BERTRAND G., « La végétation dans le géosystème. Phytogéographie des montagnes Cantabriques centrales », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, tome 57 n°3 (juillet-septembre 1986), Toulouse, 1986. BERTRAND G., La nature en géographie, un paradigme d’interface. Toulouse, Université Le Mirail, 1991, 16 p. BERTRAND G., « Pour une histoire écologique de la France rurale » Duby G., Wallon A. (dir.), Histoire de la France rurale (4 tomes), Paris, Seuil, 1976, vol. 1, p. 35-116. BERTRAND G. et C., Une géographie traversière, l’environnement à travers territoires et temporalités. Paris, Editions Arguments, 2002, 311 p. BILLEN C., « Le massif domanial d’Anlier, observation croisée des forestiers, des botanistes et des historiens », Colloques phytosociologiques XX, Bailleul 1991, DUBOIS J.-J. et Géhu J.-M. (dir.), Berlin-Stuttgart, J. Cramer, 1993, p 191-202. BIROT Pierre, Les formations végétales du globe. Paris, SEDES, 1965. BLONDEL J., Biogéographie. Approche écologique et évolutive. Paris, Masson, 1995, 297 p. CLEMENT V., « frontière, reconquête et mutation des paysages végétaux entre Duero et système central du XI au milieu du », Mélanges de la Casa de Velázquez, tome XXIX-1, Madrid, Casa de Velásquez, 1993, p 87-126. DELESIS-DUSSOLIER A., « Histoire du paysage par l’analyse de la végétation : l’exemple des haies », Hommes et Terres du Nord Lille, Institut de géographie, 1986, n°2-3, p 110-115. DELESIS-DUSSOLIER A., « Le paysage vu dans les bocages, relations avec les types phytosociologiques », Colloques Phytosociologiques XVII, Versailles, 1998, Stuttgart, J. Cramer, 1998. DUBOIS J.-J., « Influences humaines sur l’évolution des paysages et des limites de la forêt de Mormal », Hommes et Terres du Nord, 1973, n°244, p 73-106, Lille, Institut de géographie. DUBOIS J.-J., « La forêt d’Eu, un cas de permanence de frontière régionale », L’espace géographique, Paris, Belin, 1974, n°1, p. 19-28. DUBOIS J.-J., « L’évolution des paysages forestiers de la région du Nord : l’intérêt de l’analyse régressive des paysages », Hommes et Terres du Nord, 1980-3, p 27-63, Lille, Institut de géographie, 1980. DUBOIS J.-J., « L’alternance hêtre-chêne en forêt de Mormal : l’apport de la cartographie prospective des peuplements », Hommes et Terres du Nord, 1984, n°3, Lille, Institut de géographie, p. 169-184. DUBOIS J.-J., « La forêt de Bialowieza (Pologne) », Hommes et Terres du Nord, Lille, Institut de géographie, 1987-2, p. 125-128. DUBOIS J.-J., Espaces et milieux forestiers dans le Nord de la France. Etude de biogéographie historique. Thèse de doctorat d’Etat en Géographie, Paris, Université Paris-I, 1989, 2 volumes, 1023 p. DUBOIS J.-J., « L’approche de la biogéographie historique : concepts, méthodes, limites à l’interface de la phytodynamique et de l’histoire forestière », Colloques phytosociologiques XX, Bailleul 1991, Dubois J.-J. et Géhu J.-M. (dir.), Berlin-Stuttgart, J. Cramer, 1993, p. 7-13. DUBOIS J.-J., « La place de l’histoire dans l’interprétation des paysages végétaux », Mélanges de la Casa de Velázquez, XXX-1, Madrid, Casa de Velázquez, 1994, p. 231-251. DUBOIS J.-J. (coord.), Les milieux forestiers, aspects géographiques. Paris, SEDES, 1999, 336 p. GALOCHET M., HOTYAT M., « L’Homme, facteur de diversité en milieu forestier », Bulletin de l’Association de Géographes Français, 2001-2, p. 151-163. GALOCHET M., Les îlots boisés d’Europe, des lieux de diversité en terre de grande culture. Comparaison France et Pologne. Thèse de doctorat d’Etat en Géographie. Université Paris-Sorbonne (Paris-IV), 2001. GALOCHET M., « Héritages sylvicoles dans les forêts et les îlots boisés de Grande Pologne », Annales de Géographie, 2002, n° 623, p. 60-72. GALOCHET M., « Du dessus au dedans, une approche biogéographique emboîtée des îlots boisés », L’Information géographique, 2002, vol. 66, n°4, p. 341-350. GALOCHET M., « Des bois dans la campagne, dernier refuge de la biodiversité », La campagne colonisée, Cahiers Kubaba n°VI, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 37-58. GALOCHET M., « Histoire de la biogéographie française des origines à nos jours », site Internet de la Commission de Biogéographie du CNFG, 2003, http://www.ipt.univ-paris8.fr/biogeo/ HOUZARD G., « Evolution de la biogéographie », Travaux de l’Institut de Géographie de Reims, n° 79-80, UFR Lettres et Sciences Humaines, 1990, p 67-73. HOUZARD G., « L’approche du biogéographe », Colloques phytosociologiques XX, Bailleul 1991, Dubois J.-J. et Géhu J.-M. (dir.), Berlin-Stuttgart, J. Cramer, 1993, p. 1-6. LEMEE G., « Les réserves biologiques de la tillaie du Gros Fouteau en forêt de Fontainebleau, écocomplexes climaciques », Bulletin de la Société de Botanique de France, Lettres Botaniques, tome 137, 1990-1, p. 47-62. Les bocages : histoire écologique et économique. Rennes, INRA, ENSA, Université de Rennes, 1976. PALIERNE J.-M., « Les paysages fondamentaux dans le Sud du Massif Armoricain, sylve, forêt et "savane boisée" », Bulletin de l’Association de Géographes Français, Paris, 1983, n° 496, p. 205-213. ROZE F., « Importance de la végétation des talus dans le paysage bocager breton dans Paysages ruraux européens ». Rennes, colloque Rennes-Quimper du 26-30 septembre 1979, sous la direction de P. Flatrès, UHB, 1979, p. 363-373 SIMON L., Les paysages végétaux. Paris, Armand Colin, 1998, 95 p.

Voir aussi

- Biodiversité, Écosystème,
- Écologie du paysage, Corridors biologiques, fragmentation écologique
- Biome, Écozone, Classification écologique des terres
- Phytogéographie, Phylogéographie, Zoogéographie
- Biologie de la conservation
- Endémisme
- :Catégorie:Géographie physique

Sujets connexes
Aimé Bonpland   Alexander von Humboldt   Alfred Russel Wallace   Atmosphère (Terre)   Biodiversité   Biogéographie   Biologie de la conservation   Biome   Biosphère   Botanique   Casa de Velázquez   Charles Darwin   Classification écologique des terres   Climax (écologie)   Edward Osborne Wilson   Endémisme   Ernst Mayr   Formation végétale   Géographie   Hydrosphère   Julian Huxley   Lithosphère   Paysage   Philip Lutley Sclater   Phylogéographie   Phytogéographie   Polémosystème   Terre   Vie   Zoogéographie  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^