Armée libanaise

Infos
L'l'armée libanaise ( الجيش اللبناني en arabe al-Jaych al-Lubnani) a pour missions principales de maintenir la sécurité et la stabilité du Liban, la sécurité des frontières, la sécurité des ports, les opérations de sauvetage, la lutte contre les incendies, le combat du trafic de drogue et de la contrebande à travers les frontières, et la lutte anti-terroriste. L'armée libanaise est constituée de trois branches :
- Les fo
Armée libanaise

L'l'armée libanaise ( الجيش اللبناني en arabe al-Jaych al-Lubnani) a pour missions principales de maintenir la sécurité et la stabilité du Liban, la sécurité des frontières, la sécurité des ports, les opérations de sauvetage, la lutte contre les incendies, le combat du trafic de drogue et de la contrebande à travers les frontières, et la lutte anti-terroriste. L'armée libanaise est constituée de trois branches :
- Les forces terrestres
- Les forces navales
- Les forces aériennes Ces trois branches sont coordonnées par le centre de commandement de l'armée libanaise, située à Yarzeh, à l'est de la capitale Beyrouth. Il y a un total six écoles militaires à travers le pays. Des officiers cadets sont souvent envoyés à l'extérieur pour recevoir des formations complémentaires. Selon la CIA, le portefeuille de la Défense libanaise atteignait, en 2004, 540 millions de dollars (71ème rang mondial), soit 3, 1 % de son PIB . L'équipement des forces armées libanaises est approximativement de 85% de construction américaine, le reste étant de fabrication britannique, française, et soviétique.

Histoire

L’Histoire de l’armée libanaise remonte à 1916, Les principales étapes historiques sont les suivantes : En 1916, Le Gouvernement Français crée La Légion d’Orient à laquelle se joignent de jeunes Libanais. En 1926, Vecteur de la naissance de l’Armée Libanaise, la première unité des francs-tireurs Libanais fut créée à partir de la Légion d’Orient. Précédant la déclaration de l’indépendance du Liban, le 22 novembre 1943, les différentes unités militaires ont été regroupées pour former la cinquième brigade sous le commandement du Colonel Fouad Chehab. Le jour de l’indépendance, le troisième régiment des francs-tireurs fut mis à la disposition du Gouvernement Libanais pour maintenir la sécurité. Cependant la plus grande partie de l’armée libanaise continuait d’opérer au sein de l’armée française jusqu’au retrait total de cette dernière le premier août 1945. Le premier août 1945 à 00:00, l'Armée Libanaise devient sous la pleine autorité du Gouvernement National Libanais. En 1948, lors de la première guerre israélo-arabe, le Liban n'a pas officiellement participé aux combats. La participation de l'armée libanaise s'est limitée à la pénétration de quelques centaines de mètres en Palestine. Le soutien libanais se limita ensuite à un soutien logistique aux forces syriennes et à l'Armée de Libération Arabe. En octobre 1948, suite à l'opération Hiram, les forces israéliennes entreront en territoire libanais et combattront les forces libanaises puis se retireront rapidement. Le troisième Régiment des francs-tireurs Libanais reprit ainsi le village Libanais de Malkieh au cours des combats. En 1975, date début de la guerre libanaise, l'effondrement politique total du pays a empêché l'armée Libanaise d'assumer son rôle national de garant de la stabilité interne et de la sécurité. Le 13 mars 1978 les forces israéliennes ont envahi une partie du pays jusqu’au fleuve Litani. Le conseil de sécurité des Nations unies a adopté la résolution 425 qui réclame le retrait inconditionnel des troupes d’occupation israélienne jusqu’aux frontières internationalement reconnues. Les Nations unies ont déployé 4000 soldats au Liban-Sud pour s’assurer du retrait total des forces israéliennes et pour aider le gouvernement Libanais à asseoir sa souveraineté. Le Liban a envoyé au Sud 700 soldats pour prendre position avec les troupes des Nations Unies en vue de procéder à l’application de la résolution 425. Quand les soldats ont atteint le village de Kawkaba ils se sont trouvés sous le feu intense des israéliens jusqu’à l’invasion israélienne du Liban en 1982. Lors de l'invasion israélienne du Liban en 1982, un bataillon de l'armée fût mobilisé pour défendre le palais présidentiel de Baabda, craignant qu'il ne soit l'objet d'attaques. Ce fût la seule action entreprise par l'armée libanaise pendant cette invasion. Lors de la guerre de la montagne, en septembre 1983, la 8 brigade de l'armée libanaise combat avec succès les milices alliées druzes palestiniennes et syriennes dans la bataille de Souq el-Gharb. En 1988, après l’échec du Parlement Libanais à élire un nouveau Président de la République, le Président sortant, Amine Gemayel a nommé un gouvernement militaire dirigé par le général Michel Aoun avant de quitter ses fonctions. Suite aux attaques et aux attentats répétés de l'armée syrienne, Aoun lance la guerre de libération le 14 mars 1989. Dans les mois qui suivent, l'armée libanaise et les forces syriennes échangent des tirs d'artillerie à Beyrouth. Le 13 octobre 1990, le président syrien Hafez el-Assad, allié depuis le mois d’août des Américains dans le conflit du Golfe, lance ses troupes à l’assaut des régions contrôlées par le Général Aoun et du Palais présidentiel de Baabda. Le Général Aoun lance un appel au cessez-le-feu et ordonne les troupes de l'armée de recevoir ses ordres du général Émile Lahoud. Le 2 septembre 2007, l'armée libanaise prend le camp de Nahr-el-Bared tuant ainsi 225 terroristes et en capturant 202 dans le nord du pays.

Forces terrestres

Composition

Les forces terrestres sont composées de :
- 5 commandements de régions
- 11 brigades mécanisées
- La brigade de la garde républicaine
- Un régiment de commandos
- 5 régiments d’intervention
- 1 régiment aéromobile
- 1 régiment de commandos de marine
- 2 régiments d’artillerie De même les unités de support comportent :
- Les services médicaux
- La brigade de support
- La brigade logistique
- La police militaire
- Le régiment autonome des travaux La brigade de garde républicaine est responsable de la protection du président. Des unités de cette garde l'accompagnent dans ses déplacements.

Equipements

L'armée a également une variété d'équipement d'artillerie et de systèmes de missiles sol-sol.

Forces navales

Les Forces navales sont la composante maritime de l'armée libanaise. La marine libanaise est responsable de la protection des eaux territoriales du Liban, de la protection des ports, et de la répression de la contrebande. La structure de la marine est centralisée autour du commandement des marines, et se divise en le quartier général de la marine, du département des équipements navales, l'école navale, la base navale de Beyrouth et la base navale de Jounieh. Les unités des forces navales libanaises comptent :

Forces aériennes

Insigne de l'armée de l'air L'armée de l'air n'a actuellement aucun avion de combat. Elle possède approximativement 23 hélicoptères Bell UH-1H (qui appartenaient auparavant à l'armée américaine). Ils sont utilisés dans tout le pays pour différentes missions. L'armée de l'Air a récemment acquis 4 nouveaux hélicoptères Robinson R44 Raven II, qui sont utilisés pour la formation des nouveaux pilotes, et pour la surveillance. Ce nouvel escadron est basé à la base aérienne de Rayak dans la partie est du pays. Début 2007, 4 hélicoptères AB212 ont été remis en service suite la reception de pièces de rechange dans le cadre d'un programme d'aide américain, et 9 hélicoptères Gazelles ont été reçus des Émirats arabes unis.

Conscription

Le service militaire obligatoire a été ramené de 12 à 6 mois le 4 mai 2005, et doit être supprimé dans un délai de 2 ans à compter de cette date. Le 10 février 2007, le service militaire a été officiellement supprimé.

Conflit israélo-libanais de 2006

Du 12 juillet au 14 août 2006, le Liban a été confronté à des attaques très violentes d'Israel, (voir Conflit israélo-libanais de 2006). La résistance de son armée a été timide, se limitant à la défense aérienne. Cette situation s'explique par le fait que le Liban ne s'est pas mis officiellement en état de guerre contre l'État hébreu, mais aussi et surtout par l'ancienneté relative des équipements de l'armée libanaise par rapport à ceux de l'armée israélienne. Différentes bases ont été attaquées par l'armée israélienne. On dénombre une vingtaine de victimes et une cinquantaine de blessés dans les rangs de l'armée libanaise. Les principales bases attaquées :
-L'attaque à deux reprises de la base du régiment autonomes de travaux près de Baabda.
-Les bases navales de Beyrouth, Jounieh, et Tripoli.
-Les bases aériennes de Rayak à l'est, de Qoleyat au Nord, et l'Aéroport International de Beyrouth.
-Les casernes de l'armée à Amchit.
-Attaque de différentes bases de l'armée situées au Sud, notamment à Tyr et à Sidon
-Occupation des casernes de l'armée à Marjayoun par l'armée israélienne, et sa destruction en la quittant. le conseil des ministres libanais a décidé, suite à la Résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations unies, d'envoyer 15000 soldats libanais au Sud Liban. Le 16 août 2006, l'armée libanaise a commencé à se déployer au Sud du fleuve Litani, après plus de 40 d'absence de cette région du pays . Etant composée de soldats issus des différentes communautés libanaises, disposant d'équipements vieillissants, et n'ayant pas des directives précises en ce sens provenant du conseil des ministres libanais, l'armée libanaise ne peut pas désarmer par la force le Hezbollah. Cette situation pourrait générer des conflits dans l'avenir.

Futur

Après les évenements de Juillet et Août 2006, différents pays ont exprimé leur intention de soutenir l'armée libanaise, et de lui fournir des armes modernes. Les Etats-unis ont envoyé des pièces de rechange et des munitions, et projettent de céder à l'armée libanaise des véhicules de transports de troupes. La Belgique à offert à l'armée libanaise des pièces d'artillerie et des munitions. La France et la Grande-Bretagne sont en train d'étudier les différents moyens d'équiper l'armée libanaise. Dans un premier temps, la France s'est engagée à livrer des munitions, des explosifs, du matériel de transmission, et à poursuivre ses actions de formation, soit une aide de 4, 5 millions d'euros. l'Arabie saoudite a promis 500 millions de dollars (près de 400 millions d'euros), Abou Dhabi et le Qatar quelque 300 millions de dollars . En Janvier 2007, l'armée a reçu 20 Humvees provenant des Etats unis, dans le cadre d'un programme d'aide d'un montant de 40 millions de dollars, comprenant aussi 285 autres Humvees, des munitions, des pièces de rechange, et de l'entrainement http://today.reuters.co.uk/news/CrisesArticle.aspx?storyId=N12302545&WTmodLoc=World-R5-Alertnet-6. En Mars 2007, l'armée a reçu 9 hélicoptères Gazelles comme donation des Émirats arabes unis. ==
Sujets connexes
AK-47   AMX-13   Amine Gemayel   Arabe   Armée française   Artillerie   Beyrouth   Bâtiment de débarquement   Central Intelligence Agency   Char M48   Char de combat   Colt Commando   Conflit israélo-libanais de 2006   Conseil de sécurité des Nations unies   Contrebande   Defender   ENTAC   France   Gazelle (hélicoptère)   Guerre israélo-arabe de 1948   Hafez el-Assad   Hezbollah   High mobility multipurpose wheeled vehicle   Howitzer 105 mm M2A1   Jounieh   Lance-roquettes multiples   Liban   M-113   M151   M16 (fusil)   M40 (fusil)   M72 LAW   Mars 2007   Michel Aoun   Missile antichar   Munition   Octobre   Opération Hiram   Organisation des Nations unies   Palais présidentiel de Baabda   Palestine   Panhard AML 60   Patrouilleur (bateau)   Ports   Produit intérieur brut   RPG-7   Rayak   Robinson Helicopter   Robinson R44   Résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations unies   Résolution 425 (1978) du Conseil de sécurité des Nations unies   Sidon   T-54   TOW (missile)   Tripoli (Liban)   Tsahal   Tyr   UH-1 Huey   United States Army   Véhicule de transport de troupes  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^