Nicolas Colombel

Infos
Hagar et Ismael dans le désert de Nicolas Colombel Nicolas Colombel, né en 1646 à Sotteville-lès-Rouen et mort le 27 mai 1717 à Paris, est un peintre français. Nicolas Colombel ayant fait connaître fort jeune ses dispositions pour la peinture, il fut envoyé les cultiver dans l’atelier d’Eustache Lesueur dont il devint l’élève le plus distingué. À la mort de celui-ci, il entreprit le voyage de Rome où il étudia Raphaël, le Poussin et le Dominiquin. Ses
Nicolas Colombel

Hagar et Ismael dans le désert de Nicolas Colombel Nicolas Colombel, né en 1646 à Sotteville-lès-Rouen et mort le 27 mai 1717 à Paris, est un peintre français. Nicolas Colombel ayant fait connaître fort jeune ses dispositions pour la peinture, il fut envoyé les cultiver dans l’atelier d’Eustache Lesueur dont il devint l’élève le plus distingué. À la mort de celui-ci, il entreprit le voyage de Rome où il étudia Raphaël, le Poussin et le Dominiquin. Ses ouvrages lui acquirent une réputation qui parvint jusqu’en France et lui valut d’être admis à l’Académie de Saint-Luc de Rome. Quelques mois après, il envoya en France Jésus Christ chassant les marchands du Temple, Jésus Christ guérissant les deux aveugles de Jéricho, La Femme adultère et Jésus Christ chez les Pharisiens. Ces œuvres donnèrent une grande idée de ses talents et, de retour en France en 1694, il se lia d’amitié avec Mignard qui le présenta à l'Académie royale de Peinture où il fut admis et dont il devint professeur. Son tableau de réception était les Amours de Mars et de Rhéa. Louis XIV le chargea de décorer plusieurs des appartements de Versailles et de Meudon. Il a fait quantité de portraits historiés. Il a aussi composé une Sainte Cécile. Le palais de Sanssouci a également un tableau de lui. Ses tableaux se distinguent par la grande précision de son trait, la finesse et la belle couleur claire sans tirer vers le fade de son pinceau, une savante observation des règles de la perspective. Excellent paysagiste, il ornait ses fonds d'architecture. Peu indulgent pour les ouvrages de ses confrères, il comparait certains copistes de tableaux à des eunuques parce que, disait-il, « les uns et les autres sont également incapables d’aucune production ». Il se vit de son vivant, jugé à son tour avec plus de partialité que de justice. Il ne manquait pas non plus d’humour : le fils parvenu d’un maréchal-ferrant lui ayant demandé de peindre un plafond, il affecta de prendre pour sujet la Chute de Phaëton où les chevaux renversés montraient tous les fers de leurs pieds. Modérément goûté du maître de maison, le projet resta à l'état d’esquisse.

Principaux tableaux

- Amours de Mars et de Rhéa
- Hagar et Ismael dans le désert
- Mars et Rhea Sylvia, Louvre
- Moïse sauvé des eaux
- Moïse défendant la fille de Jéthro
- Jésus Christ chassant les marchands du Temple
- Jésus Christ chez le Pharisien
- Jésus Christ guérissant les deux aveugles de Jéricho
- Orphée jouant de la lyre
-
La Femme adultère''
- Sainte Cécile, Musée de Rouen

Source

- Théodore-Éloi Lebreton, Biographie rouennaise, Rouen, Le Brument, 1865
- Anthony Blunt, Two Drawings by Nicolas Colombel, New York, The Master Drawings Association, 1980 Catégorie:Peintre français Catégorie:Peintre normand Catégorie:Naissance en 1646 Catégorie:Décès en 1717
Sujets connexes
Académie royale de peinture et de sculpture   Château de Meudon   Château de Versailles   Eustache Lesueur   France   Le Dominiquin   Louis XIV de France   Musée des Beaux-Arts de Rouen   Musée du Louvre   Nicolas Poussin   Palais de Sanssouci   Paris   Peinture   Raphaël (peintre)   Rome   Sotteville-lès-Rouen   Théodore-Éloi Lebreton  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^