Jean-Pierre Dupuy

Infos
Jean-Pierre Dupuy (né le 20 février 1941) est polytechnicien et ingénieur des mines et philosophe des sciences, professeur de philosophie sociale et politique à l'École polytechnique et à l'Université de Stanford en Californie. Il est membre de l'Académie des technologies.
Jean-Pierre Dupuy

Jean-Pierre Dupuy (né le 20 février 1941) est polytechnicien et ingénieur des mines et philosophe des sciences, professeur de philosophie sociale et politique à l'École polytechnique et à l'Université de Stanford en Californie. Il est membre de l'Académie des technologies.

Biographie

Ancien élève de l'École polytechnique, Il a fondé le centre de sciences cognitives et d'épistémologie de l'École polytechnique (CREA) en 1982 avec Jean-Marie Domenach sur la base de réflexions préliminaires de Jean Ullmo. Ce centre est devenu Unité mixte de recherche (UMR) en 1987. Dès l'origine, sa vocation a été double et a concerné aussi bien la modélisation en sciences humaines (modèles d'auto-organisation de systèmes complexes tant cognitifs, qu'économiques et sociaux) que la philosophie des sciences et, en particulier, l'épistémologie des sciences cognitives. En 2001, l'UMR s'est réorganisée et a décidé de se constituer en un laboratoire polyscientifique de sciences cognitives théoriques. Jean-Pierre Dupuy a contribué à introduire en France les pensées d'Ivan Illich ainsi que de René Girard. Une partie de son travail porte sur les nanotechnologies, qui sont pour lui un possible « tsunami » technologique à venir dont il étudie les effets pervers.

Son implication internationale

Jean-Pierre Dupuy compte également parmi les membres fondateurs du Collegium international éthique, politique et scientifique, association qui souhaite apporter des réponses intélligentes et appropriés qu'attendent les peuples du monde face aux nouveaux défis de notre temps.

Extrait

: « On peut se fixer sur le scénario du pire non pas comme pouvant ou devant se produire dans l’avenir mais en tant qu’il pourrait ou devrait se produire si l’on entreprenait telle action. Dans le premier cas, le scénario du pire est de l’ordre d’une prévision ; dans le second c’est une hypothèse conditionnelle dans une délibération qui doit aboutir à choisir, parmi toutes les options ouvertes, celle ou celles qui rendent ce pire acceptable. C’est une démarche "minimax" : rendre minimal le dommage maximum. Or minimiser le pire, ce n’est pas le rendre nul.C’est précisément la pertinence, voire la seule existence de la possibilité de ce scénario du pire qui peut et doit guider la réflexion et l’action, écrit Corinne Lepage. Je rejoins ce jugement. Je crains que ce point fasse peu sens pour les gestionnaires du risque. La catastrophe a ceci de terrible que non seulement on ne croit pas qu’elle va se produire, mais qu’une fois produite elle apparaît comme relevant de l’ordre normal des choses. » (J.P. Dupuy, Pour un catastrophisme éclairé, Ed. Seuil.)

Ouvrages publiés

-Avec Jean Robert, La trahison de l'opulence, PUF, 1976
- Avec Paul Dumouchel, L'enfer des choses, Seuil, 1979
-Ordres et désordres, enquête sur un nouveau paradigme, Seuil, 1982
-Avec Michel Deguy (dir.), René Girard et le problème du mal, Grasset, 1982
-Le Sacrifice et l'envie. Le libéralisme aux prises avec la justice sociale, Paris, Calmann-Lévy, 1992 - Réédition sous le titre Libéralisme et justice sociale, Hachette Pluriel
-Introduction aux sciences sociales - Logique des phénomènes collectifs, Ellipses, 1992 - sur l'auto-organisation
-Aux origines des sciences cognitives, La Découverte, 1994 - à propos des Conférences Macy
-Avions-nous oublié le mal ? Penser la politique après le 11 septembre, Bayard, 2002
-La Panique, Les Empêcheurs de Penser en Rond, 2003
-Pour un catastrophisme éclairé, Quand l'impossible est certain, Seuil, 2004
-Petite métaphysique des tsunamis, Seuil, 2005
-Retour de Tchernobyl, Journal d'un homme en colère, Seuil, 2006

Articles

-“L'individu libéral, cet inconnu: d'Adam Smith à Friedrich Hayek”, in C. Auduard, J.-P. Dupuy et R. Sève, eds., Individu et Justice sociale. Autour de John Rawls, Paris, Seuil: 73-125, 1988
-“Friedrich Hayek, ou la justice noyée dans la complexité sociale”, Le Sacrifice et l'envie. Le libéralisme aux prises avec la justice sociale, Paris, Calmann-Lévy, chap. VIII: 241-292, 1992

Voir aussi

===
Sujets connexes
Académie des technologies   Adam Smith   Californie   Catastrophe   Collegium international éthique, politique et scientifique   Conférences Macy   Corinne Lepage   Friedrich Hayek   Ingénieur   Ivan Illich   Jean-Marie Domenach   Jean Robert (architecte)   Jean Ullmo   Licence Creative Commons   Michel Deguy   Nanotechnologie   Philosophe   René Girard   Sciences cognitives  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^