Khazars

Infos
L'empire des Khazars de 650 à son apogée en 850 Les Khazars ( en hébreu, ' en turc, ' en russe, ' en tatar, ' en tatar de Crimée, ' en grec, ' en arabe, ' en perse, ' en latin) étaient un peuple semi-nomade turc d’Asie centrale ; leur existence est attestée entre le après J.-C. Le nom Khazar semble dériver d'un mot turc signifiant errant, nomade (gezer en turc moderne). Au les Khaz
Khazars

L'empire des Khazars de 650 à son apogée en 850 Les Khazars ( en hébreu, ' en turc, ' en russe, ' en tatar, ' en tatar de Crimée, ' en grec, ' en arabe, ' en perse, ' en latin) étaient un peuple semi-nomade turc d’Asie centrale ; leur existence est attestée entre le après J.-C. Le nom Khazar semble dériver d'un mot turc signifiant errant, nomade (gezer en turc moderne). Au les Khazars s'établirent en Ciscaucasie aux abords de la mer Caspienne où ils fondèrent leur Khaganat ; une partie d'entre eux se convertirent alors au judaïsme qui devint religion d'État. À leur apogée, les Khazars, ainsi que leurs vassaux, contrôlaient un vaste territoire qui pourrait correspondre à ce que sont aujourd'hui le sud de la Russie, le Kazakhstan occidental, l'Ukraine orientale, la Crimée, l'est des Carpates, ainsi que plusieurs autres régions de Transcaucasie telles l'Azerbaïdjan et la Géorgie. Les Khazars remportèrent plusieurs séries de succès militaires sur les Sassanides, puis sur le Califat, établit en deçà de la Cicscaucasie, empêchant ainsi toute invasion arabo-islamique du sud de la Russie. Ils s'allièrent à l'Empire byzantin contre les Sassanides et le Rus' de Kiev. Lorsque le Khaganat devint une des principales puissances régionales, les Byzantins rompirent leur alliance et se rallièrent aux Rus' et Petchenègues contre les Khazars. Vers la fin du , l'Empire Khazar s'éteignit progressivement et devint l'un des sujets de la Russie kiévienne. S'en suivit des déplacements de populations rythmés par les invasions successives des Rus', des Coumans et probablement de la Horde d'Or mongole. Les Khazars disparurent alors de l'histoire n'étant plus mentionnés dans aucun récit historique.

Origines et expansion

Le site de la forteresse khazare de Sarkel, qui fut découvert et fouillé par Mikhail Artamonov dans les années 1930 Les origines de Khazars sont sujettes à de multiples théories. Celles de la caste royale des Khazars, qui se proclama descendante de Kozar, un des fils de Togarma, petit-fils de Japhet selon la Table des nations des premiers chapitres du Livre de la Genèse, est probablement due à sa conversion au judaïsme. Elle donna cependant naissance à de nombreuses spéculations; selon l'une d'elles, consignée dans l'un des manuscrits de la Gueniza du Caire étudiés par Solomon Schechter, les Khazars descendaient pour une partie au moins des tribus perdues d'Israël. Quelques historiens, dont Yair Davidiy, souscrivent à cette thèse. Le consensus majoritaire dans les milieux académiques est toutefois de considérer les Khazars comme des peuples turcs ayant migré vers l'ouest. Leur nom même siginifie « errant » en langue turque. Les universitaires soviétiques considéraient les Khazars comme un peuple indigène de Ciscaucasie. Des liens avec les Ouïghours peuple turcophone du Xinjiang (Chine) ont été soulevés par Douglas M. Dunlop, s'appuyant sur des textes datant du VIIe siècle, tandis que d'autres soulignent des ressemblances avec la langue hunnique, semblable à celle des proto-Bulgares, ce qui laisse supposer des liens avec des origines liées aux Huns. Il a récemment été supposé par Dmitri Vasiliev que les Khazars n'auraient rejoint les steppes pontiques qu'au début de , et auraient résidé auparavant dans la Transoxiane.

Tribus Khazares

L'organisation tribale des Khazars semble complexe. Ils auraient été divisés entre « Khazars blancs » (ou « blonds ») et « Khazars noirs » (ou « bruns »). Le géographe persan médiéval Istakhri avait établi une différence raciales entre ces deux castes (blanc au cheveux roux pour les « Khazars blancs », et basané de type indien pour les « Khazars noirs »), mais rien ne semble corroborer cette thèse.

Apogée

Formation de l'État Khazar

Guerrier khazar avec un prisonnier, représentation de Norman Finkelshteyn d'après une aiguière du , trouvée en Roumanie L'histoire des Khazars et lié à l'empire Göktürk (ou Köktürk), formé après la défaite des Ruanruan par le clan Ashina en 552. Lorsque l'empire Göktürk s'effondre suit à des conflits internes au milieu du , il se partage en proto-Bulgares et Khazars menés par le clan Ashina. Vers 650, les Khazars fondèrent un royaume indépendant au nord du Caucase aux abords de la Volga, notamment au détriment des proto-Bulgares, qu'ils chassèrent vers le nord-ouest. Cet « État » mal connu est indifféremment appelé « empire khazar », « royaume khazar », ou encore « Khazarie ». Signe de l'importance qu'acquiert le royaume, le Khagan (dirigeant) Khazar, Tong Yabghu Khagan (dynastie Ashima), appelé aussi Ziebel, envoie des troupes (menées par son neveu, Buri-sad) à l'Empereur Byzantin, Héraclius, pour l'aider à passer la Géorgie. Ce dernier projette d'ailleurs d'offrir au Khagan sa fille en mariage en signe de reconnaissance, mais revient finalement sur sa décision. Carte de la steppe pontique aux environs de l'an 650 L’expansion des Khazars au cours du VIIe et du VIIIe siècle se heurta ensuite aux conquêtes des Omeyyades du Califat arabe sur le Caucase et la Transoxiane. En 650, l'armée arabe d'Abd ar-Rahman ibn Rabiah est battue par les Khazars à Balanjar. Selon les historien arabes de l'époque, chaque camp aurait fait usage de catapultes. Le Khagan de l'époque aurait été Irbis. D'autres attaques eurent lieu au même endroit avec les arabes.

Khazars et Byzance

Au VIIe siècle, les Khazars s'emparent de la Crimée, territoire byzantin, mais occupé par les Goths. La domination khazare sur les différentes populations slaves ou turques des rives de la mer Caspienne connut sa plus grande expansion au , sa fortune étant liée à son importance stratégique sur le commerce de la route de la soie. Initialement dans le Caucase, leur capitale fut transférée vers 750 à Itil ou Atil, à l'embouchure de la Volga.

Religion et stratégie

Les Khazars sont notamment connus pour avoir adopté le judaïsme comme religion officielle, sous le règne du bek Bulan en 838, peut-être au contact des Juifs persécutés par les empereurs byzantins. Les Byzantins ménagèrent l'empire khazar qui les protégeait des envahisseurs Vikings et Arabes, si bien que leur empereur Constantin V épousa une princesse khazare, dont le fils Léon IV fut surnommé Léon le Khazar. On a retrouvé une correspondance entre Hasdaï ben Shatprut, vizir juif du calife de Cordoue Abd al-Rahman III, et Joseph, souverain des Khazars. Initialement païens de tradition chamanique, les souverains et les nobles khazars seraient d'abord entrés en contact avec le judaïsme, et s'y seraient convertis, par le biais des populations de Crimée. On pense que ce choix fut éminemment stratégique, dû pour une part à la nécessité d'avoir une religion monothéiste pour se faire accepter des populations tributaires et d'autre part, à la nécessité d'opposer une religion originale à la pression qu'exerçaient à la fois l'occident chrétien (l’Empire byzantin) et l'orient musulman. En adoptant le judaïsme, les Khazars restèrent très tolérants sur le plan religieux, et laissèrent leurs sujets slaves professer le christianisme ou l’islam en toute liberté. Bien que la religion officielle fût le judaïsme, leur grand prince (khâgan) et leur roi tenaient un conseil qui réunissait les représentants des trois grandes religions monothéistes. Leurs armées furent renforcées au cours des et par des nomades de la steppe, en particulier des Pétchenègues. Ceux-ci devinrent plus puissants que les Khazars, qui ne purent les empêcher de franchir la Volga et de s'installer en 889 entre le Don et le Dniepr; puis, en 895 de conquérir le royaume magyar de l'Atelkosou. De manière générale, les Khazars protégèrent Byzance et leurs populations sujettes contre les expéditions de pillage des Varègues, lancées le long des grands fleuves, et contre les expéditions arabes qui tentaient de contourner la mer Caspienne. Les Khazars fondèrent peut-être la ville de Kiev, en Ukraine d'aujourd'hui, et sont indirectement à l'origine de la fondation de la Moscovie, la Russie actuelle, qui s'est construite à partir de la Rus' de Kiev à la suite de l'invasion de la Khazarie par les barbares ruthènes (rusyns) venus du nord.

Fin de l’Empire khazar

Les Russ, pillards d'églises, finirent par se convertir au christianisme et dès lors, soutenus par l'Église orthodoxe, obtinrent la soumission des indigènes slaves, leurs anciennes victimes, qui se retournèrent contre leurs anciens protecteurs Khazars et prirent, elles aussi le noms de Russes. En 965, le prince russe Sviatoslav Ier prit la forteresse de Sarkel : dans les années qui suivirent, la Russie naissante porta un coup fatal à l’empire des Khazars. Un État indépendant subsista encore durant quelques décennies jusqu'au début du . Certains Khazars rejoignirent alors les communautés juives byzantines, d'autres la Hongrie, et d'autres la Pologne. Finalement, la fin de l’Empire khazar s'avéra un mauvais choix politique pour les Russes : les Khazars, en effet, les avaient protégés contre les Petchenègues qui nomadisaient au sud de la Russie. Les Khazars surent bâtir une civilisation évoluée sur les plans technique et politique. Notamment, ils frappaient monnaie et possédaient la technologie du papier, héritée de leurs voisins chinois. Leur particularisme religieux et la méconnaissance de leur histoire leur ont valu d’être au centre d'un ensemble de légendes à caractère ésotérique et de conceptions erronées sur leur civilisation. Certains chercheurs pensent que les premiers gros établissements juifs d’Europe de l’Est ont été constitués par des Khazars, suite à la chute de leur empire entre le . Aujourd’hui, certains historiens étudiant la question estiment que les communautés ashkénazes d'Europe orientale sont le fruit de la rencontre entre les Khazars et les émigrants juifs de Rhénanie. Des centaines d’années après son effondrement, nombre de récits et hypothèses continuent à alimenter l’épopée de ce peuple. Néanmoins, un empire florissant qui vécut du ne peut disparaître totalement sans laisser de traces. À l’heure actuelle, outre son apport à la culture ashkénaze, et quelques mots passés dans la langue française comme hussard ou cosaque, la majorité des traces de cet empire restent liées à l’histoire et à la culture russe et hongroise. Dernier vestige significatif de l’existence de la civilisation khazare, la mer Caspienne est toujours surnommée la "mer des Khazars".

Problématique Khazars-Ashkénazes

Des auteurs, par exemple Arthur Koestler ou Benjamin Freedman, connu pour ses opinions antisionistes, ont suggéré que les Juifs ashkénazes descendaient en grande majorité sinon en totalité des Khazars. Or, la communauté ashkénaze représentant la majorité de la communauté juive mondiale actuelle, ce postulat tend à infirmer celui du « retour à Sion, » promu par ces mêmes Juifs ashkénazes, puisqu'ils ne possèderaient pas de lien du sang avec les anciens Hébreux, et par conséquent aucun droit ni prétention à leur établissement en Palestine. Poussé à l'extrême, ce postulat discréditerait l’état d'Israël actuel. Des études génétiques menées par, entre autres, Doron Behar et Michael Hammer, ont prouvé que les chromosomes Y d'une proportion fortement significative de Juifs ashkénazes diffèrent de ceux des populations européennes parmi lesquelles ils ont résidé, et sont en revanche partagés par des populations du Moyen-Orient. Un résultat similaire a été trouvé pour plus de 40% des chromosomes mitochondriaux. De plus la recherche révèle que seulement 5% des Juifs ashkénazes ont des chromosomes Y de l'haplotype « Q », fréquent dans les peuplades asiatiques, dont les Khazarshttp://www.familytreedna.com/pdf/Behar_contrasting.pdf http://www.familytreedna.com/pdf/43026_doron.pdf. Toutefois, la présence d'ADN mitochondrial européen ou autre en proportions significatives tendrait à suggérer, selon les détracteurs de ces études, un métissage postérieur.

Sources et bibliographie

Ouvrages historiques

- Isaac Acqris, Kol Mevasser, Constantinople 1577, manuscrit à Oxford.
- Abraham N. Poliak, La Conversion des Khazars au judaïsme, 1941.
- Abraham N. Poliak, Kazarie : Histoire d'un royaume juif en Europe, Tel Aviv, 1951.
- D.M. Dunlop, The history of the Jewish Khazars, Princeton, 1954.
- Arthur Koestler, La Treizième tribu, Paris, Calmann-Lévy, 1976.
- Encyclopædia Universalis, Dictionnaire du judaïsme, p. 447, Paris, Albin Michel, 1998.
- Jacques Sapir, Jacques Piatigorsky (dir), L’Empire khazar. -, l'énigme d'un peuple cavalier, Paris, Autrement, coll. Mémoires, 2005 (ISBN 2-7467-0633-4)
- Kevin Alan Brook, The Jews of Khazaria, 2 édition, Lanham, MD: Rowman and Littlefield, 2006.
- Marek Halter, Le Vent des Khazars, Robert Laffont, 2001
- Marc Ferro, Les Tabous de l'Histoire, Nil, Paris, 2002 (chapitre: Les Juifs: tous des sémites ?)

Ouvrages d’évocation

- Juda Halevi (1080-1140), Sefer Ha Kuzari (Le livre du Khazar : Dialogue entre un roi Khazar et un sage juif), Cordoue, 1140.
- Marek Halter, Le Vent des Khazars (roman historique), Éd. Robert Laffont, 2001.
- Milorad Pavić, Hazarski recnik. Roman-leksikon u 100.000 reci (Le dictionnaire khazar, un roman-lexique en 100.000 mots), Ed. Mémoire du Livre, traduit du serbo-croate par Maria Bezanovska, 2002 (première parution en 1984). Roman-lexique à la particularité d'avoir été publié en version masculine et féminine (avec une petite différence entre les deux), puis réédité en version androgyne.

Liens et références externes

- .
-
-

Notes et références


- Catégorie:Peuple du Caucase Catégorie:Histoire de Russie ar:خزر az:Xəzər İmperiyası be-x-old:Хазары bg:Хазари cs:Chazarská říše cv:Хасарсем cy:Khazariaid de:Chasaren en:Khazars eo:Ĥazaroj es:Jázaros fa:خزرها fi:Kasaarit he:ממלכת הכוזרים hr:Hazari (narod) hu:Kazárok id:Bangsa Khazar it:Cazari ja:ハザール ka:ხაზარები ko:하자르족 lt:Chazarai lv:Hazāri nl:Chazaren no:Khazarer pl:Chazarowie pt:Cazares ro:Hazar ru:Хазары sk:Chazari sv:Khazarer tr:Hazarlar tt:Xäzärlär uk:Хозари zh:可萨人
Sujets connexes
Abd al-Rahman III   Années 1930   Arabe   Arabes   Arthur Koestler   Ashkénaze   Asie centrale   Azerbaïdjan   Bulgares   Byzance   Califat   Calife   Carpates   Caucase   Chamanisme   Christianisme   Chromosome Y   Ciscaucasie   Civilisation chinoise   Constantin V   Cordoue   Coumans   Crimée   Dix tribus perdues   Dniepr   Don (fleuve)   Empire byzantin   Goths   Grec moderne   Génétique   Géorgie (pays)   Haplotype   Hongrie   Horde d'Or   Huns   Hussard   Hébreu   Hébreux   Héraclius   Indigène   Islam   Israël   Istakhri   Itil   Japhet   Juda Halevi   Judaïsme   Kazakhstan   Khagan   Kiev   Latin   Léon IV (empereur byzantin)   Magyars   Marc Ferro   Marek Halter   Mer Caspienne   Mikhail Artamonov   Milorad Pavić   Mongols   Monnaie   Moscovie   Moyen-Orient   Omeyyades   Ouïghours   Paganisme   Palestine   Papier   Perse   Petchenègues   Peuples turcs   Pologne   Rhénanie   Roumanie   Route de la soie   Ruanruan   Rus' de Kiev   Russe   Russie   Ruthènes   République populaire de Chine   Sassanides   Sionisme   Slaves   Soviétique   Sviatoslav Ier   Tatar   Tatar de Crimée   Togarma   Transcaucasie   Transoxiane   Turc   Ukraine   Varègue   Vassalité   Viking   Volga   Xinjiang  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^