Doublage

Infos
Le doublage est une technique consistant à substituer aux voix des comédiens d'une œuvre audiovisuelle (film, feuilleton...), les voix de comédiens s'exprimant dans une autre langue, cela afin de diffuser cette œuvre dans des pays ne parlant pas la langue dans laquelle l'œuvre a été tournée. Ce terme est également employé lorsqu'il s'agit de donner une voix aux personnages dans des œuvres d'animation. Le doublage francophone est réalisé en France, en Belgique et a
Doublage

Le doublage est une technique consistant à substituer aux voix des comédiens d'une œuvre audiovisuelle (film, feuilleton...), les voix de comédiens s'exprimant dans une autre langue, cela afin de diffuser cette œuvre dans des pays ne parlant pas la langue dans laquelle l'œuvre a été tournée. Ce terme est également employé lorsqu'il s'agit de donner une voix aux personnages dans des œuvres d'animation. Le doublage francophone est réalisé en France, en Belgique et au Québec. Désormais, la plupart des œuvres audiovisuelles diffusées en France sont à la fois doublées et sous-titrées. Elles sont diffusées majoritairement en version française (VF, qu'il serait plus judicieux d'appeler version francophone), mais parfois également disponibles en VOSTF (version originale sous-titrée en français), selon les supports. Au cinéma, c'est surtout dans les grandes villes que les copies en VOSTF sont disponibles. A la télévision, c'est essentiellement sur les chaînes cinéma et sur le câble/satellite qu'on trouve des VOSTF ou des VM (versions multilingues, avec diffusion simultanée de la VF et de la VOST). Néanmoins, la tendance est à la généralisation de la VM, même sur les chaînes hertziennes. Cependant, certaines œuvres ne sont diffusées qu'en version originale sous-titrée (VOST, généralement abrégé en « VO »). D'autres pays, en revanche, utilisent beaucoup moins le doublage. Ainsi, en Grande-Bretagne, la plupart des films sont diffusés en VOST.

Le métier d'adaptateur de doublage

Avant l'adaptation

Le détecteur est rémunéré en salaires ; c’est un intermittent du spectacle (du moins en France). Il a pour support de travail la bande-mère, qui sera par la suite utilisée par l’auteur. La bande-mère fait tout le côté artisanal de l’écriture en doublage. Elle se présente sous la forme d'un rouleau de papier glacé (blanc ou blanchâtre) et mesure 35mm de largeur, comme une pellicule de cinéma. Le travail de détection consiste à inscrire sur cette bande, au porte-mine, les indications dont l’auteur aura besoin. Parmi ces indications figurent le texte (dans la langue originale du programme à adapter), les signes de détection, ainsi que d’autres signes utiles. Ces « autres signes » sont d’une part des indications filmiques : un trait vertical pour un changement de plan, en diagonale pour les fondus enchaînés, etc. D’autre part, le détecteur doit indiquer (par un trait vertical barré d’une croix et associé à un numéro) les endroits où il estime qu’il doit y avoir un changement de boucle. Une boucle est une longueur de bande qui correspond au temps pendant lequel un comédien peut travailler sans s’interrompre : une minute en moyenne. Le détecteur numérote ces boucles, pour qu’à l’enregistrement, l’ingénieur du son puisse facilement passer d’un point à l’autre du film en se basant sur les numéros de boucles. Les signes de détection sont inscrits juste au-dessus du texte, plus précisément au-dessus des lettres qu’ils concernent. Les signes de détection indiquent la présence d’une consonne labiale (B, P ou M), d’une semi-labiale (W), d’une fricative (F, V), d’une voyelle arrondie (OU, O, U) ou d’une voyelle ouverte (A, É, I). Le détecteur inscrit sur la bande le texte dit par les comédiens de la version originale. Il utilise une table de doublage (ou table de détection) pour synchroniser la bande-mère et la cassette vidéo, afin de pouvoir retranscrire les dialogues conformément à la vitesse à laquelle ils sont dits : écriture serrée si la personne parle vite, écriture étirée si elle parle lentement. Une fois la détection faite, on peut ainsi lire les dialogues « en place », au fur et à mesure qu'ils défilent sur une « barre de précision », exactement en même temps qu’ils sont dits par les comédiens de la V.O. Cette synchronisation permettra plus tard à l’adaptateur, s’il dispose d’une table, de vérifier si ses propres répliques sont en place. Le détecteur est également chargé de rédiger le croisillé (sous forme de tableau). C’est une source d’informations précieuses pour le directeur de plateau (voir plus bas), car y figurent le nombre et les noms des personnages, et leur importance en termes de nombre de lignes de dialogues.

L'adaptation

En « traditionnel » L’adaptateur dispose de trois « éléments » : un fichier audiovisuel (sous forme d’une cassette VHS ou SVHS s’il travaille sur magnétoscope classique, ou d’une cassette plus volumineuse s’il travaille sur table), un script en V.O. et la bande-mère détectée. S’il ne dispose pas d’une table de doublage (très onéreuse), il travaille « à plat », c’est-à-dire avec un magnétoscope classique. Cela implique simplement un confort de travail en moins : il faut dérouler la bande manuellement pour y inscrire son texte. Remarque : un auteur qui dispose d’une table de doublage a donc les moyens techniques de faire sa propre détection, s'il le souhaite. Une fois qu’il a trouvé la bonne réplique, l’adaptateur l’inscrit sous le texte en V.O. Dans la mesure du possible, le détecteur a attribué à chaque personnage « sa » ligne, toujours à la même hauteur le long de la bande, pour le confort visuel des comédiens. On ne peut guère inscrire plus de quatre lignes de personnages à la fois, sous peine d’encombrer la bande et de la rendre illisible. On écrit au porte-mine afin de pouvoir modifier le texte en cas de besoin. Il ne s’agit pas « simplement » de trouver une bonne traduction, qui exprime le sens de la réplique tout en étant naturelle en français. Il faut aussi, pour que l’illusion soit créée, que cette traduction soit synchrone avec le mouvement des lèvres des acteurs à l’écran. L’adaptateur s’aide pour ce faire des signes de détection laissés par le détecteur. Mais ce ne sont que des repères destinés à faciliter l’écriture sur la bande ; l’auteur se fie avant tout à l’image pour identifier les difficultés d’une réplique. Le synchronisme est une vraie contrainte, car il oblige à renoncer à des adaptations qu’on trouve parfois idéales, mais qui seraient visuellement gênantes et donc déconcentreraient le spectateur. Celui-ci, pour apprécier un programme, doit en permanence garder l’illusion qu’il regarde un programme tourné en français. Donc pas question de « faire dire » au comédien francophone une voyelle ouverte au moment où le comédien à l’écran a la bouche fermée. À l’inverse, un « Hi Dad ! » (aucune consonne) ne pourra donc presque jamais être traduit par « Bonjour papa ! » (trois labiales). Chaque adaptateur a sa méthode de travail, mais il semble que tous testent leurs répliques en faisant défiler à l’écran la scène voulue, tout en « parlant dessus » (avec le son original coupé ou pas, selon les préférences), jusqu’à trouver la réplique idoine. Cette manœuvre est répétée autant de fois que nécessaire. Il y a donc pour l’adaptateur un vrai travail d’écriture. Il doit avoir non seulement des compétences techniques (souci du synchronisme allié à celui d’une traduction la plus fidèle possible), mais aussi le talent et/ou le savoir-faire nécessaires pour que, malgré ces contraintes techniques, le texte d’arrivée soit le plus fluide et naturel possible. Faute de quoi, on écrit dans un français peut-être synchrone mais « bancal », peu naturel. En « virtuel » Par « écriture en virtuel », il faut comprendre écriture sur support numérique. La bande-mère, le porte-mine et la gomme, ainsi que la télévision et le magnétoscope sont remplacés par un ordinateur équipé d’un logiciel de doublage. Bien que la disposition des éléments varie d’un logiciel à l’autre, en général, en haut à droite se trouve la fenêtre de l’image vidéo, en haut à gauche la liste des répliques des personnages et en dessous, sur toute la largeur de l’écran, la bande rythmo qui défile de façon synchrone par rapport au son et à l’image. En virtuel, on ne parle plus que de bande rythmo car on a supprimé l’étape intermédiaire de la bande-mère sur laquelle apparaissent la détection, le texte V.O. et le texte V.F. Ceci est possible grâce au logiciel qui permet de faire apparaître et disparaître la détection à volonté, comme si elle était inscrite sur du papier-calque. Il est possible que l'on demande à l'auteur de faire lui-même la détection du programme à adapter. Pour un 45mn, il faut compter environ une journée de détection. Toutefois ce surcroît de travail n’est pas forcément un inconvénient. En effet, l’auteur peut, dès l’étape de la détection, procéder à une première ébauche de son texte en s’imprégnant de la V.O., des mouvements de bouche et du rythme des dialogues. La détection est rendue possible par des raccourcis clavier qui varient d’un logiciel à l’autre. Les changements de plan et les boucles sont marqués de la même façon qu’en traditionnel. En virtuel, la chaîne du doublage est donc tronquée : une seule et même personne, l’auteur, détecte, écrit, calligraphie (cela se fait automatiquement) et édite le script (= la frappe) et le croisillé. Si à l’avenir le virtuel venait à prendre une place importante en doublage, les détecteurs et calligraphes devraient se recycler. En revanche, pour les comédiens, la seule différence est qu’en traditionnel, ils lisent l’écriture manuscrite de la calligraphe, alors qu’en virtuel le texte apparaîtra en police de traitement de texte. Parmi les systèmes d'écriture de dialogues synchrones virtuels, le système Cappella est actuellement librement téléchargeable.

Après l'adaptation

Quand l’adaptation est terminée, une vérification a lieu si la société de doublage le demande. Cette « vérif’ » consiste à s’assurer que l’adaptation convient au directeur de plateau (appelé aussi directeur artistique, ou D.A.), qui choisira les comédiens (sauf exigences particulières du distributeur d’un film, par exemple) et les dirigera sur le plateau d’enregistrement. La vérification se fait sur une table de doublage. Pendant que l’auteur lit son texte sur la bande qui défile (et joue donc tour à tour le rôle de chaque comédien), le D.A. se concentre sur ce qu’il entend (c’est-à-dire la V.F. lue par l’adaptateur, car le son de la V.O. est coupé) tout en regardant le programme à l’écran. Il cherche bien sûr à voir si le texte est synchrone, mais aussi et surtout si l’adaptation est faite dans un français naturel. Et si l’auteur a trop souvent répété un mot ou une expression, ou s’il a introduit une incohérence dans les tutoiements et vouvoiements, on apporte les modifications nécessaires. Une fois que l’adaptation a reçu l’aval du D.A., c’est la calligraphe (ou « calli ») qui entre en scène. Tout comme le détecteur, la calligraphe est une intermittente du spectacle. Elle est chargée de deux travaux. D’abord, elle recopie le texte de l’auteur sur une bande rythmo (au stylo à encre indélébile), en superposant celle-ci à la bande-mère. La bande rythmo est transparente, ce qui permet à la calligraphe d’écrire directement par-dessus le texte de l’auteur. Cette transparence lui permettra aussi d’être projetée à l’écran. Bien sûr, la V.O. étant devenue inutile, elle n’est pas retranscrite. Il arrive que la calligraphe contacte l’auteur, car certains adaptateurs ont des écritures difficiles à déchiffrer. Ensuite, elle effectue le travail de « frappe ». Il s’agit de retranscrire, à l’aide d’un logiciel de traitement de texte, la V.F. qu’elle vient de recopier sur la bande rythmo. La frappe est soumise à l’auteur, qui peut ainsi vérifier que la calligraphe a bien déchiffré son écriture et donc correctement retranscrit le texte. La frappe sera très utile au D.A., pour se faire une idée de l’intrigue de l’épisode ou du film et savoir quels comédiens il va choisir. Il arrive parfois que l’auteur assiste à l’enregistrement de son texte par les comédiens. L’enregistrement peut être un moment tout à fait magique, car on y voit ses dialogues prendre vie. Les comédiens, tout comme les adaptateurs, sont des illusionnistes. Grâce à leurs talents conjugués, on peut croire que Sean Connery s’exprime en français. L’ingénieur du son a lui aussi un rôle primordial. Tout d’abord, c’est lui qui fait les prises de son, c’est-à-dire qui enregistre les comédiens de la V.F. À ce stade, il veille à ce que tous les personnages parlent au même niveau sonore. À moins, bien sûr, que l’un soit censé chuchoter et l’autre crier. Il s’assure également que le texte est intelligible et qu’aucun bruit de bouche ne vient parasiter le texte. Après l’enregistrement et pour préparer le mixage, l’ingénieur du son peut être amené à faire du montage, c’est-à-dire à recaler (à une ou deux images près) les répliques selon qu’elles ont été prononcées en retard ou en avance par rapport à la V.O. Ainsi, on peut corriger une synchronisation approximative qui ne justifiait pourtant pas que l’on réenregistre le passage. Ceci n'est bien entendu valable que pour les téléfilms ou séries tv. En effet tous les films qui sortent sur grand écran passent entre les mains d'un monteur son qui va recaler 70 à 100% des phrases du film. À l'aide d'un logiciel adéquat, il va modifier l'emplacement d'un mot, d'une syllabe voire d'une lettre, de l'ordre d'une demi-image à plusieurs images, suivant la précision de l'adaptation et la justesse de jeu des comédiens. C'est ce qui fait la différence entre une synchro "TV" et une synchro "Ciné"... Ces différences dans la manière de procéder peuvent en partie s'expliquer par de meilleures conditions de travail - par exemple de meilleurs délais, un matériel plus performant, la mise à contribution d'un ingénieur du son plus expérimenté - en un mot donc, par des moyens financiers plus importants. Enfin vient le mixage. À son issue, la version française devra être parfaite. Le mixage est donc essentiel à la bonne qualité d’un doublage. Il s’agit pour l’ingénieur du son de tout mettre en œuvre pour que l’illusion soit maintenue et que le spectateur ne doute pas que le texte français sort de la bouche du personnage. Lors de la conception du programme, une V.I. (version internationale) a été élaborée parallèlement au mixage de la V.O. Celle-ci est un mixage des ambiances, musiques, effets sonores et bruitages, sans les voix. C’est à partir de cette V.I. que le mixage V.F. est possible. Il consiste à intégrer les voix françaises dans la V.I. Le mixeur se retrouve donc avec trois éléments : la V.O., la V.I. et les voix françaises. La V.O. est la référence. Le rôle de l’ingénieur du son est de s’imprégner du mixage original afin de réaliser une V.F. identique à la V.O., par respect pour le travail du réalisateur. C’est là que le technicien doit travailler à la crédibilité des dialogues : les répliques ne sonnent pas de la même façon si le personnage est en gros plan, à l’arrière-plan ou encore s’il se trouve derrière une porte. L’ingénieur du son doit reconstituer ces nuances sonores. De même, une réplique prononcée dans une cave ne sonne pas de la même manière en extérieur. Il faut par conséquent jouer sur la réverbération des voix dans différentes pièces. Le mixage devient un véritable jeu lorsqu’il faut recréer des effets de voix robotisée, de haut-parleur, etc. Car, ne l’oublions pas, tous ces effets apparaissaient sur la V.O. et doivent être restitués pour que le spectateur de la V.F. en jouisse lui aussi.

Qui peut devenir adaptateur ?

Pour commencer, il faut avoir de solides connaissances dans la langue source (la langue du programme à adapter), pour éviter de commettre des erreurs de compréhension. Car souvent de telles erreurs ne sont pas décelées au moment de l’enregistrement ; les D.A. et les comédiens sont rarement des linguistes et n’ont de toute façon pas le temps d’écouter attentivement la V.O. L’adaptateur a donc la responsabilité de ne pas déformer le sens du texte original. Une erreur enregistrée l’est pour toujours. Car si un roman peut être réédité, avec d’éventuelles corrections, le doublage d’un programme audiovisuel l’est rarement, sauf parfois pour des éditions en DVD de films anciens. Il est encore plus important d’avoir une excellente maîtrise de la langue cible (le français), faute de quoi on écrit des adaptations bien peu imaginatives, voire fautives, puisque basées sur un vocabulaire pauvre et/ou une grammaire approximative. Ces deux qualités sont nécessaires pour faire un bon traducteur. Mais pour être adaptateur, il faut un petit plus, le sens du dialogue, qui fera que la V.F. sera fluide et inventive tout en respectant le sens de la V.O. Il faut aussi être prêt à passer en moyenne une heure de travail par minute de programme à adapter, et à subir en permanence la frustration créée par le souci du synchronisme. Car si la fluidité et le naturel de la V.F. sont primordiaux, il faut tout de même créer l’illusion visuelle, par le synchronisme. Enfin, il est nécessaire d’avoir un tempérament compatible avec le travail en solo, des conditions de travail devenues de plus en plus difficiles ces dernières années, et la précarité inhérente au statut d’auteur.

Doublage ou sous-titrage ?

C’est un sujet de débat sans fin pour les cinéphiles. Le sous-titrage est apprécié des spectateurs qui veulent entendre les voix et les bruitages originaux, ou qui veulent s’habituer à entendre une langue étrangère pour mieux l’apprendre. Il est vrai que le doublage ne permet pas cela. Toutefois, il a un autre avantage. Car comme le disait récemment un confrère, « le sous-titre prend en otage l’attention du spectateur ». C’est-à-dire que pendant que ce dernier lit un sous-titre, aussi concis et bien formulé soit-il, il ne regarde pas l’écran. Le doublage, lui, permet de se plonger à cent pour cent dans l’action. Bien sûr, s’il est médiocre, le film est gâché. Ce qui n’est pas entièrement le cas quand un sous-titrage est médiocre, car le spectateur a toujours la possibilité d’écouter la V.O. On le voit, il n’existe pas de discipline « meilleure » que l’autre, chacune ayant ses qualités. Ce n’est pas pour rien qu’elles coexistent depuis longtemps, appréciées chacune à juste titre par les spectateurs.

Anecdotes et opinions

-Contrairement à une idée fortement répandue, un doubleur n'est pas un comédien qui fait du doublage mais le gérant d'une société de doublage. Celui qui double est un comédien de doublage. On peut dire comédien tout court d'ailleurs (après tout, on dit rarement comédien de théâtre, comédien de cinéma, comédien de sitcom, etc.)
-On s'efforce toujours quand c'est possible de faire doubler un même acteur par la même voix afin de ne pas désorienter le spectateur. Le corollaire est que l'acteur qui parvient à doubler une star montante s'assure quasiment une rente de situation pour l'avenir.
-Dès les années 1930, Jean Renoir estime pour sa part que « le doublage est une infamie ». Avec son humour habituel, le comédien Jacques François déclare quelques décennies plus tard : « Le doublage devrait être passible de correctionnelle. » Il en fera pourtant lui-même de façon ponctuelle. Il a notamment prêté sa voix à Laurence Olivier dans Le Choc des Titans (1981).
-Au tout début des mêmes années 1930, après l'apparition du parlant, lorsqu'un film doit être exploité sur des marchés linguistiquement différents, on procède à autant de tournages simultanés, généralement avec la même équipe technique : une fois une scène tournée, l'équipe d'acteur pour une langue cède la place dans le même décor à l'équipe d'une autre langue… On a ainsi pu compter, en 1930, jusqu'à huit versions linguistiques simultanées pour le même film : Le Secret du docteur / The Doctor's Secret en anglais, français, espagnol, italien, suédois, tchèque, hongrois et polonais, et sept pour Toute sa vie / Sarah and Son en anglais, français, espagnol, italien, portugais, suédois et polonais.
-Si dans leurs films Laurel et Hardy ont un accent anglais, c'est que dans leurs premiers films ils voulurent se doubler eux-mêmes. Par la suite, le public s'étant habitué à leurs accents, ceux-ci furent conservés.
-Curieusement, les comédiens semblent choisis non pour la similitude de leurs voix avec les vedettes originales (qui est difficile à apprécier sur dossier !), mais pour leur… ressemblance physique (stature, puis éventuellement... visage !) avec elles, qui n'a pourtant rien à voir ; elle rend cependant plus facile de tomber sur un consensus. Lorsque la série Le prisonnier fut diffusée à la fois en VO et en VF par le câble, nombre de téléspectateurs français furent surpris que la voix de Patrick McGoohan n'ait absolument rien de commun avec celle du comédien le doublant.
- Les noms des comédiens assurant le doublage, rarement célèbres, ne sont indiqués au générique que depuis 1995, année où une grève du doublage fut organisée afin que soit accordée à ces personnes une plus grande reconnaissance.
- Le dessinateur Georges Wolinski a plusieurs fois exprimé dans ses dessins son mécontentement d'entendre dans la plupart des films sans vraies vedettes les mêmes voix revenir souvent pour le doublage d'acteurs complètement différents, ce qui crée selon lui un malaise. Difficile en effet d'entendre dans une série le roi Richard III parler avec la voix que nous associons au lieutenant Columbo.
- En ce qui concerne les films d'origine anglophone, les traductions françaises étant un peu plus longues que les phrases sources anglaises, pour des raisons de grammaire (morphologie), on observe souvent dans les versions doublées des personnages se couper la parole, parler en même temps, ou commencer à répondre à une question avant que l'interlocuteur ait fini de la poser. Cette caractéristique est particulièrement nette dans la VF du film de Richard Lester Help! avec les Beatles (qui parlaient déjà eux-mêmes assez rapidement). Ce défaut est l'un des facteurs qui poussent certains spectateurs à éviter les versions doublées des films d'origine anglophone.
- Mais ce n'est pas le cas pour tous les films. Les versions françaises sont parfois l'œuvre de véritables auteurs littéraires, comme ce fut le cas avec Noblesse oblige, aux dialogues écrits par le futur académicien André Maurois. Luc Besson, quant à lui, écrit toujours lui-même les dialogues anglais et français de ses films tournés en anglais.
- On remarque aussi souvent que les textes des dialogues ne correspondent pas toujours exactement à ceux des sous-titres.
- Cela prend parfois une tournure cocasse. Dans un film britannique sur la vie du Marquis de Sade, celui-ci tient en français le bref dialogue suivant : (-Merde ! - What do you say ? - Merde ! I said Merde !) qui devient dans les sous-titres de la VO : « - M… ! - Que dites vous ? -M… ! Je dis M… ! », bien que le mot soit évidemment prononcé dans la version doublée.
- Le film Chantons sous la pluie présente une cocasse - et fictive - invention du doublage au cinéma.
- Dans certains pays d'Europe de l’Est, nombre de fictions ne sont pas doublées de la même façon. Un comédien lit des textes à voix haute ("Il dit que ..., elle lui répond que, etc) par-dessus la version originale. Même si cela tient beaucoup au fait que la langue d'origine est difficilement doublable, on obtient quand même un véritable massacre de la fiction, à laquelle la VOST est nettement préférable.

Vocabulaire associé


-
Bande rythmographique
: bande calligraphiée défilant sous l'écran et dont le texte est en synchronisme parfait avec les mouvements de lèvre des personnages.
- Doubleur : société de doublage ; dirigeant de cette société. (Le terme doubleur ne s'applique pas aux comédiens qui font du doublage.)
- VFF (version francophone française) ou VVF (véritable version française, bien que ceci soit un abus de langage) : doublage francophone réalisé en France.
- VFQ (version francophone québécoise) : doublage francophone réalisé au Québec. Ne pas confondre avec la VQ (version québécoise), appelée aussi Joual, où l'accent est marqué ainsi que les expressions typiques du Québec "tabarnak - câlisse".
- VFB (version francophone belge) : doublage francophone réalisé en Belgique.
- Voxographie : liste des doublages effectués par un comédien.
- Voxophile : personne qui s'intéresse au doublage.
- Voxophilie : le fait de s'intéresser au doublage. Voir aussi:
- Voix off
- Sous-titrage

Comédiens spécialisés dans le doublage francophone

Voir aussi : :Catégorie:Acteur spécialisé dans le doublage

Comédiennes spécialisées dans le doublage francophone

Voir aussi : :Catégorie:Actrice spécialisée dans le doublage ==
Sujets connexes
Abus de langage   Académie française   Acteur   Albert Augier   Alexandre Von Sivers   André Maurois   André Valmy   Animation   Anne Kerylen   Années 1930   Arnaud Arbessier   Barbara Delsol   Barbara Tissier   Belgique   Bernard Alane   Bernard Dhéran   Bernard Faure   Bernard Soufflet   Bernard Tiphaine   Bernard Woringer   Brigitte Morisan   Béatrice Bruno   Cadre (art)   Cappella (doublage)   Carole Baillien   Chantons sous la pluie   Charles Pestel   Cinéma   Claire Guibert   Claire Guyot   Claude Chantal   Columbo   Constantin Pappas   Céline Monsarrat   DVD   Daniel Beretta   Dominique Paturel   Dorothée Jemma   Edgar Givry   Emmanuel Curtil   Fanny Roy   Feuilleton télévisé   France   Francette Vernillat   Francine Lainé   Francis Lax   Français   Françoise Cadol   Frédérique Marlot   Georges Atlas   Georges Poujouly   Georges Wolinski   Gilbert Levy   Grande-Bretagne   Gérard Hernandez   Henri Virlogeux   Henry Djanik   Hélène Tossy   Ingénieur du son   Isabelle Ganz   Jackie Berger   Jacques Balutin   Jacques Berlioz   Jacques Berthier   Jacques Dynam   Jacques Ferrière   Jacques Frantz   Jacques François   Jacques Marin   Jacques Thébault   Jean-Claude Balard   Jean-Claude Michel   Jean-Henri Chambois   Jean-Louis Jemma   Jean-Pierre Michaël   Jean Berger   Jean Davy   Jean Ozenne   Jean Renoir   José Luccioni   Joual   Joëlle Fossier   Julia Dancourt   Julie Turin   Laura Préjean   Laurel et Hardy   Laurence Crouzet   Laurence Olivier   Le Choc des Titans   Liliane Patrick   Lita Recio   Louis Arbessier   Luc Besson   Malvina Germain   Marc François (doublage)   Marie-Martine   Marie-Martine Bisson   Mario Santini   Marquis de Sade   Martine Irzenski   Martine Sarcey   Mathieu Moreau   Maurice Dorléac   Maïk Darah   Med Hondo   Michel Papineschi   Michel Roux   Micheline Dax   Micky Sébastian   Monique Thierry   Morphologie (linguistique)   Nathalie Gazdic   Nathalie Homs   Nessym Guetat   Noblesse oblige   Odile Schmitt   Olivier Podesta   Pascal Germain   Patrice Baudrier   Patrick Bethune   Patrick Descamps   Patrick McGoohan   Patrick Préjean   Paule Emanuele   Philippe Dumat   Philippe Ogouz   Pierre Arditi   Pierre Hatet   Pierre Leproux   Pierre Tessier   Québec   Raymond Loyer   Richard Darbois   Richard Lester   Robert Dalban   Robert Le Béal   Roger Carel   Roger Rudel   Roger Tréville   Sauvane Delanoë   Sean Connery   Serge Sauvion   Sous-titrage   Tania Garbarski   Tania Torrens   Taric Mehani   Thierry Desroses   Thierry Kazazian   Thomas Paquette   Tony Marot   VF   VO   Video Home System   Voix off   Voxographie   Voyelle   William Sabatier   Yoann Sover   Yves Barsacq  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^