Styles calligraphiques chinois

Infos
En calligraphie chinoise ( pinyin : shūfǎ, littéralement : l'art, voire la discipline de l'écriture), les sinogrammes peuvent être tracés, différemment, selon cinq grands styles calligraphiques. Tous s'écrivent normalement au pinceau. Ces styles sont intrinsèquement liés à l'histoire de l'écriture chinoise.
Styles calligraphiques chinois

En calligraphie chinoise ( pinyin : shūfǎ, littéralement : l'art, voire la discipline de l'écriture), les sinogrammes peuvent être tracés, différemment, selon cinq grands styles calligraphiques. Tous s'écrivent normalement au pinceau. Ces styles sont intrinsèquement liés à l'histoire de l'écriture chinoise.

Styles antiques

L'écriture chinoise, à ses débuts, est de nature pictographique : le caractère est une représentation directe de la chose. Cependant, le tracé des caractères s'est rapidement stylisé : si les premiers pictogrammes des plus vieilles attestations ressemblent à des dessins (ce que le style calligraphique sigillaire montre encore), le tracé devient figé, conventionnel, et finit par ne plus ressembler à l'original. Les styles d'écriture les plus primitifs ne sont plus employés de nos jours.

Premiers symboles graphiques

Oracle sur omoplate, Musée de Shanghaï Oracle, Gravure sur omoplate datant de 1500 avant JC, style sigillaire Les témoignages archéologiques montrent que l'écriture chinoise remonte à la plus haute antiquité. Les vestiges les plus anciens ont été trouvés à Jiahu, un site néolithique sur la rivière Huai dans la province du Henan daté à -6500. Ce site à révélé des carapaces de tortue portant des symboles. Le site de Longshan, dans la province du Shandong, a livré des fragments d'os utilisés pour la divination, datés de -2500 à -1900, et des symboles sur des poteries qui sont considérés comme une forme primitive d'écriture. Des symboles de même nature, provenant de la culture de Liangzhu, ont été découverts dans la basse vallée du Yangzi Jiang. Ces premiers témoignages d'écriture ne sont à vrai dire que des symboles isolés, et ne peuvent donc pas être considérés comme une écriture à part entière. Cependant, les inscriptions divinatoires sur os provenant de la culture Longshan tardive (datées entre -2500 et -1900) sont considérées par certains comme une proto-écriture, similaire à celle que l'on trouve en Mésopotamie ou en Égypte. Il est effectivement possible que ces inscriptions aient évolué vers la forme divinatoire sur ossements utilisée sous la dynastie Shang, et soient par conséquent à l'origine des écritures chinoises modernes, puisque la culture Longshan du néolithique tardif est considérée comme l'ancêtre de la culture Erlitou du bronze moyen, et plus tard des dynasties Shang et Zhou.

Écriture ossécaille et écriture sur bronze

Les premières inscriptions qui soient indiscutablement une écriture chinoise sont les oracles sur os (甲骨文 jiǎgǔwén, lit. « écriture sur écailles (de tortues) et ossements (omoplates de bovins) »), un système qui s'épanouit sous la Dynastie Shang (ou Yin 殷), attesté dès -1600. On trouve d'autre part à cette époque quelques inscriptions sur des fragments de poteries et sur bronze (l'écriture sur bronze, 金文 jīnwén), dont la parenté avec l'écriture divinatoire est assez manifeste, mais qui apparaît plus complexe et plus imagée. Sur les quelques 2 500 caractères que l'on connaît en provenance des oracles sur os, seuls 1 400 correspondent à des caractères chinois ultérieurs, et peuvent par conséquent être interprétés, mais ces caractères sont les plus fréquemment rencontrés. Ces formes d'écritures ne sont plus utilisées de nos jours, elles n'ont qu'un intérêt historique, archéologique et étymologique.

Écriture Yi

L'écriture Yi est également ancienne, et ressemble superficiellement au chinois moderne, mais ne lui serait en fait pas directement apparentée. Sa forme est probablement inspirée du chinois moderne, et on ne peut exclure qu'elle ait une origine lointaine commune avec l'écriture chinoise moderne, remontant peut être aux oracles sur os.

Style sigillaire

Début du Dao De Jing (道 德 經) en Grand Sceau Début du Dao De Jing en Petit Sceau Style sigillaire petit sceau Le style sigilaire ( zhuànshū ) est le plus ancien des styles encore utilisé en calligraphie :il trouve son apogée sous la dynastie Qin, 221-206 avant l'ère chrétienne. Il a pour origine une adaptation calligraphique des caractères archaïques, pour leur donner une forme propre à être gravée sur le bronze ou la pierre. De nos jours, à part dans la confection des sceaux, les caractères sigillaires sont écrits, et non gravés comme ils l'étaient aux commencements : on parle donc d'un tracé imitant celui du passé. Les lignes sont fines mais d'épaisseur constante, et les extrémités se terminent nettement. Dans ce type de tracé, en effet, la formation des traits ne suit pas encore les contraintes dont on parle ailleurs, qui sont dues au pinceau. La courbe est la règle générale, les angles sont exceptionnels. Le tracé du sigillaire reflète une absence de contrainte au mouvement du stylet, qui se déplace librement et régulièrement: en termes modernes, c'est le type de tracé que l'on obtient avec un feutre à bout rond. La forme des caractères est assez libre. Dans la gravure, les traits tendent souvent à remplir l'espace, visant un équilibre entre la largeur des trait et celle des intervalles; et les caractères complexes prennent une forme compacte évoquant un peu une empreinte digitale. Ce sont encore des formes anciennes, très proches du dessin et du pictogramme, qui subiront encore nombre d'altérations avant d'arriver aux tracés actuels. Leur forme ne se déduit donc pas simplement du tracé moderne. Leur lecture est difficile à qui ne connaît pas les étymologies graphiques, et leur tracé est pratiquement impossible pour profane qui ne maîtrise que les graphies actuelles: il faut apprendre le tracé de chaque élément de caractère. Voici les cinq premiers caractères de la première colonne (en partant de la droite) de l'illustration ci-contre, une œuvre du calligraphe, poète et graveur de sceaux Shānshān, en caractères actuels, à titre de comparaison : sōng xià wèn tóng zǐ, extrait d'un poème de Jiǎ Dǎo, poète 唐 Táng : 「尋隱者不遇」Xún yǐn zhě bú yù (« À la recherche d'un ermite, sans le rencontrer »). Il faut bien noter que les textes que l'on trouve dans ce style ne se limitent pas à des reproductions de caractères archaïques. Tous les caractères actuels peuvent être tracés en sigillaire, alors que l'on est bien loin de rencontrer dans l'écriture archaïque elle-même tous ces caractères. On peut distinguer deux types de caractères sigillaires : le grand sceau ( dàzhuàn) et le petit sceau ( xiǎozhuàn). Le premier est le plus ancien, irrégulier et moins soigné. Il remonte au IXe siècle avant l'ère chrétienne et découle directement caractères archaïques, jiǎgǔwén (sous la dynastie Shāng) et jīnwén (sous les Xī Zhōu, Zhōu Occidentaux), respectivement « écriture oraculaire sur os » et « écriture sur bronze », principalement gravées sur les carapaces de tortues destinées à la scapulomancie et les bronzes liturgiques. Ce sont les premières attestations écrites réelles chinoises. On en voit des exemples dans la partie consacrée aux types de caractères, section « pictogrammes ». Il ne faudrait pas croire que le grand sceau et les caractères archaïques ne font qu'un : le grand sceau est le type de tracé le plus ancien encore utilisé et non la plus vieille écriture chinoise. Le second, le petit sceau, est une standardisation et une perfection du grand sceau datant des Qin, dont le modèle est dû au Premier ministre de Qín Shǐ Huángdì , 李斯 Lǐ Sī (vers 200 avant l'ère chrétienne). Le petit sceau, remplacé par des styles plus simples et plus réguliers, est sorti des usages sous les Hàn 漢 (de 206 avant l'ère chrétienne à 220 avant l'ère chrétienne), avant de devenir un style purement calligraphique solennel sous les Táng 唐 (618-907 de l'ère chrétienne), tracé au pinceau ou gravé sur les sceaux (d'où son nom actuel). Le grand sceau, quant à lui, n'est plus étudié que par les historiens (pour accéder à la lecture de documents épigraphiques anciens) et les historiens de l'écriture.

Style des scribes

Début du Dao De Jing (道 德 經) en Ecriture des scribes Style des scribes Au fur et à mesure que l'administration chinoise s'affermissait sur le pouvoir de l'écrit, il est vite apparu que les caractères sigillaires, complexes et peu réguliers, étaient un frein à la rapidité de saisie écrite et à l'apprentissage de l'écriture. C'est pour les fonctionnaires, les scribes, que – selon la tradition – 程邈 Chéng Miǎo, directeur de prison sous la dynastie Qin (221-206 avant l'ère chrétienne), aurait créé un style plus simple à tracer à partir du sigillaire, style qui suit des contraintes graphiques déterminées. Il a ainsi concouru au développement de l'apprentissage et à l'amélioration de la notation des documents administratifs. C'est pour ces raisons que l'on attribue ce style aux fonctionnaires (ou scribes). Il devient très courant sous les 漢 Hàn, en concurrence avec la sigillaire, qu'il remplace complètement (sauf en calligraphie) entre le Ier et le IIIe siècle de l'ère chrétienne. Le style des scribes ( lìshū ) se caractérise par des attaques de traits épaisses avec pointe cachée (on ne voit pas la traînée initiale et finale du pinceau). Les traits sont carrés, aplatis dans leur partie médiane, espacés et tendent à déborder sur les côtés. Au cours du IIe siècle de l'ère chrétienne, sous les 東漢 Dōnghàn, Hàn Orientaux, le perfectionnement du pinceau amène les calligraphes à donner plus d'ampleur aux traits, notamment en ajoutant des ondulations et en étirant les horizontales. Ce style est remplacé rapidement, dès le III siècle de l'ère chrétienne, par la régulière. On a cependant continué à l'utiliser, et on le fait encore, en calligraphie. Il donne à la composition une allure digne, sentencieuse et majestueuse. On le rencontre donc, outre en calligraphie, principalement pour des slogans, des citations illustres et des titres. L'exemple ci-dessus reprend mot à mot le texte du poème en sigillaire de 賈島 Jiǎ Dǎo. Ce n'est pas l'œuvre d'un calligraphe mais un texte passé par une police de caractères spécifiques.

Style régulier

Début du Dao De Jing (道 德 經) en Calligraphie régulière Poème de He Zhizhang, « Journal fortuit d'un retour au village natal ». Le style régulier ( kǎishū ) apparaît sous les Hàn, au cours du IIIe siècle de l'ère chrétienne, considéré comme une amélioration et une rationalisation du style des scribes. C'est l'écriture standardisée (正楷 zhèngkǎi ) qui trouve son apogée sous les 唐 Táng (618-907 de l'ère chrétienne), dont les calligraphes fixent définitivement la structure et la technique de tracé. Le besoin d'une écriture simple, le plus lisible possible, très régulière, répondait aux nécessités de centralisation du pouvoir. Cette écriture, vecteur de l'administration, a donc aussi participé, par sa stabilité, à l'hégémonie du pouvoir impérial, à tel point que jusqu'aux simplifications de 1958 pratiquées en République populaire de Chine, elle n'avait jamais été retouchée ni modifiée. Stylistiquement, elle se caractérise par le respect des contraintes de tracé évoquées plus haut : une grande stabilité (aucun caractère ne déborde du carré virtuel), l'abandon définitif des courbes directes et des angles aigus de l'écriture des scribes pour un compromis plus doux, la possibilité de n'utiliser qu'un nombre défini de traits fondamentaux, des horizontales montant discrètement de la gauche vers la droite et une modification des techniques d'attaque des traits. Il existe deux variantes du style régulier : la grande ( dàkǎi) et la petite régulières ( xiǎokǎi ). Les différences entre les deux tiennent surtout à la technique du pinceau : en petite régulière, les attaques sont moins complexes, plus coulantes et le tracé général est plus souple, moins rigide qu'en grande régulière, qui reste la plus courante des deux variantes. C'est en régulière que l'on apprend actuellement le tracé des caractères et que l'on écrit couramment quand on s'applique. Le style régulier est très proche des caractères imprimés, dont on a dit qu'ils étaient parfois très légèrement différents des caractères manuscrits.

Style courant

Début du Dao De Jing (道 德 經) en Courant (行书 semi cursif) Début du Dao De Jing (道 德 經) en Cursif (草书) Le style courant ( xíngshū), né sous les 漢 Hàn, à la fin de la dynastie orientale (25-220), est une forme double : elle est rapide (les caractères « courent ») et usuelle (« courante »). C'est une « déformation » par simplification du tracé de la régulière. C'est pour ces raisons qu'elle est la plus utilisée de nos jours pour l'écriture manuscrite de la vie quotidienne. Elle n'est cependant pas ignorée de la calligraphie, loin de là, et n'est pas considérée comme une forme abâtardie de la régulière : elle possède en calligraphie ses propres contraintes. On estime que son créateur serait 劉德昇 Liú Déshēng, des 漢 Hàn Orientaux. La perfection de ce style est cependant due à 王獻之 Wáng Xiànzhī (344-348) ainsi qu'à 王羲之 Wáng Xīzhī (321-379), son père, l'un des plus célèbres calligraphes chinois, tous deux sous la dynastie des 東晉 Dōngjìn, Jìn Orientaux (317-420 de l'ère chrétienne). Tracée de la pointe du pinceau ou avec un stylo, elle reste très lisible, rapide à écrire et facilement déchiffrable. Elle ne nécessite pas forcément un apprentissage séparé de la régulière car si c'est une graphie quasi cursive, les réductions subies par les caractères restent logiques : ce sont des stylisations des unités fondamentales naissant naturellement du pinceau ou du stylo quand celui-ci ne quitte plus la feuille pour un nouveau trait, lesquels se rejoignent donc plus souvent qu'en régulière. De même, les attaques des traits sont plus simples et directes (la pointe du pinceau ne pratique pas les retours en arrière caractéristiques de la régulière). L'exemple présenté ci-dessus est un fragment de brouillon préparatoire à une calligraphie de la peintre et calligraphe Iris Yawen Hsu (徐雅雯, Xú Yǎwén). Tracé sans prétention, il illustre bien le caractère fluide et abrégé de ce style, qui reste cependant parfaitement lisible. Les trois caractères sont, de haut en bas, 風 fēng, 萬 wàn et 里 .

Style d'herbe

Calligraphie d'Iris Yǎwén Hsú (徐雅雯) Dernier des styles calligraphiques, aussi nommée cursive ou écriture folle, le style d'herbe ( cǎoshū) est sans doute le plus frappant. Son nom peut être compris de plusieurs manières : soit c'est une écriture agitée comme l'herbe (c'est un des sens de 草 cǎo) dans le vent, soit elle est destinée à des usages éphémères, comme le brouillon (autre sens possible de 草), à la façon de la paille. Loin d'être une forme sténographique née de la précédente, c'est un type d'écriture à part entière. Le tracé des caractères – lesquels apparaissent fortement déformés, semblent formés sans contraintes apparentes, sont souvent liés entre eux et s'éloignent souvent du carré virtuel – repose sur des formes tachygraphiques empruntées autant au sigillaire, au style des scribes qu'à la régulière. Il existe, de plus, de très nombreuses variantes, selon les époques et les calligraphes. La lecture et l'écriture de ce style sont donc réservées aux calligraphes et aux spécialistes érudits. L'histoire de ce style, qui a subi de nombreuses modifications, est complexe. On distingue deux cursives historiques principales, la 章草 zhāngcǎo, « cursive des sceaux » et la 今草 jīncǎo, « nouvelle cursive ». La première, dont les premières attestations remonteraient aux Royaumes Combattants, 戰國 Zhànguó, -475~-221 avant l'ère chrétienne, et qui a été perfectionnée sous les 漢 Hàn, dérive du style des scribes et de la sigillaire. La seconde, créée encore une fois sous les 漢 Hàn au IIe siècle de l'ère chrétienne, est une modification de la zhāngcǎo elle-même. Si les caractères de la première cursive sont encore séparés les uns des autres et relativement réguliers, ceux du deuxième style prennent plus d'indépendance, allant vers le brouillage complet des limites entre traits et caractères eux-mêmes. 王獻之 Wáng Xiànzhī et 王羲之 Wáng Xīzhī des 東晉 Dōngjìn, Jìn Orientaux (317~420 de l'ère chrétienne), sont considérés comme les maîtres en la matière. Calligraphie de Sūn Guòtíng (孙过庭) Ce style se caractérise principalement par un tracé très codifié des caractères, qui sont abrégés et réduits à leur forme fondamentale et ne sont plus reconnaissables à l'œil profane. Les réductions procèdent soit d'une simplification naturelle du trait, le pinceau ne quittant que rarement la feuille, soit de graphies sténographiques conventionnelles parfois très anciennes, lesquelles ont pu donner naissance à certains des caractères simplifiés de la République populaire de Chine. Le calligraphe travaillant en style d'herbe ne trace cependant pas forcément les caractères plus vite que pour les autres styles : la rapidité est suggérée et décrite mais non recherchée en soi. Ce style, en effet, n'est maintenant que très rarement utilisé pour les brouillons : il demande une telle connaissance de l'écriture chinoise, de son histoire, et une telle maîtrise technique qu'il est principalement réservé à l'art. De fait, bien que cursif, le style d'herbe se trace le plus souvent avec application. On peut facilement parler d'art abstrait et d'idéalisation de l'écriture, celle-ci étant presque seulement esquissée, ses mouvements plus que ses tracés étant écrits. La calligraphie en haut de cette section a été exécutée par Iris Yǎwén Hsú (徐雅雯). C'est un extrait du 九歌 Jiǔ Gē « Neuf chants ») de 屈原 Qū Yuán (339 ?-278 avant l'ère chrétienne) dont voici le texte en caractères réguliers (la calligraphie se lit bien sûr en colonnes de droite à gauche) : 帝子降兮北渚, 目眇眇兮愁予. 袅袅兮秋風, 洞庭波兮木葉下 (Dì zǐ jiàng xī běi zhǔ, mù miǎo miǎo xī chóu yú. Niǎo Niǎo xī qiū fēng, dòng tíng bō xī mù yè xià). On remarque que, parmi les contraintes sténographiques (feintes), l'auteur a utilisé le caractère d'itération, 々, servant à ne pas répéter les caractères redoublés : on lit en effet 眇々 dans la deuxième colonne (en partant de la droite) et 袅々, en haut de la troisième colonne, au lieu de 眇眇 et 袅袅. Celle de Sūn Guòtíng (孙过庭) est tirée du 書譜/书谱 Shūpǔ (« Traité de calligraphie ») et a été réalisée vers 650.

Dictionnaires de styles

Dictionnaire calligraphique Pour aider le calligraphe autant que l'amateur, il existe des dictionnaires de styles, lesquels donnent pour chacun des caractères cités les cinq graphies (en fait six en comptant la graphie imprimée, qui peut de temps en temps différer légèrement de la graphie régulière). Voici, à titre d'illustration, un extrait d'un tel dictionnaire (le 学生六体书法小字典, Xuéshēng liù tǐ shūfǎ xiǎo zǐdiǎn « Petit dictionnaire de caractères classés selon les six styles pour l'étudiant », édité par les 北京大学出版社 Běijīng dàxué chūbǎnshè Presses universitaires de Pékin). Dans l'image ci-dessus, les caractères, classé selon le pīnyīn sont cités, de gauche à droite, dans la graphie courante non calligraphique, dans la graphie imprimée traditionnelle (consulter Variantes des sinogrammes). Ce dictionnaire venant de R.P.C., ses caractères sont, par défaut, simplifiés puis dans les cinq styles calligraphiques : régulière, courante, d'herbe, des scribes et sigillaire.

Annexes

===
Sujets connexes
Calligraphie   Caractères chinois (Livre)   Composition d'un sinogramme   Dao De Jing   Dynastie Qin   Dynastie Shang   Dynastie Zhou   Erlitou   Fabienne Verdier   He Zhizhang   Henan   Huit principes de yǒng   Longshan   Mésopotamie   Néolithique   Pratiquer la calligraphie chinoise (Livre)   Redoublement (linguistique)   Scapulomancie   Shandong   Sinogramme   Sinogramme (bibliographie)   Sinogramme simplifié   Sinogramme traditionnel   Styles calligraphiques chinois   Variantes des sinogrammes   Yangzi Jiang  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^