Gouvernement provisoire de la République française

Infos
Le Gouvernement provisoire de la République française est l'institution de sortie de la Seconde Guerre mondiale en France. Il succède au Comité français de la Libération nationale (CFLN), organe politique issu de la Résistance extérieure et intérieure, qui se proclame Gouvernement provisoire de la République française (GPRF) le 2 juin 1944.
Gouvernement provisoire de la République française

Le Gouvernement provisoire de la République française est l'institution de sortie de la Seconde Guerre mondiale en France. Il succède au Comité français de la Libération nationale (CFLN), organe politique issu de la Résistance extérieure et intérieure, qui se proclame Gouvernement provisoire de la République française (GPRF) le 2 juin 1944.

Les présidences du Conseil successifs

Après la promulgation de la Constitution de la Quatrième République le 27 octobre 1946 et jusqu'à ce que l'ensemble des organes de celle-ci soient mis en place, c'est-à-dire jusqu'à l'élection de Vincent Auriol à la présidence de la République le 16 janvier 1947, on entre dans une période de transition généralement rattachée à la Quatrième République mais où subsistent certaines des institutions provisoires.

Fin de la « parenthèse de Vichy »

Le premier acte du GPRF est de s’opposer à la mise en place d'une administration militaire américaine intérimaire, l'AMGOT. Ce gouvernement, venu d’Alger, assume la réalité du pouvoir à partir de la fin de l'été 1944, à la suite de la Libération de la France. Composé de communistes, de socialistes et de MRP, il déclare nulles et non avenues toutes les décisions du Régime de Vichy (ordonnance du 9 août 1944), qu'il considère comme une parenthèse illégale dans le fonctionnement de l’État. En témoigne le refus de de Gaulle de proclamer la république du balcon de l’hôtel de ville de Paris libérée, le 25 août. Selon lui « La république n’a jamais cessé d’exister. La France libre, la France combattante, le comité français de la libération nationale (CFLN) l’ont tour à tour incorporée. » Le GPRF fut reconnu comme tel par les grandes puissances (Royaume-Uni, États-Unis, URSS, Canada) seulement le 23 octobre 1944. Pour rétablir l’autorité républicaine, le GPRF envoie dans chaque grande région libérée un commissaire de la République. Ces commissaires se heurtent parfois aux comités locaux de la résistance (CDL), qui regimbent à céder un pouvoir acquis de facto suite à la libération, en particulier dans les territoires libérés par la Résistance (Sud-Ouest, Savoie, ...). Par ailleurs les organisations issues de la résistance disposent d’éléments armés pouvant être utilisés par les communistes dans l’éventualité d‘une révolution (FFI, COMAC, milices patriotiques). Pour parer ce danger et malgré la mauvaise volonté du CNR et des communistes, le GPRF s’efforce d'incorporer ces troupes à l’armée régulière. Les FFI intégrent l'armée française, toujours en guerre, le 23 septembre 1944, les milices patriotiques le font le 28 octobre.

Premières mesures sociales

Le gouvernement provisoire reprend le projet de 1937 de Jean Zay, et crée l’École nationale d'administration (9 mai 1945) afin d'assurer aux futurs hauts-fonctionnaires une formation effective, homogène et de haut niveau, ainsi que de permettre l’accès de ces fonctions aux seuls éléments méritants, indépendamment de leur origine sociale. Il accorde surtout le droit de vote aux femmes, qui iront aux urnes pour la première fois le 29 avril 1945. Il met en place la sécurité sociale (ordonnance du 19 octobre 1945) et des allocations familiales (loi du 22 août 1946).

L’épuration

Il poursuit la guerre et organise l'épuration (procès de Philippe Pétain en juillet 1945) tout en en réfrénant les excès. Cette épuration légale fait suite à une épuration improvisée, conduite à la Libération, et parfois exercée par des résistants de la dernière heure. Celle-ci avait conduit à de nombreuses exécutions sommaires et à la tonte des femmes soupçonnées d‘avoir eu des liaisons avec l’ennemi. Par la suite l’épuration légale conduite soit par des magistrats, qui pratiquement tous avaient prêté serment à Pétain, ou par des jurés de la Haute-Cour, parlementaires issus de la Troisième Force opposée aux Gaullistes et aux communistes, allait aboutir à des résultats d’une indulgence extrême, laissant libres des hommes comme René Bousquet qui avait, en accord avec le haut-dignitaire SS Heydrich et avec Himmler, intensifié l'action de la police française contre les résistants, ou comme Xavier Vallat, créateur du commissariat général aux questions juives, grand ordonnateur de la persécution des juifs sans défense et surtout de leur recensement qui allait faciliter leur déportation par l'ennemi. Au total l’épuration aurait touché environ 10 000 Français et son bilan est controversé ; bien que certains responsables politiques et intellectuels collaborationnistes aient été jugés et condamnés, de nombreux collaborateurs de l’Industrie, de la police, de la gendarmerie, de l’administration et de la magistrature furent peu inquiétés.

Début de la décolonisation

En août 1945, un conflit éclate en Indochine entre le gouvernement du Viet Minh, qui avait pris le pouvoir à la faveur de la capitulation japonaise et les autorités françaises. La France reconnaît l’indépendance de la République démocratique du Viêt Nam, mais refuse d’inclure la Cochinchine dans le nouvel État, ce qui provoque une guerre qui ne se terminera en ce qui concerne la France que beaucoup plus tard, avec la séparation du pays entre Viêt-Nam du Nord et Viêt-Nam du Sud, en 1954.

La nouvelle constitution

Un des autres objectifs principaux du GPRF, sous la houlette du général de Gaulle fut de rendre la parole au peuple en organisant des élections législatives et un référendum qui eurent lieu le 21 octobre 1945. Les élections voient la victoire des 3 partis résistants (SFIO, PCF, MRP) qui recueillent les ¾ des voix et le référendum consacre, avec 96 % des votants, la fin de la Troisième République. L’assemblée constituante issue des élections est chargée d'instaurer la Quatrième République. Le 20 janvier 1946, Charles de Gaulle démissionne, en désaccord avec le projet de constitution et les ministres communistes. Un premier projet de constitution est rejeté par référendum le 5 mai 1946. Le projet monocaméral devient bicaméral. Une nouvelle assemblée constituante est élue le 2 juin et la constitution de la Quatrième République est définitivement adoptée par référendum le 13 octobre 1946.

Voir aussi

- :Catégorie : Gouvernement provisoire de la République française ===
Sujets connexes
Alger   Assemblée constituante   Bicamérisme   CDL   COMAC (Résistance)   Caisse d'allocations familiales (France)   Charles de Gaulle   Cochinchine   Comité français de la Libération nationale   Commissariat général aux questions juives   Communisme   Conseil national de la Résistance   Droit de vote en France   Forces françaises de l'intérieur   France   France libre   Félix Gouin   Georges Bidault   Gouvernement Charles de Gaulle (1)   Gouvernement Charles de Gaulle (2)   Gouvernement Félix Gouin   Gouvernement Georges Bidault (1)   Gouvernement Léon Blum (3)   Heinrich Himmler   Histoire de France   Indochine française   Institution   Jean Zay   Libération (histoire)   Léon Blum   Monocamérisme   Mouvement républicain populaire   Paris   Parti communiste français   Philippe Pétain   Reinhard Heydrich   René Bousquet   Régime de Vichy   République démocratique du Viêt Nam   Résistance (politique)   Seconde Guerre mondiale   Section française de l'Internationale ouvrière   Socialisme   Sécurité sociale   Troisième République   Vincent Auriol   Xavier Vallat  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^