Laitier (sidérurgie)

Infos
En sidérurgie, le laitier est un sous produit de la métallurgie contenant des oxydes métalliques, essentiellement des silicates, des aluminates et de la chaux, qui sont formés en cours de fusion ou d'élaboration de métaux par voie liquide.
Laitier (sidérurgie)

En sidérurgie, le laitier est un sous produit de la métallurgie contenant des oxydes métalliques, essentiellement des silicates, des aluminates et de la chaux, qui sont formés en cours de fusion ou d'élaboration de métaux par voie liquide.

Origine

Le laitier apparait lors de l'élaboration des métaux ferreux sous forme liquide.

Laitier de haut fourneau

C'est un produit issu de la fabrication de la fonte au haut fourneau, où il correspond à la gange du minerai de fer, isolée et rejetée de la fonte liquide par flottation. On retrouve donc, en sortie d'un haut fourneau une proportion laitier/fonte correspondant à la richesse du minerai de fer utilisé. Pour le sidérurgiste, le laitier est un stérile, dont la valorisation, quoique non négligeable, est souvent moins intéressante que celle de la fonte. Les minerais de fer pauvres, comme la minette lorraine, induisent alors une plus grande consommation de coke au haut fourneau, puisque la quantité de matière à chauffer dans le haut fourneau est plus importante.

Laitier d'aciérie

Dans une aciérie, le rôle du laitier est plus complexe: il rassemble les impuretés en absorbant les inclusions d'oxydes dissoutes dans le métal, généralement issues du calmage. Pour cela, il est essentiel de maîtriser sa composition, de manière à le rendre réactif. Une haute teneur en chaux, par exemple, rend le laitier basique ce qui est favorable vis-à-vis des inclusions d'alumine. Cependant, ce laitier doit aussi ménager les briques réfractaires... le réglage des laitiers d'aciérie est donc un compromis. Certains oxydes du laitier, comme le FeO, peuvent oxyder les additions d'alliage comme le titane, l'aluminium, le bore, ... Dans ce cas, ces éléments d'alliages sont consommés, donc gaspillés, avant d'atteindre le métal liquide. Une quantité de laitier trop importante, ou une oxydation du laitier mal maîtrisée est donc dans ce cas rédhibitoire. Les outils liés au traitement du laitier consistent généralement en un "rateau" pour "écrémer" le laitier flottant sur l'acier liquide. Des trémies permettent l'addition des produits destinés à constituer ou amender de laitier. Les laitiers d'aciérie sont généralement de composition chaux-alumine, pour les aciers au carbone destinés aux produits plats, et chaux-silice pour les aciers au carbone destinés aux produits longs. Pour les aciers inoxydables, leur forte teneur en chrome rend très intéressante le recyclage en interne dans l'aciérie.

Le laitier au soudage

On appelle laitier la croute qui se forme sur le bain de la soudure. Il protège ce bain de l'oxygène de l'air, et l'isole thermiquement. Dans le soudage à l'électrode enrobée, c'est l'enrobage qui va, en fondant, créer le laitier. On distingue alors les les électrodes en fonction de leur enrobage:
-enrobage basique (riche en chaux), dont la mise en oeuvre est difficile, mais qui assurent une excellente résistance mécanique.
- enrobage acide (riche en silice), à l'utilisation plus facile.

Valorisation des laitiers

Conditionnement

Plusieurs qualités de laitier sont présentes sur le marché. On peut premiérement les classer suivant leur origine:
- laitiers de hauts fournaux (HF),
- laitiers d'aciérie électrique,
- laitiers d'aciérie de convertisseur à oxygéne (LD), qui sont des laitiers d'aciérie On peut aussi classer les laitiers suivant leur façon d'être obtenus:
- laitiers cristallisés,
- laitiers granulés,
- laitiers bouletés. Les laitiers granulés sont produits grâce à la projection d'eau sous pression à la sortie du four. Cela permet d'avoir un produit très fin et homogène et pouvant développer une prise hydraulique sous l'effet ou non d'un activant (généralement la chaux). Les laitiers cristallisés sont produits en plongeant la coulée de laitier dans un bain d'eau. Cela permet un refroidissement moins onéreux mais nécessite un concassage secondaire pour utiliser ce matériau. L'inconvénient réside dans le fait que ce matériau présente une certaine hétérogénéité.

Utilisation

On peut définir trois grandes classes d'utilisation des laitiers :
- sous forme de liants hydrauliques (en composants principaux ou secondaires) ;
- sous forme de granulats (en composant de produits traités ou non) ;
- sous forme d'engrais et d'amendement de sols.
- sous forme de liants hydrauliques Le laitier peut être utilisé pour la fabrication des ciments dits « GGBS » (Groung Granulated Blast furnace Slag c'est-à-dire laitier de haut fourneau granulé au sol). Le laitier utilisé pour cette utilisation est le laitier de haut-fourneau granulé ou bouleté.
- sous forme de granulats L'utilisation sous forme de granulats est moins rentable que l'utilisation sous forme de liant hydraulique. Cependant, tous les types de laitiers cristallisés sont utilisables sous forme de granulats. L'utilisation des laitiers de haut-fourneau cristallisés est reconnue sous deux formes : -en fraîche production, i.e. le laitier est refroidi à la sortie du haut-fourneau et subit un concassage dans la foulée ; -après un passage en crassier, i.e. le laitier est stocké dans un crassier, équivalent de terril. Ce stockage peut entraîner une hétérogénéité du matériau notamment en cas de mauvais suivi des approvisionnements. Dans les deux cas, on note l'utilisation de ces granulats en : graves non traitées (GNT), en graves traitées au laitier granulé (dites graves laitier tout laitier) et en enrobés hydrocarbonés. La pratique des laitiers électriques est plus récente mais se substitue de plus en plus à la précédente du fait de la disparition progressive des hauts-fourneaux. Il faut rester méfiant quant aux diverses appellations de laitiers : sous l'appellation de laitier électrique, on peut trouver des laitiers de poche (dans lesquels sont affinés les aciers pour donner les nuances voulues) qui contiennent une teneur non négligeable en métaux lourds. On note l'utilisation de ces granulats en : graves non traitées (GNT), en graves traitées au laitier granulé (dites graves laitier tout laitier), en enrobés hydrocarbonés et en lit de pose en assainissement. La pratique des laitiers d'aciérie à convertisseur d'oxygène est d'ordre expérimental. En effet, il n'est pas rare de trouver des nodules de chaux ayant la possibilité de s'hydrater plus tard, notamment dans le cas des laitiers cristalisés. Il en résulte un gonflement qui peut intervenir longtemps après la mise en oeuvre de ce laitier, et qui provoque une destruction de la chaussée. Plusieurs méthodes ont été mises au point pour s'affranchir de cette expansion volumique due à l'hydratation de la chaux :
- le vieillissement à l'air libre du matériau : le matériau est étalé à l'air libre et s'hydrate sous l'effet de la pluie ou par une humidification artificielle. Cette méthode exige des superficies considérables de stockages notamment, si pour optimiser cette méthode, on étale le matériau avec une épaisseur faible permettant le ruissellement de l'eau de la surface à la base du stock ;
- le vieillissement accéléré dans des autoclaves. Cette méthode exige des quantités d'énergies non négligeables mais est utilisée dans de spays pauvres en matériaux naturels (ex : Pays-Bas)
- la traçabilité des laitiers de la coulée à la transformation de ceux-ci en granulats. Certaines aciéries qui n'ont pas sous-traité la valorisation des laitiers peuvent à travers les analyses chimiques qu'ils font sur les laitiers (en lien directement avec la qualité de l'acier produit) classer les matériaux en matériaux valorisables ou non et développer un système de traçabilité. Actuellement, peu d'usages sont autorisées par les bureaux de contrôle. Leur utilisation se fait quasi exclusivement dans le cadre de chantiers expérimentaux.
-sous forme d'amendement de sols La minette lorraine, minerai de fer pauvre et contenant beaucoup de phosphore, générait une fonte qu'il fallait déphosphorer au convertisseur. Le laitier de convertisseur alors obtenu, riche en P2O5, est un excellent engrais. Si cette valorisation est encore faite avec les laitiers de convertisseur, l'abandon de la minette lorraine, rend cette filière moins attractive.

Recyclage

La production française de granulats de laitier est, en France pour 2005, de 2 080 000 tonnes, pour 51 847 000 euros, dans 10 entreprises.

Notes et références de l'article

le laitier de haut-fourneau (1988), de Alexandre J. et Sebileau J-L., éditions CTPL les scories LD (1976) in BLPC n°83, de Panis A. utilisation des scories LD en technique routière (1984) in Bulletin de l'Association Internationale de Géologie de l'Ingénieur, de Panis A.

Voir aussi

===
Sujets connexes
Acier   Acier inoxydable   Aciérie   Alumine   Aluminium   Ballast (chemin de fer)   Bore   Carbone   Chaux   Chaux (chimie)   Ciment   Coke (charbon)   Convertisseur (sidérurgie)   Engrais   Fonte (métallurgie)   Haut fourneau   Laitier (sidérurgie)   Minerai de fer   Minette lorraine   Métallurgie   Oxyde   Oxygène   Phosphore   Réfractaire   Sidérurgie   Silicate   Silice   Titane  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^