Jean-Louis Costes

Infos
Jean-Louis Costes, de son nom complet Jean-Louis Garnick Philippe Costes est un artiste performer et musicien français né le 13 mai 1954 (selon ). Il a grandi dans la maison de ses grands-parents, plutôt aisés, au Vésinet. Tout en faisant des études d'architecture, il joue dans des groupes de rock amateurs et voyage en Afrique, en Amérique du Sud en Asie. Son passage par l'Inde lui laisse plutôt un goût amer : les hippies ont colonisé et massacré les
Jean-Louis Costes

Jean-Louis Costes, de son nom complet Jean-Louis Garnick Philippe Costes est un artiste performer et musicien français né le 13 mai 1954 (selon ). Il a grandi dans la maison de ses grands-parents, plutôt aisés, au Vésinet. Tout en faisant des études d'architecture, il joue dans des groupes de rock amateurs et voyage en Afrique, en Amérique du Sud en Asie. Son passage par l'Inde lui laisse plutôt un goût amer : les hippies ont colonisé et massacré les lieux. Il revient avec un tatouage sur les doigts et l'épaule. À partir de 1986, la musique devient son activité principale et il quitte son poste d'architecte. Il cesse de jouer dans des groupes pour créer seul des chansons aux paroles crues oscillant entre mélodies et bruitisme et évoquant parfois des thèmes politiques. Sur scène il présente ses opéras pornos-sociaux, des comédies musicales paroxystiques, trash et violentes qui peuvent choquer. L'UEJF, le MRAP ou la LICRA l'ont ainsi attaqué en justice en 1997-1998 pour la mise en ligne sur son site d'extraits du CD Livrez les blanches aux bicots. Les parties civiles considéraient qu'il s'agissait d'une incitation à la haine raciale, tandis que Thierry Lévy, avocat de Costes, considérait qu'il s'agissait d'une représentation destinée à mettre en avant les limites de la pensée raciste en poussant sa logique jusqu'à son paroxysme, parfaitement absurde (« Quel raciste conséquent tiendrait de tels propos ? »). Le 15 décembre 1999, Jean-Louis Costes est condamné à 50 000 FRF d'amende avec sursis par la Cour d'appel de Paris mais cet arrêt a été cassé le 27 novembre 2001 par la Cour de cassation au motif que les délits de diffamation raciale ne sont pas des délits continus mais le délai de prescription de 3 mois sur Internet court à partir de la première publication. L'affaire fut renvoyée devant la Cour d'appel de Paris. Le 27 janvier 2004, celle-ci a de nouveau condamné Jean-Louis Costes, considérant qu'en changeant le nom de domaine de son site, Jean-Louis Costes en avait facilité l'accès, ce qui équivaut à une republication. En 2006, l'affaire n'est pas encore définitivement jugée (toujours en cassation). Le livre Je gagne toujours à la fin de Tristan-Edern Vaquette consacre quelques chapitres à cette affaire. Très prolifique, il a produit 35 disques, des dizaines de K7 audios et de vidéos. 20 opéras joués en Europe, en Amérique du Nord et au Japon, font de lui un artiste culte de l'underground. Parallèlement il réalise des films, cinq longs métrages et une vingtaine de courts-métrages. À partir de 1997, il écrit des nouvelles pour des sites internet et des revues indépendantes, notamment la revue Hermaphrodite, la revue Cancer!, le site Ring ou la revue littéraire Tsimtsoûm. Il rédige également un essai qui sera publié par les éditions HACHE Mon grand-père immigré raciste anti-français, qui sera repris plus tard pour créer le roman Grand-père. Son premier roman, Viva la merda !, est publié en 2003 par les éditions Hermaphrodite. En 2004, est ouvert , unique site non-officiel sur Jean-Louis Costes, animé par un passionné et sur lequel on trouve une mine importante d'informations sur le performer. En 2006, un roman, Grand Père, est publié chez Fayard (il s'agit en fait de la suite de la nouvelle Mon grand-père, immigré fasciste raciste anti-français publiée en 2001 aux éditions Hache, et à laquelle sont ajoutées 300 pages). Au mois de juillet, entouré de Mick Gondouin, Ludovic Berthillot et Régis Desfeux, il tourne dans le court-métrage de Frédéric Polizine, Œil pour œil, pour lequel il enregistre aussi la bande originale.

Bibliographie

-Mon grand-père, immigré fasciste raciste anti-français,
- (Editions Hermaphrodite, 2003)
-Grand-Père (Editions Fayard 2006) ==
Sujets connexes
Afrique   Amérique du Nord   Amérique du Sud   Art performance   Asie   Cancer!   Cassation   Cour d'appel de Paris   Cour de cassation   Europe   Fayard (édition)   Franc français   France   Japon   Je gagne toujours à la fin   Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme   Ludovic Berthillot   Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples   Musicien   Tristan-Edern Vaquette   Union des étudiants juifs de France  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^