Langues berbères

Infos
Homonymie : pour le peuple, voyez l'article Berbères Les langues berbères (tamazight) forment un groupe de langues afro-asiatiques dérivées du berbère ancien, séparé en deux branches : langues berbères du Nord et du Sud. Ces langues sont présentes depuis le Maroc jusqu'à l'Égypte, en passant par l'Algérie, la Tunisie, le Niger et le Mali - , article de Salem Chaker, professeur de berbère à l'Inalco, et directeur du Centre de Recherche Berbère.. On
Langues berbères

Homonymie : pour le peuple, voyez l'article Berbères Les langues berbères (tamazight) forment un groupe de langues afro-asiatiques dérivées du berbère ancien, séparé en deux branches : langues berbères du Nord et du Sud. Ces langues sont présentes depuis le Maroc jusqu'à l'Égypte, en passant par l'Algérie, la Tunisie, le Niger et le Mali - , article de Salem Chaker, professeur de berbère à l'Inalco, et directeur du Centre de Recherche Berbère.. On dénombre une trentaine de variétés. Le berbère possède son propre système d'écriture, celui que les Touaregs ont conservé : le tifinagh - , L'évolution de Tifinagh.. Les langues berbères ont assimilé plusieurs emprunts : à l'hébreu, au phénicien, au latin, au turc, à l'arabe, au français, ou encore à l'espagnol. Il n'existe pas de chiffres officiels concernant le nombre de berbérophones, mais on estime le nombre de locuteurs à 20 millions - , Les Berbères en Afrique du Nord..

Répartition géographique

Les langues berbères dispersées sur une aire géographique très vaste, sont soumises à une pression de l'arabe maghrébin et à moindre mesure du français. Des villes et des régions majoritairement berbérophones au début du XXe siècle, ne le sont plus du tout aujourd'hui (Batna, Oum El Bouaghi), l'arabe maghrébin ayant remplacé le berbère.

Algérie

L'Algérie compte environ 25% à 35% de berbérophones — selon le professeur Salem Chaker, de l'INALCO.
- Le kabyle (taqbaylit) est la deuxième langue la plus parlée après le chleuh avec 4, 5 millions en Kabylie — les trois wilayas de Tizi-Ouzou, Béjaïa, Bouira et une partie des wilayas limitrophes. Certains estiment à plus de 7 millions de kabylophones en comptant la diaspora.
- Le chenoui est présent dans l'Atlas blidéen (beni salah) à l'ouest d'Alger (200 000 locuteurs).
- Le chaoui (tachawit) est parlé par plus de 2, 5 millions de personnes à l'est du pays, surtout dans les Aurès — wilayas de Batna, Khenchela, Oum-El-Bouaghi, Souk Ahras, Constantine et Sétif et dans une partie des wilayas de Guelma, et Biskra.
- Le mozabite, est parlé au Mzab, dans le sud 300 000 locuteurs
- Le touareg (c'est-à-dire les variantes tamasheq, tamahaq, tamajaq) est parlé dans le sud de l'Algérie, le sud est de la Libye, au Mali, au Niger et au nord du Burkina Faso.
- Le chelha est parlé à Beni Boussaid, un âarch berbère de 20 000 habitants situé au mont ASFOUR dans la wilaya de Tlemcen, et à Bousemghoune, et assla des ksours situés dans la région d'Elbayadh.
- Le tagargrent est parlé dans la région de Ouargla et de N'Goussa

Maroc

Le Maroc contient la plus importante population berbère, et certaines études avancent que près de 60 % de la population possèdent une patrilinéarité proche et récente liée à ce patrimoine. Il est aussi le premier pays berbérophone avec une estimation des pratiquants actuels (Salem Chaker, notamment) de 40 %Voir la carte des .. Fillette berbère du Haut Atlas au Maroc (vallée de l'Imlil)
- Le chleuh (tachelhit) est parlé par les Chleuhs dans le Haut Atlas, dans l'Anti-Atlas au sud, et dans la plaine du Souss. C'est le dialecte berbère le plus parlé — entre 8 et 10 millions de locuteurs.
- Le tamazight du Maroc central, appelé aussi tamazight tout court ou braber — est parlé dans le Haut et le Moyen Atlas, de Khénifra à Taza, ainsi par ailleurs qu'au centre du royaume.
- Le rifain (tarifit), parlé par les habitants de la région du Rif au nord du Maroc — Nador, Al-Hoceima, Tanger, Tetouan, Taza, Oujda, Berkane, Melilla...
- Le ghomara, parlé les Ghomaras situés dans le Rif occidental jusqu'à la côte atlantique — Asila et Ksar Elkebir.

Mali et Niger

Le touareg, plus précisément les variantes tamasheq et tamajaq . Les Touaregs représentent environ 10 % de chacune des populations malienne et nigerienne.

Tunisie

Jeune femme berbère de Tunisie (début des années 1900) En Tunisie, pays arabophone à 99 %, le chelha est parlé dans les villages semi-berbérophones du sud — Chenini, Douiret, Matmata, Tamezrett, etc. — ainsi que dans quelques villages de l'île de Djerba (surtout Guellala/Iqellalen, Ajim, Sedouikech/Azdyuch, Ouirsighen/At Ursighen) par Ahmed Boukous, Études et Documents Berbères, n° 4, 1988, pp. 77-84..

Libye

Le nefoussa est parlé en Libye, à Aoudjila , Sokna et Zouara — 20 % de la population. Le tamahaq est également parlé dans la région de Ghat par environ 17, 000 personnes (Johnstone 1993).

Mauritanie

Le zenaga est parlé à Medredra. Le tamasheq est également utilisé. Mais la plupart des non-arabophones de Mauritanie parlent les langues nigéro-congolaises.

Îles Canaries

Dans les îles Canaries, se parlait jadis le guanche, aujourd'hui disparu. Une partie de la population actuelle de ces îles espagnoles se revendique berbère mais ne parle aucun dialecte de cette langue - « La revendication berbère aux Îles Canaries : mythe ou réalité », Tamurt, pp. 5-8.. Cette revendication berbère est notamment portée par le Congrès national canarien (CNC), parti indépendantiste canarien, branche politique du mouvement de libération des Canaries, le MPAIAC - , ; articles de Antonio Cubillo, Président du CNC..

Égypte

Les Siwis parlent le seul dialecte berbère égyptien, le siwi, présent dans les environs de l'Oasis de Siwa. Cette oasis du nord-ouest de l'Égypte représente le plus oriental des groupes berbères - par Madjid Allaoua, Etudes et Documents Berbères, n° 15-16, 1997-1998 (2000), pp. 313-318..

Écriture

Entrée à Kidal, ville touareg du Mali, au centre du massif de l'Adrar des Ifoghas. Sur le côté gauche du rocher, Kidal est écrit en caractère tifinagh : " kd'l ". Le berbère est noté, depuis le milieu du premier millénaire avant l'ère chrétienne, au moyen de l'alphabet tifinagh ou libyco-berbère. Il comporte des voyelles et des consonnes, dont il existe plusieurs variantes - , Les différents systèmes d'écriture amazighe.. Depuis le début du , le berbère a surtout été écrit au moyen de l'alphabet latin ou de l'alphabet arabe, bien que les Touaregs continuent de l'utiliser couramment. Cependant, des propositions de tifinagh standard ont vu le jour à partir de la fin du . L'Académie berbère, travailla sur une version, révisée ensuite par le professeur Salem Chaker de l'INALCO. L'IRCAM officialisa une version de l'alphabet tifinagh en 2003. La principale difficulté de la mise en place d'un alphabet standard réside dans la localisation progressive des langues berbères, qui a engendré une différenciation de certains phonèmes et lettres - par Miloud Taïfi, Études et Documents Berbères, n° 12, 1994, pp. 119-138..

Statut

Pancarte de bienvenue multilingue de la commune d'Isser (Boumerdès, Algérie) transcrit en arabe, en berbère (tifinagh), et en français. Le berbère n'est langue officielle dans aucun pays, il est langue nationale au Mali, au Niger et en Algérie depuis 2002. Si le berbère est aujourd'hui très minoritaire tant en Tunisie qu'en Libye, il est cependant très présent en Algérie mais aussi, et surtout, au Maroc. Les États d'Afrique septentrionale concernés (Maroc, Algérie, Mali, Niger, Libye, Égypte, Tunisie, Mauritanie ... ) ont, dès l'accession aux indépendances, adopté au sujet des langues locales autres que l'arabe officiel — geolectes arabes ou berbères, langues négro-africaines, français, voire espagnol — des politiques extrêmement différenciées, souvent hostiles - , La politique linguistique d'arabisation.. Aujourd'hui, les politiques linguistiques lancées après les indépendances avaient pour objectif de remplacer le français par l'arabe au détriment du berbère. Le mouvement revendicatif berbère a fait irruption sur la scène algérienne en 1980 en Kabylie. Cependant, si par exemple en Algérie, le berbère a été déclaré langue nationale par la révision constitutionnelle du 10 avril 2002 (article 3 bis), ou au Maroc introduite dans l'enseignement primaire, celui-ci n'est dans aucun de ces pays enseigné comme idiome majoritaire au long des cursus scolaires et universitaires - , Les droits linguistiques des berbérophones.. En conséquence, les langues berbères qui ne bénéficient nullement d'un soutien massif au niveau de la politique nationale, se transmettent de plus en plus difficilement dans les zones urbaines et, même au sein de la matrice rurale originelle, résistent de plus en plus mal aux concurrences des arabes locaux et standard, des langues des anciennes puissances coloniales ou de l'anglais.

Notes et références

Voir aussi

Bibliographie

- Revue annuelle (Paris/Aix-en-Provence, Coédition La boîte à Documents/Edisud).
- Langues et littératures berbères des origines à nos jours (Bibliographie internationale), Lamara Bougchiche, Ibis Press, Paris, 1997 .
- Linguistique berbère : Études de syntaxe et de diachronie, Salem Chaker, Peeters, Paris, 1995 .
- Grammaire berbère (rifain, zayane, chleuh, kabyle), Michel Quitout, éd. L'Harmattan, 1997 .
- Initiation à l'écriture de la langue berbère, Larbi Rabdi, éd. L'Harmattan, 2001, 148 p. .
- Dictionnaire des racines berbères (formes attestées), Kamal Naït-Zerrad, 3 tomes : Tome I, 1998 ; Tome II, 1999 ; Tome III, 2002 .
- La langue berbère, André Basset, éd. L'Harmattan, 2004 .
- Langue berbère. Introduction à la notation usuelle en caractères latins, Ramdane Achab, éd. Hoggar, Paris, 1998 .
- Dictionnaire tamazight - français (variante zayane du Maroc central), Miloud Taïfi, éd. L'Harmattan, 1992 .
- Dictionnaire des verbes Tachelhit-Français, Abdallah El Mountassir, éd. L'Harmattan, 2003 .
- Manuel de conjugaison du tachelhit (langue berbère du Maroc), Abdallah Boumalk, éd. L'Harmattan, 2003 .
- Grammaire moderne du kabyle, Kamal Naït-Zerrad, éd. Karthala, Paris, 2001 .
- Psycholinguistique touarègue (Interférences culturelles), Mohamed Aghali-Zakara, Inalco, Paris, 1992.
- Dialecte de l’Ahaggar (en 4 volumes), Charles de Foucauld, éd. L’Harmattan, Paris, réédition de 2005 .
- Langue et pouvoir en Algérie, Mohammed Benrabah, éd. Séguier, 1999 . grammaire berbère, A.Bououd, www.e-monsite.com/bououd ===
Sujets connexes
Académie berbère   Adaptations de l'alphabet arabe   Adrar des Ifoghas   Afrique du Nord   Ajim   Alger   Algérie   Alphabet   Alphabet latin   André Basset   Anglais   Années 1900   Anti-Atlas   Arabe   Atlas (massif)   Aurès   Australie   Autoritarisme   Batna   Beni Boussaid   Berbères   Berkane   Biskra   Blida   Bouira   Burkina Faso   Béjaïa   Canada   Chaoui   Charles de Foucauld   Chelha   Chenini   Chenoui   Chleuh   Chleuhs   Consonne   Constantine (Algérie)   Dialecte   Diaspora   Djerba   Douiret   Espagne   Espagnol   Français   Guellala   Guelma   Haut Atlas   Hébreu   Institut royal de la culture amazighe   Islamisme   Kabyle   Kabylie   Khenchela   Khénifra   Kidal   Langue nationale   Langue officielle   Langues afro-asiatiques   Langues nigéro-congolaises   Latin   Libye   Mali   Maroc   Matmata   Mauritanie   Melilla   Movimiento por la Autodeterminación e Independencia del Archipiélago Canario   Moyen Atlas   Mozabite   Mzab   Nassérisme   Niger   Oasis   Ouargla   Oujda   Oum-El-Bouaghi   Panarabisme   Phonème   Phénicien   Rif   Rifain   Sahara   Salem Chaker   Sedouikech   Signalisation bilingue   Siwa   Siwi   Siwis   Souss   Sétif   Tagargrent   Tamazight du Maroc central   Tanger   Taza   Tizi-Ouzou   Tlemcen   Touareg (langue)   Tunisie   Turc   Voyelle   Wilaya   Zayane   Zenaga  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^