Guillotine

Infos
Un exemplaire de guillotine, modèle Berger 1872, construit vers 1890. L'homme figurant à droite de l'image est le propriétaire, M.Fernand Meyssonnier, ancien exécuteur-adjoint d'Algérie. Guillotines françaises À gauche: modèle 1792, à droite: modèle 1872 (état de 1907)Modèles historiques en échelle 1:6 La guillotine est une machine qui était utilisée pour l'application de la peine capitale par décapitation, notamment en France, dans certains cantons de Suisse, e
Guillotine

Un exemplaire de guillotine, modèle Berger 1872, construit vers 1890. L'homme figurant à droite de l'image est le propriétaire, M.Fernand Meyssonnier, ancien exécuteur-adjoint d'Algérie. Guillotines françaises À gauche: modèle 1792, à droite: modèle 1872 (état de 1907)Modèles historiques en échelle 1:6 La guillotine est une machine qui était utilisée pour l'application de la peine capitale par décapitation, notamment en France, dans certains cantons de Suisse, en Suède, en Belgique et en Allemagne (la peine de mort ayant été abolie dans tous ces pays, elle n'est plus utilisée de nos jours).

Description

L'appareil est constitué d'une base dont la forme varie et sur laquelle sont fixés deux montants verticaux hauts de quatre mètres environ, à 37 centimètres l'un de l'autre , eux-mêmes surmontés par une barre transversale et une poulie. Entre ces deux piliers coulisse une lourde lame trapézoïdale (le couperet) surmontée d'un poids métallique (le mouton) (l'ensemble pèse 40 kilogrammes). La lame est montée au sommet des montants avec une corde qui passe dans la poulie, et reste fixée à la barre transversale par un système de pince. Le condamné à mort est poussé sur une planche verticale qui bascule horizontalement, et son cou se retrouve placé dans la lunette. La lunette est un collier de bois, en forme de cercle, qui se sépare en deux demi-cercles à volonté - seule la partie supérieure est mobile - et permet d'enfermer le cou du condamné entre les deux montants, l'empêchant de bouger. En baissant une manette située sur le montant gauche de la machine, la pince retenant le couperet s'ouvre. La lame tombe, par simple gravité, sur une distance qui varie selon le modèle (aux alentours de 2, 30 mètres sur les modèles français, moins sur les modèles allemands) avant de frapper le cou du condamné. La tête tombe dans une bassine de zinc, à l'avant de la machine. Le corps est poussé dans un grand panier d'osier doublé de zinc, qui se trouve latéralement à droite de la guillotine.

Origines

L'arme des radicaux Dessin de George Cruikshank (1819).« Pas de Dieu ! Pas de religion ! Pas de roi ! Pas de constitution ! » . Sous l'Ancien Régime, il existait une multitude de modalités d'application de la peine capitale, selon le crime et la condition du condamné : la décapitation à l'épée (ou à la hache) était réservée aux nobles, la pendaison aux voleurs, le bûcher aux hérétiques, la roue aux bandits de grands chemins, l'écartèlement aux régicides. La méthode de décapitation mécanique est préconisée dans deux discours à l'Assemblée constituante les 10 octobre et 1789 par le docteur Joseph Ignace Guillotin, qui considérait cette méthode comme plus humaine que la pendaison ou la décapitation à l'aide d'une hache. En effet, l'agonie des pendus pouvait être longue, et certaines décapitations à la hache étaient ratées, demandant plusieurs coups. Guillotin estimait que l'instantanéité de la punition était la condition nécessaire et absolue d'une mort décente. Le 6 octobre 1791, l'Assemblée législative promulgue une loi déclarant que « tout condamné à mort aura la tête tranchée ». L'appareil fut testé à l'Hospice de Bicêtre. Mais, en l'absence de plans précis pour la construction de la machine, la suggestion de Guillotin, bien qu'initialement soutenue par Mirabeau, mettra plus de deux ans à entrer en application. Le premier projet de guillotine avait une lame horizontale. C'est le docteur Antoine Louis, célèbre chirurgien de l'époque, qui préconise, dans un rapport remis le 7 mars 1792, la mise au point d'une machine à lame oblique, seul moyen de donner la mort à tous les condamnés avec rapidité et sûreté, ce qui n'était pas possible avec une lame horizontale. Il est aussi avancé que l'emploi de la lame oblique aurait été préconisé par Louis XVI lui-même, celui-ci étant meilleur bricoleur (on connait sa passion pour la serrurerie) que gestionnaire des affaires du royaume. Rien ne confirme cette hypothèse. Le constructeur de la première guillotine fut un facteur de clavecins prussien, établi à Paris, nommé Tobias Schmidt, ami personnel du bourreau de la capitale Charles-Henri Sanson. Schmidt fabriqua la machine pour la somme de 812 livres. Il faut noter que jamais le docteur Joseph Ignace Guillotin n'assista à la moindre exécution capitale, et que, jusqu'à sa mort survenue en 1814, il déplora en petit comité que son nom soit associé à la machine dont il n'avait fait que préconiser l'étude et l'usage. Au final, et contrairement à ce qui a été maintes fois dit et écrit, le docteur Joseph Ignace Guillotin n'a pas été victime de "sa" machine, mais d'un anthrax à l'épaule gauche.

Les lieux d'exécution à Paris

La première exécution au moyen de la guillotine se déroule le 25 avril 1792 sur la place de Grève (actuelle place de l'Hôtel-de-Ville). Tous les condamnés à mort sont désormais exécutés en ce lieu, jusqu'à ce que l'échafaud soit finalement transporté, le 21 août, sur la place du Carrousel, face au palais des Tuileries, pour l'exécution du premier condamné politique, un dénommé Collenot d'Angremont. Le surlendemain ce sera le tour de Arnaud de Laporte, Intendant de la Liste Civile et l'un des chefs de la contre-révolution. Le 13 octobre, la guillotine est dressée sur la place de la Révolution (actuelle place de la Concorde) pour l'exécution des voleurs des bijoux de la Couronne. Le 21 janvier 1793, elle est de nouveau dressée sur cette place pour l'exécution de Louis XVI. Le 11 mai, elle quitte définitivement la place du Carrousel pour la place de la Révolution : là sont notamment exécutés Marie-Antoinette d'Autriche, les Girondins, Philippe d'Orléans et Georges Jacques Danton. Le 9 juin 1794, elle déménage place de la Bastille puis, le 14 juin, place du Trône-renversé (actuelle place de la Nation), avant de revenir place de la Révolution le 27 juillet pour l'exécution de Maximilien de Robespierre. L'exécution de Marie-Antoinette sur la place de la Révolution, le 16 octobre 1793. Après la Révolution, les exécutions se déroulent à nouveau sur la place de Grève. C'est là que sont notamment guillotinés Georges Cadoudal (en 1804) et les quatre sergents de La Rochelle (en 1822). À partir du 4 février 1832, la guillotine est installée devant la barrière Saint-Jacques (actuelle place Saint-Jacques). C'est là que sont exécutés Pierre-François Lacenaire (1836) et plusieurs auteurs d'attentats contre Louis-Philippe, parmi lesquels Giuseppe Fieschi. Le 29 novembre 1851, l'échafaud est transféré devant la prison de la Grande Roquette (à l'emplacement actuel des n° 166-168, rue de la Roquette). Y sont notamment exécutés Orsini (1858), auteur d'un attentat contre Napoléon III, et l'assassin en série Troppmann (1870). En novembre 1870, l'échafaud disparaît et la guillotine est désormais montée à même le sol (sur cinq dalles toujours visibles aujourd'hui rue de la Croix-Faubin, au débouché de la rue de la Roquette). À partir du 6 août 1909, la guillotine est utilisée à l'angle du boulevard Arago et de la rue de la Santé. C'est là que sont exécutés les membres de la Bande à BONNOT et Paul Gorgulov. C'est à Versailles que se déroule la dernière exécution publique, celle d'Eugen Weidmann, le 17 juin 1939, devant la prison Saint-Pierre. Pendant l'Occupation, les hommes sont guillotinés dans la cour de la prison de la Santé, les femmes, dans celle de la prison de la Petite-Roquette (à l'emplacement du n° 143, rue de la Roquette). Et c'est finalement à Marseille qu'a lieu la dernière exécution capitale, celle d'Hamida Djandoubi, le 10 septembre 1977.

Les domiciles de la guillotine

En 1793, l’accusateur public du Tribunal révolutionnaire Fouquier-Tinville, ordonne au bourreau Charles-Henri Sanson de trouver un lieu où entreposer la « veuve ». Elle élira finalement domicile chez l'ingénieur du département de la Seine, nommé Demontier. Lorsque Jean-François Heidenreich devient bourreau en 1849, la machine est déménagée au 11-13, rue Pont-aux-Choux, dans le quartier du Marais. Puis il la fait déplacer de nouveau, cette fois-ci dans un hangar situé au 60 bis, rue de la Folie-Régnault, à deux pas de la prison de la Roquette. Elle y restera ainsi cinquante ans. En 1911, alors que la Roquette a été démolie, Anatole Deibler décide de déménager la guillotine dans une remise tout fraîchement construite de la Prison de la Santé, à l'angle de laquelle se déroulent toutes les exécutions parisiennes. Puis en 1978, le dernier exécuteur, Marcel Chevalier, reçoit de l’administration l'ordre de déplacer les « bois de justice » à la prison de Fresnes, où doivent avoir lieu désormais toutes les exécutions. Cependant la guillotine restera définitivement muette, les quatre derniers condamnés à mort ayant tous été graciés. Depuis l’abolition de la peine capitale en 1981, les deux guillotines sont désormais entreposées, démontées, dans les sous-sols de la prison de Fontainebleau.

Exécutés célèbres

- 25 avril 1792 : place de Grève à Paris, le terrassier et voleur Nicolas Jacques Pelletier fut le premier condamné à mort guillotiné.
- 21 janvier 1793 : place de la Révolution à Paris, Louis XVI, ancien Roi de France
- 16 octobre 1793 : place de la Révolution à Paris, Marie-Antoinette d'Autriche, ancienne Reine de France
- 17 novembre 1793: place de la Révolution à Paris, Jean Nicolas Houchard, général sous la Révolution française.
- 5 avril 1794 : place de la Révolution à Paris, Georges Jacques Danton
- 8 mai 1794 : place de la Révolution à Paris, Antoine Lavoisier, le « père » de la chimie moderne.
- 27 mai 1794: (8 prairial de l'an II) Mathieu Jouve Jourdan, révolutionnaire français impliqué dans les Massacres de la Glacière.
- 28 juillet 1794 : (10 thermidor de l'an II), place de la Révolution à Paris, Maximilien de Robespierre.
- 27 mai 1797 : place de Grève à Paris, (8 prairial an V), Gracchus Babeuf.
- 9 janvier 1836 : barrière St-Jacques à Paris, Pierre-François Lacenaire.
- 19 janvier 1870 : terre-plein de la Roquette à Paris, Jean-Baptiste Troppmann, assassin d'une famille de huit personnes.
- 11 juillet 1892 : Montbrison (Loire), François Koënigstein, dit Ravachol, le « Christ de l'anarchie ».
- 5 février 1894 : Auguste Vaillant, Activiste anarchiste français.
- 25 février 1922 : à Versailles Henri Désiré Landru, assassin de dix femmes et d'un jeune garçon.
- 17 juin 1939 : Eugen Weidmann, assassin de six personnes (dernière exécution publique en France)
- 18 octobre 1940 : Hans Vollenweider, dernier condamné à mort de Suisse, guillotiné à Sarnen
- 22 février 1943: Décapitation de la « Rose blanche ». Trois étudiants allemands d'une vingtaine d'années sont guillotinés dans la prison de Stadelheim, près de Munich. Leur crime est d'avoir dénoncé le nazisme dans le cadre d'un mouvement clandestin, «La Rose blanche» (Die Weiße Rose en allemand). Parmi eux Hans et Sophie Scholl.
- 30 juillet 1943 : Marie-Louise Giraud, avorteuse (un crime contre la famille française sous Pétain).
- 25 mai 1946 : Marcel Petiot, assassin d'au moins 27 personnes.
-19 juin 1956 : Ahmed Zabana, premier condamné à mort de la Guerre d'Algérie. (voir la guerre de libération de l'Algérie ).
- 1957 : Jacques Fesch - voir l'article
- 28 novembre 1972 : exécution de Claude Buffet et Roger Bontems (pour prise d'otages, et Claude Buffet seulement, assassinat)
- 28 juillet 1976 : Christian Ranucci, pour le meurtre de la petite Marie-Dolorès Rambla, en juin 1974.
- 23 juin 1977 : Jérôme Carrein pour l'assassinat d'une fillette de huit ans.
- 10 septembre 1977 : dernière exécution, celle de Hamida Djandoubi pour la torture suivi de l'assassinat d'une jeune fille.

Abolition en France

Les trois dernières exécutions françaises contribuèrent à mettre un terme à la peine de mort en France qui fut abolie en 1981 par l'Assemblée nationale sur proposition de François Mitterrand et Robert Badinter. En particulier celle de Christian Ranucci car certains éléments suggéreraient que ce dernier était peut-être innocent du crime dont on l'accusait (voir l'affaire Ranucci ou le roman le Pull-over rouge de Gilles Perrault) ou, tout au moins, que de graves lacunes entachaient la qualité de l'enquête menée à ce moment-là (et le 19 janvier 2006 le journal Le Soir en Belgique fait paraître un article laissant entendre que le tueur en série Michel Fourniret pourrait être impliqué dans l'affaire).

Imaginaire populaire

La guillotine fut baptisée initialement « Louisette » ou « Louison » (inspiré du chirurgien royal Antoine Louis) avant de prendre son nom définitif au grand désespoir du docteur Guillotin d'ailleurs ! Pendant la Révolution française, elle fut surnommée le grand « Rasoir national », la « Mirabelle », « l'Abbaye de Monte-à-Regret », le « Vasistas », la « Veuve » et la « raccourcisseuse patriotique ». Au , on la surnommait la « Lucarne » et au le « Massicot » ou la « Bécane » (ces deux termes étant employés par les bourreaux), ou encore les « Bois de Justice ». Le terme de bascule à Charlot a été également utilisé en référence au premier exécuteur à l'avoir employée : Charles Sanson. Lorsque les exécutions avaient lieu place de la Roquette, on a appelé la guillotine « l'abbaye de Saint-Pierre », jeu de mots sur les cinq pierres en croix qui marquaient son emplacement (et que l'on peut toujours voir). Louis-Ferdinand Céline surnommait la guillotine « le prix Goncourt des assassins ». Les assistants de l'exécuteur des hautes œuvres etaient surnommés « accordeurs de piano » (possible référence a Tobias Schmitt, créateur de la première guillotine et qui etait un constructeur de clavecins ?). Voici quelques expressions populaires, relatives à la guillotine et à son usage :
- Accomplir une action qui va immanquablement entraîner la peine capitale (c'est-à-dire risquer la peine de mort) :
- Y aller... (du cigare, de la tronche, du gadin, du citron, du chou, ...) et, généralement autres substantifs signifiant la tête.
- Aller... (comme précédemment, accompagné des mêmes substantifs), sans le « Y », signifie : subir le châtiment suprême.
- Aller à son châtiment se dit :
- Aller... (à la butte, a l'abbaye du Monte-à-Regret, au rasoir, au coiffeur, à la veuve, marier (ou épouser) la veuve, passer à la découpe, ...).
- Subir le châtiment se dit :
- Éternuer dans la sciure, dans le bac, dans la bassine...
- Se faire raccourcir... d'une tête, de 30 centimètres...
- Se faire décolleter la gargane, couper le sifflet, ou le kiki...(s'emploie aussi pour « se faire égorger »).
- Mettre (ou passer) la tête (ou autre mot d'argot signifiant tête) dans la lunette, au guichet...
- Se faire photographier... Cette expression vient du fait que l'aide exécuteur (celui qui tire la tête du condamné au travers de la lunette) est surnommé le « photographe ».

Usage à l'étranger

Guillotine ("Fallbeil") Bavaroise de 1854Modèle historique en echelle 1:6 La guillotine fut introduite à l'usage pendant l'époque de la Révolution en autres pays aussi. En Allemagne, les modèles utilisées étaient les mêmes comme en France jusqu'au milieu du 19 siècle. A partir de là, les machines à décapitation changeaient leur apparence: Moins de hauteur, plus de métal. Le "Fallbeil", comme on l'appelait en Allemagne, restait en usage jusqu'à l'abolition de la peine de mort dans la République Fédérale d'Allemagne (1949) et même plus longtemps dans la République Démocratique Allemande (jusqu'à 1968). ==
Sujets connexes
Affaire Christian Ranucci   Ahmed Zabana   Allemagne   An II   An V   Anatole Deibler   Ancien Régime   Anthrax staphylococcique   Antoine Lavoisier   Antoine Louis   Arnaud de Laporte   Assassinat   Assemblée constituante   Auguste Vaillant   Belgique   Bicêtre   Bourreau   Bûcher   Charles-Henri Sanson   Claude Buffet   Clavecin   Contre-révolution   Décapitation   Exécution de Louis XVI   Fontainebleau   Fouquier-Tinville   France   François Mitterrand   George Cruikshank   Georges Cadoudal   Georges Jacques Danton   Gilles Perrault   Giuseppe Fieschi   Gracchus Babeuf   Hamida Djandoubi   Hans Vollenweider   Henri Désiré Landru   Honoré Gabriel Riqueti de Mirabeau   Jacques Fesch   Jean-François Heidenreich   Jean Nicolas Houchard   Joseph Ignace Guillotin   Jérôme Carrein   Le Pull-over rouge   Le Soir   Liste civile de Louis-Philippe Ier   Livre (monnaie)   Louis-Ferdinand Céline   Louis XVI de France   Marcel Chevalier   Marcel Petiot   Marie-Antoinette d'Autriche   Marie-Louise Giraud   Marseille   Massacres de la Glacière   Mathieu Jouve Jourdan   Maximilien de Robespierre   Michel Fourniret   Noblesse   Palais des Tuileries   Paul Gorgulov   Peine de mort   Peine de mort en France   Pendaison   Place de l'Hôtel-de-Ville   Place de la Bastille   Place de la Concorde   Place de la Nation   Prairial   Prison de Fresnes   Prison de la Santé   Prusse   Quatre sergents de La Rochelle   Ravachol   Robert Badinter   Roue (supplice)   Révolution française   Sanson   Sarnen   Suisse   Suède   Thermidor   Torture   Vasistas  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^