Vietnamien

Infos
Le vietnamien (en vietnamien : Tiếng Việt) est la langue officielle du Viêt Nam. Il appartient à la branche môn-khmer des langues austroasiatiques. Il est la langue austroasiatique qui possède le plus de locuteurs (environ dix fois plus que la seconde, le khmer). C'est une langue isolante et monosyllabique, à système de tons vocaliques. C'est la langue maternelle d'environ 70% de la population du Viêt Nam, ainsi que d'environ deux millions d'émigrés. La gram
Vietnamien

Le vietnamien (en vietnamien : Tiếng Việt) est la langue officielle du Viêt Nam. Il appartient à la branche môn-khmer des langues austroasiatiques. Il est la langue austroasiatique qui possède le plus de locuteurs (environ dix fois plus que la seconde, le khmer). C'est une langue isolante et monosyllabique, à système de tons vocaliques. C'est la langue maternelle d'environ 70% de la population du Viêt Nam, ainsi que d'environ deux millions d'émigrés. La grammaire peut sembler simple du fait du caractère isolant (il n'y a pas de conjugaison ni de déclinaison des mots, pas de pluriels irréguliers, etc.), mais les marques de conjugaison et de déclinaison sont portées par les modulations tonales, ce qui peut être difficile à maîtriser pour une personne habituée à ce que ce soit porté par des flexions des mots. Dans l'écriture latinisée utilisée actuellement, le Quốc ngữ, les mots figurent comme une succession de monosyllabes. Quelque 1 000 ans d'occupation chinoise se sont traduits par l'adoption d'un grand nombre de mots chinois et de l'écriture en sinogrammes.

Histoire

La création de l'alphabet vietnamien est officiellement attribuée au jésuite Alexandre de Rhodes en 1623.

Classification

Le vietnamien fait partie du groupe des langues viêt-muong de la branche môn-khmer de la famille des langues austroasiatiques. Le vietnamien a été identifié comme une langue môn-khmer il y a plus de 150 ans. Aujourd'hui, il existe un grand nombre de travaux solides démontrant cette parenté. Le vietnamien a émergé comme langue d'une nation sous domination étrangère, lorsqu'en 208 avant J.-C., la Chine fait d'un royaume situé dans le delta du Fleuve Rouge un vassal. En 111 avant J.-C., la Chine occupe ce royaume et en fait une commanderie. L'occupation chinoise durera jusqu'en 939 après J.-C., résultant en une profonde sinisation de la culture et de la langues vietnamiennes. Le vietnamien a également été influencé par les populations de langues tai qui migrent du sud de la Chine en péninsule indochinoise. Des minorités appelées tày en vietnamien vivent dans les régions montagneuses du nord du Vietnam. Sous ces deux influences, le vietnamien à évolué en une langue monosyllabique et tonale, ce qui lui donne une ressemblance superficielle, d'une part avec le chinois, d'autre part avec le thaï. Toutefois, cette évolution phonologique s'explique essentiellement par des transformations internes. En effet, on constate une évolution similaire dans d'autres langues viêt-muong qui n'ont pourtant pas subi les mêmes influences extérieures. Du point de vue de la reconstruction comparative, le vietnamien pose problème, étant, sur les plans phonologique et lexical, moins conservateur que les autres langues viêt-muong. En revanche, les emprunts du vietnamien au chinois sont très importants pour la reconstruction du chinois archaïque et ancien. Enfin, il est essentiel de distinguer l'importance linguistique du vietnamien de sa fonction politique, voire idéologique. Politiquement, le vietnamien est la langue nationale d'un pays de plus de 80 millions d'habitants. Linguistiquement, il est simplement un membre d'une famille très diverses dont la majorité s'est, au cours de l'histoire, retrouvée marginalisée du point de vue du nombre de locuteurs.

Répartition géographique

Selon la publication Ethnologue , on trouve des locuteurs du vietnamien en nombre significatif dans les pays suivant : Australie, Cambodge, Canada, Chine, Côte d'Ivoire, Finlande, France métropolitaine et Nouvelle-Calédonie, Allemagne, Laos, Martinique, Pays-Bas, Norvège, Philippines, Sénégal, Thaïlande, Royaume-Uni, É.-U., et Vanuatu.

Statut officiel

Le vietnamien est la langue officielle du Viêt Nam.

Dialectes

Il y a plusieurs dialectes distincts dont les trois principaux sont : Ces dialectes diffèrent par leur prononciation des consonnes et des tonèmes, la différence étant plus marquée entre le dialecte de Hué et les deux autres, notamment en ce qui concerne le hỏi, l'un des tonèmes de la langue. La prononciation officielle est celle du dialecte de Hanoï. Voir l'article détaillé Langues du Việt Nam.

Quelques caractéristiques

Il ne s'agit pas de faire un cours de vietnamien mais de montrer quelques spécificités de la langue comparée au français.

Articles classifiants

Il n'y a pas à proprement parlé d'articles définis (comme le, la ou les) ou d'articles indéfinis (un, une, des), mais des articles classifiants comparables aux quantificateurs chinois, qui indiquent à quelle classe sémantique appartient l'objet qu'ils accompagnent. Ces articles classifiants sont :
- cái : objets inanimés concrets ;
- con : habituellement pour les animaux, mais ils peuvent être utilisés pour des objets inanimés qui ont une caractéristique animale (par exemple con dao pour « le couteau ») ;
- bài : utilisé pour les œuvres comme les chansons, dessins, poèmes, essais...
- bánh : préfixe désignant principalement les gâteaux sucrés ou salés (gâteaux, crêpes...) mais aussi les roues ou pneus (banh xe);
- bộ : collection ou série
- cây : utilisé pour les objets longilignes (plantes, fusils, cannes...) ;
- chiếc : objet exprimant l'unité d'un objet (chaises, voitures, bateaux, chemises...) ;
- tòa : mot qui n'a de sens que s'il est précédé ou suivi d'un autre mot (quan toà = le juge, toà nhà = immeuble)
- quả ou trái : désigne principalement un fruit/objet mais spécifie la nature du fruit ou de l'objet lorsqu'il est suivi d'un/plusieurs mots. 'Quả' est utilisé par les Vietnamiens du Nord et 'Trái' par les Vietnamiens du Centre et du Sud ('Quả đất' ou 'trái đất' signifie la Terre, 'Quả cam' ou 'trái cam' signifie l'orange) ;
- quyển ou cuốn : objets de type livre relié (livres, revues...) ou roulés ;
- tờ : feuilles et objets fin en papier (quotidien, prospectus, calendrier...) ;
- việc : événement ou processus en cours. Ainsi, quả đất ou trái đất signifie la planète Terre, mặt đất signifie la surface de la terre (le sol) et đất tout court signifie la terre ( matière ). Dans le langage parlé, on utilise fréquemment cái comme article indéfini à la place des articles classifiants.

Pronoms

Le français fait un grand usage des pronoms, notamment des pronoms personnels : je, tu, il... Le vietnamien, à l'inverse, n'en utilise pas. Lorsque l'on s'adresse à quelqu'un, on utilise un mot reflétant les relations avec cette personne : familiarité, respect, préséance de l'âge, lien de parenté... La distinction entre vouvoiement et tutoiement ne fonctionne donc pas comme en français. Prenons un dialogue entre un grand-père et son petit-fils
- petit fils : tu vas bien ?
- grand-père : oui, merci, je vais bien. Une traduction littérale du vietnamien donnerait :
- petit fils : grand-père vas bien ?
- grand-père : oui, merci, grand-père va bien. Certains estiment qu'on peut y voir là une marque de la pensée confucéenne. Toutefois, dans la mesure où on observe le même phénomène dans d'autres langues de l'Asie du Sud-Est, qui par ailleurs appartiennent à d'autres familles linguistiques, telles par exemple l'indonésien (langue austronésienne) et le thai (langue tai-kadai), parlées par des populations dont la culture n'a subi aucune influence confucéenne mais a largement adopté des modèles indiens, on peut raisonnablement en déduire que cet aspect n'est pas spécialement dû au confucianisme. Il faudrait d'ailleurs vérifier si le chinois présente cette caractéristique. Lorsque l'on veut utiliser un « tu » ou un « vous » neutre, ni trop formel, ni trop familier (cas par exemple d'un texte général, puisque l'on s'adresse au lecteur sans connaître sa position sociale), on utilise en général le mot bạn qui signifie aussi « ami ». On peut aussi utiliser le terme quý vị, mais celui-ci est très rigide et très formel. Lorsque l'on parle à quelqu'un de très proche (familier), ou à un subordonné, on peut utiliser mày, mais ce terme peut être perçu comme grossier.

Noms de lieux étrangers

Les noms de lieux (ou toponymes) étrangers, tels que les noms de pays ou de villes, sont parfois des transcriptions du chinois, parfois des transcriptions phonétiques, les deux coexistant dans certain cas.
- Exemples de transcription du chinois :
- Canada : Gia Nã Đại
- Espagne : Tây Ban Nha
- Japon : Nhật Bản
- Mexique : Mễ Tây Cơ
- Mongolie : Mông Cổ
- Perse : Ba Tư
- Portugal : Bồ Đào Nha
- Turquie : Thổ Nhĩ Kỳ
- Exemples de transcriptions phonétiques :
- Canada : Ca-na-đa
- Mexique : Mê-hi-cô
- Écosse : Ê-cốt
- Inde :ấn Độ
- Turquie : Thổ Nhĩ Kỳ
- Liban :Li-băng
- Algérie :An-giê-ri
- Maroc :Ma-rốc
- Tunisie :Tuy-ni-di

Morphologie

Écriture

L'écriture actuelle est le quôc ngu.

Prononciation

Voici un exemple sonore de prononciation du vietnamien (dialecte de Hanoï).

Lexique

Vocabulaire

Cardinaux

Le tableau ci-dessous donne les nombres cardinaux en môn, en khmer et en vietnamien, et leur traduction en français : On remarque la plus grande proximité entre le môn et le vietnamien qu'entre le môn et le khmer.

Bibliographie

-Rhodes, Alexandre de, Dictionarium Annamiticum Lusitanum, et latinum, 1651, réimprimé en 1991

Voir aussi

===
Sujets connexes
Alexandre de Rhodes   Algérie   Allemagne   Annam   Asie du Sud-Est   Australie   Cambodge   Canada   Civilisation chinoise   Classe sémantique   Classificateur   Cochinchine   Confucius   Conjugaison   Côte d'Ivoire   Delta   Distinction T-V   Déclinaison (grammaire)   Espagne   Finlande   Fleuve Rouge   France   Grammaire du vietnamien   Hanoï   Hué   Inde   Indonésien   Japon   Jésuite   Khmer   Langue isolante   Langue maternelle   Langues austroasiatiques   Langues austronésiennes   Langues chinoises   Langues môn-khmer   Langues par famille   Langues tai   Langues viêt-muong   Laos   Liban   Linguistique   Liste Swadesh du vietnamien   Maroc   Martinique   Mexique   Mongolie   Môn (langue)   Norvège   Nouvelle-Calédonie   Pays-Bas   Perse   Philippines   Portugal   Pronom   Quốc ngữ   Royaume-Uni   République populaire de Chine   Sinogramme   Syllabe   Syllabique   Sénégal   Thaï (langue)   Thaïlande   Tonkin   Tonème   Tunisie   Turquie   Tày   Vanuatu   Vi   Vie   Viêt Nam  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^