Hélène Carrère d'Encausse

Infos
Hélène Carrère dite Carrère d'Encausse, née Hélène Zourabichvili le 6 juillet 1929 à Paris, est secrétaire perpétuel de l'Académie française (élue en 1990). Elle est historienne spécialiste de la Russie.
Hélène Carrère d'Encausse

Hélène Carrère dite Carrère d'Encausse, née Hélène Zourabichvili le 6 juillet 1929 à Paris, est secrétaire perpétuel de l'Académie française (élue en 1990). Elle est historienne spécialiste de la Russie.

Biographie

Fille de Georges Zourabichvili et de Nathalie von Pelken. Elle a épousé à Paris, le 5 juillet 1952, Louis Édouard Carrère, né le 7 janvier 1928 à Bordeaux, fils d'Albert Georges Carrère et de Pauline Dencausse. Née dans une famille que l’esprit cosmopolite et la révolution russe ont de longue date dispersée à travers l’Europe, elle compte parmi ses ancêtres de grands serviteurs de l’Empire russe dont elle suit les traces, et des résistants à ce même Empire ; un président de l’Académie des sciences sous Catherine II, ainsi que trois régicides. Cette hérédité la prédisposait naturellement à l’étude de l’histoire et de la science politique qu’elle a enseignées à la Sorbonne avant de transférer sa chaire professorale à l’Institut d'études politiques de Paris. Elle est connue pour avoir, en 1978, « annoncé la fin de l'URSS » dans son livre L'Empire éclaté, non pas grâce aux entreprises délibérées de Ronald Reagan et de Jean-Paul II mais selon elle à cause de la forte natalité des républiques musulmanes d'Asie centrale. Prédiction qui se révèlera en partie fausse : l'URSS explosera certes, mais le mouvement sécessionniste partira des pays baltes, la partie la plus européanisée de l'Union, alors que les républiques musulmanes resteront globalement calmes jusqu'à leur accession à l'indépendance. En 1976 Emmanuel Todd avait fait, dans un essai intitulé La Chute finale, une prédiction similaire aussi fondée sur un indice démographique : l'augmentation du taux de mortalité infantile. Professeur invité dans de nombreuses universités étrangères, en Amérique du Nord et au Japon surtout, elle est docteur honoris causa de l’université de Montréal et de l'université de Louvain. Président de Radio Sorbonne Radio France de 1984 à 1987, membre de la Commission des sages pour la réforme du Code de la nationalité en 1986-1987. Durant l’année 1992, occupa le poste de conseiller auprès de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, participant ainsi à l’élaboration d’une politique d’assistance à la démocratisation des anciens États communistes. Élue au Parlement européen en juin 1994, elle est vice-président de la commission des Affaires étrangères et de la Défense ; vice-président de la commission des Archives diplomatiques françaises ; elle a présidé la Commission des Sciences de l’homme au Centre national du livre de 1993 à 1996. Nommée en 1998 membre du Conseil national pour un nouveau développement des sciences humaines et sociales. En 2004, présidente du conseil scientifique de l'Observatoire statistique de l'immigration et de l'intégration. Elle a reçu le prix Aujourd’hui pour L'Empire éclaté en 1978, le prix Louise Weiss en 1987 ; le prix Comenius en 1992 pour l’ensemble de son œuvre et le prix des Ambassadeurs en 1997, pour Nicolas II. Elle est membre associée de l’Académie royale de Belgique. Élue à l’Académie françaiseSon épée d'académicienne fut créée par l'orfèvre Goudji, source : L'Estampille, l'Objet d'art, juillet 2007, p. 53., le 13 décembre 1990, au fauteuil de Jean Mistler (14e fauteuil). Elle est élue secrétaire perpétuel le 21 octobre 1999, en remplacement de Maurice Druon, démissionnaire de cette fonction. Le titre « non féminisé » est utilisé à la demande expresse de l'intéressée aussitôt après son élection. Cet usage est généralement respecté dans les médias. Elle est la mère de l'écrivain et réalisateur Emmanuel Carrère, de l'avocate Nathalie Carrère et du médecin, journaliste Marina Carrère d'Encausse, la sœur du compositeur Nicolas Zourabichvili et la cousine de Salomé Zourabichvili, qui fut ambassadeur de France en Géorgie (pays), puis Ministre des affaires étrangères de ce pays et, actuellement, un des leader de l'opposition.

Controverse

En novembre 2005, lors d’une interview pour la chaîne de télévision russe NTV reprise par le quotidien français Libération, elle tient des propos sur la responsabilité de la polygamie dans les émeutes de 2005 dans les banlieues françaises. :« Ces gens, ils viennent directement de leurs villages africains. (…) Dans un appartement, il y a trois ou quatre femmes et 25 enfants. Ils sont tellement bondés que ce ne sont plus des appartements, mais Dieu sait quoi ! On comprend pourquoi ces enfants courent dans les rues.Cette interprétation, passée inaperçue en Russie où la censure porte sur d'autres sujets, lui vaudra d'être dénoncée en France où la polygamie, étant illégale, est de ce fait une forme de délinquance ; elle sera cependant reprise par Gérard Larcher, ministre délégué à l'Emploi, dans le quotidien britannique le Financial Times, puis à la télévision française par Bernard Accoyer, président du groupe UMP à l'Assemblée nationale. » Puis Hélène Carrère d'Encausse poursuit : « Oui, la télévision russe ne fait que suivre Poutine pas à pas. Mais la télévision française est tellement politiquement correcte que cela en est un cauchemar. Nous avons des lois qui auraient pu être imaginées par Staline. Vous allez en prison si vous dites qu'il y a cinq juifs ou dix Noirs à la télévision. Les gens ne peuvent pas exprimer leur opinion sur les groupes ethniques, sur la Seconde Guerre mondiale et sur beaucoup d'autres choses. On vous juge tout de suite pour infraction. Le politiquement correct de notre télévision est presque comme la censure des médias en Russie ». Suite à ces déclarations, Éric Halphen, dans un ouvrageÉric Halphen, Le Bal des outrés, éd. Privé, 2006. dénonce de telles déclarations et se demande : « Qu'est-ce qu'on ne peut pas dire sur la Seconde Guerre mondiale ? ». Sébastien Fontenelle, dans un autre ouvrageSébastien Fontenelle, La Position du penseur couché - Réponses à Alain Finkielkraut, éd. Privé, 2006., quant à lui, compare ces propos à ceux d'Alain Finkielkraut et Georges Frêche sur la couleur des joueurs de l'Équipe de France de football, ou de Renaud Camus sur le nombre de juifs dans l'audiovisuel.

Décorations

- Commandeur de la Légion d'honneur (31 décembre 2004) (Officier le 16 décembre 1999)
- Officier de l'Ordre national du Mérite
- Commandeur dans l'Ordre des Arts et des Lettres
- Commandeur de l'ordre de Léopold de Belgique
- Commandeur de l'ordre national de la croix du Sud du Brésil

Bibliographie

Études

- L'Union Soviétique de Lénine à Staline, Éditions Richelieu, 1972, 442 p.
- L'Empire éclaté, Paris, Flammarion, 1978, 320 p.
- Le Pouvoir confisqué. Gouvernants et gouvernés en URSS, Paris, Flammarion, 1980, 336 p.
- Le Grand Frère : l'Union soviétique et l'Europe soviétisée, Paris, Flammarion, 1983, 384 p.
- La Déstalinisation commence, Paris, Complexe, 1984, 208 p.
- Ni Paix ni Guerre : le nouvel empire soviétique ou du bon usage de la détente, Paris, Flammarion, 1986, 396 p.
- Le Grand Défi : bolcheviks et nations, 1917-1930, Paris, Flammarion, 1987, 340 p.
- Le Malheur russe. Essai sur le meurtre politique, Paris, Fayard, 1988, 560 p.
- La Gloire des nations ou La fin de l'empire soviétique, Paris, Fayard, 1990, 492 p.
- Victorieuse Russie, Paris, Fayard, 1992, 440 p.
- L'URSS de la Révolution à la mort de Staline, 1917-1953, Paris, Seuil, 1993, 384 p.
- La Russie inachevée, Paris, Fayard, 2000, 360 p.
- L'Impératrice et l'abbé : un duel littéraire inédit entre Catherine II et l'abbé Chappe d'Auteroche, Paris, Fayard, 2003, 640 p.
- Nations et Saint-Siège au XXe siècle, colloque sous la dir. d'Hélène Carrère d'Encausse, Paris, Fayard, 2003, 462 p.
- Russie, la transition manquée, coll. "Les Indispensables", Paris, Fayard, 2005, 1032 p.
- L'Empire d'Eurasie. Une histoire de la Russie de 1552 à nos jours, Paris, Fayard, 2005, 506 p.

Biographies

- Catherine II. Un âge d'or pour la Russie, Paris, Fayard, 2002, 656 p.
- Lénine, Paris, Fayard, 1998, 698 p.
- Nicolas II, la transition interrompue, Paris, Fayard, 1996, 552 p.
- Staline, l'ordre par la terreur, Paris, Flammarion, 1979, 288 p.

Articles

- « Les survivances pré-islamiques chez les musulmans de l'URSS », 1961.
- « La politique culturelle du pouvoir tsariste au Turkestan, 1867-1917 », 1962.
- « Les routes commerciales de l'Asie centrale et les tentatives de reconquête d'Astrakhan », 1970.

Annexes

Notes

Lien interne

-Famille Zourabichvili : arbre généalogique simplifié. ===
Sujets connexes
Académie française   Alain Finkielkraut   Assemblée nationale (France)   Banque européenne pour la reconstruction et le développement   Bernard Accoyer   Bordeaux   Daniel Schneidermann   Emmanuel Carrère   Emmanuel Todd   Famille Zourabichvili   Financial Times   Féminisation des noms de métiers   Georges Frêche   Géorgie (pays)   Gérard Larcher   Institut d'études politiques de Paris   Japon   Jean-Paul II   Jean Mistler   L'Empire éclaté   La Chute finale   Le Monde   Libération (journal)   Louise Weiss   Légion d'honneur   Marina Carrère d'Encausse   Maurice Druon   NTV   Nicolas II de Russie   Ordre des Arts et des Lettres   Ordre national du Mérite   Paris   Polygamie   Renaud Camus   Ronald Reagan   Russie   Salomé Zourabichvili   Sorbonne   Union pour un mouvement populaire   Université catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve)   Université de Montréal  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^