Breton

Infos
Le breton (brezhoneg en breton) est une langue celtique du groupe brittonique. Elle est dite insulaire, c'est-à-dire issue des langues de Grande-Bretagne. Son histoire en Bretagne commence à la fin de l’Antiquité et la langue s'y implante probablement au cours du à la faveur de migration de populations britto-romaines. Cette langue est traditionnellement parlée dans la partie occidentale de la Bretagne (à partir de Saint-Brieuc au nord et de Vannes au sud)
Breton

Le breton (brezhoneg en breton) est une langue celtique du groupe brittonique. Elle est dite insulaire, c'est-à-dire issue des langues de Grande-Bretagne. Son histoire en Bretagne commence à la fin de l’Antiquité et la langue s'y implante probablement au cours du à la faveur de migration de populations britto-romaines. Cette langue est traditionnellement parlée dans la partie occidentale de la Bretagne (à partir de Saint-Brieuc au nord et de Vannes au sud), bien que pratiquée par une partie de la population seulement. De nos jours, la Bretagne compte deux langues régionales aux origines assez différentes, en plus du français : le breton, langue celtique parlée principalement en Basse-Bretagne, et le gallo, d'origine des langues d'oïl (dont est issu le français) en Haute Bretagne. Une personne qui parle breton est dite « bretonnante », terme ancien en français. Cependant, est apparu depuis quelques années dans les médias le terme encore peu employé « brittophone. » Des controverses sur l'état de la langue bretonne existent, comme dans la plupart des langues, entre les partisans d'un breton populaire et les partisans d'une langue n'utilisant pas ou très peu d'emprunts au français. De plus, ces controverses portent aussi sur l'écriture de la langue, entre l'écriture dite « unifiée », ou littéralement « à l'unification parachevée » (peurunvan), dite aussi KLTG (pour Kerne, Leon, Treger, Gwened, c'est-à-dire des parlers bretons en Cornouaille, Léon, Trégor et Pays vannetais), créée dans le but de faire une synthèse de ces quatre parlers ; celle dite « universitaire » (skolveurieg), basée sur la phonologie, elle regroupe le KLT d'un côté et possède une variante pour le parler vannetais ; et celle dite « interdialectale » (etrerannyezhel), basée sur l'étymologie et dont le but, de la même façon que l'écriture dite unifiée, est de faire une synthèse des parlers KLTG en un système orthographique cohérent.

Histoire

Le breton est une langue celtique de la branche brittonique, en cela proche du gallois et plus encore du cornique.

Antiquité et Haut Moyen Âge

Le brittonique dont est issu le breton était parlé en Grande-Bretagne pendant l'antiquité. On distingue aujourd'hui différentes périodes dans l'évolution du breton : Avec le Déclin de l'Empire romain d'Occident, des communautés entières de Britto-romains émigrent dans une partie de l'Armorique depuis les régions de l'ouest de la Grande-Bretagne (qualifiée dans ce contexte de Bretagne insulaire), surtout depuis le Devon et la Cornouailles). Ces émigrants apportent avec eux leur culture, leur organisation et leur langue. À l'époque de la chute de l'empire romain, le breton était parlé de l'estuaire de la Loire à celui de la Clyde (rivière de Glasgow). C'est dans ce breton qu'écrivent les poètes Aneurin et Taliesin dans les royaumes bretons du sud de l'Écosse actuelle. Au en France, on commence à appeler cette langue le brittonique pour le distinguer du breton armoricain. Ce terme désigne aussi la langue bretonne avant le . Certains historiens, comme Léon Fleuriot dans son ouvrage Les Origines de la Bretagne, se fondant sur César et Tacite, l'ont présenté comme également proche du gaulois disparu au milieu du : plusieurs peuples vivaient des deux côtés de la Manche, et les échanges étaient courants. De plus la notion de Gaule et Gaulois, héritée de César, n'est peut-être pas adaptée à la situation politique linguistique des peuples et langues celtiques de l'époque. L'on peut admettre que le gaulois des côtes de la Manche était assez proche du breton des côtes opposées, et plus qu'il n'était du gaulois des bords de la Méditerranée. Mais on admet généralement que l'on connaît peu l’état du breton en Armorique à l’époque où des Bretons insulaires y migrèrent, et encore moins l’état de la langue gauloise à l'époque, ce qui rend hasardeux toute comparaison. Dans les années 1950, le chanoine Falc'hun avança que le breton aurait bénéficié d'un apport du gaulois (étant présupposé que le gaulois serait resté vivace en Armorique comme il l'était encore dans certaines parties de la Gaule). Pour lui, ceci expliquait ainsi la principale différence du vannetais, à savoir son accent sur la finale des mots et non la pénultième. Il se basait uniquement sur l'état de la langue bretonne au pour émettre ses hypothèses. Il se basait surtout sur ce que les auteurs gallo-romains rapportaient sur la persistance du gaulois chez les Avernes, supposant qu'il devait en être de même en Armorique. Cette hypothèse a été réfutée scientifiquement par Kenneth Jackson dans son ouvrage sur l'histoire de la langue bretonne en 1969. Il a par ailleurs utilisé l'Atlas linguistique de basse-Bretagne, de Pierre Le Roux, afin de mettre en évidence le rôle des routes dans la diffusion des influences depuis le centre-Bretagne. On sait aujourd'hui que :
- le KLT (voir l'article ou les explications plus bas) comme le gallois sont accentués sur la pénultième,
- le vieil irlandais était accentué sur la première syllabe,
- le gaulois était accentué sur l'antépénultième, l'initiale ou la finale. Cette diversité de la position de l'accent tonique dans les langues celtiques interdit toute supposition sur la place de l'accent en vieux celtique et ne permet pas d'expliquer par un substrat gaulois les spécificités du vannetaisVoir la Préface de Léon Fleuriot dans Chants traditionnels du vannetais de Jean-Louis Larboulette (1879-1951), Collecte de 1902/1905, avec préface, Dastum bro Ereg, 2005, tiré de L’Importance du dialecte de Vannes pour l'étude diachronique et comparative du breton armoricain où il conclut par « l'importance romane très intense sur ce dialecte » et la « survivance dans ce dialecte de traits du breton ancien ».. Par contre, la romanisation semble avoir été bien plus avancée dans le vannetais où les vestiges gallo-romains sont bien plus nombreux que dans le reste de la Bretagne. De plus, la palatalisation de /k/ et /g/ est un phénomène inhérent au bas-latin des , donc avant les premières immigrations bretonnes. Enfin, le vannetais et le bas-cornouaillais ont effectué plus d'emprunts au roman que les autres dialectes surtout le long de la route Vannes-Quimper. Il convient tout de même de noter que l'accentuation du vannetais était celle du vieux-breton dans son ensemble. Son maintien ne peut être dû en tout à l'influence romane puisque les langues romanes privilégient les paroxytons, c’est-à-dire les mots accentués sur l'avant-dernière syllabe.

Moyen Âge

C'est à cette époque que le breton est devenu une langue propre à la Bretagne armoricaine. Il a été étudié par Léon Fleuriot dans sa Grammaire et son Dictionnaire du Vieux Breton. On distingue :
- Le vieux-breton, du au .
- Le moyen-breton, de la fin du à la fin du . De la littérature de cette époque nous est parvenus, principalement de la poésie et du théâtre, pour la plus grande part d'inspiration religieuse ; Vers l'an 1000, en suivant la frontière des toponymes signifiant monastère : Mouster, Monter, Montoir (établis dans une localité à l'époque bretonnante) qui s'opposent au toponyme moutiers (établis dans une localité à l'époque de langue romane). On s'aperçoit que le breton était usité dans à peu près les trois département du Morbihan, Finistère, Côtes d'Armor, une petite partie d'Ile-et-Vilaine et un large Pays Guérandais en Loire-Atlantique.
- En 1200, on parlait breton à Hénanbien et Hénansal.
- Au , le breton était parlé à l'est de Loudéac, à Plémet (en 1350 à l'occasion du jugement de canonisation de saint Yves, un interprète était originaire de cette paroisse).
- En 1499, le chevalier allemand Arnold Von Harff met par écrit quelques phrases du breton parlé à Nantes). Jusqu'au resté le parler des élites de l'État breton, il ne fut ensuite plus que celui du peuple de Bretagne occidentale ou Basse-Bretagne (Breizh Izel…) quand successivement la noblesse, puis la bourgeoisie bretonnes se francisèrent. Pour l'écrit, le duché de Bretagne employa le latin puis le français au . Voir aussi : Langue en Loire-Atlantique et Breton de Batz-sur-Mer

Époque contemporaine

Le territoire du breton marque un recul vers l'ouest. Aujourd'hui, il est parlé et écrit à l’ouest d’une ligne reliant, grosso modo, Plouha et Vannes. À noter encore que des groupes de bretonnants existent dans toutes les grandes villes de France, ainsi qu'au Royaume-Uni et en Amérique du Nord. On parle de :
- Le breton prémoderne, de la fin du au milieu du .
- Le breton moderne, du milieu du à nos jours. Dans les années 1950, le breton était parlé traditionnellement dans une zone située à l'ouest d'une limite Plouha - Muzillac: On appelle cette zone la Basse Bretagne. Mais aujourd'hui, cette limite n'a plus grande valeur car de nombreux villages de Basse Bretagne ont complètement oublié le breton (comme Mur, Quiberon, Sarzeau) et, à l'inverse, on trouve fréquemment des néo-bretonnants dans de nombreuses villes de Haute-Bretagne (Saint-Brieuc, Nantes, Rennes). De plus, cette limite a constamment changé d'années en années et ne constitue donc pas un repère stable. Par exemple, cette limite n'était pas la même en 1806. On le sait car Napoléon avait ordonné une enquête sur ce sujet qui fut menée par Charles Coquebert de Montbret. La limite linguistique était alors beaucoup plus à l'est : on parlait breton à Saint-Caradec, Questembert, Pénestin, Férel, Péaule, Bourg-de-Batz (Batz-sur-Mer) et dans une partie non définie de la presqu'île de Guérande à partir des "salines d'Herbignac", soit probablement dans la partie occidentale des communes d'Assérac et de Saint-Molf (l'étude ne portait pas sur le département de Loire-Inférieure). En 1700, par l'étude de cartes géographique, on peut remarquer que le breton était parlé à Tréveneuc, Guérande, Boquého, Plélo (encore plus à l'est). En 1600, La frontière partait de Binic. En bref, le breton n'a fait que reculer et perdre du terrain face à la langue d'oïl (parlers gallo, puis le français). Et puis, pour relativiser cette limite, il faut également considérer que de tout temps, des grandes villes comme Saint Brieuc, Nantes, Vannes, Brest ou Quimper connaissaient les deux langues (par exemple, en 1636, la ville de Saint Brieuc est indiqué comme bilingue par un voyageur).

La dernière bretonnante monolingue

Il s'agit de Madame Bourdonnay, de la commune de Langonnet (Morbihan, près de Gourin) qui est décédé en 2002. Elle pouvait dire quelques phrases pour se présenter ou saluer mais ne pouvait s'exprimer réellement en français, langue totalement étrangère pour elle.

Tentatives d'éradication du breton

Après la réunion du duché à la France, l'Ancien Régime, faisant peu de cas des langues locales à de rares exceptions, accepta le breton comme il était : essentiellement une langue vernaculaire et utilisée pour le culte. Cependant son usage fut interdit dans l'administration, dans la ligne de l'ordonnance de Villers-Cotterêts qui prescrivait l'emploi du français dans les cours de justice et les actes officiels. Encore cette interdiction fut de portée symbolique, car le duché de Bretagne avait adopté le latin puis le français comme langue administrative plus d'un siècle avant le royaume de France. Le véritable combat commença sous la Révolution. En 1794, Barère effectue une présentation au Comité de salut public de son « rapport sur les idiomes » dans lequel il déclarait que . On cherchait alors à faire disparaître les langues autres que le français, les « langues régionales de France », dont le breton. Le 19 juillet 1925 lors de l'inauguration du pavillon de la Bretagne à l'Exposition universelle de Paris, le ministre de l'Instruction publique, Anatole de Monzie, résume sa politique : . Fin mars 1941, Joseph Barthélémy, ministre de la Justice du gouvernement de Vichy déclare : . En 1972, Georges Pompidou, président de la République disait encore : .

L’influence catholique

L’Église et la langue bretonne

Un certain nombre de catholiques bretons prirent la défense de la langue et la culture bretonne. L’Église n'a pas toujours été indifférente à la spécificité bretonne. À tout le moins peut-on dire qu'elle n'a tenté à aucun moment, dans les siècles passés de faire adopter la langue et la culture française officielle aux Bretons qui parlaient leur langue et restaient attachés à leurs traditions. Aux s, il a été publié, par les gens d'Église, quantité d'ouvrages religieux, ou même de divertissement honnête, destinés à la population des campagnes en breton.

La position au début du

Au moment du conflit entre l'Église et l'État sous la Troisième République (début du ), le clergé de l'évêché de Quimper, auquel les autorités avaient interdit de prêcher et de faire le catéchisme en breton, On trouve la même tentative d'éradication en Morbihan, quand en 1902 l'inspecteur d'académie Dantzer demande « Que l'Église n'accorde la première communion qu'aux seuls enfants parlant français. » a mené pendant un certain temps un véritable combat pour la langue bretonne. Dans un port de pêche faisant à cette époque figure de petite ville, alors que le catéchisme dans cette localité se faisait en breton et en français, le catéchisme en français étant réservé aux familles bourgeoises, les prêtres de la paroisse passaient dans les familles populaires pour demander aux parents d'envoyer leurs enfants au catéchisme en breton, la tendance des couches populaires étant de s'intégrer culturellement à la classe bourgeoise dominante; et donc d'envoyer leurs enfants au catéchisme français.

Mouvements et publications d’inspiration chrétienne avant-guerre

Cependant, il ne s'est agi là que d'une réaction passagère du début du siècle dernier, suite au conflit entre l'Église et l'État. Pour réagir, il fallait mettre en place tout un système d'enseignement du breton. Il y eut quelques initiatives vers 1900-1914 dont le Bleun Brug créé en 1905 par l'abbé Perrot. De nombreux mouvements d'inspiration chrétienne de défense de la langue bretonne, se sont fait jour en Bretagne occidentale :
- Dans le Trégor, par exemple, sont parus pendant longtemps des hebdomadaires populaires entièrement rédigés en breton et inspirés par l'Église, plus ou moins directement :
- "Kroaz ar Vretoned", dirigé par François Vallée(AbHerve), né en 1860, et qui fut publié jusqu'à la fin de la première guerre mondiale ;
- Breiz, dont les rédacteurs furent Erwan Ar Moal (Dir-Na-Dor) et Aogust Bôcher (Ar Yeodet) (journal hebdomadaire catholique qui fut imprimé jusqu'au début de la Seconde Guerre mondiale).
- Au pays de Vannes, l'évêché, bien qu'il y ait eu des publications chrétiennes en breton publiées par la librairie Galles-Lafolye (dont la revue Brediah er Fé), n'était pas intervenu pour créer ou soutenir un mouvement bretonnant d'inspiration catholique au début du siècle dernier, les manifestations bretonnes dans cette région étant organisées sous la responsabilité du "Bleun-Brug" du diocèse de Quimper.
- Cependant, la revue mensuelle rédigée entièrement en breton vannetais, "Dihunamb", fondée au début du siècle par Loeiz Herrieu et André Mellac, qui parut jusqu'en 1944, bien qu'étant parfaitement indépendante, peut être considérée comme une revue catholique Il faut citer aussi les ouvrages catholiques en langue bretonne et destinés aux fidèles. Ainsi les nombreux livres de cantiques et missels qui ont permis la conservation de cantiques anciens. Un des exemples les plus célèbres fut le livre Buez ar Zent (La Vie des saints) écrit par le chanoine Morvan à la fin du , qui décrit en breton et parfois de manière très romancée la vie des saints en suivant le calendrier catholique. Écrit en breton cornouaillais, ce livre était lu chaque jour dans toute la Bretagne bretonnante.

Mouvements et revues d’inspiration chrétienne après-guerre

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les revues catholiques populaires en breton répandues en Léon et Cornouaille disparurent :
- "Feiz ha Breiz", dirigé par l'abbé Perrot
- "Ar Vuhez Kristen", fondée par les Capucins de Roscoff Lesquelles furent remplacées pendant un certain temps par :
- "Kroaz Breiz", "Bleun-Brug"' cette dernière revue subsista comme revue d'étude bilingue, dirigée par le chanoine François Mevellec, jusqu'à l'époque contemporaine, diverses revues d'étude dirigées surtout par l'abbé Loiez Ar Floc'h, la revue de l'abbé Marsel Klerg : Barr-Heol, qui parut de 1954 à 1977, la revue d'étude pédagogique intitulée Skol, entièrement rédigée en breton, de l'abbé Armand Le Calvez, qu'il fit paraître pendant une dizaine d'années. Dans les années 60-70, seront publiée :
- une revue d'inspiration chrétienne pour les enfants Wanig ha Wenig, au début sous la responsabilité de l'abbé Armand Le Calvez et de l'abbé Youenn Troal
- la revue Ar C'hrist d'an Indianed, (Le Christ aux Indiens), inspirée surtout par l'expérience missionnaire de l'abbé Youenn Troal sous l'égide du "Fidei Donum" au Pérou ; cette revue parut au cours des années 60. La revue Imbourc'h publia le journal de son second séjour parmi les Amérindiens à la fin des années 80. À son retour, il fut recteur de Plounéour-Ménez, dans la région de Morlaix, et fit paraître à cette époque des textes d'inspiration religieuse dans la revue Ar Fulenn (L'Etincelle) dirigée par lui.
- la revue d'étude mensuelle Imbourc'h, liée à une initiative laïque, qui paraît régulièrement depuis 1969, et qui a publié un grand nombre d'œuvres religieuses, comme la traduction des Confessions de saint Augustin ou des écrits autobiographiques de sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, ainsi qu'une version en breton du Bréviaire Romain, en une dizaine de volumes.

Ouvrages liturgiques en breton

Plusieurs religieux bretons étaient en contact avec l'École biblique et archéologique française de Jérusalem et en avaient suivi les cours, avaient appris l'hébreu et formeront des groupes de travail bibliques. Ces prêtres se feront remarquer par des travaux de recherches et de traduction de la Bible qu'ils traduiront directement en breton à partir du texte original en hébreu ou du grec en breton pour le Nouveau Testament. La personnalité la plus éminente de ces groupes de travail était l'Abbé Loeiz Ar Floc'h. Il faut citer aussi l'abbé Guilherm Dubourg, l'abbé Job Lec'hvien, l'abbé Pipi Gall. Ces deux derniers fondèrent les Editions An Tour Tan à Kergrist-Moëlou. Parmi les activités inspirées par la foi et s'exprimant en breton, il faut signaler :
- les retraites prêchées par l'abbé Loeiz Ar Floc'h, ainsi les "carêmes" qui furent également prêchés plusieurs fois de suite en breton au cours des années 60-70, dans une des paroisses de la ville de Brest.
- "Kenvreuriezh ar brezhoneg" ("Confrérie du Breton"), association fondée au séminaire de Quimper après la dernière guerre, et dirigée pendant un certain temps par M Favé, a publié des versions en breton de divers textes liturgiques, destinés plus spécialement au diocèse de Quimper ; certains membres de cette association ont publié récemment une nouvelle traduction en breton du Nouveau Testament, destinée elle aussi, plus spécialement au diocèse de Quimper. La "Kenvreuriezh ar Brezhoneg" avait d'ailleurs une sorte d'existence officielle au diocèse de Quimper. Jusque récemment, il n'existait aucune œuvre bretonnante soutenue officiellement par aucun des évêchés bretons, sauf le centre de rencontre bretonnant de Minihi-Trelevenez, dirigé par l'abbé Job Irien, qui publie un bulletin ainsi que des traductions de textes liturgiques, particulièrement une partie de la "Prière du Temps Présent". Cependant l'ensemble des activités des bretonnants catholiques du diocèse de Quimper même soutenues par la hiérarchie, se situe actuellement au niveau d'une élite. Depuis l'année 2000 il existe une commission permanente mise en place par les trois évêchés de la Bretagne occidentale pour établir de nouveaux textes liturgiques et un Missel à l'usage de ces trois évêchés ; cette initiative des évêques de la Bretagne occidentale répond à la demande formulée par Rome de présenter une version unique du Missel pour les trois évêchés, la version antérieure ayant été établie uniquement pour le diocèse de Quimper.

Histoire de l'Enseignement du breton

Enseignement à Rennes Au milieu du , selon François Vallée, il existait des écoles privées chrétiennes qui, entre autres choses, apprenaient à lire en breton et en latin, et enseignaient quelques rudiments de français littéraire. Un certain nombre d'évêques, également au , en Basse-Bretagne, Mgr Graverand en particulier, ont essayé d'organiser un enseignement du breton et de l'histoire de la Bretagne, parfois en breton, comme le montre l'histoire de Bretagne en breton rédigée par Anna Mezmeur, religieuse de la congrégation du Saint-Esprit.

Les politiques anti-breton de l'Après-Révolution

En 1793, l’abbé Grégoire rédige pour la Convention un rapport intitulé « Rapport sur la nécessité et les moyens d’anéantir le patois et d’universaliser l’usage de la langue française ». Il se justifie en expliquant que . Une politique linguistique impérialiste est alors mise en place. Les lois, les actes administratifs, les œuvres culturelles, les journaux, les écrits savants seront désormais en français. On tente également de valoriser la langue française tout en dévalorisant les autres « idiomes ». Dans un rapport à la Convention daté de 1794, Barère affirme que le français est « la plus belle langue d’Europe » alors que . Il propose de . C’est l’école qui va être chargée de propager l’idéologie nouvelle en même temps que la langue française. Le 21 octobre 1793, une loi institue des écoles primaires d’état où les élèves apprennent le français. Le 26 octobre, par décret, la Convention décide que . Le 27 janvier 1794, un décret ordonne la nomination, dans chaque commune où on ne parle pas français, d’un instituteur francophone. Mais devant les difficultés de trouver des instituteurs parlant français, la Convention devra revenir sur ces textes d’application difficile.

Politique scolaire contre le breton, sous la III République

Sous la III République, les pouvoirs publics désirent assurer l'unité française et faciliter la promotion sociale au sein de la Nation. Pour ces raisons, les responsables de l'enseignement public commencent à proscrire l'usage de tous patois ou parlers régionaux à l'école. À partir du milieu du , le pouvoir central réprime les langues dites régionales et les présente comme arriérées, rétrogrades, et facteurs de frein au progrès. À partir de la fin du , ces langues sont interdites dans l'enseignement, au grand dam d'une partie du corps enseignant qui se demande comment enseigner dans de telles conditions à des élèves non francophones.

Le français contre le breton ?

Ainsi en 1902, le ministère Combes promulgue par décret l'interdiction de « l'usage abusif du breton. » Les écoles religieuses suivent rapidement et le breton n'est plus enseigné à partir du début du mais continue à être transmis de génération en génération par voie orale. Il faut noter quelques initiatives particulières tendant à promouvoir un certain enseignement de la langue bretonne dans les Écoles chrétiennes, depuis celle du Frère Constantius au début du siècle, au pays de Léon principalement, jusqu'à celle du frère Seité, après la dernière guerre. La politique scolaire contre le breton date de la fin du . Elle utilise alors deux méthodes :
- d'une part, le breton n'est absolument plus enseigné à l'école,
- d'autre part, le français doit être la seule langue utilisée dans les écoles républicaines, y compris dans les cours de récréation. Comme les autres locuteurs des langues parlées en France et dans les possessions françaises d'Outre-Mer, les élèves bretonnants subissent des persécutions officielles au moyen notamment de pratiques humiliantes. Ainsi se répand la pratique du symbole, petit objet qui passe au cou d'élève à élève pendant la récréation à chaque fois que l'un d'entre eux parle breton, avec une punition pour le dernier élève à l'avoir. Certains pensent que la politique française vise à imposer pour des motifs idéologiques la langue française comme langue unique de la République (« je ne veux voir qu'une seule tête, n'entendre qu'une seule langue »). Pour illustrer la vigueur de cette politique, ils s'appuient sur une phrase qui a été longtemps affichée dans certaines écoles primaires : , phrase qui associe deux interdictions de nature différente, une liée à l'hygiène et une à l'emploi de la langue, illustrant bien la politique d'amalgame et de dévalorisation employée pour parvenir à éradiquer le breton en Bretagne. Une affiche interdisant aux élèves « de parler breton et de cracher à terre » est conservée au "Musée Rural de l'Education de Bothoa" à Saint-Nicolas-du-Pélem dans les Côtes-d'Armor.Il s'agit d'une affiche différente de celle présentée par F. Broudic sur son site, et réfutée par celui-ci au motifs principaux que « aucune mention d'impression ni d'origine ni de date ne permettait de l'authentifier » et que « l'énoncé "il est défendu de parler breton et de cracher à terre" diffère de celui qui est le plus couramment cité : "il est interdit de cracher par terre et de parler breton". » Fañch Broudig qui a mené une avait, quant à lui, conclu à une extrapolation : Cette phrase résume bien la volonté du ministère de l'Éducation française . Le même auteur cite, en outre, le Règlement pour les écoles primaires élémentaires de l'arrondissement de Lorient, adopté et arrêté par le Comité supérieur de l'arrondissement en 1836 et approuvé par le recteur en 1842, qui dispose : Là encore, s'exprimer en breton et parler « grossièrement » font l'objet de la même prohibitionFañch Broudig, La Pratique du breton de l'Ancien Régime à nos jours », chapitre 17..

L’émergence d’un enseignement du breton

Régulièrement, des voix s'élèveront en faveur d'un multiculturalisme et d'un respect des autres cultures mais elles resteront minoritaires. En particulier, de grandes pétitions (Er Brezhoneg er skol dans les années 1930, la grande pétition populaire d'Emgleo Breiz en 1967) et des manifestations régulières demanderont l'enseignement du breton. Yann Kerlann organise l'enseignement du breton à l'école publique de Plestin-les-Grèves en novembre 1942, non loin de Lannion, définitivement interrompu en 1944. Cette école est dirigée par Yann Kerlann qui après la mort de Yann Sohier a été le responsable d’Ar Falz, mouvement qui regroupait les instituteurs publics partisans de l’enseignement du breton. En avril 1945, le Conseil de la faculté des lettres de Rennes émet un vœu en faveur de l'admission du breton à l'oral du baccalauréat. : . En 1945, Ar Falz propose de reprendre aux laïques de Bretagne la pétition interrompue par la guerre, en faveur de l'enseignement de la langue bretonne. Dans les années 1940 et 1950, l'administration répond timidement par des mesures symboliques (« autorisation » d'enseigner les langues régionales quelques heures…) mais en pratique elles sont suivi de peu d'effets. En 1951, est votée la loi Deixonne autorisant l'organisation de cours facultatifs pour quatre langues « locales », dont le breton. Mais l'impact en est réduit, non seulement en raison des dispositions limitées de la loi elle-même et de l'absence de décrets d'application (qui ne paraîtront que 30 ans plus tard), mais également à cause de l'application restrictive qui en est faite. De fait, même si l'enseignement était autorisé dans certaines conditions, il n'était possible presque nulle part. Et aucun enseignant n'étant formé, aucun diplôme n'existant, quasiment personne ne pouvait en assurer l'enseignement. L'abbé Armand Le Calvez (revue d'étude pédagogique intitulée Skol) est le fondateur et le directeur de la première école entièrement en breton, une école catholique, Skol Sant-Erwan (école Saint-Yves), qui dura trois années, entre 1958 et 1961, à Plouezec, entre Saint-Brieuc et Paimpol. L’abbé dut renoncer à son entreprise à la suite des nouvelles lois qui réglaient les rapports des écoles privées et de l'État à partir de 1962 : ces lois ne lui laissaient plus la liberté de choisir son programme d'enseignement. Cette politique, utilisée aussi au sein de l'armée, s'est poursuivie jusque dans les années 1960. Peu de bretonnants s'en inquiètent, persuadés que le breton n'est pas l'avenir pour leurs enfants ou, au mieux, que ceux-ci l'apprendront par le fait de vivre dans un milieu bretonnant. Mais dans les années 50-70, les enfants exclusivement bretonnants se sont raréfiés, ils sont soit bilingues français-breton soit monolingues français. Puis le bilinguisme s'est progressivement éteint chez les enfants, et au début des années 80, le pourcentage d'élèves parlant breton au début de leur scolarisation est marginal. Le breton est alors quasi-exclusivement parlé par des adultes qui très rarement savent l'écrire.

Diwan, et le changement des années 1980

Signalisation bilingue dans les rues de Quimper C'est au vu de cette situation qui rendait impossible l'enseignement du breton que furent créées en 1977, les écoles Diwan (le germe), qui pratiquent la méthode par immersion pour l'apprentissage du breton. Voir encore l'article Controverses sur le breton En 1982, une circulaire Savary ouvre la possibilité d'une filière de classes bilingues dans l'enseignement. Se mettent alors en place des classes bilingues breton/français dans l'enseignement public à partir de 1983, et dans l'enseignement catholique à partir de 1990. Les parents de ces élèves bilingues sont regroupés dans deux associations : Div Yezh (deux langues) créée en 1979 pour les écoles publiques, et Dihun (éveil) pour les écoles catholiques (1990 : Dihun-56 ; 1993 : Dihun Penn-ar-Bed et Dihun-Breizh). À la rentrée scolaire 2007, les effectifs affichés par ces écoles, tous niveaux confondus, sont de au total :
- 2 991 dans les écoles Diwan
- 4 623 élèves dans les classes bilingues des écoles publiques
- 4 136 élèves dans les classes bilingues des écoles catholiques Il s'agit essentiellement d'enfants en maternelle et en primaire.

Opposition actuelle à l’enseignement du breton

C’est, selon , généralement :
- le refus d'ouvrir de nouvelles classes bilingues, dans les écoles publiques, d’assurer la continuité de l'enseignement du breton dans les collèges ou lycées, ou d'assurer l’enseignement du breton comme deuxième langue vivante (légalement possible, pratiquement inexistante) ou comme troisième langue ;
- l'interdiction aux élèves étudiant le breton de choisir certaines options (langues ou Sciences Économiques et Sociales, filière S) dans certains établissements, comme le lycée Zola à Rennes ;
- les propositions répétées de regroupement des classes de breton en un seul établissement ;
- la mutation des professeurs de breton malgré la signature d’un accord l’interdisant ;
- le remplacement de professeurs par des cours par visioconférence, à l’efficacité douteuse ;
- la diminution du nombre de postes ouverts au concours du CAPES (concours d'enseignement) de breton.

Situation du breton

Dans ce contexte, le breton est en voie de disparition rapide. . Une partie des bretonnants passera au français dans les années 1930 pour plusieurs raisons :
- Le français leur permet de communiquer entre eux : les différences entre les dialectes bretons ne permettent de se comprendre d'une région bretonnante à une autre qu'à condition d'avoir une connaissance du standard écrit. Le breton oral sert alors à s'exprimer avec ses proches, et le français est utilisé pour la communication plus formelle.
- C'était le moyen de communiquer avec les autres Français suite au brassage national accéléré par la Première Guerre Mondiale.
- C'est la conséquence de la politique linguistique de la IIIe République. Les bretonnants ne transmettront plus à leurs enfants la langue bretonne. Cette rupture, commencée avant guerre, se développera spectaculairement dans les années cinquante. Mais la transmission naturelle de la langue n'a jamais entièrement disparu : elle a suivi une courbe asymptotique. D'où l'intérêt de certains à recueillir des témoignages écrits, enregistrés ou filmés, afin de garder ce patrimoine culturel. Le passage au français sera plus rapide et plus définitif pour les citadins que dans le monde rural, du fait d'un environnement francophone plus présent (administration, école, journaux, etc.) et historique. Le reste des bretonnants, après la Seconde Guerre mondiale, passera au français pour plusieurs raisons :
- L'idée que les opportunités de travail et la promotion sociale (par ex. pour les emplois administratifs et militaires) passent par la maîtrise du français.
- Le chemin de fer a considérablement augmenté les brassages de population (venue de touristes, exode rural vers les villes) ; avec la généralisation des congés payés, on assiste, notamment en été, au retour des émigrés de deuxième génération (nés hors de Bretagne) qui ne parlent plus breton ou le parlent mal.
- Dans le contexte de la mondialisation en tant que brassage des peuples, l'apparition d'une langue dédiée aux échanges tend à faire disparaître les langues moins usitées. Ce fait est beaucoup plus récent que les raisons précédentes (il commence après la Deuxième Guerre mondiale) mais il accentue le déclin du breton au profit du français, langue de communication de la République française avant d'en être la langue constitutionnelle (1992). , . ; aujourd'hui, le breton est encore parlé et compris par environ 250 000 à 350 000 personnes, essentiellement des personnes âgées (64 % des locuteurs ont plus de 60 ans). L'UNESCO classe le breton parmi les langues gravement menacées. Dans son livre Qui parle breton aujourd'hui ? (voir bibliographie), Fañch Broudic analyse l'enquête de TMO réalisée en 1997 ; à cette date, il y avait très précisément 0, 2 % de jeunes de 15 à 19 ans capables de parler breton, soit moins de cinq cents personnes.

Renouveau de la langue bretonne

En 1805, l'Académie Celtique est fondée par Napoléon , c'est la première association étudiant la langue et la culture bretonnes. Le président est Théophile Malo Corret de la Tour d'Auvergne. En 1807, Jean-François Le Gonidec publie une Grammaire celto-bretonne dans laquelle il réforme l'orthographe du breton, puis en 1821 un Dictionnaire celto-breton. En 1839, Villemarqué publie le Barzaz Breiz, recueil de chants traditionnels en breton, présentant une « Histoire poétique de la Bretagne ». On sait aujourd'hui que certains des textes collectés ont été revus et modifiés par l'auteur, comme le faisaient les auteurs de contes populaires tels Charles Perrault et Grimm, et certains autres textes ont été entièrement composés par lui. C'est de son œuvre que date le renouveau littéraire breton. En 1864, Charles de Gaulle, grand-oncle du futur Général de Gaulle lance son "Appel aux Celtes" pour le renaissance littéraire et linguistique de la Bretagne et des pays celtes frères. À partir de 1925, grâce aux efforts du professeur Roparz Hemon, lançant le second Emzav (Mouvement Breton), la revue Gwalarn a vu le jour. Au cours de ses dix-neuf années d'existence, elle a tenté d'élever cette langue au niveau des autres grandes langues « internationales » en créant des œuvres originales couvrant tous les genres et en proposant des traductions du patrimoine littéraire de l'Humanité. Cependant, l'œuvre d'Hémon suscite de nombreuses controverses suite à sa collaboration avec les nazis. En 1946, ce fut Al Liamm qui prit la suite de Gwalarn. D'autres revues existent et font de la langue bretonne une langue à littérature plutôt fournie pour une langue minoritaire. Skol Vreizh, Emgleo Breiz, Al Lanv, Ar Skol Vrezoneg, Mouladurioù Hor Yezh, An Here, Evit ar brezhoneg et d'autres encore. Le 17 décembre 2004, le conseil régional de Bretagne reconnaît officiellement et à l'unanimité le breton et le gallo comme . Par ce vote, la région . La région envisage la formation de 150 enseignants par an, et espère atteindre 20 000 élèves dans les filières bilingues en 2010. Elle demande de nouveau à la France de ratifier la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires comme l'ont fait tous ses voisins.

État actuel du breton

Certains poètes, linguistes et écrivains d'expression bretonne possèdent maintenant une renommée internationale, tels Yann-Ber Kalloc'h, Anjela Duval, Pierre-Jakez Hélias. Ces trois écrivains sont quelques uns des écrivains bretonnants du XXe siècle à avoir eu le breton comme langue maternelle. car la République française :
- n'a pas ratifié la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires
- a instauré la loi relative à l'emploi de la langue française dite « loi Toubon » Voir l'article spécialisé sur le sujet : Politique linguistique de la France. Chaque année, des rassemblements de plusieurs milliers de personnes demandent l'abrogation de cette loi unique en Europe et la ratification de la Charte européenne. , l'association des écoles Diwan a déposé une plainte devant la Cour européenne des droits de l'homme pour obtenir des autorités publiques qu'elles respectent les droits linguistiques de la population bretonne. dans les rares établissements où cet enseignement existe dans l'Éducation nationale : remplacement des cours par des audio conférences, enseignants bilingues remplacés par des monolingues, refus d'ouverture de nouvelles classes bilingues pour assurer la continuité, déménagements prévus des sections bilingues… Mais . Voir aussi : Signalisation bilingue en breton

Histoire du recensement lexical breton

Le premier dictionnaire breton, le Catholicon, se trouve être aussi le premier dictionnaire du français. Il a été rédigé par Jehan Lagadec en 1464 et publié en 1499 ou avant. C'est un ouvrage trilingue breton-français-latin. Les recensements suivants eurent lieu deux siècles plus tard par :
- R. P. Julien Maunoir (1659) ;
- Pierre de Chalons (1723) ;
- Grégoire de Rostrenen (1732) ;
- Claude Cillart de Kerampoul, dit l'Armerye (1744) ;
- Dom Louis Le Pelletier (1752).
- Édition d'un dictionnaire latin-breton par Alain Dumoulin en 1800. Une date importante a été celle du Dictionnaire Celto-Breton de Le Gonidec (1821), augmenté par La Villemarqué vers 1847 : pour la première fois, certains mots se rapprochant du français sont systématiquement écartés, et des mots gallois, ou de vieux breton, sont incorporés au lexique sans plus de précision (cf. Controverses sur le breton). Le colonel Troude sera plus réaliste, en 1886, en ne retenant que des mots entendus réellement (ou sinon en indiquant que le terme n'est plus en usage). Par contre, le bannissement du lexique breton d'origine latine continue. Il faut cependant remarquer que cela résulte d'un état d'esprit de l'époque, dans lequel le breton est une langue secondaire dans la Basse-Bretagne, complémentaire au français : ces dictionnaires ne prétendent pas présenter une langue universelle, mais surtout recueillir des mots originaux. Ce « purisme celtique », expression utilisée par les détracteurs de cette attitude, sera plus ou moins général jusqu'aux années 1990, à l'exception notable du dictionnaire que Émile Ernault constitue pour le vannetais en 1904.
- "Vocabulaire breton-français" de Émile Ernault, 1927
- Côté KLT mais incorporant de nombreux termes vannetais, le Grand dictionnaire français-breton de François Vallée, aidé de René Le Roux (Meven Mordiern) et Émile Ernault, en 1931, incorpore de nombreux néologismes en première publication. L'entreprise de François Vallée, ayant tout un réseau d'informateurs à travers la Bretagne, permettra de recueillir en outre dans les dialectes de nombreux mots et expressions inédits. Il s'agit du premier exemple d'un travail d'équipe en lexicographie bretonne, et reste, à ce jour le plus important et le plus riche dictionnaire français-breton, avec celui de René Le Gléau. Parallèlement, Pierre Le Roux travaille à un Atlas linguistique de la Basse Bretagne, paraissant à partir 1924, mais ne se focalisant que sur les variantes des vocables les plus communs. L'après-Seconde Guerre mondiale est une période douloureuse pour la culture bretonne : le mouvement nationaliste breton, pour avoir collaboré avec les occupants nazis, se trouve discrédité aussi bien en France qu'en Bretagne. Paraîtront depuis cette époque, entre autres :
- Les Nouveau dictionnaire Français-Breton, puis Breton-Français de Roparz Hemon, 1970,
- "Dictionnaire historique du breton" de Roparz Hemon, 36 tomes et 3232 pages. Donne la première occurrence lexicale dans le contexte,
- Le Dictionnaire breton des Éditions Garnier, sous la direction de Pierre-Jakez Hélias, 1986,
- "Dictionnaire classique français-breton" de René Le Gléau, 1983-1994, 10 tomes et 4064 pages, surtout basé sur la production écrite entre 1850 et 1950, avec, en outre, des mots recueillis dans sa région natale de Saint-Renan, ou à l'écoute de la radio. Enfin, à partir de 1992 paraît le Geriadur ar Brezhoneg a-vremañ de Francis Favereau aux éditions Skol Vreizh, sous forme papier et CD-ROM. Cet ouvrage ne rejette pas systématiquement les néologismes et les mots sortis de l'usage, mais les signale comme tels, soit par un signe « - » pour les mots rares, soit par des guillemets quand il s'agit de créations maladroites ou fautives ; il reprend des termes issus des dictionnaires précédents, ainsi les mots d'origine française du Catholicon par exemple ou issus d'autres ouvrages, et les emprunts populaires (ce sont quelquefois les mêmes). Il faut noter que ce dictionnaire est le fruit de vingt années de travail et de collectage dans le Poher et autour de Poullaouen particulièrement, aire où portait la thèse de l'auteur, soutenue avant qu'il ne se décide à publier son dictionnaire. Francis Favereau a produit le plus complet des dictionnaires bretons jamais créés, avec pas moins de 50 000 entrées et le double de mots composés. Malgré le manque de soutien financier pour sa création, le dictionnaire s'est tout de même bien vendu et a eu plusieurs réimpressions. Il est pour l'instant en cours de réédition, et son contenu devrait augmenter de 25% par rapport à l'édition actuelle. Aujourd'hui, d'autres dictionnaires bilingues anglais / breton, allemand / breton, espagnol / breton montrent bien la volonté de la nouvelle génération de bretonnants d'inscrire la langue dans le paysage linguistique international. D'autres travaux lexicographiques plus savants sont en coursUn projet de dictionnaire sanskrit / breton à l'initiative de Pascal Geneste, par exemple.. Tous ces travaux se font quasiment de façon bénévole. Chose nouvelle pour la langue bretonne, il est paru deux dictionnaires unilingues édités par An Here, le Geriadur brezhoneg (13 000 entrées) paru en 1995 sous la direction de Jean-Yves Lagadeg et Martial Ménard et le Geriadur Brezhoneg An Here (20 000 entrées) paru en 2002 sous la direction de Martial Ménard et Iwan Kadoret. Ils visent à extraire des textes littéraires reflétant ou non un langage populaire, les termes de la langue écrite et orale contemporaine. Ce dictionnaire sera l'objet d'une polémique : affaire du dictionnaire breton, de la part du journal Le Canard enchaîné. Ils incluent un certain nombre de néologismes (parfois empruntés au gallois mais le plus souvent créés à partir des racines du vieux-breton, voir Controverses sur le breton). De même, les éditions Preder publient des dictionnaires plurilingues spécialisés par domaine : psychanalyse, économie, etc. Les mots proposés sont en général des néologismes dont c'est la première apparition sur papier, ou des mots qui ne sont connus que d'une centaine de locuteurs ; cependant, selon les auteurs ou partisants de ces ouvrages, là réside leur intérêt : faire découvrir des néologismes et étendre le champ lexical du breton à des domaines où il est traditionnellement peu présent. Par ailleurs les éditions Sav-Heol ont publié en 2004 un lexique bilingue de locutions et tournures populaires sous le titre Teurel Blaz war ar Yezh. En 2001 et 2005 paraîtront successivement une "initiation au breton familier et argotique" puis une nouvelle collecte lexicale nommée Tammoù Gwaskin "Au cœur du breton légitime" par Jean-Yves Plourin, aux éditions Armeline, qui fait découvrir au lecteur pas moins de 2000 mots inédits collectés au nord-ouest et au sud-est du domaine bretonnant et plus de 6000 acceptions ainsi que des notes grammaticales et phonologiques inédites.
- La collection "Teñzor ar brezhoneg" (Trésor de la langue bretonne) chez An Alarc'h a édité des vocabulaires de domaines lexicographiques jusque-là délaissés, comme un vocabulaire des argots bretons ("argot" au sens strict du terme) (2003), ou celui du breton enfantin et des tout-petits (2005).

Dialectes

Comme la majorité des langues (à l'exception notable du français académique qui a subi une unification à marche forcée depuis le ), la langue bretonne varie d'un endroit à l'autre. En breton, ces différences dialectales touchent avant tout la prononciation et une faible partie du vocabulaire. Certains dialectes présentent aussi une syntaxe un peu différente. Les différences sont généralement faibles de proche en proche, mais plus on s'éloigne d'un point, plus le breton est différent. En règle générale, il n'y a pas de frontière nette entre dialectes, mais un changement progressif. Traditionnellement, on liste les dialectes bretons en fonction des anciens évêchés (on ignore si ceux-ci ont suivi les coutumes linguistiques ou s'ils ont favorisé localement une certaine cohérence) :
- Le breton cornouaillais, parlé dans :
- les deux tiers sud du Finistère (Carhaix, Quimper, Pont-Aven, Quimperlé, Douarnenez, Pont-l'Abbé, Sein, Châteaulin, Plougastell-Daoulas…),
- dans le sud-ouest des Côtes d’Armor (Rostrenen…)
- ainsi que dans une petite partie du Morbihan (Gourin, Langonnet, Le Faouet…)
- à Belle-Île-en-MerPatrick Le Besco, Le breton de Belle-Ile-en-Mer.
- Le breton léonard, parlé dans le tiers nord du département du Finistère (Brest, jusqu'à Morlaix, Plouguerneau, Landerneau, Saint-Pol-de-Léon, Landivisiau, Ouessant…)
- Le breton trégorrois, parlé dans le nord-est du Finistère (à partir de Morlaix), et dans le nord-ouest des Côtes d’Armor (Guingamp, Lannion, Tréguier…)
- Le breton du Goëlo, parlé dans la région de Paimpol, souvent considéré comme inclus dans le trégorrois (Ses différences les plus notables concernent la prononciation /v/ des terminaisons -v là ou les autres dialectes prononcent /o/, /w/, la position de l'accent tonique (souvent placé sur le radical), ainsi que certaines nuances de conjugaison et de vocabulaire…).
- Le breton vannetais, parlé dans :
- toute la zone bretonnante du département du Morbihan (à l’exception de Belle-Île et des régions autour du Faouët et de Gourin) : Vannes, Pontivy, Lorient, Plouay, Guémené-sur-Scorff, Baud, Auray, Quiberon, Sarzeau…
- la commune finistérienne d’Arzano.
- Le breton de Loire-Atlantique, dans la région de Guérande, dont les derniers locuteurs natifs sont décédés dans les années 1960-70, et que l'on commence à redécouvrir (cf le breton de Batz-sur-Mer). Le vannetais est bien différencié des autres dialectes, à de nombreux points de vue, et on peut le distinguer d'un ensemble KLT (abréviation de Kerne, Leon, Treger : Cornouaille, Léon, Trégor). Le découpage du breton en quatre groupes dialectaux, une division religieuse et politique jusqu'à la Révolution, est contesté du point de vue linguistique. Certains linguistes, comme Jean-Yves Plourin (cf. Tammoù Gwaskin ed. Armeline) considèrent que le breton se présente sous deux formes parlées principales, celle du Nord-Ouest et celle du Sud-Est, séparées selon le système d'accentuation et la palatalisation. D'autres, comme Erwan Vallerie proposent une différenciation Est/Ouest. D'autres, enfin, présentent la dialectisation selon une opposition zones archaïsantes et zone innovante. Les premières seraient constituées de deux centres de prestige (Saint-Pol-de-Léon et le vannetais), et une troisième zone autour de Quimperlé, et d'autre part une vaste zone centrale où un breton « moyen » s'est formé et où se sont opérés la très grande majorité des innovations linguistiques. Il est probable que ce sont les carrefours de route et les échanges économiques qui ont conduit à cette évolution. Ce breton est parfois appelé « breton de Carhaix ». Ce breton moyen s'est progressivement étendu, isolant le breton du Goëlo (qui par certains traits est proche des archaïsmes léonais), mordant dans le domaine du vannetais en s'infiltrant par les routes.

Conventions orthographiques

Le breton s'écrit avec l'alphabet latin. Il n'utilise pas la lettre c mais y ajoute les digraphes ch et c'h, des lettres accentuées ñ, ù, é, â, ê et à, ainsi que l'apostrophe. N'ayant jamais bénéficié du statut de langue officielle, le breton n'a pas d'orthographe vraiment officielle, même si la quasi totalité des écrits en breton sont rédigés en "peurunvan" aujourd'hui, en faisant l'orthographe officielle de facto. Autrefois, d'autres lettres étaient utilisées, comme le digraphe f qui dénotait un son intermédiaire entre f et v (ce digraphe est encore employé en écriture universitaire). De même, au fut utilisée la lettre K barrée afin d'abréger le phonème Ker dans les noms de famille et de nombreux toponymes. Cette lettre fut interdite par décret afin de lutter contre la confusion chez les clercs d'état-civil hors de Bretagne.

Valeur des graphèmes

La prononciation des lettres varie selon le contexte (notamment celle des consonnes initiales qui subissent de fréquentes mutations dont certaines, mais pas toutes, sont orthographiques). Le trigramme c’h, notamment, a une prononciation qui varie depuis le simple h aspiré jusqu'au son de la jota espagnole. Il se distingue du digramme ch dont la prononciation est la même que le son ch dans le mot français chien. Ces polygrammes ont parfois été écrits avec des lettres uniques, comme cela a pu être aussi le cas pour d'autres langues celtiques. La lettre n est utilisée pour noter la nasalisation des voyelles par un digramme, de façon toute fois encore plus systématique qu’en français et en marquant explicitement celle-ci d'un tilde (
ñ) dans les orthographes modernes (dans ce cas, seule la voyelle nasale se prononce, mais pas la consonne de base n elle-même).

Histoire

Ce n'est qu'à partir du début du que des linguistes, grammairiens et écrivains ont essayé de normaliser l'écriture du breton. Plusieurs graphies ont été successivement mises au point dans ce but, dont trois sont encore utilisées :
- la première orthographe moderne, celle du père Julien Maunoir au ,
- les réformes de Jean-François Le Gonidec au début du ,
- de 1908 à 1938, l'unifiée (
peurunvan), adoptée en 1941-42,
- en 1953, l'universitaire (
skolveurieg),
- en 1975, l'interdialectale (
etrerannyezhel). L'orthographe peurunvan est la plus employée aujourd'hui.

Usages

La graphie zh est utilisée dans des mots où la prononciation est différente entre vannetais d'une part et KLT d'autre part. La prononciation est , , ou en vannetais, ou sinon. En vérité, il a deux interprétations :
- en peurunvan, il indique que la lettre était « z » dans la graphie KLT, et « h » dans la graphie vannetaise,
- en interdialectal, il indique que la lettre provient d'un ancien « th » (/θ/). Les deux systèmes se suivent, sauf dans quelques mots. L'apostrophe est utilisée à trois fins :
- comme signe diacritique dans le digraphe c'h,
- pour noter la contraction, par exemple : da ar -> d'ar,
- pour noter l'absence d'un mot dans le registre parlé, par exemple : me a vo -> me 'vo. Le tréma est parfois utilisé pour marquer certaines diérèses. Dans certains cas cela résout des homonymies : par exemple entre maerïoù /mè'riju/ (
des mairies) de maerioù /'mèrju/ (des maires). D'autres diérèses sont indiquées par un accent circonflexe : on peut ainsi distinguer trôad /troad-t/ (circuit, virée) de troad /trwad-t/ (pied). L'accent circonflexe et l'accent grave sont également utilisées pour distinguer des homonymies. Le tilde se trouve dans la graphie ñ, utilisée pour indiquer que la voyelle qui précède est parfois nasalisée.

Caractéristiques grammaticales notables

Aspect duratif / non duratif

Comme en gaélique ou en anglais, il existe en breton deux formes par temps verbal, qui se distinguent par l'aspect selon que l'action est habituelle ou non. Ainsi au présent distingue-t-on la forme d'habitude de la forme progressive :
- Me zo o komz gant ma amezeg. (« Je suis en train de parler avec mon voisin. »)
- Me a gomz gant ma amezeg (bep mintin). (« Je parle avec mon voisin (tous les matins). ») Le verbe ‘’être’’ et le verbe ‘’avoir’’ en revanche présentent deux formes distinctes sans périphrase « verbe être + o/é + nom verbal » :
- Skuizh on hiriv. (« Je suis fatigué aujourd’hui. »)
- Skuizh e vezan d’ar gwener. (« Je suis fatigué le vendredi. »)
- Naon am eus fenoz. (« J’ai faim ce soir. »)
- Naon am bez bemnoz. (« J’ai faim tous les soirs. »).

Prépositions « conjuguées »

Comme dans les autres langues celtiques modernes, le breton « conjugue » les prépositions selon la personne (prépositions fléchies), c’est-à-dire que les pronoms fusionnent avec la préposition qui les précède. Si l'on regarde rapidement les pronoms, on peut comparer avec les prépositions. Comme là où l’irlandais fléchierait la préposition ag- :
- tá leabhar ag
am (« j'ai un livre » ; mot à mot « est livre à-moi »),
- tá deoch ag'at
(« tu as une boisson »),
- tá ríomhaire ai'ge (« il a un ordinateur »),
- tá páiste ai'ci
(« elle a un enfant »),
- tá carr ag'ainn (« nous avons une voiture »),
- tá teach ag'aibh
(« vous avez une maison »),
- tá airgead a'cu (« ils ont de l'argent »), le breton fléchierait la préposition gan- respectivement en :
- ul levr zo gan'in
(mot à mot « un livre est avec-moi »),
- ur banne zo gan'it,
- un urzhiataer zo gan'tañ
,
- ur bugel zo gan'ti,
- ur c'harr zo gan'eomp
,
- un ti zo gan'eoc'h,
- arc'hant zo gan'to
.

Mutations consonantiques

Comme toutes les langues celtiques modernes, le breton connaît le phénomène de la mutation consonantique, c'est-à-dire la modification de la première lettre du mot selon le contexte. Quelques exemples :
- tad (père) → ma zad (mon père),
- karr (voiture) → ar c’harr (la voiture),
- kozh (vieux) → Mamm-'gozh (Grand-mère).

Quelques mots bretons

Emprunts lexicaux bretons en français

Mots francisés

- les mots Bretagne et breton.
- baragouin, baragouiner, « parler de façon inaudible ou peu compréhensible », probablement de bara (
pain) et gwin (vin), en référence, dit l'étymologie populaire, au parler incompréhensible des Bretons pour les Français, qui ne retenaient que ces mots ;
- bernique ou bernicle, qui designe le coquillage, vient du breton brennig;
- bijou, de biz « doigt », dont le pluriel, bizou, signifie « anneau » ;
- binioù, sorte de cornemuse, a été emprunté tel quel en français ;
- cotriade, de kaoteriad, contenu d'un chaudron, d'une marmite;
- darne, « grosse tranche de poisson », de darn, en gallois darn, « morceau, partie » ;
- boëtte ou bouette, terme de pêche pour « appât », de boued, « aliment ; appât »,
- goéland du breton gouelañ ("pleurer"), en gallois gwylan ;
- goémon du breton gouemon, en gallois gwymon ;
- mine, « aspect », de min, « museau, visage », à moins que ce mot ne vienne d'un terme gaulois semblable ;
- « plouc » est un mot qui n'existe pas en breton. Ce terme méprisant est construit à partir des nombreux noms de lieux de l'ouest de la Bretagne qui commencent par "Plou", et désigne un Breton à partir de la fin du . Le mot est construit sur la racine plou, du latin plebs, « la plèbe » ; elle désigne étymologiquement une paroisse primitive. En plus des Bretons, le mot, de connotation injurieuse, sert aussi aujourd'hui à désigner les campagnards en général ou tout personne considérée comme particulièrement ringarde ; dérivé : le Ploukistan, la BretagneVoir « plouc » sur le informatisé.
- sonneur, de soner, joueur de biniou ou de bombarde : le mot est d'abord passé du français au breton avec le sens de joueur d'instrument de musique, puis est tombé en désuétude en français ; il est resté vivace en breton et revient en français suite à la popularité de la musique bretonne ; on parle également en français de penn sonneur pour le premier sonneur d'une marche (de penn tête), sur le même mode que le penn danseur d'une danse traditionnelle bretonne ;
- l'expression "cela va faire du bruit dans Landerneau" (de Landerne en breton) dont l'origine vient d'une pièce de théâtre d’Alexandre Duval, ("Les Héritiers" – 1796), dont l'action se passe à Landerneau dans lequel cette réplique revient souvent et a un effet comique par le contraste entre le scandale annoncé et sa portée réelle. Par extension, dans un style surtout journalistique on parle du « landerneau » pour désigner un milieu spécifique : le landerneau des guitaristes, la landerneau des joueurs de jeux vidéos, etc. ;
- la forme dolmen introduite par Théophile Malo Corret de la Tour d'Auvergne au est fautive, mais les formes taol-
v'aen et maen-hir menhir existent bien en breton, en toponymie par exemple, et ceci bien avant La Tour d'Auvergne.
-une troménie, dérivée de tro (tour) et minihi (qui désigne un lieu où habite un moine, au Haut-Moyen Âge).
-le minihi qui est un sanctuaire monastique au Moyen Âge, et qui a aussi donné des noms propres. Il est également à noter que de nombreux prénoms en breton sont passés dans l'usage sous une forme francisée dans la plupart des pays francophones. Quelques exemples non-exhaustifs : Loïc (de sa forme en breton Loig), Yannick (Yannig, l'hypocoristique de Yann), Pierrick (Pêrig, hypocoristique de Pierre), Tangui (littéralement « chien de feu »), Yves (de sa forme en breton Erwann, elle-même adoptée), Ronan, Hervé, Gwénaëlle, Gildas (Gweltaz en breton), Gwenola, Gwendoline, Annick (de Annig, petite Anne), Arthur, Corentin, Soizik (de Fransoazig, petite Françoise), Gaël, Judicaël, Morgane, Nolwenn, Rozenn (Rose en breton), Tristan, Solène (Solenn), Maryvonne (Marivon)… Mais Yoann n'est pas d'origine bretonne.

Mots conservés dans leur forme initiale

- Aber, délaissé pour le galicien ria, ce mot reste d'usage local ;
- Ankou, personnification de la mort ;
- bagad, troupe ou meute, est passé en français pour désigner un ensemble musical de binious, de bombardes et de percussions, proche du « pipe band » écossais ; à noter qu'en français, on peut trouver ce mot au pluriel dans la forme correcte du breton, bagadoù ;
- chouchen ou chouchenn, nom local de l'hydromel (autre nom : chufere, chupites) ;
- fest-noz, littéralement la fête de nuit ;
- kabic, veste à capuchon en laine imperméable; néologisme provenant du breton kab (cape) ;
- korrigan, sur la racine korr, nain, est une sorte de lutin ;
- corgi, mot gallois, en breton korrgi, chien nain, est une race de chien prisée dans une cour royale d'outre-Manche ;
- kouign amann, gâteau fait à base d'une pâte feuilletée, de beurre et de miel ;
- kig-ha-farz, pot-au-feu d'origine léonarde, littéralement viande-et-far ;
- Morbihan du breton mor bihan, petite mer, qui désigne initialement différentes mers intérieures de la côte sud ;
- petra, « quoi », attesté dans les anciens dictionnaires est un sobriquet dont on affuble les Bas-Bretons ;
- pillig (ar billig), large plateau métallique circulaire sur lequel on fait cuire les crêpes et les galettes.
- kenavo parfois utilisé sur le même mode que le ciao italien.
- pennti qui désigne une petite maison en Bretagne. À noter que le français parlé en Basse-Bretagne emprunte au moins des centaines de mots au breton« Du café vous aurez ? Petits mots du français de Basse-Bretagne. » et « Nouvel Atlas linguistique de la Basse-Bretagne. » de Jean Le Dû, respectivement Editions Armeline, 2002, et Centre de Recherche Bretonne et Celtique, Université de Bretagne Occidentale, 2006. : fubu pour moucheron, patates krign pour pommes de terre sautées, tristig pour morose, le ribin pour le petit chemin, brujun pour miettes, a dreuz pour de travers, le chupenn pour la veste, etc.

Les mots qui ne viennent pas du breton

- balai, de balan, « genêt » ; provient en fait du gauloisClaude Capelle, Études et recherches gallèses 2 : le gallo et les langues celtiques, 1988, la forme balan étant d'ailleurs une forme moderne par métathèse de banal
- cromlech signifie en gallois « pierre courbe » ou « cercle de pierres » (même sens en français) ;
- l'expression "que dalle" ("rien"), d'origine obscure, est parfois rapprochée du mot breton dall (« aveugle ») dans l'expression "n'y voir que dalle" ; Florian VernetFlorian Vernet, Que dalle ! Quand l’argot parle occitan, IEO edicions, 2007 y voit une origine occitane, la locution « que d’ala » étant attestée en argot marseillais depuis 1881 et signifiant, littéralement, « que de l’aile », c’est-à-dire pas grand chose à manger. De même, dail est attesté dans l’argot parisien depuis le début du XIXe au moins.
- mouette et varech viendraient du normand ;
- pingouin a une sonorité qu'on serait tenté de rapprocher de penn (tête) et gwenn (blanc), mais c'est une erreur (les pingouins ont la tête noire) ; ce mot vient du néerlandais, lui-même d'origine inconnueVoir « pingouin » sur le informatisé. ;
- pote : une étymologie fait venir ce mot de paotr, « garçon », volontiers employé amicalement en breton ; il provient plus sûrement de l'abréviation de « poteau », « ami sur lequel on peut s'appuyer », usage attesté dès le Moyen ÂgeVoir « poteau » sur le informatisé. ;
- kermesse : on pourrait attribuer à tort ce mot à la langue bretonne par analogie avec les nombreux noms toponymiques qu'on trouve principalement dans l'ouest de la Bretagne. En effet, Ker (maison, village) est un mot que l'on retrouve dans beaucoup de noms de lieux, suivi d'un nom ou d'une caractéristique : Keranna, Kervaria (Maria), Keruon (Huon), Kersaoz (la maison de l'Anglais, francisé en Kersauce), Kervilin (milin c'est-à-dire moulin). Kermesse est en réalité un mot d'origine néerlandaise, kerkmisse c'est-à-dire « messe d'église, fête patronale ».

Exemples

Voir aussi Nombres dans le monde.

Voir aussi

Notes et références

Bibliographie

Méthodes d'apprentissage du breton

- Divi Kervella, Le Breton sans peine, Editions Assimil, 2005
- Fanch Morvannou, Le Breton sans peine, T. 1 et 2, Editions Assimil, 1979
- Divi Kervella, Le Breton de poche, Editions Assimil
- Fanch Morvannou, Initiation au breton sans peine, Editions Assimil
- Mona Bouzec-Cassagnou, Dominik Bosse, Selaou, selaou, Editions Staj Brezhoneg Koad-Pin
- Nikolaz Davalan, Brezhoneg, méthode oulpan, Editions Skol an Emsav. ISBN 2-903365-14-8
- Mériadeg Hérrieu, Le Breton parlé vannetais, Editions Bleun-Brug Bro-Gwened
- Mark Kerrain, Ni a gomz brezhoneg, Editions TES
- Collectif, E brezhoneg pa gari ("en breton quand tu voudras"), éd. Stumdi. Première méthode sur DVD (avec enregistrements vidéo), 1 prix du Festival du Film et de la Télévision Celtiques, catégorie Multimédia, en 2001.

Dictionnaires

- Albert Deshayes, Dictionnaire étymologique du breton, Editions le Chasse-Marée
- Francis Favereau, Dictionnaire du breton contemporain, Editions Skol Vreizh
- Jules Gros, Dictionnaire breton-français des expressions figurées, Editions Emgleo Breiz/Brud Nevez
- Jules Gros, Le Trésor du breton parlé: dictionnaire français-breton des expressions figurées, Editions Emgleo Breiz/Brud Nevez
- Roparz Hemon, Geriadur istorel ar brezhoneg, Editions Preder
- COLLECTIF, Dictionnaire français-breton et breton-français, Editions Garnier
- COLLECTIF, Geriadur brezhoneg, Editions An Here
- Émile Ernault, Dictionnaire breton-français du dialecte de Vannes, Editions Emgleo Breiz/Brud Nevez
- G.L. Guilloux Grand dictionnaire français-breton du dialecte de Vannes, Editions Hor Yezh (3 volumes).

Histoire de la langue

- Kenneth Jackson, A Historical Phonology of Breton, Dublin, The Dublin Institute for Advanced Studies, 1967, 904 p.
- Fañch Broudic, Histoire de la langue bretonne, Editions Ouest-France, 1999, 64 p. Suivre le lien pour une
- Hervé Abalain, Histoire de la langue bretonne, Editions Gisserot, 2000
- Claude An Du, Histoire d’un interdit, le breton à l’école, Editions Hor Yezh, Lannuon, 2000

Étude sociologique de la langue

- Qui parle breton aujourd'hui ? Qui le parlera demain ?, Fañch Broudic, éd° Brud Nevez, Brest, 1999, 153 p. Étude réalisée à partir du sondage effectué en 1997 par l'Institut TMO-Régions. ISBN 2-86775-185-3. Suivre le lien pour le
- Une première étude de l'ensemble du sondage a été publiée en breton dans la revue Brud Nevez : Ar brezoneg hag ar vrezonegerien e 1997. Eun enklask bet kaset da benn gand « TMO-Régions ». - BRUD NEVEZ, n° 207, genver 1998, p. 5-59.
- La pratique du breton de l'Ancien Régime à nos jours, thèse de Fañch Broudic,
- Francis Favereau, Babel et Baragouin - Le breton dans la mondialisation, Skol Vreizh, Morlaix, 2006, ISBN : 2-915623-24-4. ===
Sujets connexes
Aber   Accent circonflexe   Accent grave   Affaire du dictionnaire breton   Alain Savary   Alexandre Duval   Allemand   Alphabet latin   Amable-Emmanuel Troude   Amérique du Nord   An Here   Anatole de Monzie   André Mellac   Aneurin   Anglais   Anjela Duval   Ankou   Annick   Apostrophe (typographie)   Ar Falz   Argot   Armorique   Armée   Arnold Von Harff   Arthur   Arzano   Aspect   Assimil   Assérac   Auray   Bagad   Balai   Barzaz Breiz   Basse-Bretagne   Batz-sur-Mer   Baud   Belle-Île-en-Mer   Binic   Biniou   Bleun-Brug   Brediah er Fé   Brest   Bretagne   Bretagne insulaire   Breton cornouaillais   Breton de Batz-sur-Mer   Breton léonard   Breton trégorrois   Breton vannetais   Britto-romains   Catholicon (dictionnaire)   Catéchisme   Charles Coquebert de Montbret   Charles Perrault   Charles de Gaulle (Barz Bro C'hall)   Charte européenne des langues régionales ou minoritaires   Chouchen   Châteaulin   Clyde   Comité de salut public   Conseil régional de Bretagne   Constitution de 1958   Controverses sur le breton   Corentin   Cornemuse   Cornique   Cornouaille   Cornouailles   Cotriade   Cour européenne des droits de l'homme   Cromlech   Culture bretonne   Curé   Côtes-d'Armor   Devon   Diacritique   Dialecte   Dictionnaire   Dihun   Dihunamb   Div Yezh   Diérèse   Dolmen   Dom Louis Le Pelletier   Douarnenez   Duché de Bretagne   Déclin de l'Empire romain d'Occident   Emgleo Breiz   Emprunt lexical   Erwan Vallerie   Espagnol   Europe   Fanch Morvannou   Fañch Broudig   Feiz ha Breiz   Fest-noz   Finistère   Flexion (linguistique)   France   Francis Favereau   Français   François Mevellec   François Vallée   Frères des Écoles chrétiennes   Férel   Galicien   Gallo   Gallois   Gaule   Gaulois (langue)   Gaël   Georges Pompidou   Gildas   Glasgow   Gourin   Goéland   Grande-Bretagne   Grec ancien   Guingamp   Guémené-sur-Scorff   Guérande   Gwalarn   Gwendoline   Gwenola   Herbignac   Hervé   Hervé Abalain   Homonymie   Hébreu   Imbourc'h   Impérialisme linguistique   Irlandais   Jacob et Wilhelm Grimm   Jean-François Le Gonidec   Jean-Pierre Calloc'h   Jehan Lagadeuc   Jota   Judicaël   Jules César   Jules Gros   Julien Maunoir   KLT   Kabic   Kenneth Jackson   Kergrist-Moëlou   Kermesse   Korrigan   Kouign amann   Landerneau   Landivisiau   Langonnet   Langue celtique   Langue en Loire-Atlantique   Langue maternelle   Langues régionales de France   Lannion   Latin   Le Canard enchaîné   Le Faouët (Morbihan)   Linguistique   Liste Swadesh du breton   Liste des auteurs bretons   Loeiz Herrieu   Loi Deixonne   Loi Toubon   Loire-Atlantique   Lorient   Loudéac   Lutin   Léon   Léon Fleuriot   Manche (mer)   Marsel Klerg   Martial Ménard   Menhir   Minihi   Missel   Morbihan   Morgane   Morlaix   Mouette   Moyen-breton   Moyen Âge   Muzillac   Nantes   Napoléon Ier   Nationalisme breton   Nombres dans le monde   Normand   Nouveau Testament   Néerlandais   Néologisme   Ordonnance de Villers-Cotterêts   Ouessant   Paimpol   Palatalisation   Patois   Personne (grammaire)   Pierre-Jakez Hélias   Pierre (prénom)   Pierre Le Roux   Pierre de Chalons   Pingouin   Plestin-les-Grèves   Plouay   Plouguerneau   Plouha   Plounéour-Ménez   Plèbe   Plélo   Poher   Politique linguistique de la France   Pont-Aven   Pont-l'Abbé   Pontivy   Poullaouen   Pronom   Préposition   Péaule   Pénestin   Questembert   Quiberon   Quimper   Quimperlé   Rennes   Ria   Ronan   Roparz Hemon   Roscoff   Rostrenen   Royaume-Uni   Régime de Vichy   République   Révolution   Saint-Brieuc   Saint-Caradec   Saint-Molf   Saint-Nicolas-du-Pélem   Saint-Pol-de-Léon   Saint-Renan   Sanskrit   Sarzeau   Signalisation bilingue   Stumdi   Symbole (enseignement)   TES   Tableau lexical comparatif des langues britonniques   Tacite   Taliesin   Tanguy   Tilde   Tristan   Troménie   Trégor   Tréguier   Tréma   Trésor des langues parlées   Tréveneuc   Vannes   Varech   Yann Sohier   Yoann   Yves  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^