Madame Butterfly

Infos
Madame Butterfly Madame Butterfly (Madama Butterfly) est un opéra en trois actes, représenté pour la première fois à La Scala de Milan le 17 février 1904. La partition musicale est signée Giacomo Puccini, et le livret est l'œuvre de Giuseppe Giacosa et Luigi Illica.
Madame Butterfly

Madame Butterfly Madame Butterfly (Madama Butterfly) est un opéra en trois actes, représenté pour la première fois à La Scala de Milan le 17 février 1904. La partition musicale est signée Giacomo Puccini, et le livret est l'œuvre de Giuseppe Giacosa et Luigi Illica.

Genèse

En 1900, Puccini est à Londres pour diriger les répétitions de Tosca au Royal Opera House. Un peu par hasard, il assiste à une pièce de théâtre de David Belasco, Madame Butterfly, tirée d’une nouvelle de l’Américain John Luther Long (1861-1927). Il est immédiatement enthousiasmé par la pièce et veut acheter les droits sur-le-champ. Après d’âpres négociations, le contrat sera finalement signé en septembre 1901 et les librettistes Giuseppe Giacosa et Luigi Illica se mettent au travail. Après les succès de La Bohême (1896) et de Tosca (1900), Puccini s’attendait à un accueil favorable. Mais, la première représentation le 17 février 1904 est un échec monumental. L’opéra est trop long et le découpage en deux actes rompt avec les habitudes de l’art lyrique italien. Puccini en tire les leçons, il remanie l’opéra et le réorganise en trois actes mieux équilibrés. La nouvelle version présentée à Brescia le 28 mai 1904 sera un triomphe, prélude à une formidable carrière internationale : Buenos Aires, Londres, New York, Paris… La version française présentée à l’Opéra-Comique le 28 décembre 1906 est de Paul Ferrier (1843-1920). Le thème de la geisha épousant un Américain de passage rappelle bien sûr Madame Chrysanthème de Pierre Loti, qui a d’ailleurs été adaptée à l’opéra par André Messager en 1893. Mais la ressemblance est très lointaine. Alors que Madame Chrysanthème est une Japonaise cynique, et vénale, qui compte son argent au départ du marin, Butterfly tombe passionnément amoureuse de Pinkerton, au point de sacrifier les conventions sociales et de renier sa famille. Et Pinkerton éprouvera des remords à la mort de Butterfly, ce qui n’est pas commun pour les marins de passage.

Personnages

- Madame Butterfly, Cio-Cio-San, soprano
- Suzuki, sa servante, mezzosoprano
- Benjamin Franklin Pinkerton, ténor
- Kate Pinkerton, soprano
- Sharpless, le consul, bariton
- Goro, l’entremetteur, ténor
- Yamadori, le prétendant, ténor
- Bonzo, l’oncle bonze, basse
- Commissario, l’officier d’état civil, basse

Synopsis

Nagasaki, 1904. Un jeune officier Américain de passage, B.F. Pinkerton épouse une geisha, Madama Butterfly (en japonais italianisé Ciocio-san, soit Madame Papillon). Simple divertissement exotique pour lui, le mariage est pris très au sérieux par la jeune Japonaise. Après la cérémonie et après lui avoir fait un enfant, Pinkerton repart. Espérant son retour, elle lui reste fidèle et refuse de nombreuses propositions de mariage. Trois ans plus tard, Pinkerton revient au Japon avec sa nouvelle épouse américaine. Quand Butterfly comprend la situation, elle leur abandonne son enfant et se donne la mort par seppuku (hara-kiri).

Argument

Acte I

-À Nagasaki, en 1904, Goro, entremetteur, fait visiter à B.F.Pinkerton, officier américain de passage, la maison que ce dernier vient d’acheter. Il lui présente ses serviteurs dont Suzuki, la servante de sa fiancée Madame Butterfly.
-Puis le consul américain Sharpless arrive. Pinkerton lui explique que les contrats de location, ici, sont très précaires. On signe pour 999 ans mais on peut se dédire chaque mois ! C’est pareil pour les contrats de mariage (Air : « Dovunque al mundo, lo yankee vagabondo ». « Partout dans le monde, le Yankee vagabonde ».)
-Sharpless le met en garde et l’avertit de la candeur et de la sincérité de Butterfly. Pinkerton prend ce mariage comme un passe-temps et lui explique qu’il se mariera plus tard avec une vraie épouse Américaine « una vera spoza americana »
-Arrivée de Butterfly en tête d’un magnifique cortège avec ses amies et ses parents (Air : « Ecco ! Son giunte ».) Elle chante son bonheur. Pinkerton est sous le charme.
-Les critiques fusent dans la foule, humiliant Butterfly, qui se déshonore en épousant un étranger. Pinkerton prend le mariage au second degré (« che burletta » quelle farce) malgré les avertissements répétés de Sharpless.
-Ils entrent dans la maison. Elle lui montre quelques petits objets qu’elle a emportés, le poignard avec lequel son père s’est suicidé et les Ottokés, statuettes symbolisant les âmes de ses ancêtres. Elle lui avoue s’être convertie au « Dieu des Américains » par amour pour lui.
-Le commissaire impérial célèbre la cérémonie de mariage. Tout le monde trinque et se réjouit quand soudain, apparition quasi-surnaturelle, l’oncle bonze surgit ! Il maudit Butterfly (Cio-Cio-San) qui a renié sa famille et ses ancêtres. Moment d’une grande intensité dramatique, Pinkerton défend Butterfly et chasse le bonze.
-Restés seuls, il la réconforte. Le premier acte s’achève sur un très beau duo d’amour (« Viene la sera » « la nuit approche »). Elle se sent « seule … et reniée, reniée… et heureuse » « Sola e rinnegata ! rinnegata e felice ! » Comme le papillon (« farfalle »), elle est épinglée pour la vie !

Acte II

-Trois ans se sont écoulés depuis le départ de Pinkerton et Butterfly l’attend toujours. Entre temps, la situation financière de Butterfly s’est dégradée. Suzuki prie Bouddha pour que Butterfly cesse de pleurer, mais sans grand espoir : « on n’a jamais vu un mari étranger revenir au nid », tandis que Butterfly prie le Dieu américain. Elle espère le retour de Pinkerton à la « saison où les rouge-gorges font leur nid » comme il lui avait promis. Très bel et touchant aria de Butterfly: « Un bel dì vedremo…» « un beau jour…»
-Goro et Sharpless rendent visite à Butterfly. Goro lui présente des riches prétendants, dont le prince Yamadori. Mais elle les éconduit tous car elle se considère encore comme mariée.
-Sharpless commence à lui lire une lettre où Pinkerton lui annonce que c’est fini, mais il n’ose terminer. Bouleversée, elle promet qu’elle se tuera s’il ne revient pas. Puis, elle lui présente son enfant, dont Pinkerton ignore l’existence (Aria triste : « Che tua madre dovrà ».) Elle préfère mourir plutôt que redevenir geisha. Sharpless se retire, promettant de prévenir Pinkerton. Pendant ce temps, Goro rôde autour de la maison, répandant le bruit que l’enfant n’a pas de père.

Acte III

-Coup de canon ! Le bateau « Abraham Lincoln » de Pinkerton entre au port et Butterfly l’aperçoit avec sa longue-vue. Quel bonheur ! Butterfly et Suzuki décorent la maison avec toutes les fleurs du jardin. Butterfly s’habille comme au premier jour pour accueillir Pinkerton.
-Butterfly veille toute la nuit avec son enfant et au petit matin elle s’endort épuisée.
-Pinkerton et Sharpless arrivent alors à la maison avec Kate, la nouvelle épouse américaine de Pinkerton. Il demande à Suzuki de lui confier l’enfant pour assurer son avenir. Sharpless lui répète ses reproches : « Ve dissi » « je vous l’avais bien dit ». Tragique trio entre Pinkerton, Suzuki et Sharpless. Pinkerton éprouve un grand remords sincère (Air : « addio, fiorito asil » « Adieu asile fleuri ».) Puis il s’enfuit lâchement.
-Kate demande l’enfant à Suzuki et promet d’en prendre soin. Butterfly se réveille, aperçoit Kate et comprend la vérité. Désespérée, elle consent à donner son fils à Pinkerton à condition qu’il vienne le chercher lui-même.
-Butterfly se tue avec un poignard sur lequel sont gravés ces mots : « celui qui ne peut vivre dans l’honneur meurt avec honneur ». Dehors, on entend les appels émus de Pinkerton, saisi par le remords : « Butterfly, Butterfly, Butterfly... »

Arias célèbres

Les arias les plus célèbres sont :
- Un bel dì, vedremo (Butterfly), au deuxième acte,
- (Butterfly), à la fin du troisième acte.
- Che tua madre dovrà (Butterfly), au deuxième acte,
- Viene la sera (duo Butterfly, Pinkerton), au premier acte. On peut citer également :
- Dovunque al mondo (Pinkerton, Sharpless), au premier acte,
- Ecco ! Son giunte (Goro, les amies de Butterfly), au premier acte,
- Addio, fiorito asil (Pinkerton, Sharpless), au troisième acte.

Discographie

On peut citer, parmi les grandes adaptations discographiques :
-Madame Butterfly (EMI, 1955), sous la direction d’Herbert von Karajan, avec Maria Callas et Nicolai Gedda,
-Madame Butterfly (Decca, 1974), sous la direction d’Herbert von Karajan, avec Mirella Freni et Luciano Pavarotti,
-Madame Butterfly (Decca, 1958), sous la direction de Tullio Serafin, avec Renata Tebaldi et Carlo Bergonzi,
-Madame Butterfly (CBS, 1978), sous la direction de Lorin Maazel, avec Renata Scotto et Plácido Domingo.

Adaptations au théâtre

- 1988 : L'adaptation de David Henry, M. Butterfly, qui raconte l'histoire mais avec un diplomate français et une chanteuse d'opéra chinoise, est dénoncée pour avoir dépeint Butterfly comme une Asiatique soumise, selon le stéréotype occidental.
- 1989 : Le musical Miss Saigon, qui prend l'affiche à Broadway, est en partie inspiré de Madame Butterfly. L'histoire est campée au Viet nâm et en Thaïlande, avec comme décor la guerre du Vietnam et la chute de Saigon.

Filmographie

- 1915 : Madame Butterfly de Sidney Olcott, avec Mary Pickford.
- 1922 : The Toll of the Sea, inspiré de l'opéra, avec Anna May Wong. L'histoire est transportée en Chine.
- 1932 : Madame Butterfly, adaptation non chantée, mise en scène par Marion Gering, avec Sylvia Sidney et Cary Grant.
- 1995 : Madame Butterfly de Frédéric Mitterrand avec Ying Huang et Richard Troxell, sous la direction de James Conlon.

Références dans la culture populaire

- Le groupe rock Weezer s'est inspiré de Madame Butterfly pour son second disque Pinkerton, qui contient des références à l'œuvre de Puccini et à ses personnages, particulièrement sur le dernier morceau de l'album, "Butterfly". Une carte du monde fictive incluse dans la pochette du disque contient également des références à Sharpless et Cio-Cio-San. Enfin, un extrait de l'opéra, en italien est inscrit autour du disque compact même.

Voir aussi

-Giacomo Puccini
-Nagasaki ==
Sujets connexes
André Messager   Brescia   Broadway   Buenos Aires   Cary Grant   Civilisation chinoise   Disque compact   Frédéric Mitterrand   Geisha   Giacomo Puccini   Herbert von Karajan   Italien   John Luther Long   Londres   Lorin Maazel   Luciano Pavarotti   M. Butterfly   Maria Callas   Mary Pickford   Milan   Mirella Freni   Miss Saigon   Nagasaki   New York   Nicolai Gedda   Opéra (musique)   Paris   Pierre Loti   Pinkerton (Weezer)   Plácido Domingo   Renata Scotto   Renata Tebaldi   Royal Opera House   Seppuku   Sidney Olcott   Sylvia Sidney   Thaïlande   Tosca   Tullio Serafin   Weezer  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^