Défilé militaire du 14 juillet

Infos
Le défilé militaire du 14 juillet est une manifestation qui a lieu chaque année en de nombreux endroits de France à l'occasion de sa fête nationale. Le défilé principal est à Paris. Il descend l'avenue des Champs-Élysées, de la place de l’Étoile jusqu’à la Concorde. Il existe d'autres défilés de bien moindre envergure dans d'autres villes de France, réalisés pour la même occasion, par des régiments locaux. Champs-Élysées le 14 juillet 2007
Défilé militaire du 14 juillet

Le défilé militaire du 14 juillet est une manifestation qui a lieu chaque année en de nombreux endroits de France à l'occasion de sa fête nationale. Le défilé principal est à Paris. Il descend l'avenue des Champs-Élysées, de la place de l’Étoile jusqu’à la Concorde. Il existe d'autres défilés de bien moindre envergure dans d'autres villes de France, réalisés pour la même occasion, par des régiments locaux. Champs-Élysées le 14 juillet 2007

Organisation du défilé parisien

Différents corps militaires et de police au sol, à pied, à cheval ou motorisés, défilent à tour de rôle avant de se séparer en deux au niveau de l'arrivée sur la place de la Concorde, hormis la légion étrangère qui tourne sur le côté gauche. La vitesse moyenne de défilé des troupes motorisées est de 14 km/h. Un défilé aérien a également lieu au-dessus de cette même avenue. Le défilé a lieu en présence du président de la République française ainsi que d'une grande partie du gouvernement et des ambassadeurs étrangers en France, réunis dans la tribune d'honneur, qui est adossée à l'obélisque de la Concorde. Il arrive régulièrement que le président invite un ou plusieurs représentants étrangers et qu'une délégation militaire (et plus rarement civile) étrangère participe au défilé.

Déroulement typique

La répétition générale du défilé a lieu le 13 juillet. Le défilé a lieu dans la matinée du 14 juillet. Le défilé commence par l'inspection des troupes par les officiers généraux commandants les défilés. Puis le président de la République arrive et passe en revue les troupes sur un VLRA encadré par une escorte à cheval de la garde républicaine. Le président rejoint le lieu où est installée la tribune d'honneur. Les honneurs sont rendus au Président et celui-ci rejoint la tribune. S'ensuit une animation musicale. Un défilé aérien ouvre le défilé à proprement parler, suivi par les unités au sol. Des unités d'armées étrangères sont parfois invitées ; il en a été ainsi par exemple en 1994, lorsqu'une unité de l'armée allemande a défilé (le président de l'époque, François Mitterrand déclenchant à l'occasion de cette invitation une polémique sur la parade de soldats allemands sur les Champs-Élysées), ou en 1999 lorsque ce fut le tour d'un détachement de la Garde royale marocaine. En 2007, Nicolas Sarkozy, nouvellement élut président de la République, invita un détachement de chacun des 26 autres pays de l'union européenne, ceux-ci défilèrent par ordre alphabétique, précédés des 28 drapeaux (ceux des 27 pays et le drapeau européen). Le défilé au sol est traditionnellement clôturé par la Légion étrangère qui défile au pas le plus lent (88 pas par minute contre 120). Une escadrille aérienne fumigène, généralement la patrouille de France, clôture le défilé aérien. Le général gouverneur militaire de Paris vient saluer le président face à la tribune officielle, et celui-ci vient répondre à son salut. Le président quitte alors le défilé.

Exemples d'unités défilant

Parmi les unités françaises défilant en 2005 sur le site du ministère de la Défense, l'on pouvait trouver :

Unités à pied

Élèves de l'École militaire interarmes (défilé 2007). Environ 4000 militaires défilent à pied.
- L'École polytechnique
- L'École des officiers de la gendarmerie nationale
- L'École spéciale militaire de Saint-Cyr
- L'École militaire interarmes et l'École militaire du corps technique et administratif
- L'École navale
- L'École de l'air et l'École militaire de l'air
- L'École du service de santé des armées de Lyon et de Bordeaux
- L'École nationale des sous-officiers d'active
- L'École de maistrance
- L'École de formation des sous-officiers de l'armée de l'air
- Les deux régiments d'infanterie de la garde républicaine
- Le 27e bataillon de chasseurs alpins
- Le 132 bataillon cynophile de l'armée de terre
- Le régiment d'hélicoptères de combat
- La brigade de sapeurs-pompiers de Paris
- L'École des fusiliers marins de Lorient
- Marins du porte-hélicoptères Jeanne d'Arc
- Marins de la frégate anti sous-marine Georges Leygues
- Marins de la flottille 23 F
- La base aérienne 112 Reims-Champagne Marin la Meslée
- La Base aérienne 120 Commandant Marzac de Cazaux
- L'École nationale supérieure de la police
- L'École nationale supérieure des officiers de police
- L'École nationale de police
- Les Pionniers du régiment étranger
- Le régiment étranger de cavalerie
- L'Ecole Nationale Supérieure des Officiers de Sapeurs-Pompiers

Unités montées

Environ 240 chevaux défilent avec leur cavalier :
- La fanfare du régiment de cavalerie de la garde républicaine
- Le régiment de cavalerie de la garde républicaine

Unités motorisées

Génie Environ 460 véhicules (dont 80 motos) défilent :
- L'État-major de force n°4
- Le 15 bataillon du train
- L'Escadron motocycliste de la gendarmerie départementale
- L'État-major de la 6e brigade légère blindée et la 6e compagnie de commandement et de transmissions
- L'Escadron d'éclairage et d'investigation de la 6e brigade légère blindée
- La compagnie antichar du 2e régiment étranger d'infanterie
- Le 21 régiment d'infanterie de marine
- Le 2e régiment étranger d'infanterie
- Le régiment de spahis
- Le 3 régiment d'artillerie de marine
- Le régiment étranger de génie
- L'État-major de la 2e brigade logistique
- Le 515e régiment du train
- Le 3e régiment du matériel
- Le 4e groupement logistique du commissariat de l'armée de terre
- Le 3e régiment médical
- La base opérationnelle déployable de l'armée de l'air
- La base pétrolière interarmées
- La Brigade de sapeurs pompiers de Paris Unités mécanisées
- 2 Brigade Blindée (16 Bataillon de Chasseurs)

Unités aériennes

E-3F suivi de cinq Mirage 2000 lors du défilé militaire du 14 juillet 2006
- Les Alphajets de la Patrouille de France.
- Le défilé aérien d'ouverture comprend, outre ceux de la patrouille de France, une soixantaine d'avions. (Alphajet, E3F, C135 FR, Mirage 2000, Mirage 2000 D, Mirage F1 espagnols, Mirage F1CT, Mirage F1CR, Mirage2000-5, F-16 belges et néerlandais, Jaguar britanniques, E-2C Hawkeye, Rafale Marine, Super Étendard, Atlantique 2, Falcon 50, C160 Transall français et allemands, C-130 français et britanniques)
- Le défilé aérien des hélicoptères comprend une trentaine d'appareils (Tigre, Gazelle Mistral, Gazelle Hot, Puma, Super Frelon, Panther, Lynx, Fénnec)

Histoire

À l'origine fête populaire, les réjouissances du 14 juillet deviennent militaires pendant le Directoire (1797-1798). Sous Napoléon, la fête perd considérablement de son importance, et il faut attendre la fin du Consulat et la République pour que le 14 juillet revienne à l'honneur. En 1880, la fête de la Fédération devient fête nationale par adoption du Sénat le 28 juin, et un décret du 6 juillet y associe une manifestation militaire. Politiquement, il s'agit de montrer le redressement militaire de la France après la défaite de 1870. En 1880, un défilé militaire, réunissant plusieurs dizaines de milliers de spectateurs et en présence du président de la république Jules Grévy se déroule sur l'hippodrome de Longchamp.
- 1880 à 1914, la fête du 14 juillet se déroule à Longchamp. Après la Première Guerre mondiale, le défilé a lieu sur les Champs-Élysées. (cf. référence page 64).
- 1919 : le « Défilé de la Victoire » avec à cheval, à la tête des troupes, les maréchaux vainqueurs, Joffre, Foch et Pétain. Des unités de vétérans ayant combattu au sein des troupes alliées défilent également. Le défilé passe alors sous l'Arc de Triomphe (la tombe du Soldat inconnu ne sera installée sous l'Arc qu'en 1921).
- 1940 à 1944, pas de défilé militaire le 14 juillet pour cause d'occupation allemande. Le 14 juillet 1942, une compagnie du futur commando Kieffer des Forces navales françaises libres défile dans les rues de Londres.
- 1945 : premier défilé du 14 juillet après la Libération. Il se déroule à Bastille où se trouve la tribune officielle mais les troupes motorisées descendent les Champs-Elysées et traversent la capitale. Un autre grand défilé avait eu lieu un mois plus tôt, le 18 juin, sur les Champs-Élysées pour fêter l'anniversaire de l'appel du 18 juin 1940.
- 1946 : lors du défilé militaire un certain Hô Chi Minh, alors en visite en France pour participer à la conférence de Fontainebleau, est invité dans la tribune d'honneur.
- 1971 : premières femmes dans les troupes qui défilent. Sous le mandat de Valéry Giscard d'Estaing, le lieu du défilé varie. Les armées vont ainsi défiler entre la place de la Bastille et la place de la République, en souvenir des mouvements populaires lors de la Révolution française sur le site du ministère des Affaires étrangères.
- 1974 : Bastille à République
- 1975 : Cours de Vincennes
- 1976 : retour sur les Champs-Élysées
- 1977 : École militaire
- 1978 : Champs-Élysées
- 1979 : République à Bastille
- 1980 : Champs-Elysées. Les présidents de la République suivants, François Mitterrand (81 à 94), Jacques Chirac (95 à 2006) puis Nicolas Sarkozy (depuis 2007) maintiendront ensuite le défilé militaire sur les Champs-Élysées.
- 1989 : défilé du bicentenaire de la Révolution française
- 1994 : des soldats de l'Eurocorps, dont des soldats allemands, participent au défilé du 14 juillet sur l'invitation de François Mitterrand. Cet événement est symbolique pour l'histoire de l'Eurocorps et de l'Europe et est une marque de plus de la réconciliation entre la France et l'Allemagne sur le site de le .
- 1996 : première participation d'unités de la police nationale
- 1999 : pour l'« Année du Maroc en France », la Garde royale marocaine ouvre le défilé, en présence du roi du Maroc Hassan II. C'est le premier contingent étranger autonome à participer à un défilé du 14 juillet depuis la participation de troupes du Royaume-Uni en 1939 (hors Défilé de la victoire de 1919). Participation des cadets de Westpoint en 2002
- 2002 : Les cadets de l'école militaire américaine de Westpoint défilent (voir photo ci-dessous). De plus, un accent particulier est mis sur la commémoration du bicentenaire de la Légion d'honneur, en effet, au sein du défilé, certains élèves de la Maison d'éducation de la Légion d'honneur formèrent une légion d'honneur gigantesque place de la concorde à Paris en face de la tribune présidentielle.
- 2004 : pour le centenaire de l'Entente cordiale, des troupes britanniques participent au défilé : la fanfare du Royal Marines, les Household Cavalry Mounted Regiment, les Grenadier Guards et le Royal Horse Artillery descendent les Champs-Elysées, survolés par les Red Arrows, la patrouille aérienne de la Royal Air Force. .
- 2005 : pour l'« Année du Brésil en France » et en présence du président brésilien Lula, deux unités brésiliennes - les musiciens de la fanfare martiale du corps des fusiliers marins et les cadets de l’Académie militaire des "Flèches noires" - ont inauguré le défilé au sol et l'« escadrille de la fumée », la patrouille aérienne de la Force aérienne brésilienne a clôturé le défilé aérien.
- 2007 :
- Pour fêter les 100 ans de l'invention de l'hélicoptère, il était initialement prévu que l'armée et la gendarmerie fassent voler 100 hélicoptères lors du défilé aérien mais seulement une quarantaine volèrent.
- Le Président de la République Nicolas Sarkozy avait invité un détachement militaire de chacun des vingt-sept pays de l'Union européenne pour commémorer les cinquante ans de la signature du traité de Rome. Tous les pays ont répondu favorablement à l'appel et pour la première fois les 27 pays ont été représentés. L'effectif européen était composé de 838 officiers, sous-officiers et militaires du rang dont 7 personnels féminins, y compris 39 membres du 2° régiment de Hussards de l'Armée de terre française, tous défilant au pas français (120 pas par mn). A cette occasion José Manuel Barroso, président de la Commission européenne et José Socrates premier ministre portugais dont le pays assure la présidence européenne, assistaient au défilé.
- L'émir du Qatar, Hamad bin Khalifa Al Thani, était l'invité d'honneur du défilé dans lequel son fils figurait, avec les élèves de l'école de Saint-Cyr.

Faits divers

-Le 14 juillet 2002, le Président de la République française Jacques Chirac échappe à un attentat Dépêche RTL du 12 décembre 2004.. Maxime Brunerie, un jeune militant d'extrême droite, tente de l'assassiner avec une carabine depuis la foule des spectateurs.
-Avant leur transfert au musée du Louvre, le passage des engins blindés avait pour effet de fragiliser les Chevaux de Marly, des sculptures de Guillaume Coustou, placés à l'entrée des Champs-Élysées.

Voir aussi

- Fête nationale française
- Fête de la Fédération
- Allocution présidentielle du 14 juillet, allocution ou interview télévisée du Président de la République qui a traditionnellement lieu après le défilé.
- Gilles Amado, réalisateur de la retransmission télévisée du défilé pour TF1 et France 2 depuis 1995.

Lien externe

- (au format RealVideo)

Références

Catégorie:Armée française Catégorie:Fête nationale française en:Bastille Day Military Parade
Sujets connexes
Allemagne   Allocution présidentielle du 14 juillet   Avenue des Champs-Élysées   Base aérienne 112 Reims-Champagne   Base aérienne 120 Cazaux   Boeing E-3 Sentry   Brigade de sapeurs-pompiers de Paris   Brésil   Consulat (histoire de France)   Cours de Vincennes   Dassault Rafale   Directoire   Entente cordiale   Escadrille de la fumée   Eurocopter AS-350 Écureuil   Europe   Falcon 50   Forces armées royales (Maroc)   Forces navales françaises libres   France   France 2   François Mitterrand   Fête de la Fédération   Fête nationale française   Garde républicaine (France)   Gazelle (hélicoptère)   Gilles Amado   Gouverneur militaire de Paris   Guillaume Coustou   Génie militaire   Hamad bin Khalifa Al Thani   Hassan II   Hippodrome de Longchamp   Hélicoptère   Hô Chi Minh   Jacques Chirac   Jules Grévy   Longchamp   Luiz Inácio Lula da Silva   Lynx (hélicoptère)   Légion d'honneur   Légion étrangère   Maison d'éducation de la Légion d'honneur   Maroc   Maxime Brunerie   Ministère de la Défense (France)   Ministère des Affaires étrangères (France)   Musée du Louvre   Napoléon Ier   Nicolas Sarkozy   Obélisque de Louxor   Occupation   Panther (hélicoptère)   Paris   Patrouille de France   Philippe Kieffer   Pionniers de la Légion étrangère   Place Charles-de-Gaulle   Place de la Bastille   Place de la Concorde   Place de la République   Police nationale (France)   Première Guerre mondiale   Président de la République française   Puma (hélicoptère)   Qatar   Radio Télévision Luxembourg   RealVideo   Red Arrows   Royal Marines   Révolution française   SEPECAT Jaguar   Super Frelon   Sénat   TF1   Tombe du Soldat inconnu (France)   Traité instituant la Communauté européenne   Union européenne   Valéry Giscard d'Estaing  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^