Benoît de Nursie

Infos
200 px Benoît de Nursie, ou saint Benoît pour les catholiques et les orthodoxes (naissance vers 480-490) est le fondateur de l'ordre bénédictin et du monachisme occidental. Il est considéré par les catholiques et les orthodoxes comme le patriarche des moines d'Occident. Fête : 11 juillet (anciennement le 21 mars)
Benoît de Nursie

200 px Benoît de Nursie, ou saint Benoît pour les catholiques et les orthodoxes (naissance vers 480-490) est le fondateur de l'ordre bénédictin et du monachisme occidental. Il est considéré par les catholiques et les orthodoxes comme le patriarche des moines d'Occident. Fête : 11 juillet (anciennement le 21 mars)

Biographie

Sources

La seule authentique biographie de saint Benoît est contenue dans le second livre de saint Grégoire : Dialogues. C'est plutôt un croquis de caractère qu'une biographie. Elle consiste, pour la plus grande part, en de nombreux miracles, qui illustrent la vie du saint et donnent une approche chronologique de sa carrière. L'autorité de saint Grégoire pour tout ce qui s’y rapporte est celle de ses propres disciples à savoir Constantin, qui lui a succédé comme Abbé de Monte Cassino ; et Honoré, qui était Abbé de Subiaco quand saint Grégoire écrivit ces Dialogues. Jacques de Voragine lui consacre un chapitre dans sa Légende dorée.

Enfance et études

Né vers 480-490 en Nursie (Norcia), en Ombrie, Benoît était le fils d’un noble Romain, et la tradition, qu’accepte saint Bède, fait de Scolastique sa sœur jumelle. Son enfance se déroula à Rome, où il vivait avec ses parents et allait à l’école jusqu'à ce qu'il aborde des études plus élevées. Alors « livrant ses livres, et abandonnant la maison de ses parents et la richesse, avec à l’esprit de seulement servir Dieu, il cherchait quelques lieux où il pourrait atteindre son saint désir ; et de ce fait il partit de Rome, instruit avec l’ignorance instruite et meublée avec de la sagesse. » (Dial. St. Greg., II, Introd. dans Migne, P.L. LXVI). Il y a beaucoup d’opinions différentes sur l’âge de Benoît à ce moment-là. Il était généralement admis qu'il avait 14 ans, mais une étude attentive démontre qu’il doit avoir moins de 19 ou 20 ans. Il était assez vieux pour être au milieu de ses études littéraires, pour comprendre le véritable sens et valeur des vies dissolues et licencieuses de ses compagnons, et d’avoir lui même été profondément affecté par l'amour d'une femme (ibid., II, 2). Il était capable de penser toutes ces choses en comparaison avec la vie enseignée dans l'Évangile, et a choisi ce dernier. Il était au début de sa vie, et il a eu à sa disposition les moyens d’une carrière en tant que noble Romain. Il est clair qu’il n’était pas un enfant. Comme saint Grégoire le dit : « Dès le temps de sa jeunesse, il portait en lui un cœur digne de celui d’un vieillard : dépassant son âge par ses mœurs, il ne livra son âme à aucune jouissance, mais alors qu’il vivait encore sur cette terre et qu’il avait la possibilité d’en user librement pour un temps, il méprisa d’emblée le monde avec sa fleur comme un sol aride. Issu d’une très bonne famille libre de la province de Nursie, on l’envoya à Rome pour s’y livrer à l’étude libérale des lettres. Mais il s’aperçut que c’était l’occasion pour beaucoup de tomber dans l’abîme des vices : aussi – pour ainsi dire – à peine avait-il mis les pieds dans le monde qu’il les retira, de peur que, pour avoir pris quelque contact avec ladite science, il ne soit en contrepartie précipité tout entier dans l’abîme. Méprisant donc l’étude des lettres, il se mit en quête d’un genre de vie sainte. Aussi se retira-t-il, savamment ignorant et sagement inculte. » (ibid., Introd.). Si nous acceptons la date de 480 pour sa naissance, nous pouvons fixer la date de 500 pour l’abandon de sa maison et la fin de ses études.

Vie religieuse

Saint Benoît se retira donc à Effide. La Légende dorée raconte qu'arrivé là, sa nourrisse, qui l'avait accompagné, cassa un crible qui lui servait à tamiser le froment pour la préparation du repas. Chagrinée, elle se mit à pleurer. Benoît alors rassembla les parties brisées et fit une prière, le crible se reconstitua miraculeusement. Ce serait le premier miracle du saint. Il fut ensuite initié à la vie monastique dans la région de Subacio. Sa renommée grandit rapidement, et de nobles familles romaines lui envoient leurs enfants en tant qu'oblats. Mais suite à un conflit avec un prêtre local, il partit vers 530 sur le Mont Cassin, où il fonde une abbaye sur l'emplacement d'un ancien temple dédié à Apollon. C'est là qu'il rédigea la règle de saint Benoît, qu'il acheva en 540. Il meurt en 547.

Influence

Son influence est considérable sur le monachisme en Occident et dans le monde, ainsi que sur toute la vie intellectuelle du christianisme, surtout grâce à la Règle de saint Benoît. Cette règle est un idéal de vie en collectivité. Elle est même prise comme exemple pour l'organisation dans les entreprisescitation demandée]. La règle fut reprise par Benoît d'Aniane au , avant les invasions normandes : il la commente, la codifie et est à l'origine de son expansion dans toute l'Europe carolingienne, à travers les ordres de Cluny et de Cîteaux, qui ont toutefois minoré (plus Cluny que Citeaux)citation demandée] l'importance du travail manuel par rapport à la liturgie et à la prière. Cette règle a été imprimée à Paris, 1734, 2 volumes in-4, avec un commentaire de Dom Calmet. Dom Guéranger a fait renaître l'ordre bénédictin à Solesmes après la Révolution. L'abbaye de saint Benoît a pu à nouveau accueillir une communauté en provenance de l'Abbaye de la Pierre-Qui-Vire, fondée au dans le Morvan. Benoît XVI a choisi son nom de règne en s'inspirant de saint Benoît de Nursie et de Benoît XV.

Patronages

Il est invoqué : Contre les piqûres d'orties ; le poison ; l'érésipèle ; la fièvre ; les tentations. Il est le patron : de l'Europe (co-patron), des ouvriers agricoles ; des ingénieurs civils ; des chaudronniers (cuivre) ; des mourants ; les fermiers ; de la ville de Heerdt près de Düsseldorf, de l'Allemagne ; des maladies inflammatoires ; des architectes italiens ; des maladies des reins ; des moines ; de la ville de Nursie dont il est originaire ; l'Italie ; des gens des ordres religieux ; des domestiques qui ont cassé les affaires de leur maître ; des spéléologues. Les reliques de saint Benoît sont conservées dans la crypte de l'Abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire (anciennement Abbaye de Fleury), près d'Orléans et de Germigny-des-Prés où se trouve une église carolingienne), dans le centre de la France.

Voir aussi

Bibliographie

- Sa Vie a été écrite par D. Mège, Paris, 1690.
- Autour de saint Benoît. Aldebert de Vogüe. Vie Monastique n°4, Abbaye de Bellefontaine, 1975.
- Saint Benoît. Dom Ildefons Herwegen, abbé de Maria Laach. Desclée de Brouwer. 1980 pour le 1500e anniversaire de la naissance saint Benoît.
- Jacques de Voragine, La Légende dorée, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 2004, publication sous la direction d'Alain Boureau. ===
Sujets connexes
Abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire   Abbaye de la Pierre-Qui-Vire   Abbaye du Mont-Cassin   Allemagne   Antiquité tardive   Apollon   Benoît   Benoît XV   Benoît XVI   Benoît d'Aniane   Biographie   Bède le Vénérable   Carolingiens   Catholicisme   Charlemagne   Christianisme   Dom Calmet   Entreprise   Europe   France   Germigny-des-Prés   Hagiographie   Ingénieur   Italie   Jacques de Voragine   Liturgie   Légende dorée   Management   Monachisme   Mont Cassin   Morvan   Norcia   Oblat   Occident   Ombrie   Ordre de Cluny   Orléans   Paris   Patriarche (religion)   Prière   Religion   Relique   Rome   Rome antique   Règle de saint Benoît   Sainte Scolastique   Solesmes   Subiaco   Valeur « travail »   Viking  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^