Francis Bacon

Infos
Francis Bacon (1561-1626), est un Baron de Verulam, vicomte de St. Albans, homme d'État et philosophe anglais et un des pionniers de la pensée scientifique moderne.
Francis Bacon

Francis Bacon (1561-1626), est un Baron de Verulam, vicomte de St. Albans, homme d'État et philosophe anglais et un des pionniers de la pensée scientifique moderne.

Biographie

Il était membre de la Chambre des communes en Angleterre avant de devenir solliciteur général, procureur général, Lord gardien des sceaux royaux et finalement chancelier à l'âge de 57 ans.

Le règne d'Élisabeth (1561-1603)

Bacon naquit le 22 janvier 1561, à York House, dans le Strand où son père, sir Nicolas Bacon (1509 - 1579) possédait une résidence. Ce dernier fut Lord Keeper (Lord Garde du Grand Sceau) pendant vingt ans. La mère de Bacon, Anne Cooke, était la seconde femme de Nicolas Bacon. Bacon fut envoyé, à l'âge de douze ans (avril 1573) à l'université de Cambridge. Il se fit remarquer dès son enfance par la précocité de son génie, et conçut de bonne heure le dessein de réformer les sciences ; mais il fut longtemps détourné de ce projet par le soin de sa fortune. Dans sa jeunesse, il accompagna l'ambassadeur d'Angleterre en France à la cour de Henri III. Rappelé dans son pays par la mort de son père, il se fit recevoir avocat, et se livra avec succès à l'étude de la jurisprudence. Préférant néanmoins la carrière des affaires publiques, il s'attacha au comte d'Essex, et devint membre de la Chambre des communes (1592). Quoiqu'il eût consenti, pour se concilier la faveur d'Élisabeth, à justifier la condamnation du malheureux Essex, son protecteur, il ne reçut d'elle que le titre honorifique de conseil ou avocat extraordinaire de la reine.

Bacon Avocat-Conseil du Roi (1607-1618)

Après la mort d'Élisabeth, Jacques Ier, qui aimait les savants, éleva rapidement Bacon aux honneurs ; il le nomma successivement solliciteur général (1607), puis attorney général (1615), membre du conseil privé (1616), garde des Sceaux (1617), et enfin grand chancelier (1618) ; il le fit en outre baron de Vérulam et vicomte de Saint-Alban. Bacon seconda puissamment les efforts du roi pour unir les royaumes d'Angleterre et d'Écosse, et fit d'utiles réformes. Mais il avait à peine exercé pendant deux ans les fonctions de grand chancelier qu'il fut accusé par les Communes de s'être laissé corrompre, en acceptant de l'argent pour des concessions de places et de privilèges. La raison de sa chute politique est une accusation de corruption envers la cour de chancellerie en 1621. Selon plusieurs auteurs, Bacon était un rosicrucien qui avait eu des démêlés avec les élites vénitiennes. Il était également stigmatisé pour ses moeurs. Simon d’Ewes, un contemporain du chancelier, tenait un journal. A la date du 3 mai 1621, alors que Bacon est dans les difficultés politiques, il fait un récit circonstancié de l’homosexualité de son adversaire : “Il n'abandonna pas la pratique de cet épouvantable péché secret de sodomie, conservant à ses côtés ce Godrick, jeunot au visage efféminé, comme catamite et compagnon de lit, alors qu'il avait remercié presque tous ses autres domestiques; ce qu'il convient d'admirer, car l'homme, après sa chute, se met généralement à discourir sur ce crime contre nature, bien qu'il l'ait pratiqué de nombreuses années, desservant le lit de sa dame, qu'il estimait, comme les Turcs et les Italiens, être un plaisir petit et infime comparé à l’autre.”

Procès et Condamnation (1621)

Bacon fut en conséquence condamné par la cour des pairs à être emprisonné dans la tour de Londres et à payer une amende de 40 000 livres sterling ; il fut en outre privé de toutes ses dignités, et exclu des fonctions publiques (1621). Il admit sa faute, reçut une amende et ne remit plus jamais les pieds au parlement. Par cette sentence sévère, le parlement ne voulait pas tant frapper Bacon, dont le crime était loin d'être aussi grand qu'on l'a fait, qu'atteindre le favori de Jacques, George Villiers de Buckingham, dont le faible chancelier était la créature et dont il avait trop facilement toléré les malversations. Par contre, il se pourrait qu'il ait été victime des coups politiques dans le milieu de la cour anglaise. Au bout de quelques jours, le roi lui rendit la liberté, et lui fit remise de l'amende.

Les dernières années (1621-1626)

Quelques années après, le roi le releva de toutes les incapacités prononcées contre lui (1624). Cependant Bacon resta depuis sa disgrâce éloigné des affaires, et il consacra les dernières années de sa vie à ses travaux philosophiques. Il mourut en 1626, à la suite d'expériences de physique qu'il avait faites avec trop d'ardeur. Sur le point de mourir, il écrit à Lord Arundel : « Milord, il était dans ma destinée de finir comme Pline l'Ancien, qui mourut pour s’être trop approché du Vésuve, afin d’en mieux observer l’éruption. Je m’occupais avec ardeur d’une ou deux expériences sur l’endurcissement et la conservation des corps, et tout me réussissait à souhait, quand, chemin faisant il me prit, entre Londres et Highgate, un si grand vomissement, que je ne sais si je dois l’attribuer à la pierre, à une indigestion, au froid ou à tous les trois ensemble. » (cité par Jean-Baptiste Vauzelles, Histoire de la vie et des ouvrages de François Bacon, 1833, tome II, p. 190) On peut lire sa biographie dans le livre de Gaukroger. Des theses controversé soutenue par en premier par Elizabeth Wells Gallup puis par le Général Cartier dans Un problème de Cryptographie et d'Histoire, ( Mercure de France, Paris, 1938 (4 édition)) cherche a demontré que Francis Bacon et Shakespeare ne font qu'un. . Leurs principaux detracteurs sont William Friedman et son épouse Elizebeth, dans "The Shakespearean Ciphers Examined".

Son œuvre

En plus d'avoir fait carrière en droit et en politique, Francis Bacon a contribué à la science, la philosophie, l'histoire et la littérature. Adversaire de la scolastique, il est le père de l'empirisme. Durant l'étude des faux raisonnements, sa meilleure contribution a été dans la doctrine des idoles. D'ailleurs, il écrit dans le Novum Organum que la connaissance nous vient sous forme d'objets de la nature, mais que l'on impose nos propres interprétations sur ces objets. D'après Bacon, nos théories scientifiques sont construites en fonction de la façon dont nous voyons les objets ; l'être humain est donc biaisé dans sa déclaration d'hypothèses. L'idée prophétique de Francis Bacon était d'institutionnaliser une forme d'apprentissage expérimental afin de former une classe de scientifiques expérimentaux ayant les moyens de quérir le pouvoir. Il a formulé en 1597, l'équation fameuse, Nam et ipsa scientia potestas est, que l'on peut traduire par « En effet le savoir lui-même est pouvoir », plus connu sous sa forme moderne : « Savoir, c'est pouvoir ». Il inventa un code pour chiffrer des messages diplomatiques. Il élabora le schéma d'une langue universelle.

Citations


- « On ne commande à la nature qu'en lui obéissant. » (Natura enim non nisi parendo vincitur)
- « La nature est une femme publique, nous devons la mater, pénétrer ses secrets et l’enchaîner selon nos désirs. »
- « Savoir, c'est pouvoir » (Scientia et potentia humana in idem coincidunt, quia ignoratio causæ destituit effectum dans Novum Organum, 1620 ou Nam et ipsa scientia potestas est dans Meditationes Sacræ, De Hæresibus, 1597).
- "Il n'y a pas de beauté exquise sans une certaine étrangeté dans les proportions."

Œuvres de Bacon

Il a laissé des écrits sur la jurisprudence, la politique, l'Histoire, la morale et la philosophie. Ce sont surtout ces derniers qui l'ont rendu célèbre. Ils sont tous compris dans un vaste ouvrage que l'auteur nomme Instauratio magna, et qui devait se composer de six parties : la revue des sciences, la méthode nouvelle, le recueil des faits et des observations, l'art d'appliquer la méthode aux faits recueillis, les résultats provisoires de la méthode, les résultats définitifs ou philosophie seconde. De ces six parties, trois seulement ont été exécutées (De dignitate et augmentis scientiarum, Novum Organum), dans divers traités qui portent le titre d’Histoire naturelle, tels que le Sylva Sylvarum, l’Historia vite et morlis, l’Historia ventorum, l’Historia densi et rari. Il ne reste sur les autres parties que des ébauches incomplètes. Bacon est considéré comme le père de la philosophie expérimentale : l'idée fondamentale de tous ses travaux est de faire, comme il le dit, une restauration des sciences, et de substituer aux vaines hypothèses et aux subtiles argumentations qui étaient alors en usage dans l'école l'observation et les expériences qui font connaître les faits, puis une induction légitime, qui découvre les lois de la nature et les causes des phénomènes, en se fondant sur le plus grand nombre possible de comparaisons et d'exclusions. Il a aussi laissé quelques opuscules philosophiques, qui ont été publiés en 1653 par Isidor Gruter à Amsterdam, sous le titre de Scripta in naturali et universali philosophia, 1 vol. in-18; des Discours, qu'il avait prononcés, soit comme solliciteur et attorney général, soit comme membre du parlement, et enfin un grand nombre de Lettres qui jettent beaucoup de jour sur sa vie et son caractère.
- 1597 : Meditationes Sacræ, De Hæresibus. Traité de théologie abordant l'hérésie.
- 1597 : Essais de morale et de politique. Ces essais jouissent d'une grande réputation (publiés d'abord en anglais, en 1597, puis en latin, sous le titre de Sermones fideles, 1633)
- 1603 : De Interpretatione Naturae Proœmium
- 1605 : De dignitate et augmentis scientiarum The Advancement of Learning (Du progrès et de la promotion des savoirs, Gallimard, 1991, ISBN 2070721418). Paru d'abord en anglais en 1605, puis en latin en 1623.
- 1607 : Cogitata et Visa
- 1609 : De sapientia veterum (un petit traité)
- 1620 : Novum Organum paru en latin, où l'auteur expose une logique nouvelle qu'il oppose à l'antique méthode d'Aristote
- 1622 : Exemplum Tractatus de Justitia Universali, sive de Fontibus Juris
- 1622 : Historia ventorum
- 1622 : Histoire de Henri VII (en anglais; 1638, en latin).
- 1627 : New Atlantis, Atlantis nova, ingénieuse utopie philosophique, (La Nouvelle Atlantide, Flammarion, 1995, ISBN 2080707701)
- 1627 : Sylva Sylvarum, en anglais, posthume
- 1658 : Historia densi et rari
- 1662 : Historia vite et morlis
- Sur le prolongement de la vie et les moyens de mourir, Rivages, 2002

Bibliographie

→ Bibliographie détaillée

Études sur Bacon

Tableau biographique

ImageSize = width:450 height:450 PlotArea = left:50 right:0 bottom:10 top:10 DateFormat = yyyy Period = from:1560 till:1630 TimeAxis = orientation:vertical ScaleMajor = unit:year increment:5 start:1560 ScaleMinor = unit:year increment:1 start:1560 PlotData= color:red mark:(line, black) align:left fontsize:S shift:(25, 0)
- shift text to right side of bar
- there is no automatic collision detection,
- so shift texts up or down manually to avoid overlap shift:(25, -10) at:1561 text:Naissance à Londres at:1573 fontsize:XS text:Entre au Trinity Coll. Cambridge; désaccord avec l'aristotélisme at:1579 text:Enters Gray's Inn from:1576 till:1579 text:En France at:1582 text:Called to Bar at:1584 text:Entre au parlement at:1591 text:Devient l'ami d'Essex at:1593 text:Essex presents him with estate at:1597 text:Première édition des Essays at:1601 text:Poursuit Essex en justice at:1605 text:Publication de Advancement of Learning at:1607 text:Solicitor General at:1609 text:Publication de Wisdom of the Ancients at:1613 text:Attorney General at:1616 text:Poursuit Somerset en justice at:1618 fontsize:XS text:Devient Garde des sceaux (Lord Keeper) at:1619 fontsize:XS text:Devient Chancelier (Lord Chancellor with title of Verulam) at:1620 fontsize:XS text:Publication du Novum Organum at:1621 fontsize:XS text:Vicompte de St. Albans ; Accusé de corruption, se retire de la vie publique. at:1622 fontsize:XS text:Publie Henry VII et la troisième partie de Instauratio at:1626 text:Mort

Voir aussi

- Philosophie de la nature
- Méthode expérimentale
- Descartes
- Mathématiques en Europe au XVIIe siècle ==
Sujets connexes
Amsterdam   Angleterre   Aristote   Avocat (métier)   Chambre des communes   Comte d'Essex   Empirisme   Francis Bacon (peintre)   Francis Bacon (philosophe)/Bibliographie   George Villiers de Buckingham   Henri III de France   Henri VII d'Angleterre   Jacques Ier d'Angleterre   Jean-Marc Lévy-Leblond   Jurisprudence   Londres   Mathématiques en Europe au XVIIe siècle   Méthode expérimentale   Philosophe   Physique   Pline l'Ancien   René Descartes   Roger Bacon   Scolastique   Strand   Tour de Londres   Université de Cambridge  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^