Normand

Infos
Le normand est une langue romane parlée en Normandie continentale et insulaire. C’est un des plus importants parlers de la langue d'oïl. Le Dictionnaire de la langue normande de Kelham (1779)
Normand

Le normand est une langue romane parlée en Normandie continentale et insulaire. C’est un des plus importants parlers de la langue d'oïl. Le Dictionnaire de la langue normande de Kelham (1779)

Histoire

Les envahisseurs normands, en colonisant le territoire maintenant connu sous le nom de Normandie, avaient adopté le parler gallo-romain des habitants de l'ancienne Neustrie, tout en la dotant la langue de quelques mots norrois (cf. tableau I). Pour les uns, il semble que le h aspiré normand (que l'on entend dans le Cotentin et surtout dans la Hague (prononcer: /χɑ:g/) soit dû à l’influence germanique. Pour les autres, l’aspiration du h s'expliquerait par l’influence de l’anglais à l’époque du royaume anglo-normand (ce qui n’est pas, en tout cas, exclu en Normandie insulaire).

Introduction

La langue normande s’est implantée en Angleterre à la suite de la conquête de ce pays par Guillaume le Conquérant. Une concurrence, d’abord favorable au dialecte français, imposé partout comme langue officielle, s’est poursuivie entre les deux langues jusqu’au , époque à laquelle le français a perdu peu à peu du terrain pour finir par disparaître. On donne le nom d’anglo-normand au dialecte importé en Angleterre qui, sous l’influence de l’anglo-saxon et du français littéraire, était devenu distinct du normand continental. Le normand et l’anglo-normand possèdent tous deux une littérature. On parle plusieurs variétés de la langue normande :
-1. En France :
-en Normandie continentale :
-
-dans le Cotentin - le cotentinais (nd. loceis)
-
-dans le Pays de Caux - le cauchois (nd. caôcheis)
-
-dans le Pays d'Auge - l'augeron (nd. augeron, aujourd'hui presque disparu)
-
-dans le Perche - le parler percheron (nd. peurch'ron)
-
2. Aux Îles Anglo-Normandes :
-à Jersey - le jersiais
-à Guernesey - le guernesiais
-à Sercq - le sercquiais
-l'auregnais d’Aurigny a disparu au
-
3.
Le normand a fortement influencé le québecois, le joual, mais aussi l'acadien:
-Un bon mombre d'expressions et de tournures de phrases normandes sont couramment utilisées par les Québécois, Acadiens et Louisianais (voir « » , « maringouin » , « croche » , « gricher » , « émotionner » , tant pire, aussi pire…) Un bar : Le Rô d'la Mé Par ailleurs, on distingue entre le normand proprement dit (parlé au nord de la ligne Joret) et le normand méridional (pratiqué au sud de cette isoglosse). Le normand méridional, parlé au sud de la ligne Joret, notamment dans la Manche (région d'Avranches), l'Orne et une partie de l'Eure est plus proche de dialectes comme le gallo, et le mayennais. Par exemple, le mot sac se traduit en au nord et en au sud. Vaque au nord (du latin vacca) se dit vache en français et en normand méridional. Dans la Grand' tèrre (France), le normand proprement dit est classé en tant que langue de France parmi les langues d'oïl. L’enseignement du normand du Cotentin (Cotentinais) est présent dans quelques collèges du département de la Manche.

Graphies

Il existe aujourd'hui trois orthographes standardisées du normand : le normand continental (dont cotentinais; selon le système Lechanteur), jersiais (selon les dictionnaires Le Maistre (1966) et Société Jersiaise (2005)), guernesiais (selon le dictionnaire De Garis (1982)). Les langues insulaires sont reconnues officiellement par les gouvernements des îles, sans être langues officielles. L’enseignement facultatif du jèrriais (normand jersiais) se fait dans les écoles de Jersey, et le guernesiais est présent dans quelques écoles de Guernesey. Les langues jersiaise et guernesiaise sont reconnues en tant que langues régionales des Îles Britanniques dans le cadre du Conseil Britannique-Irlandais (avec l’irlandais, le gallois, l’écossais, le scots, le scots d’Ulster, le mannois, et le cornique). Le normand continental est pour ainsi dire plus fort dans le Cotentin et dans le Pays de Caux qu’ailleurs sur le continent. La langue française a acquis la plupart de son lexique nautique du vieux norrois par l’intermédiaire de la langue normande (tableau II). On retrouve de nombreux éléments de la langue normande dans la toponymie normande ainsi que dans la langue anglaise. La langue normande apportée en Angleterre à la suite de la conquête de l'Angleterre en 1066 a enrichi la langue anglaise (tableau III). L’anglo-normand, langue des rois Plantagenêts et des grands seigneurs, fut la langue officielle de l'Angleterre jusqu'au .

Littérature

Avant le Le Coup d'œil purin de 1773 Le Jersiais Wace est considéré comme fondateur de la littérature jersiaise au . Béroul, Adam de Ros, André de Coutances, Beuve de Hanstone, Chandos, Chardry, Clémence de Barking, Denis Piramus, Éverard de Gateley, Geoffroy Gaimar, Guernes de Pont-Sainte-Maxence, Guillaume de Berneville, Guillaume le Clerc de Normandie, Jofroi de Waterford, John Gower, Jourdain Fantosme, Marie de France (poétesse), Nicholas Trivet, Nicole Bozon, Philippe de Thaon, Pierre d'Abernon, Pierre de Langtoft, Raüf de Lenham, Robert Biket, Robert de Gretham, Robert de Ho, Robert Grossetête, Robert Wace, Sarrazin, Simon de Freine, Thomas d'Angleterre, Thomas de Kent, Turold ou Wilham de Waddington sont des auteurs de la littérature anglo-normande. On retrouve de la littérature satirique ou polémique publiée à Rouen aux dans ce qu’on appelle le parler purin : David Ferrand (1590? - 1660) a publié la Muse normande, collection d’écritures dans la langue du Pays de Caux. Le coup d’œil purin est publié en 1773 à Rouen. Pierre Genty (1770 - 1821) représente le percheron, langage du Perche. ----- En Normandie insulaire Le siècle a vu un nouvel élan dans la littérature régionale dans laquelle les auteurs insulaires, tels que George Métivier (Guernesiais, 1790-1881) et Robert Pipon Marett (Jersiais, 1820-1884), jouaient un rôle important. Pendant son exil à Jersey et à Guernesey, Victor Hugo s’intéressait à la langue des pêcheurs insulaires et accueillait les auteurs normands des îles. À Jean Sullivan (1813-1899), auteur jersiais, Hugo a écrit en 1864 que le jersiais est une « précieuse langue locale » et dans son Archipel de la Manche, Hugo a écrit : « Quant au patois, c'est une vraie langue, point méprisable du tout. Ce patois est un idiome complet, très riche et très singulier. » Et en prenant le mot normand pieuvre qu’il avait entendu lors de ses entretiens avec les Jersiais et Guernesiais pour s’en servir dans son roman Les Travailleurs de la mer, Hugo avait popularisé ce régionalisme qui se glissera à la suite dans la langue française. ---- En Normandie continentale Littérature normande Les érudits normands, dans le cadre des sociétés savantes, se sont intéressés, comme Hugo, aux diverses formes de patois et dialectes présents en Normandie continentale. Le romancier Barbey d'Aurevilly émaillait ainsi certaines de ses œuvres, en particulier celles qui se passent dans le Cotentin, avec des mots entendus dans la campagne et tirés de la langue normande. Dans les années 1890-1910, la vogue folklorique envahit le Cotentin, et l'on doit à Alfred Rossel, chansonnier, des chansons transmises jusqu'à nos jours, en particulier , sorte d'hymne national du Cotentin (wikisource). Le pays de Caux a vu une abondante littérature en normand cauchois. Parmi les éditions: Les idées de Magloire (1913) d'Ernest Morel, Les histouères de Thanase Pèqueu de Gabriel Benoist en 1932, et en 1925 Les Terreux de Gaston Demongé. Enfin, dans de nombreux romans et nouvelles de Guy de Maupassant se déroulant au Pays de Caux ou alentours comme Toine, les personnages locaux s'expriment généralement en Cauchois. ----

Auteurs en langue normande

Maurice Fernand Lesieutre Parmi les auteurs de la littérature d'expression normande on trouve :
- Alain Chartier, 1385 (Bayeux), 1433 (Paris) :poète auteur de La Belle Dame sans mercy (1424).
- David Ferrand (1590? - 1660)
- Pierre Genty (1770 - 1821)
-Bernardin Anquetil (1755–1826, du Bessin)
- Matthew Le Geyt (1777-1849, de Jersey)
- George Métivier (1790-1881, de Guernesey) :poète Rimes guernesiaises (1831), Fantaisies guernesiaises (1866), Poësies guernesiaises et françaises (1883) ; lexicographe Dictionnaire franco-normand (1870)
- Jean Sullivan (1813-1899, de Jersey)
- Eugène Noël, 1816 (Rouen), 1899 (Bois-Guillaume) :écrivain, Loisirs du Père Labêche.
- Philippe Langlois (1817-1884, de Jersey)
- Tam Lenfestey (1818-1885, de Guernesey) :poète, Le Chant des Fontaines (1875)
- Robert Pipon Marett (1820-1884, de Jersey)
- Denys Corbet (1826-1910, de Guernesey) :poète, collections Les Feuilles de la Forêt (1871), Le Jour de l'An (1874-1877), Les Chants du draïn rimeux (1884), rédacteur du Bailliage
-Jean Dorey (1831-1872, de Jersey)
- Augustus Asplet Le Gros (1840 - 1877, de Jersey)
- Alfred Rossel (1841-1926, de Cherbourg) :Œuvres complètes (1913)
- Bon Prosper Lepesqueur (6 août 1846, Digulleville - 31 janvier 1921, Cherbourg), de son pseudonyme Boûnnin Polidor. :Dessinateur de la Marine à Cherbourg, il devient chroniqueur dans "Le Phare de la Manche". Il est l'auteur de nombreuses chansons en normand, dont Le Cordounyi, La Batterie de Serasin, Le Chendryi, La Parcie, Le Fisset… Il signait aussi P. Lepesqueux, Bounin Polidor ou P. Lecacheux.
- Philippe Le Sueur Mourant (1848-1918, de Jersey) :auteur de Bram Bilo et de Piteur Pain
- Thomas Alfred Grut (1852-1933, de Guernesey) :collection Des lures guernesiaises (1927)
- Charles Lemaître (1854-1928) :collections Les Joyeux Bocains (1917), Hélas qu'c'est drôle (1924), Eiou qui va lés trachi (1912), Bonnes gens de Normandie
- Michel-Georges Dubosc (1854/1927, de Rouen)
- Charles Vérel (1857-1917, d'Alençon)
- Octave Maillot (1861-1949, de Tinchebray)
- Thomas Henry Mahy (1862-21 avril 1936, de Guernesey) : collection Dires et Pensées du Courtil Poussin (1922)
- Louis Beuve (1869-1949, de Coutances) :collection Œuvres choisies (150)
- François Enault (1869-1918, du Cotentin) :Les Propos de Jean Frinnot (1930)
- George W. De Carteret 1869 - 1940, de Jersey) :Caouain, journaliste
- Henri Ermice (1870-1958) :auteur de Monologues humoristiques en patois normand, publiée en cartes postales
- Joseph Mague (1875-1940, du Bessin)
- Louis Gouget (1877-1915) :collection Au Val d'Orne (1922)
- Edward Le Brocq (1877-1964, de Jersey) :auteur de Ph'lip et Merrienne, rédacteur de la Morning News
- Charles Birette (1878-1941, de Montfarville)
- Maurice Lesieutre (1879-1975, du Havre)
- Charles Le Boulanger (1880-1929)
- Edwin John Luce (1881-1918, de Jersey) :Élie, poète et journaliste, rédacteur de la Nouvelle Chronique de Jersey
- Philippe William Luce (1882-1966 de Jersey) :Ph'lippe d’la Golarde, écrivain et journaliste
- Alfred Noël (1883-1918)
- Gaston Le Révérend (1885-1962, du Calvados) :collections L'hus entrebâyei (1919), Mei-j'vo-l'dis, and L'hus bâyi (1955)
- Gaston Demongé dit Mait' Arsène (1888/1973, de Fécamp)
- Pierre Guéroult (1890-1962) :Vûles gens, vûs métyis (1948), collections Théâtre normand (1972), Poésies et chansons (1974), Contes et récits (1978 et 1980)
- Raymond Mensire (1889-1964, de Doudeville)
- George F. Le Feuvre (1891 - 1984, de Jersey) :George d'la Forge, collections « Jèrri Jadis » (1973) et « Histouaithes et Gens d'Jèrri » (1976)
- Gabriel Benoist (1891-1964, de Gournay-en-Bray)
- Jean-Baptiste Pasturel (1896-1962, de Périers) :auteur de Histouères de tchu nous (1937)
- Jean Tolvast (Auguste Toullec 1898-1945, de Cherbourg) :Chroniques normandes (1934 et 1941)
- Marceau Rieul (Marcel Sorieul 1900-1977, de Bolbec) :auteur de Arseine Toupétit
- Jehan Le Povremoyne (Ernest Coquin 1903-1970, du Havre)
- Fernand Lechanteur, dit Gires-Ganne (1910-1971, d’Agon-Coutainville
- Frank Le Maistre (1910-2002, de Jersey) :auteur et lexicographe, Dictionnaire Jersiais-Français (1966)
- Christian Lambert (1912-2000, de Livarot) :auteur des Radotages de Maît' Jules dans L'Éveil de Lisieux dont une collection en 1984
- Arthur de la Mare (1914 - 1994, de Jersey) :diplomate, auteur
- Côtis-Capel (Albert Lohier 1915-1986, de Cherbourg) :Rocâles (1951), A Gravage (1965), Raz Bannes (1971), Graund Câté (1980), Les Côtis (1985), Ganache (1987); gagne le Prix littéraire du Cotentin en 1964
- René Saint-Clair (né 1923, du Cotentin)
- Aundré J. Desnouettes (André Dupont) : L'Épopée cotentine, monument épique de 4628 vers en normand, en 1968.
- André Louis (1922-1999) : Zabeth, roman paru en 1969. C'est le premier roman en normand.
- Aundré Smilly (Hippolyte Gancel, né en 1920). Il a publié Flleurs et plleurs dé men villâche en deux volumes 1982-1986 (sept nouvelles formant un roman).
- Marcel Dalarun, né en 1922. Recueil de poèmes et de chansons publiés sous le titre "A men leisi", en 2004.
- Alphonse Allain, né en 1924, à Cherbourg. Il a publié 5 recueils de poèmes et de contes. ----
- Les revues Le Boués-Jaun, La Voix du Donjon, Le Viquet (Manche), Le Pucheux (Pays de Caux) publient régulièrement des productions littéraires en normand.
- A Cherbourg et à Caen, des radios proposent des émissions régulières en langue normande.

Conjugaison

Les verbes du normand ne se classent pas facilement en groupes de conjugaison. aver - avoir acataer - acheter

Lexique

:a t'en tôt : à cet après midi :eun neir quyin : un chien noir :eun quenâle : un enfant :boujouo : bonjour ou au revoir
-
Autres expressions et mots normands, notamment originaires du Pays d'Auge
:Bancelle : tabouret utilisé pour traire les vaches :Banque : talus :Barrer : fermer à clé, « barrer une porte » :Beire (ou bère) : cidre :Berne : bas-côté de la route :Berrouette : brouette :Besot(e) : petit enfant, dernier-né de la famille :Blin : bélier. « Faire sa tête de blin » signifie être têtu :Bouillotte : alambic :Bourrée : fagot de bois :Catin : poupée, mais aussi femme de mauvaise vie :Chani : moisi :Capucin : lièvre :Chart’rie : hangar à charrettes :Clenche : poignée de porte :Criature : créature, individu :Défunts nos gens : nos parents décédés :Déganer : imiter :Ecurage : nettoyage :Faire bouillir : distiller, « i’fait toujou’ bouillir » :Goule : bouche, visage :Goutte : eau-de-vie :Gros beire : cidre pur jus :Horzain : étranger au village, à la région :Iau : eau, « un siau d’iau » (= un seau d’eau) :Juquer (se) : se percher, « Où qu’elle est ‘core juquée ? » :Lisse : traverse de barrière :Locher : secouer, « il est parti locher les pommes » :Louchet : bêche :Mauvaiseté : méchanceté :Menterie : mensonge :Mouvette : cuillère en bois :Mucher : cacher, « qui qu’t’as muché sous ta blaude ? » :Mucre : moisissure, « ça sent l’mucre » :Ourdé : sali, tâché :Picot : dindon :Pigner : pleurnicher :Piler : écraser les pommes ou du foin pour le tasser sur une meule. Par extension, écraser quelque chose avec le pied :Pommerole : primevère à grandes fleurs :Porette : jeunes poireaux à replanter :Pouche : grand sac de toile :Rade : chemin privé :Rasière : quantité de pommes équivalant approximativement à 37 kg. Deux paniers de pommes donnaient une rasière :Redoubler : revenir sur ses pas :Rémouver : remuer :Siaulée : contenu d’un seau :Son : tache de rousseur, « avé du son su’la goule » :Sourçin : petite source. Un herbage avec plusieurs sourçins était appelé « sourcineux » :Super : boire en aspirant :Toupiner : s’affairer sans être efficace à la tâche

Voir également


- Anglo-normand
- Français de Jersey
- Trésor des langues parlées

Références

==
Sujets connexes
Adam de Ros   Alain Chartier   Alençon   Alfred Noël   Alfred Rossel   Alphonse Allain   André Louis   André de Coutances   Anglais   Angleterre   Anglo-normand (langue)   Anglo-saxon   Arthur de la Mare   Augeron   Augustus Asplet Le Gros   Auregnais   Aurigny   Avranches   Bayeux   Bernardin Anquetil   Bessin   Beuve de Hanstone   Bois-Guillaume   Bolbec   Bon Prosper Lepesqueur   Béroul   Calvados   Cauchois   Cenelle   Chandos   Chardry   Charette   Charles Birette   Charles Le Boulanger   Charles Lemaître   Charles Vérel   Christian Lambert   Clémence de Barking   Conditionnel   Cornique   Cotentin   Cotentinais   Coutances   Cuisine normande   Côtis-Capel   David Ferrand   Denis Piramus   Denys Corbet   Dialecte   Digulleville   Doudeville   Edward Le Brocq   Edwin John Luce   Eugène Noël   Eure (département)   Fernand Lechanteur   France   Frank Le Maistre   Français   Français acadien   Français de Jersey   Futur simple   Fécamp   Gabriel Benoist   Gallo   Gallois   Gaston Demongé   Gaston Le Révérend   Geoffroy Gaimar   George F. Le Feuvre   George William de Carteret   Gournay-en-Bray   Groseille   Guernes de Pont-Sainte-Maxence   Guernesey   Guernesiais   Guillaume de Berneville   Guillaume le Conquérant   Guy de Maupassant   Henri Ermice   Irlandais   Isoglosse   Jean-Baptiste Pasturel   Jean Dorey   Jean Tolvast   Jehan Le Povremoyne   Jersey   Jersiais   Jofroi de Waterford   John Gower   Joual   Jourdain Fantosme   Jules Barbey d'Aurevilly   Langue d'oïl   Langue régionale   Langues régionales de France   Les Travailleurs de la mer   Ligne Joret   Littérature anglo-normande   Livarot   Louis Beuve   Louis Gouget   Manche (département)   Mannois   Marceau Rieul   Marcel Dalarun   Marie de France (poétesse)   Matthew Le Geyt   Maurice Lesieutre   Mayennais   Mouette   Neustrie   Nicholas Trivet   Nicole Bozon   Normand méridional   Normandie   Normands   Octave Maillot   Paris   Passé composé   Passé simple   Pays d'Auge   Pays de Caux   Perche   Philippe Langlois   Philippe Le Sueur Mourant   Philippe William Luce   Philippe de Thaon   Pierre d'Abernon   Pierre de Langtoft   Pieuvre   Plantagenêt   Prix littéraire du Cotentin   Présent (linguistique)   Purinique   Périers   Raymond Mensire   Raüf de Lenham   Robert Biket   Robert Grossetête   Robert Pipon Marett   Robert de Gretham   Robert de Ho   Rouen   Sarrasin (trouvère)   Scots   Sercq   Sercquiais   Simon de Freine   Tam Lenfestey   Thomas Alfred Grut   Thomas Henry Mahy   Thomas d'Angleterre   Thomas de Kent   Toponymie normande   Trésor des langues parlées   Turold   Ulster   Victor Hugo   Vieux norrois   Wilham de Waddington  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^