Julien Carette

Infos
Julien Carette (Victor Jullien dit), acteur français né à Paris, le 23 décembre 1897, décédé à Saint-Germain-en-Laye le 20 juillet 1966. Il a joué dans plus d'une centaine de films, qu'il a marqués de son accent parisien et de sa forte personnalité.
Julien Carette

Julien Carette (Victor Jullien dit), acteur français né à Paris, le 23 décembre 1897, décédé à Saint-Germain-en-Laye le 20 juillet 1966. Il a joué dans plus d'une centaine de films, qu'il a marqués de son accent parisien et de sa forte personnalité.

Titi parisien et grand "second rôle"

Malicieux, gouailleur, œil de braise : Carette n'a jamais laissé indifférent les spectateurs et les réalisateurs. Né dans le 17e, au sortir d'une jeunesse où il accumule les emplois les plus divers (camelot, représentant, machiniste de théâtre, souffleur, employé des chemins de fer), il s'inscrit aux Arts Décos, où il rencontre Claude Autant-Lara, avec le secret espoir de devenir peintre. Sentant que sa vocation n'est pas là, il se dirige vers le théâtre. Après un échec au concours d'entrée au Conservatoire, il se fait engager comme figurant au théâtre de l'Odéon. Après un premier rôle dans un film, celui de Gavrilo Princip, l'assassin de l'Archiduc François-Ferdinand), Julien Carette fait ses premières armes dans des films mineurs du cinéma muet. L'avènement du parlant révèle un accent parisien bien trempé. En 1931, on le voit dans "L'Amour à l'américaine", de Claude Heymann, et dans "Attaque nocturne", de Marc Allégret. Les frères Prévert lui donnent sa chance avec un rôle en vue dans "L'Affaire est dans le sac". Entre 1932 et 1937, il joue dans une trentaine de films. Son phrasé reconnaissable entre tous, sa bonne humeur communicative, ses mimiques et ses réparties assurent sa forte popularité auprès du public. Jean Renoir lui offre alors des rôles à sa mesure. Le voilà à nouveau en titi parisien dans "La Grande illusion" (1937), en volontaire dans "La Marseillaise" (1938), en Pécqueux, le chauffeur du mécanicien Lantier dans "La Bête humaine" (1938), et en Marceau, le braconnier magnifique, qui se joue du garde-chasse Schumacher, dans "La Règle du jeu" (1943). En 1943, c'est Pierre Prévert qui lui confie le rôle principal dans "Adieu Léonard", puis dans "Bonsoir Mesdames, Bonsoir Messieurs", sur des dialogues de Robert Desnos. A partir de 1942, il devient le comédien fétiche de Claude Autant-Lara. Dans "Lettres d'amour" (1942), il apparaît en maître à danser trépidant et diabolique. Dans "Occupe-toi d'Amélie" (1949), Autant-Lara exploite sa veine comique. Dans "L'Auberge rouge" (1951), aux côtés de Fernandel et Françoise Rosay, il campe avec conviction l'inquiétant patron assassin de l'auberge de Peyrebeille. Dans "la jument verte, il incarne le maire mourant. Sa longue carrière (il a tourné dans plus d'une centaine de films) est aussi associée à d'autres grands réalisateurs français : Henri Decoin, Marcel Carné, Yves Allégret, Jean Grémillon, Sacha Guitry, Henri Verneuil, Georges Lampin, André Cayatte... Il y joue des seconds rôles qui sauvent souvent les films moyens où il apparaît. En 1964, il tourne dans son dernier film, "Les Aventures de Salavin", (Pierre Granier-Deferre). Le théâtre lui a permis de servir les auteurs de boulevard ("Le greluchon délicat", "Le roi masqué", "Liberté provisoire"), mais aussi Henry Bernstein, Jacques Deval, les opérettes d'André Messager et d'Oberfeld. Atteint par l'arthrose, il prend sa retraite au début des années 60. Devenu impotent, le feu de sa cigarette se communique à ses vêtements et à son appartement du Vésinet. Il meurt de ses brûlures, le 20 juillet 1966, à l'hôpital de Saint-Germain-en-Laye.

Citation

Je me souviens que Carette est mort parce qu'il portait une chemise en nylon et qu'il s'était endormi avec une cigarette., Georges Perec, Je me souviens, 164.

Filmographie

- 1931 : L'amour à l'américaine, de Claude Heymann
- 1931 : Le collier, de Marc Allégret
- 1932 : L'affaire est dans le sac, de Pierre Prévert
- 1932 : Baby, de Carl Lamac et Pierre Billon
- 1932 : Les gaîtés de l'escadron, de Maurice Tourneur
- 1932 : Moi et l'Impératrice, de Paul Martin et Friedrich Hollaender
- 1932 : Passionnément, de René Guissart et Louis Mercanton
- 1932 : La pouponnière, de Jean Boyer
- 1933 : Adieu les beaux jours, de Johannes Meyer et André Beucler
- 1933 : Georges et Georgette, de Reinhold Schünzel et Roger Le Bon
- 1933 : Gonzague ou l'accordeur, de Jean Grémillon
- 1933 : Je te confie ma femme, de René Guissart
- 1934 : Le billet de mille, de Marc Didier
- 1934 : Ferdinand le noceur, de René Sti
- 1934 : Le greluchon délicat, de Jean Choux
- 1934 : Mon cœur t'appelle, de Carmine Gallone et Serge Véber
- 1934 : Turandot, princesse de Chine, de Gerhard Lamprecht et Serge Véber
- 1935 : Dora Nelson, de René Guissart
- 1935 : Et moi, j'te dis qu'elle t'a fait de l'œil, de Jack Forrester
- 1935 : Fanfare d'amour, de Richard Pottier
- 1935 : Gangster malgré lui, d'André Hugon
- 1935 : L'heureuse aventure, de Jean Georgesco
- 1935 : La marraine de Charley, de Pierre Colombier
- 1935 : Paris-Camargue, de Jack Forrester
- 1935 : Parlez-moi d'amour, de René Guissart
- 1935 : Les sœurs Hortensias, de René Guissart
- 1935 : Une nuit de noces, de Maurice Kéroul et Georges Monca
- 1935 : Aventure à Paris, de Marc Allégret
- 1936 : Marinella, de Pierre Caron
- 1936 : La reine des resquilleuses, de Marco de Gastyne et Max Glass
- 1936 : 27 rue de la Paix, de Richard Pottier
- 1937 : La fessée, de Pierre Caron
- 1937 : La grande illusion, de Jean Renoir
- 1937 : Gribouille, de Marc Allégret
- 1937 : La Marseillaise, de Jean Renoir
- 1937 : Les rois du sport, de Pierre Colombier
- 1938 : L'Accroche-cœur, de Pierre Caron
- 1938 : La bête humaine, de Jean Renoir
- 1938 : Café de Paris, d'Yves Mirande et Georges Lacombe
- 1938 : Derrière la façade, de Georges Lacombe et Yves Mirande
- 1938 : Entrée des artistes, de Marc Allégret
- 1938 : Les gaietés de l'exposition, d'Ernest Hajos
- 1938 : Je chante, de Christian Stengel
- 1938 : Lumières de Paris, de Richard Pottier
- 1938 : Le monsieur de cinq heures, de Pierre Caron
- 1938 : Le récif de corail, de Maurice Gleize
- 1938 : La route enchantée, de Pierre Caron
- 1939 : La famille Duraton, de Christian Stengel
- 1939 : le monde tremblera = la Révolte des vivants, de Richard Pottier
- 1939 : Le paradis des voleurs, de L. C. Marsoudet
- 1939 : La Règle du jeu, de Jean Renoir
- 1939 : Sixième étage, de Maurice Cloche
- 1939 : Tempête, de Dominique Bernard-Deschamps
- 1939 : Battement de cœur, d'Henri Decoin
- 1940 : Parade en sept nuits, de Marc Allégret
- 1940 : Soyez les bienvenus, de Jacques de Baroncelli
- 1940 : Vingt-quatre heures de perm’, de Maurice Cloche
- 1941 : Croisières sidérales, d'André Zwobada
- 1941 : Fromont jeune et Risler aîné, de Léon Mathot
- 1942 : A la belle frégate, d'Albert Valentin
- 1942 : La bonne étoile, de Jean Boyer
- 1942 : Fou d'amour, de Paul Mesnier
- 1942 : Lettres d'amour, de Claude Autant-Lara
- 1942 : Monsieur des Lourdines, de Pierre de Herain
- 1942 : Une étoile au soleil, d'André Zwobada
- 1943 : Adieu Léonard, de Pierre Prévert
- 1943 : Bonsoir mesdames, bonsoir messieurs, de Roland Tual
- 1943 : Service de nuit, de Jean Faurez
- 1944 : Le merle blanc, de Jacques Houssin
- 1945 : L'enquête du 58, de Jean Tedesco
- 1945 : Impasse, de Pierre Dard
- 1945 : Messieurs Ludovic, de Jean-Paul Le Chanois
- 1945 : Sylvie et le fantôme, de Claude Autant-Lara
- 1946 : L'amour autour de la maison, de Pierre de Herain
- 1946 : Le château de la dernière chance, de Jean-Paul Paulin
- 1946 : Histoire de chanter, de Gilles Grangier
- 1946 : Les Portes de la nuit, de Marcel Carné
- 1947 : Le mannequin assassiné, de Pierre de Herain
- 1948 : Une si jolie petite plage, d'Yves Allégret
- 1949 : Amédée, de Gilles Grangier
- 1949 : Branquignol, de Robert Dhéry
- 1949 : E piu facile che un camello (Pour l'amour du ciel), de Luigi Zampa
- 1949 : La Marie du port, de Marcel Carné
- 1949 : Occupe-toi d'Amélie, de Claude Autant-Lara
- 1949 : Premières armes, de René Wheeler
- 1949 : Ronde de nuit, de François Campaux
- 1950 : Sans laisser d'adresse, de Jean-Paul Le Chanois
- 1951 : Agence matrimoniale, de Jean-Paul Le Chanois
- 1951 : L'Auberge rouge, de Claude Autant-Lara
- 1951 : Drôle de noce, de Léo Joannon
- 1951 : Signori in carrozza ! (Rome - Paris – Rome), de Luigi Zampa
- 1952 : Au diable la vertu, de Jean Laviron
- 1952 : La fête à Henriette, de Julien Duvivier
- 1953 : L'amour d'une femme, de Jean Grémillon
- 1953 : Le Bon Dieu sans confession, de Claude Autant-Lara
- 1953 : Uomini, che mascalzoni, de Glauco Pelligrini
- 1954 : Casa ricordi (La Maison du souvenir), de Carmine Gallone
- 1954 : Pas de coup dur pour Johnny, d'Emile Roussel
- 1954 : Sur le banc, de Robert Vernay
- 1955 : Ces sacrées vacances, de Robert Vernay
- 1955 : Coup dur chez les mous, de Jean Loubignac
- 1955 : La Môme Pigalle, d'Alfred Rode
- 1955 : Rencontre à Paris, de Georges Lampin
- 1955 : Si Paris nous était conté, de Sacha Guitry
- 1956 : Crime et châtiment, de Georges Lampin
- 1956 : Je reviendrai à Kandara, de Victor Vicas
- 1956 : Pardonnez nos offenses, de Robert Hossein
- 1956 : Paris palace hôtel, d'Henri Verneuil
- 1957 : La belle et le tzigane, de Jean Dréville et Marton Keleti
- 1957 : Le temps des œufs durs, de Norbert Carbonnaux
- 1957 : Les trois font la paire, de Sacha Guitry et Clément Duhour
- 1958 : Archimède le clochard, de Gilles Grangier
- 1958 : Le Joueur, de Claude Autant-Lara
- 1958 : Le Miroir à deux faces, d'André Cayatte
- 1959 : La jument verte, de Claude Autant-Lara
- 1959 : La millième fenêtre, de Robert Menegoz
- 1959 : Pantalaskas, de Paul Paviot
- 1960 : Vive Henri IV, vive l'amour, de Claude Autant-Lara
- 1962 : Mon oncle du Texas, de Robert Guez
- 1963 : La confession de minuit - Les Aventures de Salavin, de Pierre Granier-Deferre
- 1963 : La foire aux cancres, de Louis Daquin
- 1964 : Les Pieds Nickelés, de Jean-Claude Chambon

Liens

-
-

Bibliographie

- "Les grands seconds rôles du cinéma français", de Jacques Mazeau et Didier Thouart - Paris - Ed. PAC, 1984. Catégorie:Acteur français Catégorie:Naissance en 1897 Catégorie:Décès en 1966
Sujets connexes
Adieu Léonard   Albert Valentin   Alfred Rode   André Beucler   André Cayatte   André Hugon   André Messager   André Zwobada   Archimède le clochard   Arthrose   Aventure à Paris   Battement de cœur   Carmine Gallone   Christian Stengel   Cinéma muet   Claude Autant-Lara   Claude Heymann   Clément Duhour   Entrée des artistes   Fernandel   France   Françoise Rosay   Friedrich Hollaender   Gavrilo Princip   Georges Lacombe (1902-1990)   Georges Lampin   Georges Monca   Georges Perec   Gerhard Lamprecht   Gilles Grangier   Gribouille (film)   Henri Decoin   Henri Verneuil   Jacques de Baroncelli   Je me souviens (livre)   Je te confie ma femme   Jean-Claude Chambon   Jean-Paul Le Chanois   Jean Boyer (réalisateur)   Jean Choux   Jean Dréville   Jean Grémillon   Jean Loubignac   Jean Renoir   Julien Duvivier   L'Accroche-cœur   L'Auberge rouge   L'Auberge rouge (film, 1951)   La Bête humaine   La Jument verte (film)   La Marie du port   La Règle du jeu   Le Bon Dieu sans confession   Le Joueur (film, 1958)   Le Miroir à deux faces   Les Pieds Nickelés   Les Portes de la nuit   Louis Daquin   Louis Mercanton   Luigi Zampa   Léo Joannon   Marc Allégret   Marcel Carné   Marco de Gastyne   Maurice Cloche   Maurice Gleize   Maurice Tourneur   Norbert Carbonnaux   Occupe-toi d'Amélie   Paris   Paul Martin   Pierre Billon (réalisateur)   Pierre Caron   Pierre Colombier   Pierre Dard   Pierre Granier-Deferre   Pierre Prévert   Reinhold Schünzel   René Guissart   René Sti   Richard Pottier   Robert Desnos   Robert Dhéry   Robert Guez   Robert Hossein   Robert Vernay   Sacha Guitry   Saint-Germain-en-Laye   Si Paris nous était conté   Tempête (film, 1940)   Théâtre de l'Odéon   Une si jolie petite plage   Vive Henri IV, vive l'amour   Yves Allégret   Yves Mirande  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^