Thraco-Romains

Infos
Le terme Thraco-Romain se rapporte à la culture et à la langue des populations thraces (groupe thraco-illyrien) incorporées dans l'empire romain, et qui tombèrent dans la sphère d'influence des Romains.
Thraco-Romains

Le terme Thraco-Romain se rapporte à la culture et à la langue des populations thraces (groupe thraco-illyrien) incorporées dans l'empire romain, et qui tombèrent dans la sphère d'influence des Romains.

Signification et usage

Le terme a été utilisé en 1901 par Ovid Densusianu, Ovide Densusianu, Histoire de la langue roumaine, I, Paris, 1901. DLR 1983. pour décrire l' "époque la plus ancienne de la création du roumain", quand le latin vulgaire parlé dans les Balkans entre le et le , avec ses caractéristiques propres, Ovid Densusianu: "Nu există nici o îndoială că romanica din Peninsula Balcanică a prezentat încă din primele secole ale erei noastre câteva trăsături caracteristice." ("Il n'y a aucun doute que le roman dans la péninsule balkanique a déjà présenté dès les premiers siècles de notre ère quelques traits caractéristiques") a évolué en ce que nous connaissons comme le proto-roumain.Ovid Densusianu, 1901 : "latina vulgară şi-a pierdut unitatea, fărâmiţându-se în limbile ce aveau să devină limbile romanice de astăzi." (le "latin vulgaire a perdu son unité en se séparant entre des langues qui se sont développées pour donner les langues romanes modernes." Par extension, les historiens ont commencé à utiliser ce terme pour se référer à la période de l'histoire des Roumains jusqu'au , qui vit la complète romanisation linguistique et culturelle de toutes les tribus daco-thraces. On admet que le territoire dans lequel se produisit ce processus correspond au nord de la ligne Jireček, et que celui-ci est caractérisé par les aspects suivants :
- Un espace chrétien, constitué d'une chrétienté ancienne, sédentaire, héritée du monde romain, et une nouvelle chrétienté qui est sortie de la conversion du reste des tribus daco-thraces au christianisme. L'esprit chrétien a formé la civilisation de la population, en influençant son inclusion dans les structures politiques et étatiques romaine (et byzantine).
- Un espace de parler latin, qui sortit de l'horizon provincial de Rome. Il donna naissance à la langue romane et au terme de Roman, tel qu'il a été conservé dans la mémoire des modernes (Daco-)Roumains, Aroumains, Mégléno-Roumains et Istro-Roumains.

Les populations

La population locale occupée commença à s'impliquer de plus en plus dans la vie politique de l'empire. La tradition concernant les origines thraces de certains empereurs romains date déjà du . Le premier fut peut-être Regalianus, et Galère avait des origines Dace par sa mère. A partir du , les Daces ont constitué une partie importante de l'armée romaine. Arche de Galère. Détail de l'arche.

Le nom de Roman

Avant 212, seuls les habitants de l'Italie (région alors pluri-ethnique) pouvaient prétendre à la pleine citoyenneté romaine. Les colonies de Romains établis dans d'autres provinces, les Romains ou leurs descendants vivant dans les provinces romaines, les habitants des diverses contrées de l'empire et le faible nombre de nobles locaux, comme les rois-clients eurent aussi la pleine citoyenneté romaine, au contraire de la plupart des provinciaux qui ne possédaient que des droits de citoyens romains limités (quand ils en possédaient). En 212, l'édit Constitutio Antoniniana ("Constitution d'Antonin") fut promugué par l'empereur romain Caracalla. Légalement, tous les hommes nés libres de l'empire romain possédaient la pleine citoyenneté romaine, ainsi que pour toutes les femmes nées libres qui étaient mises sur le même pied d'égalité que les femmes romaines. Caracalla promulga cette loi probablement pour augmenter le nombre de têtes fiscales. Effectivement, le décret de Caracalla fit passer le nombre des populations provinciales à un niveau égal au nombre de la cité de Rome elle-même. L'importance de ce décret est plus historique que politique. Il pose les bases de l'intégration au travers des mécanismes économiques et judiciaires , applicables dans toutes les provinces, de façon identique à ce qui avait été fait à partir du Latium envers toute l'Italie. Bien sûr, cette intégration ne s'est pas faite de façon uniforme partout. La nouvelle loi qui attribuait la citoyenneté romaine à tous les sujets de Rome était un facteur d'intégration politique et culturel important dans le monde romain, avec, comme l'une des conséquences majeures, l'adoption du nom de Roman comme autonyme, Avec ses variantes dialectales, soit Român, Rumân, Aromân, Rumân ou Rëmëri. Les dernières positions clairement anti-Roman sont du , quand Constantin le Grand battit les Daces, et prit le titre de Dacicus Maximus en 336, et la dernière attaque des Carpes au .

Les âges sombres

Au , les populations thraco-romaines subirent l'invasion des Avars. Sous la domination des Avars, les Slaves firent leur apparition. Depuis ce temps, la région subit un état de régression culturelle, avec une population qui devint fortement rurale, se concentrant sur l'agriculture et l'élevage, en ayant alors l'occasion de préserver son unité de langue. On verra bientôt le détachement d'une partie de cette population à parler roman, les Valaques, de l'ensemble de cette romanité danubienne, comme conséquence des circonstances historiques créées par les invasions slaves et bulgares. Bien que disséminée à travers la péninsule, et réduite à des formes de vie encore plus modestes et rurales, cette population a préservé son identité ethnique et ses coutumes, et a continué à parler la même langue. La perte de territoire pour l'empire fut compensée à un certain niveau par une consolidation et une uniformisation des règles. L'empereur Héraclius hellénisa complètement l'empire en faisant du grec sa langue officielle, en abandonnant les derniers restes de latin et de coutumes anciennes romaines, isolant et ignorant de ce fait les populations à parler latin des Balkans. L'usage du latin dans les écrits du gouvernement disparut, ce qui permit à l'empire de poursuivre sa propre quête d'identité, en devenant de plus en plus grec. De nombreux historiens considèrent les réformes faites pendant le règne d'Héraclius comme la rupture de Byzance d'avec son passé romain. Il est commun de se référer à l'empire romain oriental après ce moment comme "empire byzantin" au lieu de "romain oriental". Malgré quelque contrôle de Byzance sur des cités du littoral sud, tous les Balkans nord et centraux étaient virtuellement envahis par les Slaves. De plus, dans les régions isolées et ignorés du nord du Danube, les Slaves furent graduellement absorbés et romanisés, et le caractère latin du langage fut conservé. L'influence des Slaves a été plus grande sur la rive droite du Danube, où ils étaient attirés par les riches zones urbaines du sud, et où ils dépassèrent en nombre la population locale en Dalmatie, Macédoine, Thrace, Mésie et en Grèce, en changeant ces provinces nommées d'après leur nom "sklavinias". L'impact de l'arrivée des Bulgares au , et l'installation au d'un état puissant, a été particulièrement grand, en ayant cessé la division de la population romane de la péninsule balkanique, initiée par les invasions avaro-slaves. Ce processus sépara la population en deux sections : l'une trouva abri au nord dans les forêts épaisses (80% du territoire), alors que l'autre se déplaça plus au sud dans les vallées du Pindus et des monts Balkans, en causant un reflux des populations locales. Matyla Ghyka: Une chronologie documentée de l'histoire roumaine

Chrétienté

Histoire ancienne

Un object votif chrétien du , découvert à Biertan, près de Sibiu, en Roumanie Il est écrit EGO ZENOVIUS VOTUM POSUI "Moi, Zenovius, j'ai offert ce présent" Le christianisme fut apporté à la Romania par les occupants romains. La province romaine a gardé des traces de toutes les religions impériales, y compris le culte de Mithra, mais le christianisme, une religio illicita, existait chez quelques-uns des Romains. L'empire romain trouva qu'il était trop coûteux de maintenir une garnison permanente au nord du Danube. Une présence militaire et administrative n'a été enregistrée qu'entre 106 et 276. Malgré tout, des représentants chrétiens de ce territoire étaient présents au premier concile oecuménique. Lorsque le peuple roman s'est formé, on pense qu'ils avaient déjà une foi chrétienne, ceci étant prouvé par la tradition, et aussi par des indications archéologiques et linguistiques. Le termes de base du christianisme en roumain sont d'origine latine : par exemple église ("biserică" < basilica), Dieu ("Dumnezeu" < Domine Deus), Pâques ("Paşte" < Paschae), païen ("păgân" < paganus), ange ("înger" < angelus), croix ("cruce" < crux). Certains, par ex. "église" - biserica sont uniques au roumain, alors que les rites de la chrétienté orthodoxe étaient pratiqués en vieux slave. Lorsque le christianisme devint la religion officielle, les premiers évêchés furent créés dans la zone, et les principaux archevêchés étaient situés à Singidunum (Belgrade), Viminacium (aujourd'hui Costolcaci), Ratiaria (Arcear, près de Vidin), Marcianopol (Şumla), et Tomis (Constanţa).Petre P. Panaitescu, Istoria Românilor ("Histoire des Roumains"), Bucarest, 1942 Très peu de traces sont trouvées dans les noms romans hérités du christianisme romain après le début de l'influence slave. Tous les noms des saints ont conservé leur forme latine : "Sântămăria" (Sainte-Marie), "Sâmpietru" (Saint Pierre), "Sângiordz" (Saint Georges) et "Sânmedru" (Saint Dimitri). La preuve onomastique non religieuse de coutumes pré-chrétiennes, comme "Sânziana" et "Cosânzeana" (Sancta Diana et Qua Sancta Diana) est seulement anecdotique. Les endroits à haute spiritualité dans les montagnes, les processions, le calendrier, et même le lieu des premières églises étaient clairement les mêmes que ceux des Daces. Même Saint André est connu localement comme Apôtre des Loups - avec une connotation ancienne importante, la tête de loup étant un totem et un symbole du "feu" militaire et spirituel chez les Daces.

Christianisme en Scythia Minor

Alors que la Dacie a fait partie de l'empire romain seulement pour une courte période, la Scythia Minor (aujourd'hui la Dobroudja) y est restée plus longtemps, et après le déclin de l'empire romain, elle devint une partie de l'empire byzantin. La première rencontre du christianisme avec la Scythia Minor se passa lors de la traversée au de Saint André, le frère de Saint Pierre, avec ses disciples. Plus tard, le christianisme devint la religion prédominante dans la région, comme le prouve le grand nombre de traces d'anciennes églises chrétiennes. L'administration romaine n'était pas tendre avec les Chrétiens, comme le montre le grand nombre de martyrs. L'évêque Ephrem, martyrisé le 7 mars 304 à Tomis, fut le premier de la région, et fut suivi par beaucoup d'autres, particulièrement pendant la répression ordonnée par les empereurs Dioclétien, Caius Galerius Valerius Maximianus, Licinius et Julien l'Apostat. Un nombre impressionnant de diocèses et de martyres sont attestés pendant les temps des pères avant Nicée. Le premier prêtre valaque connu, Montanus et sa femme, Maxima, furent noyés, comme martyrs, à cause de leur foi, le 26 mars 304. Les fouilles archéologiques de 1971 sous la basilique paléo-chrétienne de Niculiţel (près de l'ancienne Noviodunum en Scythia Minor) mis au jour un martyrium encore plus ancien. A côté de Zoticos, Attalos, Kamasis et Filippos, qui furent martyrisés sous Dioclétien (304-305), les reliques de deux martyrs précédents, morts pendant les répressions de l'empereur Decius (249-251), furent découvertes sous la crypte. Les noms de ces martyrs avaient été inscrits depuis leur mort dans les registres de l'église, et la leur découverte de leurs noms inscrits sur la tombe fut étonnante. Le fait que les reliques du très connu Saint Sava le Goth (martyrisé par noyade dans la rivière Buzău, sous Athanaric le 12 avril 372) furent retrouvées par Saint Basil le Grand démontre en conclusion que, à la différence de l'évêque Wulfila, Saint Sava était de la foi de Nicée, et non un hérétique comme Arius. Quand l'empereur Galère, d'origine dace, proclama la liberté de culte pour tous les chrétiens de l'empire romain en 311 Voir les édits de tolérance de Galère et de Constantin de 311 et 313 à , la cité de Tomis (aujourd'hui Constanţa) devint le siège du métropolite, avec 14 évêchés. Au , un noyau puissant et organisé de moines chrétiens existait dans la région, qui étaient connus comme les moines scythes.

Langue

L'occupation romaine mena à un syncrétisme romano-thrace, et dans un cas identique à celui d'autres civilisations conquises (voir la culture gallo-romaine qui s'est développée en Gaule romaine), eut comme résultat final la latinisation de toutes les tribus thraces qui étaient dans la sphère d'influence du latin, et même leur romanisation complète, jusqu'à l'extinction de la langue dace. Au début du , le latin parlé dans les provinces danubiennes commence à montrer des caractéristiques distinctes, séparées du reste des langues romanes, y compris pur celles des Balkans de l'ouest (Dalmatie).Al. Rosetti: “Istoria limbii române” ("Histoire de la langue roumaine"), Bucarest, 1986 La période thraco-romaine du roumain est habituellement décrite comme se situant du au ou au . Dicţionarul limbii române (DLR), serie nouă ("Dictionnaire de la langue roumaine, nouvelle série"), Académie roumaine, éditeurs: Iorgu Iordan, Alexandru Graur, Ion Coteanu, Bucarest, 1983; Elle est divisée à son tour en deux périodes, la séparation entre les deux se situant au III-. L'Académie roumaine considère que le est la dernière date où les différences entre le latin balkanique et le latin occidental auraient pu apparaître. “Istoria limbii române” ("Histoire de la langue roumaine"), II, Academia Română, Bucarest, 1969; , et qu'entre le et le , cette nouvelle langue - le roumain - passa d'un parlé latin à un idiome vernaculaire néo-latin, dit proto-roumain (română comună, roumain commun). I. Fischer, “Latina dunăreană” ("Le latin danubien"), Bucarest, 1985. A. B. Černjak “Vizantijskie svidetel’stva o romanskom (romanizirovannom) naselenii Balkan V–VII vv; “Vizantinskij vremmenik”, LIII, Moscova, 1992

Première trace de roumain

Au sujet de cette période, il existe un grand débat sur l'épisode nommé "Torna, Torna Fratre". Dans les histoires de Théophylacte Simocatta , (vers 630), l'auteur fait mention des mots "τóρνα, τóρνα". Le contexte de cette mention est une expédition byzantine au cours de l'année 587, menée par le général Comentiolus, dans le Haemus, contre les Avars. Le succès de la campagne fut compromis par un incident : pendant une marche de nuit… :: "Un paquet d'un chargement se détachait du bât. Ceci se produisit alors que son propriétaire marchait devant l'animal. L'un de ceux qui le suivaient vit que l'animal traînait ce paquet derrière lui, et cria à l'adresse du propriétaire de se retourner pour réassurer la charge. Ce cri provoqua une grande agitation dans la colonne, et certains commencèrent à prendre la fuite, car ce cri était connu de tous : les mêmes mots correspondaient à un signal, qui signifiait apparemment "courez!", comme si l'ennemi était apparu soudainement dans les parages. Il y eu un grand désordre dans toute l'armée en marche, et beaucoup de bruit; tous criaient fort, et manoeuvraient pour faire demi-tour, et hurlaient dans leur langue “torna, torna”, comme si la bataille avait commencé brusquement au milieu de la nuit." Theophylacti Simocattae Historiae, II, 15, 6–9, ed. De Boor, Leipzig, 1887; cf. FHDR 1970 A peu près deux siècles après Théophylacte, un autre chroniqueur byzantin, Théophane le Confesseur raconte la même histoire, dans sa Chronographie (vers 810–814). Il écrit les mots : "τόρνα, τόρνα, φράτρε" : ::"Un paquet de chargement était tombé du bât, et quelqu'un cria au propriétaire de le resangler, en lui disant dans la langue maternelle/de son pays: “torna, torna, fratre”. Le propriétaire de l'animal n'entendit pas le cri, mais tous les autres le comprirent et se crurent attaqués par l'ennemi, et commencèrent à courir, en hurlant : “torna, torna”". Theophanis Chronographia, I, Anno 6079 (587), 14–19, ed. De Boor, Leipzig, 1883; cf. FHDR 1970: 604. Le premier qui identifia des exemples de proto-roumain a été Johann Thunmann en 1774. Johann Thunmann: “Untersuchungen über die Geschichte der östlichen europäischen Völker” ("Investigations sur l'histoire des peuples européens de l'est"), 1. Theil, Leipzig, 1774, p. 169–366.: "Gegen das Ende des sechsten Jahrhunderts sprach man schon in Thracien Wlachisch" ("Vers le , on parle déjà en valaque thrace") Depuis lors, il existe un débat entre universitaires pour savoir si la langue en question est un exemple de proto-roumain Ce point de vue, qui suggèrait que l'expression devait être prise comme telle : la langue maternelle et la langue du pays, c'est-à-dire un exemple de roumain, était adopté par les historiens et philologues comme F. J. Sulzer in “Geschichte des transalpinischen Daciens” ("Histoire des daces transalpins"), II, Vienna, 1781; G. Şincai in “Hronica românilor şi a mai multor neamuri” ("Chronique des Roumains et d'autres nombreux peuples", I, Iaşi, 1853; C.Tagliavini in ”Le origini delle lingue neolatine” ("Les origines des langues néo-latines"), Bologna, 1952; W. Tomaschek in “Über Brumalia und Rosalia” ("Au sujet de Brumalia et Rosalia", Sitzungsberichte der Wiener Akademie der Wissenschaften, LX, Viena, 1869; R. Roesler in “Romänische Studien” ("Études roumaines"), Leipzig, 1871; Al. Rosetti in “Istoria limbii române” ("Histoire de la langue roumaine", Bucarest, 1986; D. Russo in “Elenismul în România” ("L'hellénisme en Roumanie"), Bucarest, 1912.; B. P. Hasdeu in “Strat şi substrat. Genealogia popoarelor balcanice” ("Strate et Substrat: Généalogie des peuples balkaniques"), Analele Academiei Române, Memoriile secţiunii literare, XIV, Bucarest, 1892; A. D. Xenopol in “Une énigme historique. Les Roumains au Moyen Âge”, Paris, 1885 and “Istoria românilor” ("Histoire des Roumains"), I, Iaşi, 1888; H. Zilliacus in “Zum Kampf der Weltsprachen im oströmischen Reich” ("Le combat des langues du monde dans l'empire byzantin"), Helsinki, 1935; R. Vulpe in “Histoire ancienne de la Dobroudja”, Bucarest, 1938; C. Popa-Lisseanu in “Limba română în izvoarele istorice medievale” ("La langue roumaine dans les sources médiévales"), Analele Academiei Române. Memoriile secţiunii literare, 3rd series, IX, 1940. Lot 1946; G. I. Brătianu in “Une énigme et un miracle historique: le peuple roumain” , Bucarest, 1942; etc., ou simplement un commandement byzantin Ce point de vue a été proposé par J. L. Pić in “Über die Abstammung den Rumänen” ("Des ascendants des Roumains"), Leipzig, 1880; J. Jung in “Die romanischen Landschaften des römischen Reiches” ("Les paysages roumains de l'empire romain") , Innsbruck, 1881; A. Budinszky in “Die Ausbreitung der lateinischen Sprache über Italien und Provinzen des Römischen Reiches” ("La propagation du latin en Italie et dans les provinces de l'empire romain"), Berlin, 1881; D. Onciul: “Teoria lui Roesler” ("La théorie de Rosler") in “Convorbiri literare”, XIX, Bucarest, 1885; C. Jireček in “Geschichte der Bulgaren” ("Histoire des Bulgares"), Prague, 1876; Ovide Densusianu: “Histoire de la langue roumaine”, I, Paris, 1901; P. Mutafčief: “Bulgares et Roumains dans l'histoire des pays danubiens”, Sofia, 1932; F. Lot: “La langue de commandement dans les armées romaines et le cri de guerre français au Moyen Âge” in volume “Mémoires dédiés à la mémoire de Félix Grat” , I, Paris, 1946; (d'origine latine, comme il se présente –torna– dans le Strategikon de l'empereur Mauritius), et avec “fratre” utilisé comme forme familière pour s'adresser aux soldats byzantins.L'idée soutenue par Franz Dölger in “Die „Familie” der Könige im Mittelalter” ("La 'famille' royale au Moyen-Âge"), Historisches Jahrbuch” ("Annuaire historique"), 1940, p. 397–420; and M. Gyóni in “Az állitólagos legrégibb román nyelvemlék (= "Das angeblich älteste rumänische Sprachdenkmal", "Les preuves attestées les plus anciennes de la langue roumaine")”, „Egyetemes Philologiai Közlöny (Archivum Philologicum)”, LXVI, 1942, p. 1–11 Le grand débat tourne autour des expressions πιχώριoς γλσσα (epihorios glossa - Théopylacte) et πάτριoς φωνή (patrios fonē - Théophanes), et sur leur réelle signification. Une contribution importante au débat fut celle de Nicolae Iorga, qui nota en 1905 la dualité du terme torna dans le texte de Théophylacte : le cri qui attire l'attention du propriétaire de l'animal (dans la langue du pays), et la méprise de ce cri par le reste des combattants qui le comprennent comme un commandement militaire.Nicolae Iorga, Istoria românilor ("Histoire des Roumains"), II, Bucarest, 1936, p. 249. Iorga considère que l'armée était composée d'auxiliaires (τολδον) romanisés parlant thrace πιχωρί τε γλώττ (la “langue du pays” /”langue maternelle”) — et de Byzantins (un mélange d'ethnies qui utilisaient des mots byzantins d'origine latine comme termes de commandement officiels, comme le précise le Strategikon). “Într-o regiune foarte aproape de Haemus, unde se găsesc nume romanice precum Kalvumuntis (calvos montes), unul dintre soldaţii retraşi din cel mai apropiat ţinut primejduit strigă «în limba locului» ( πιχωρί τε γλώττ ) unui camarad care-şi pierduse bagajul «retorna» sau «torna, fratre»; datorită asemănării cu unul din termenii latineşti obişnuiţi de comandă, strigătul e înţeles greşit şi oastea, de teama unui duşman ivit pe neaşteptate, se risipeşte prin văi”. ("Dans une région proche de Haemus, où l'on trouve des noms romans comme Kalvumuntis (calvos montes), un des soldats revenus du pays voisin dangereux crie «dans la langue du lieu« (πιχωρί τε γλώττ) à un camarade qui avait perdu son bagage retorna ou torna, fratre ("reviens en arrière" ou "tourne, frère"); étant donné la ressemblance avec l'un des termes usuels de commandement, le cri est compris en masse et l'armée, de peur que l'ennemi surgisse soudainement, se disperse dans la nature." Nicolae Iorga, Istoria românilor (Histoire des Roumains), II, Bucarest, 1936. Ce point de vue a été soutenu plus tard par l'historien grec A. Keramopoulos (1939) A. Keramopoullos (A. Κεραµóπουλλου): “Τ ε ναι ο Kουτσóβλαχ” (Qui sont les Aroumains), Athènes, 1939: “de plus, le terme fratre, trahissant la familiarité entre camarades, évite la possibilité d'un ordre de commandement”, comme chez Al. Philippide (1925), qui a considéré que le mot torna ne devrait pas être vu que comme un ordre de commandement, parce qu'il était, comme le disent les chroniques, exprimé dans "la langue du pays"Al. Philippide, Originea românilor ("L'origine des Roumains"), I, Iaşi, 1925: „Armata, dacă a înţeles rău cuvântul torna, ca şi cum ar fi fost vorba că trebuie să se întoarcă cineva să fugă, l-a înţeles ca un cuvânt din limba ţării, din limba locului, căci doar Theophylactos spune lămurit că «toţi strigau cât îi ţinea gura şi se îndemnau unul pe altul să se întoarcă, răcnind cu mare tulburare în limba ţării: retorna»” ("Si l'armée avait mal compris le mot torna, comme si celui-ci signifiait qu'il fallait fuir, l'a compris comme un mot en langue du pays, en langue locale, c'est pourquoi Théophylacte dit clairement que 'tous criaient et tous se passaient le mot de se retourner, en hurlant dans la langue du pays : retorna'"), à partir de l'année 600, le plus gros des troupes byzantines était composé de mercenaires barbares et de populations romanes de la péninsule balkanique. „Dar se pare că Jireček n-a cetit pagina întreagă a descripţiei din Theophylactos şi Theophanes. Acolo se vede lămurit că n-avem a face cu un termin de comandă, căci un soldat s-a adresat unui camarad al său cu vorbele retorna ori torna, torna, fratre, pentru a-l face atent asupra faptului că s-a deranjat sarcina de pe spatele unui animal” ("Mais il semble que Jireček n'a pas lu toute la page de description faite par Théophylacte et Théophane." On y voit clairement que nous n'avons pas à faire avec un terme de commandement, et qu'un soldat s'adresse à un camarade en lui disant "retorna" ou "torna, fratre" pour qu'il se retourne et qu'il s'aperçoive que son chargement était en train de tomber de l'animal") “Grosul armatelor bizantine era format din barbari mercenari şi din populaţia romanică a Peninsulei Balcanice” ("Le gros de l'armée byzantine était composé de mercenaires barbares et de population romane de la péninsule balkanique") „armata despre care se vorbeşte în aceste pasaje opera în părţile de răsărit ale muntelui Haemus pe teritoriu thrac romanizat” ("l'armée évoquée dans ces passages avait été composée dans les monts Haemus du territoire thrace romanisé.") „Ca să ne rezumăm părerea, cuvântul spus catârgiului era un termen viu, din graiul însoţitorilor lui, sunând aproape la fel cu cuvântul torna din terminologia de comandă a armatei bizantine” ("En résumé, le mot catârgiului (? - mot dérivé de catâr = "mule") était un terme vivant, du dialecte (ou accent) de ses compagnons, qui sonne à peu près comme le mot torna, terme de commandement de l'armée byzantine.") „nimic nu este mai natural decât a conchide, cum au făcut toţi înainte de Jireček, că vorbele torna, retorna, fratre sunt cuvinte româneşti din veacul al şaselea” ("Il est naturel de conclure que, comme tous l'on fait après Jireček, les mots torna, retorna, fratre sont des mots roumains du .") „Preciziunea povestirii lui Teofilact nu a fost până acum luată în seamă aşa cum trebuie. Totuşi reiese clar din aceste rânduri: 1) că cuvântul întrebuinţat de însoţitorii stăpânului catârului nu era chiar acelaşi cu cuvântul pe care oştenii şi-au închipuit că-l aud şi 2) că, pe când în gura tovarăşilor lui cuvântul însemna doar «întoarce-te», ε ς τo πίσω τραπέσθαι, aşa cum susţin cu bună dreptate mai toţi cercetătorii români, în schimb cuvântul aşa cum l-au înţeles ostaşii însemna «înapoi, la stânga împrejur», precum şi-au dat seama tot cu bună dreptate Jireček şi alţi învăţaţi, fiind, prin urmare, după chiar mărturia Strategikon-ului aşa-zis al împăratului Mauriciu, un cuvânt din graiul oştirilor bizantine” ("Les détails sur l'histoire de Théophylacte n'ont jamais été donnés jusqu'à présent comme ils auraient du l'être. Pourtant tout part de ces lignes : 1) que le mot utilisé par les compagnons du propriétaire de la mule n'était pas exactement le même que le mot que les soldats croyaient avoir entendu et 2) que, bien que ce mot dans la bouche de ses camarades veule dire simplement "retourne-toi", ε ς τo πίσω τραπέσθαι, comme le soutiennent tous les chercheurs roumains, au lieu que le mot ait été compris par les soldats comme "en arrière, fuyons", selon ce que Jireček et d'autres universitaires ont compris correctement, comme étant, par conséquent, selon le témoignage du Strategikon de l'empereur Mauritius, un mot du dialecte militaire byzantin."). A partir de la deuxième moitié du , le point de vue général est que c'est un exemple de proto-roumain, point de vue soutenu par Al. Rosetti (1960)Al. Rosetti, “Despre torna, torna, fratre” ("Au sujet du torna, torna, fratre"), Bucarest, 1960, p. 467–468.: „Aşadar, termenii de mai sus aparţineau limbii populaţiei romanizate, adică limbii române în devenire, după cum au susţinut mai demult unii cercetători şi, printre ei, A. Philippide, care a dat traducerea românească a pasajelor respective, însoţită de un comentariu convingător. Termenii coincid cu termenii omonimi sau foarte apropiaţi din limba latină, şi de aceea ei au provocat panică în împrejurarea amintită.” ("Ainsi, les termes ci-dessus appartiennaient à la langue de la population romanisée, c'est-à-dire à la langue roumaine en devenir, comme l'ont soutenu de nombreux chercheurs, avec parmi eux A. Philippide, qui a donné la traduction en roumain de ces passages, accompagnés d'un commentaire convaincant. Les termes coïncident avec les termes homonymes ou très proches du latin, et ainsi, ils ont provoqué la panique dans les esprits.")., Petre Ş. Năsturel (1956) Petre Ş. Năsturel, “Quelques mots de plus à propos de «torna, torna» de Théophylacte et de «torna, torna, fratre» de Théophane”, in Byzantinobulgarica, II, Sofia, 1966: Petre Ş. Năsturel “Torna, torna, fratre. O problemă de istorie şi de lingvistică” ("Torna, torna, fratre: un problème historique et linguistique") in Studii de cercetări şi istorie veche, VII, Bucharest, 1956: “era un cuvânt viu din graiul populaţiei romanice răsăritene şi poate fi socotit ca cea mai veche urmă de limbă străromână; la fel ca şi φράτρε . Dar tot atunci se păstra în armata bizantină acelaşi cuvânt cu înţelesul de «înapoi», «stânga împrejur», ceea ce a amăgit pe oştenii lui Comentiolus, punându-i pe fugă” ("était un mot vivant dans la population romane orientale et pourrait avoir été reconnu comme la plus ancienne mention en proto-roumain ; de même pour φράτρε . Mais aussi, l'armée byzantine utilisait ce mot avec le sens de "reculez", ainsi que l'on compris les soldats de Comentiolus, les poussant à fuir") “făceau parte din aşa-zisul το⋅λδον, care cuprindea samarele, slugile şi vitele de povară. Măcar ei erau băştinaşi, în sensul larg al cuvântului ; ei făceau parte din latinitatea răsăriteană din veacul al VI-lea” ("ils faisaient partie des troupes auxiliaires το⋅λδον, qui incluaient les palefreniers, les serviteurs et les animaux de trait. Même ceux qui étaient locaux, au sens large ; ils faisaient partie de la latinité orientale du ") “Reieşe din aceasta în chip limpede şi cu totul neîndoielnic că cel puţin pentru catârgiu şi pentru tovarăşii lui vorba torna era un cuvânt din graiul lor – la fel cu siguranţă şi φράτρε – pe când la urechile şi în gura oştenilor apărea, cum dovedeşte Strategikon-ul, ca un cuvânt ostăşesc de poruncă. . Cu alte cuvinte, chiar dacă oastea nu a fost alcătuită din băştinaşi, se aflau împreună cu ea oameni care vorbeau o limbă romanică” ("Les conséquences en sont que sans aucun doute, pour le muletier et ses camarades, le mot torna était un mot de leur dialecte - et ertainement aussi φράτρε – qui, lorsqu'ils l'entendirent, comme le prouve le Strategikon, était un ordre de commandement. . En d'autres mots, même si l'armée n'avait pas été faite que de locaux, c'était un groupe d'hommes qui parlaient une langue romane") „torna era un cuvânt din graiul lor” ("torna était un mot de leur dialecte (accent)".) et I. Glodariu (1964).I. Glodariu: “În legatura cu «torna, torna, fratre»” in „Acta Musei Napocensis”, I, Cluj, 1964: „din oameni care transportau bagajele armatei, rechiziţionaţi cu acest scop şi, în sens larg al cuvântului, erau localnici” ("parmi les hommes qui transportaient les bagaes de l'armée, réquésitionnés dans cet esprit et au sens large, ils étaient des locaux") „torna era un cuvânt din graiul viu al populaţiei băştinaşe” ("torna était un mot du dialecte vivant de la population locale") “e cert că cei din jur l-au interpretat ca «întoarce-te», dacă nu erau soldaţi (şi termenul folosit de Theophanes ne face să credem că nu erau), sau ca «stânga-mprejur», dacă erau ostaşi” ("Il est certain que ceux qui ont l'interprété comme "reviens" s'ils n'étaient pas soldats (et le terme utilisé par Théophane ne nous laisse pas penser qu'ils l'étaient), ou comme "fuyez", s'il étaient soldats") „exista o verigă sigură între lat. frater şi rom. frate” ("il a un lien solide entre le latin frater et le roumain frate").

Voir aussi

- Histoire des Roumains ==
Sujets connexes
Académie roumaine   André (apôtre)   Arius (prêtre)   Avars   Balkans   Belgrade   Bulgares   Buzău (rivière)   Byzance   Caracalla   Carpes   Christianisme   Citoyenneté romaine   Client (Rome)   Colonie (Rome)   Constanţa   Dace   Daces   Dalmatie   Danube   Dioclétien   Dobroudja   Dèce   Empire byzantin   Empire romain   Gaule romaine   Georges de Lydda   Grec médiéval   Grèce   Histoire des Roumains   Héraclius   Istro-roumain   Langues thraco-illyriennes   Latin   Latin vulgaire   Latium   Licinius   Ligne Jireček   Marie de Nazareth   Martyr   Maxima   Mithra   Mégléno-Roumains   Métropolite   Nicolae Iorga   Ovid Densusianu   Pierre (apôtre)   Proto-roumain   Province romaine   Regalianus   Romanisation (histoire)   Rome antique   Roumain   Roumains   Slaves   Thraces   Valaques   Vidin   Vieux slave   Wulfila  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^