Grégoire Ier

Infos
Grégoire I, dit le Grand ou le Dialogue (né vers 540, mort le 12 mars 604), devient pape en 590. Docteur de l'Église, il est l'un des quatre Pères de l'Église d'Occident, avec saint Ambroise, saint Augustin et saint Jérôme. Son influence durant le Moyen Âge fut considérable. Saint Grégoire est très présent dans l'iconographie des manuscrits et des monuments figurés, où il est, avec saint Pierre, le pape par excellence. Il est sou
Grégoire Ier

Grégoire I, dit le Grand ou le Dialogue (né vers 540, mort le 12 mars 604), devient pape en 590. Docteur de l'Église, il est l'un des quatre Pères de l'Église d'Occident, avec saint Ambroise, saint Augustin et saint Jérôme. Son influence durant le Moyen Âge fut considérable. Saint Grégoire est très présent dans l'iconographie des manuscrits et des monuments figurés, où il est, avec saint Pierre, le pape par excellence. Il est souvent représenté en train de reçevoir d'une colombe l'inspiration du chant grégorien, qui porte son nom. Il est fêté le 12 mars.

Histoire

Les débuts

Pape Grégoire I Il naquit à Rome vers 540 d'un père sénateur et de sainte Sylvie, et était le petit-fils du pape Félix III. Instruit dans toutes les disciplines, il apprit le grec, le droit et l'art d'administrer. Sa carrière civile fut couronnée par la charge de préfet de la ville de Rome qu'il exerça pendant deux ans et au terme de laquelle, vers 575, à 35 ans, il abandonna honneurs et richesses pour entrer dans le monastère dédié à saint André qu'il avait fondé quelques années auparavant, dans une demeure familiale située sur le mont Celius. Il ne voulait plus que prier et obéir. Mais un homme de sa valeur morale et intellectuelle était trop utile à l'Église, surtout en cette période troublée par les invasions, c'est pourquoi le pape Pélage II l'ordonna diacre et, puisqu'il connaissait le grec, l'envoya à Constantinople comme apocrisiaire (ambassadeur permanent, ou nonce).

Confrontation avec Eutychius

A Constantinople, Grégoire se fit remarquer par une controverse avec le Patriarche Eutychius de Constantinople qui avait publié un traité sur la corporalité de l'imminente résurrection des corps, dans laquelle ces derniers deviendraient incorporels, ce à quoi Grégoire opposa la corporalité du Christ ressuscité. L'apreté du débat amena l'empereur à trancher entre les deux protoganistes : le traité d'Eutychius fut condamné et brûlé sur la place publique. A son retour, il reprit la vie monastique, mais pour peu de temps. En 590, le pape étant mort de la peste, on choisit Grégoire pour lui succéder.

Pape

D'après la Légende dorée malgré ses protestations, il est élu pape le 3 septembre 590. Il réorganisa l'Église romaine, en défendant les prérogatives du siège de Pierre et de Paul. Marqué par son temps (pestes, invasions, sac de Rome, ...) et sûr de l'imminence de la fin du monde, il prit le relais des autorités politiques défaillantes : il régla par exemple le problème de l'approvisionnement de Rome. Il fixa la liturgie, réforma la discipline ecclésiastique, propagea l'ordre bénédictin et envoya des missionnaires en Angleterre (cf. plus bas). Devant l'affaiblissement de l'empire d'Orient, il prit en main la défense de l'empire contre les Lombards, puis il décida de faire la paix avec eux, s'attirant l'hostilité de l'empereur romain d'orient. . Le pape se tourna alors résolument vers les royaumes barbares de l'Occident, rompant le lien entre christianisme et romanité. Ainsi, il convertit les Lombards en Italie et les Goths en Espagne. La Gaule mérovingienne ressentit peu son œuvre de réformateur et d'organisateur. Le 12 août 595, il adressa sa lettre O quam bona sur la simonie à l'évêque Virgile d'Arles, pour le mettre en garde contre les méfaits de cette hérésie.

Missions en Bretagne

L'envoi en mission de saint Augustin de Cantorbéry, accompagné de quarante moines du monastère du Mont-Celius, le place à l'origine de l'évangélisation de l'île de Bretagne. En effet, sous l’empire, la Bretagne avait été quelque peu christianisée, mais les Saxons avaient envahi l’île et repoussé vers l’ouest les chrétiens bretons. . Aussi, en 596, le pape Grégoire I envoya dans le pays un moine du nom d’Augustin qui débarqua près de Ramsgate, dans le Kent. Il convertit bientôt le roi de l’endroit, Ethelbert, et les habitants du Kent suivirent. De semblables conversions en masse eurent lieu dans d’autres parties de l’Angleterre. Le credo du roi devenait le credo du peuple selon le principe qui allait devenir un roi, une foi, une loi. Mais la mission principale que le pape avait assignée à Augustin était d’amener les chrétiens bretons indépendants à se soumettre à Rome. Les deux réunions qu’il tint avec les évêques de l’endroit furent des échecs. Dans une lettre adressée à un missionnaire en partance pour la Grande-Bretagne païenne, en 601 de notre ère, Grégoire Ier donnait cet ordre : « Les temples abritant les idoles dudit pays ne seront pas détruits ; seules les idoles se trouvant à l’intérieur le seront . Si lesdits temples sont en bon état, il conviendra de remplacer le culte des démons par le service du vrai Dieu. »

Décès

Grégoire I mourut le 12 mars 604 et fut inhumé au niveau du portique de l'Église Saint-Pierre de Rome. Cinquante ans plus tard, ses restes furent transférés sous un autel, qui lui fut dédié, à l'intérieur de la basilique, ce qui officialisa sa sainteté.

Penseur spirituel et théologien

Légende de l'origine du chant grégorien, d'après le frontispice de l'édition vaticane:Le très Saint Grégoire se répandait en prières, pour que le Seigneur lui accorde la musique à donner sur les textes liturgiques. L'Esprit Saint descendit alors sur lui sous la forme d'une colombe, et son cœur fut éclairé. Il commença aussitôt à chanter, et voici comment:... (Suit l'Introït du premier dimanche de l'Avent.) Grégoire I dictant un chant Illustration d'un antiphonaire du . En liturgie, Grégoire est à l'origine d'une grande réforme liturgique, qui mit de l'ordre dans le missel et fixa les textes du propre (voir Histoire du rite romain). C'est à la suite de cette réforme que le chant d'église (qui était déjà du plain-chant) se répandit et acquit un caractère universel. Le chant grégorien qui porte son nom a été nommé en son honneur, suite à une légende hagiographique racontant comment il composa les propres de la Messe (en réalité, le chant grégorien résulte des réformes de Chrodegang et de Charlemagne, qui aligna le chant gallican sur la pratique romaine un siècle plus tard). Il se consacre simultanément à l'enseignement. On lui doit de nombreuses œuvres spirituelles dont les Dialogues, principale source sur la vie de saint Benoît de Nursie dont il est l'unique hagiographe. Ses ouvrages théologiques en revanche resteront jusqu'à la fin du Moyen Âge l'une des autorités les plus souvent citées dans la prédication et l'enseignement, où il prend place après saint Augustin d'Hippone, dont il simplifie parfois la pensée, non sans l'enrichir d'autre part en l'adaptant à la mentalité des temps nouveaux. On lui doit, dans un tableau large et divers de la morale chrétienne et des finalités de la vie mystique, une approche assez humaniste de l'équilibre personnel que le chrétien doit trouver entre les exigences ascétiques de la contemplation et les besoins sociaux d'une vie active. Sa pensée a également contribué à une classification des vices et vertus (Moralia in Job, Morales sur Job), ainsi que des dons du Saint-Esprit, classification dont les prédicateurs et les artistes du Moyen Âge feront grand cas. Il reprend la classification des rêves de Macrobe et la transforme en distinguant les rêves dus à la nourriture et à la faim, ceux envoyés par les démons, et ceux d'origine divineDialogi IV. Considéré comme un des Pères de l'Église, il a également toujours été compté parmi les Docteurs de l'Église.

Notes

Bibliographie

- Sofia Boesch Gajano, Grégoire le Grand, Le Cerf, Coll. Cerf histoire, 2007, 230 pages.
- Jacques de Voragine, La Légende dorée, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 2004, publication sous la direction d'Alain Boureau.

Liens

===
Sujets connexes
Antiphonaire   Apocrisiaire   Arles   Augustin d'Hippone   Augustin de Cantorbéry   Benoît de Nursie   Bretagne (province romaine)   Bretons insulaires   Chant grégorien   Charlemagne   Colombe   Constantinople   Controverse   Diacre   Docteur de l'Église   Droit   Ethelbert de Kent   Frontispice   Félix III   Gallican   Gaule   Grandes invasions   Grec médiéval   Grégoire de Nazianze   Grégoire de Nysse   Histoire du rite romain   Iconographie   Introït   Jacques de Voragine   Kent   Liste des empereurs byzantins   Liturgie catholique   Lombards   Légende dorée   Macrobe   Maurice Ier (empereur byzantin)   Messe   Missel   Moralia in Job   Moyen Âge   Mérovingiens   Pape   Paul de Tarse   Peste   Pierre (apôtre)   Plain-chant   Pères de l'Église   Pélage II   Ramsgate   Rome   Rêve   Sabinien   Saint-Esprit   Saint André   Sainte Sylvie   Saxons   Simonie   Sénat   Théologie  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^