Crabe de cocotier

Infos
Le crabe de cocotier (Birgus latro) est le plus grand arthropode terrestre du monde « The IUCN Invertebrate Red Data Book » de S. Wells, R.M. Pyle et N.M. Collins, 1984, IUCN.. De la famille des crabes hermites, il est connu pour sa capacité à casser des noix de coco grâce à ses fortes pinces et a en manger le contenu.
Crabe de cocotier

Le crabe de cocotier (Birgus latro) est le plus grand arthropode terrestre du monde « The IUCN Invertebrate Red Data Book » de S. Wells, R.M. Pyle et N.M. Collins, 1984, IUCN.. De la famille des crabes hermites, il est connu pour sa capacité à casser des noix de coco grâce à ses fortes pinces et a en manger le contenu.

Noms vernaculaires

Le crabe de cocotier est aussi appelé crabe voleur car, selon des rumeurs, à l'intérieur même des maisons ou des tentes, cet animal pourrait voler des objets brillants ou métalliques « » de Subhra Priyadarshini, 25 décembre 2005, .. Le crabe de cocotier a plusieurs autres noms locaux. Par exemple, à Guam, en chamorro, on l'appelle ayuyu « », ..

Description

Image d'un crabe de cocotier du Dictionnaire d'Histoire Naturelle, 1849

Morphologie

Les spécimens de cette espèce atteignent un poids allant généralement jusqu'à 4 kilos, une longueur de corps allant généralement jusqu'à 400 millimètres et généralement jusqu'à 1 mètre d'envergure d'une patte à l'autre « The Smaller Majority » de Piotr Naskrecki, page 38, 2005, Belknap Press of Harvard University Press .. Le mâle est généralement plus grand que la femelle (dimorphisme sexuel) « » de Craig Schiller, § 2, avril 1992, Département de zoologie de l'université de Queensland (Australie).. Quelques auteurs affirment avoir trouvé des spécimens de plus de 17 kilogrammes « » de Stefan Anitei, 19 novembre 2007, .. Ceci est généralement accepté comme étant la limite théorique pour un arthropode terrestre. Cependant, pour les animaux aquatiques dont le corps est soutenu par l'eau, la taille maximale d'un arthropode peut être supérieure (par exemple le grand crabe japonais Macrocheira kaempferi). Le corps du crabe de cocotier « » de Catherine Lebouteiller d'après T. EI Kadiri-Jan, ., comme celui de tous les décapodes, est divisé en une section frontale (céphalothorax) et un abdomen muni de dix pattes. La paire la plus antérieures est munie d'énormes pinces qu'il utilise pour casser les noix de coco ou soulever des objets (pouvant peser jusqu'à 29 kilogrammes) par exemple. Les trois paires successives servent à la locomotion. Elles sont munies de petites pinces similaires à des pincettes. Ces pattes particulère permettent au crabe de gravir verticalement des arbres jusqu'à une hauteur de 6 mètres comme les cocotiers ou les palmiers dont il prend les fruits « », .. La paire de pattes postérieures est minuscule. Ces pattes sont habituellement maintenues à l'intérieur de la carapace, dans la cavité qui abrite les organes respiratoires.

Spécificités de la carapace

Bien que le Birgus latro appartienne à la superfamille des Paguroidea, seuls les juvéniles récupèrent les coquilles des gastropodes pour protéger leurs abdomens mous « » de Gerald McCormack, 25 septembre 2005, .. Parfois, ils utilisent même les coquilles des noix de coco brisées .. Au contraire de bien d'autres espèces de Paguroidea, l'adulte du crabe de cocotier ne transporte pas de protection artificielle, mais durcit naturellement son abdomen en y ajoutant des couches de chitine.. Ils recroquevillent également leur queue sous leur corps de manière à se protéger comme le font la plupart des vrais crabes (Brachyura). L'abdomen durci protège le crabe et réduit la perte d'eau. Toutefois, le crabe mue à intervalle régulier. La mue requiert 30 jours. durant lesquels le corps de l'animal est mou et vulnérable. Il reste donc caché durant cette période.

Système respiratoire

Le crabe de cocotier ne sait pas nager et se noierait dans l'eau au bout de quelques heures malgré un système de branchies rudimentaire, probablement un reliquat laissé à l'espèce lors de son évolution « Crab », janvier 2004, The Secretariat of the Pacific Community.. Il utilise un organe spécial, nommé poumon branchiostégal, pour respirer « The Relative Importance of the Gills and Lungs in the Gas Exchange of Amphibious Crabs of the Genus Holthuisana » de P. Greenaway, 1984, Australian Journal of Zoology 32(1) 1-6.. Cette organe peut être interprété comme appartenant à un stade intermédiaire entre la branchie et le poumon et est une des adaptations les plus significatives du crabe de cocotier à son habitat. Les chambres de cet organe respiratoire sont situées dans la partie supérieure du céphalothorax, et contiennent un tissu similaire à celui trouvé dans les branchies, mais adapté à absorber l'oxygène de l'air plutôt que de l'eau. Un tel organe a besoin d'eau pour fonctionner. Le crabe pourvoit à ceci en humidifiant son poumon avec sa paire de pattes postérieures tout en les nettoyant. Ce procédé est également utilisé avec de l'eau salée. Ene effet, le crabe de cocotier à besoin de contact avec la mer pour équilibre son taux de sel.

Odorat

Un autre point distinctif du crabe de cocotier est son odorat très performant « » de Caroline Lepage, .. Le flair fonctionne différemment selon que les molécules humées soient des molécules hydrophiles dans l'eau ou des molécules hydrophobes dans l'air. Étant donné que la majorité des crabes vivent dans l'eau, ils possèdent des organes spéciaux nommés aesthetascs sur leurs antennes qui déterminent la provenance et la concentration des odeurs dans l'eau. Toutefois, puisque que le crabe de cocotier vit sur terre, les aesthetascs de leurs antennes sont significativement différentes de celles des autres crabes et ressemblent d'avantage aux organes olfactifs des insectes nommés sensilles. Bien que les insectes et le crabe de cocotier soient issus de différents parcours évolutifs, les mêmes besoins de différencier les odeurs dans l'air ont porté à des développements similaires, constituant un exemple de convergence évolutive. Le crabe de cocotier meut par saccades ses antennes comme les insectes pour améliorer sa perception. Ainsi il peut distinguer des odeurs intéressantes à de grandes distances, en particulier les odeurs de viande en putréfaction, de banane et de noix de coco qui attire son attention comme source de nourriture.

Éthologie

Alimentation

Les crabes de cocotier varient de dimensions et de couleurs L'alimentation du crabe de cocotier consiste principalement de fruits, entre autres les figues et les noix de coco, toutefois il mange presque n'importe quoi d'origine organique, incluant des feuilles, des fruits en décomposition, des œufs de tortues, d'animaux morts, et de coquillages de d'autres animaux qui, croit-on, leur fournissent du calcium. Il mange aussi des animaux trop lents pour s'enfuir comme les tortues marines qui viennent d'éclore. Les crabes de cocotier vont occasionnellement se voler de la nourriture et la transportent dans leur propre tanière pour la manger en paix. Le crabe de cocotier grimpe sur les arbres soit pour manger les noix de coco ou les fruits, soit pour échapper à la chaleur ou aux prédateurs. Bien que certains croient que le crabe de cocotier coupent les noix de coco de l'arbre pour les manger à terre, selon l'ex-biologiste allemand Holger Rumpf (parfois écrit Rumpff), l'animal n'est pas suffisamment intelligent pour concevoir une telle action, mais plutôt fait tomber accidentellement la noix de coco alors qu'il tentait de l'ouvrir. Le crabe de cocotier fait des trous dans la noix de coco avec ses puissantes pinces et en mange le contenu; ce comportement est unique dans le monde animal. On douta longtemps que les crabes de cocotiers puissent ouvrir les noix de coco, et durant des expériences certains spécimen sont morts de faim entourés de noix de coco. Toutefois, durant les années quatre-vingts, Rumpf réussit à les observer et à les étudier en liberté alors qu'ils ouvraient des noix de coco. Le crabe de cocotier à développer une technique spéciale pour le faire: si la noix de coco est encore couverte de sa coquille, il arrache des morceaux, en commençant toujours par le côté avec les trois pores germinaux (les trois cercles groupés à l'extérieur de la noix de coco). Une fois que les trois pores sont visibles, le crabe pique avec ses pinces contres un de ceux-ci jusqu'à ce qu'il brise. Finalement, il se tourne et utilise ses pinces les plus petites pour extraire la pulpe blanche de la noix de coco. En utilisant leurs pinces, les plus grands crabes de cocotier peuvent briser les dures noix en plusieurs morceaux pour les consommer plus facilement.

Reproduction

Les crabes de cocotier s'accouplent fréquemment et rapidement sur la terre ferme durant la période de mai à septembre, et plus particulièrement en juillet et août. Le mâle et la femelle se battent entre eux, puis le mâle tourne la femelle sur son dos pour l'accouplement. L'accouplement durent environ quinze minutes. Peu après, la femelle pond les œufs et les colle à la partie inférieure de son abdomen et transporte ainsi les œufs sous son corps pendant quelques mois. Au moment de leur éclosion, habituellement en octobre ou en novembre, le crabe femelle relâche les œufs dans la mer à marée haute. Les larves sont appelées zoés. On rapporte que tous les crabes de cocotier font ainsi la même nuit, avec plusieurs femelles présentes sur la plage au même moment. Les larves flottent sur l'océan pendant 28 jours durant lesquels un grand nombre d'entre eux se font manger par des prédateurs. Ensuite ils vivent sur le fond de l'océan et sur les côtes comme les crabes hermites et utilisent des coquillages abandonnés comme armure pendant les 28 jours suivants. Durant ce temps ils visitent de temps en temps la terre ferme. Comme pour tous les crabes hermites, ils changent de coquillages durant leur croissance. Après cette période ils abandonnent l'océan pour de bon et perdent la capacité de respirer dans l'eau. Les jeunes crabes de cocotier qui n'arrivent pas à se trouver un coquillage de la bonne taille utilisent souvent des morceaux de noix de coco brisée. Quand ils dépassent même les dimensions de leurs noix de coco, leurs abdomens se durci. 4 à 8 années après leurs naissances les crabes de cocotier sont matures et peuvent se reproduire. Cette période de développement est inhabituellement longue pour un crustacé. L'espérance de vie d'un crabe de cocotier et d'environ 30 ans « », 26 août 2005, ..

Répartition

Habitat

Les crabes de cocotier vivent habituellement dans des tanières souterraines ou des fentes rocheuses, selon le terrain local, mais principalement, ils se creusent leurs propres tanières dans le sable ou un terrain mou. Durant le jour, l'animal reste caché, soit pour se protéger des prédateurs, soit pour diminuer la perte d'eau due à la chaleur. Pendant qu'il se repose dans sa tanière, le crabe de cocotier utilise une de ses pinces pour en fermer l'issue pour créer l'environnement humide nécessaire à ses organes respiratoires. Dans les zones de grande population de crabe de cocotier, certains peuvent aussi sortir le jour, peut-être pour obtenir un avantage dans la recherche de nourriture. Si l'environnement est humide, ou si il pleut, les crabes de cocotier sortent parfois le jour puisque ces conditions leurs permettent de respirer plus facilement. Les crabes de cocotier adultes vivent principalement à l'intérieur des terres (à 6 kilomètres de la mer environ). Seuls les jeunes spécimens passet du temps près des récifs ou des lagons « Integrated renewable resource management for U.S. insular areas », DIANE Publishing ..

Répartition géographique

Aire de diffusion du crabe de cocotier Les crabes de cocotier vivent dans une zone éparpillée dans l'océan Indien et l'océan Pacifique occidental. La population la plus grande et la mieux préservée se trouve sur l'île Christmas dans l'Océan Indien. De vastes populations existent aux îles Cook, surtout Pukapuka, Suwarrow, Mangaia, Takutea, Mauke, Atiu et l'île de Palmerston. D'autres populations existent sur les Seychelles, surtout à Aldabra, sur les Îles Glorieuses, à Astove, sur l'île de l'Assomption, et à Cosmoledo, mais le crabe de cocotier est éteint sur les îles principales. On les retrouves aussi sur plusieurs des îles Andaman et Nicobar, dans le Golfe du Bengale. Il y a des variations de couleurs entre les spécimens de différentes îles qui vont du violet au marron sombre en passant par le pourpre intense. Puisque les adultes ne peuvent pas nager, les crabes de cocotier, doivent avoir colonisé les îles lors de leur état de larves, lesquelles peuvent nager. Toutefois, à cause des grandes distances entre les îles, certains chercheurs estiment qu'un état larvaire d'à peine 28 jours n'est pas suffisant pour couvrir une telle distance, et supposent que les jeunes crabes ont rejoint les îles sur des arbres ou d'autres objets à la dérive. La distribution contient quelque trou, par exemple les alentours de Bornéo, en Indonésie, et en Nouvelle-Guinée. Ces îles, qui ont un environnement appropriés, et qui peuvent être rejointes facilement, n'ont pas de colonie de ce type de crabe parce que les populations d'autrefois ont été chassées jusqu'à l'extinction. Cependant, les crabes de cocotier se retrouvent sur l'île de Wakatobi et Sulawesi.

Statut de conservation

Selon les critères de l'UICN, il n'y a pas assez de données pour dire si le crabe de cocotier est une espèce menacée. Par conséquent ont lui attribue le statut DD. (en anglais, data deficient, c'est-à-dire, données insuffisantes). Cependant, selon certains rapports les populations sont suffisamment nombreuses, dont la plus grande sur l'île du Millénaire. On croit que les crabes de cocotier sont suffisamment nombreux sur certaines îles, mais plutôt rares sur d'autres. Les développements côtiers sur plusieurs îles réduisent l'habitat naturel de ce crustacé. Les jeunes crabes de cocotier sont vulnérables aux carnivores introduits comme les rats, les porcs et les fourmis (telle anoplolepis gracilipes). Cependant les crabes adultes n'ont pas de prédateurs naturels et sont mangés seulement par les humains. Les adultes ont une vue faible et repèrent le danger par les vibrations du sol. En général, il semble que les populations humaines nombreuses est un effet négatif sur les populations de crabes de cocotier et, dans certaines régions, on rapporte que les populations sont en diminution à cause de chasses excessives. Le crabe de cocotier est protégé dans certaines zones de préservation, avec interdiction de chasse durant la période des amours, et l'obligation de ne pas chasser les spécimens de taille inférieure à une limite fixée.

Relations avec l'être humain

Le crabe de cocotier est apprécié pour sa chair par les autochtones du Pacifique. Les parties les plus prisées sont les œufs des femelles et le gras de l'abdomen. Le crabe de cocotier peut être préparé comme le homard, bouilli à l'eau ou à la vapeur. Sur différentes îles ont retrouve aussi une gamme de recettes comme, par exemple, le crabe de cocotier cuit dans le lait de coco. Bien que la chair du crabe de cocotier ne soit pas toxique en soi, elle peut le devenir selon l'alimentation du crabe, et des cas d'empoisonnement alimentaire ont été rapportés. On croit que le poison viennent d'une toxine végétale, ce qui expliquerait pourquoi spécimens seraient toxiques et d'autres non. Il est possible que ce poison soit considéré comme une sorte d'aphrodisiaque, comme dans le cas du poisson globe au Japon. Cependant, la viande de crabe de cocotier n'est pas un produit commercial et n'est pas habituellement vendu. Il peut également être parfois considéré comme un aphrodisiaque. Le crabe de cocotier se chasse bien les nuits sans lune sur un terrain humide à l'aide d'une torche; le meilleur temps sont les trois nuits qui suivent la nouvelle lune. Il peut aussi être chassé durant le jour, mais cela implique creuser pour les trouver dans leur tanières ou allumer un feu pour les débusquer de leur cachettes. On recommande aussi de répandre des morceaux de noix de coco grillés pour les attirer. Les enfants jouent parfois, en faisant attention, avec des jeunes crabes de cocotier. Une de leur technique consiste à les leurrer avec des herbes mouillées placées sur le tronc de l'arbre. Quand l'animal descend, il croit qu'il a touché au sol en contact avec l'herbe. Il lâche alors sa prise à l'arbre et tombe au sol. Il est admiré pour sa force, et on dit que les autochtones utilisent cet animal pour monter la garde de leur plantation de coco. Un crabe de cocotier peut aussi attaquer une personne s'il se sent menacé. On vend parfois des spécimens, surtout des jeunes qui ne sont pas encore matures, comme animal de compagnie, par exemple à Tokyo. La cage doit être suffisamment forte pour que le crustacé ne se sauve pas à l'aide de ses fortes pinces.

Annexes

Notes et références

Bibliographie

- Altevogt, R., Davis., T.A. Birgus latro: India's monstrous crab. A study and an appeal. Bulletin of the Department of Marine Sciences, University of Cochin, 1975.
- Barnett, L.K., Emms, C. and Clarke, D. The coconut or robber crab (Birgus latro) in the Chagos Archipelago and its captive culture at London Zoo, pp. 273-284: in Sheppard, C.R.C. and Seaward, M.R.D. (Eds). Ecology of the Chagos Archipelago. Linnean Society Occasional Publications, 1999, 2. Westbury Publishing. pp. 351.
- Combs, C. A. N., Alford, A., Boynton, M. and Henry, R. P. Behavioural regulation of haemolymph osmolarity through selective drinking in land crabs, Birgus latro and Gecarcoidea lalandii. Biol. Bull. 1992; 182, 416.
- Greenaway, P. and Morris, S. Adaptations to a terrestrial existence by the robber crab Birgus latro. III. Nitrogenous excretion. J. Exp. Biol. 1989; 143: 333.
- Greenaway, P., Taylor, H. H. and Morris, S . Adaptations to a terrestrial existence by the robber crab Birgus latro. VI. The role of the excretory system in fluid balance. J. Exp. Biol. 1990; 152: 505.
- Grubb, P. Ecology of terrestrial decapod crustaceans on Aldabra. Philosophical Transactions of the Royal Society: Biological Sciences. 1971; 260: 411-416.
- Held, E.E. Moulting behaviour of Birgus latro. Nature 1963; 200: 799-800.
- Lavery S Moritz C & Fielder DR Indo-Pacific population structure and evolutionary history of the Coconut Crab Birgus latro. Mol Ecol 1996; 5: 557-570.
- Morris, S., Taylor, H. H. and Greenaway, P. Adaptations to a terrestrial existence in the robber crab Birgus latro L. VII. The branchial chamber and its role in urine reprocessing. J. Exp. Biol. 1991; 161: 315.
- Stensmyr, M. C., Erland S., Hallberg E., Wallén R., Greenaway P., Hansson B. S. Insect-Like Olfactory Adaptations in the Terrestrial Giant Robber Crab. Current Biology 2005; 15: 116-121.
- Taylor, H. H., Greenaway, P. and Morris, S . Adaptations to a terrestrial existence in the robber crab Birgus latro L. VIII. Osmotic and ionic regulation on freshwater and saline drinking regimens. J. Exp. Biol. 1993;179: 93-113

Pour aller plus loin

Lien externe

-

Références externes

-
-
- Catégorie:Décapode (nom vernaculaire) Catégorie:Coénobitidé da:Palmetyv de:Palmendieb en:Coconut crab es:Birgus latro he:סרטן הקוקוס it:Birgus latro ja:ヤシガニ ko:야자게 nl:Kokoskrab nn:Kokosnøttkrabbe no:Kokoskrabbe pl:Krab palmowy pt:Caranguejo-dos-coqueiros th:ปูมะพร้าว zh:椰子蟹 zh-classical:椰蟹 zh-min-nan:Pat-kòa (tōng-bu̍t)
Sujets connexes
Abdomen   Alimentation   Allemand   Années 1980   Anoplolepis gracilipes   Aphrodisiaque   Arthropode   Atiu   Biologiste   Bornéo   Brachyura   Branchie   Calcium   Carl von Linné   Chamorro   Chitine   Cocotier   Convergence évolutive   Coquillage   Coquille (mollusque)   Crabe   Céphalothorax   Dimorphisme sexuel   Décomposition   Eau   Feuille   Figue   Fruit   Gastropoda   Germination   Golfe du Bengale   Guam   Habitat (écologie)   Hydrophobie   Indonésie   Insecte   Japon   Lagon   Lait de coco   Larve   Mangaia   Marée   Mauke   Mue des arthropodes   Noix de coco   Nouvelle-Guinée   Océan Indien   Océan Pacifique   Oxygène   Pagure   Paguroidea   Palmerston   Pore   Poumon   Pukapuka (îles Cook)   Reproduction (biologie)   Récif   Sensille   Seychelles   Sulawesi   Superfamille (biologie)   Suwarrow   Takutea   Testudines   Tetraodontidae   Tissu biologique   Tortue marine   Union internationale pour la conservation de la nature   William Elford Leach   Zoé (biologie)  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^